Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

1 octobre 2013

Gestion du stress : vivre au jour le jour, tâche après tâche

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 35 min

La « rentrée », suite à la période estivale, a déjà démarré depuis un mois et je développe ma méthode de survie.

Le « planning » prévisionnel de fou, les multiples tâches des vies « personnelle » et « professionnelle », tout cela, je ne peux pas l’englober dans sa totalité sans sentir la panique et l’angoisse qui monteraient inlassablement pour m’étreindre.

Mais je n’ai pas le choix. Tout autour de moi, c’est pire, la souffrance que je peux lire chez mes collègues de travail est pire encore que celle que je pourrais ressentir si je m’autorisais à « penser » à ce qui m’attend.

Alors, pour ne pas sombrer dans « l’angoisse du lendemain », je n’y pense pas. Je me blinde.

Je me blinde et cela fonctionne.

Je suppose que je ne suis pas la seule et que cela arrive à certains d’entre vous, parfois, d’être submergés par des multitudes d’activités « obligatoires » qui surchargent un planning où, quoiqu’on fasse, la journée ne compte que 24 heures. Dans ces cas-là, il est facile de paniquer : « Je n’y arriverais jamais ! »

Et de fait, il semble impossible d’y arriver.

Mais il faut se ressaisir. Analyser froidement les événements. L’un après l’autre :

  • Que pouvez-vous déléguer ?
  • Que pouvez-vous repousser ?
  • Est-ce que chacune de ces tâches est réellement urgente ?
  • Pouvez-vous rogner sur la qualité avec laquelle vous allez effectuer ces tâches ? (Cela fait mal au cœur quand on est perfectionniste ou professionnel, mais parfois il n’y a pas le choix)…

Déléguez ce que vous pouvez, repoussez ce qu’il est possible de procrastiner un peu sans conséquences dramatiques puis… oubliez tout !

Oui, oui, je dis bien « oubliez tout »… Sauf la tâche en cours. Celle qui vient, là, juste après.

Empêchez les pensées parasites de venir vous troubler pendant la réalisation de cette première tâche, barrez le passage aux petites phrases qui virevoltent dans votre tête :

  • « Mais… j’ai cela aussi à faire (pour une tâche future) »
  • « Mais, je n’y arriverais jamais »
  • « Mais, que va-t-il se passer si tel événement arrive ? »

Stop !…

Focalisez-vous uniquement sur la tâche qui doit être faite maintenant. Vous verrez bien le reste après. Tant pis. N’y pensez même pas. Sinon l’angoisse va ressurgir et vous handicaper présentement.

Vous ne pouvez vivre qu’une minute à la fois. Qu’un jour à la fois. Survivez à chaque journée qui passe. Oubliez votre planning annuel, mensuel ou hebdomadaire.

Parfois, il est même utile de segmenter les tâches dans la journée, de ne pas songer à ce qui vous attend ce soir ou dans deux heures.

Rester dans le présent demeure parfois la seule solution de ne pas sombrer dans la folie du stress.

Ce n’est pas toujours évident… mais c’est la seule solution.

Amicalement,

Joy

Nouveau : j’ai proposé ce blog au Golden Blog Awards : http://www.golden-blog-awards.fr
Vous pouvez voter jusqu’au 25 octobre 2013 si vous le souhaitez… ;-)

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, je vous conseille :

Méthode anti-stress avec un carnet et un crayon

Le stress, souvent l’ennemi du bonheur

Pour vaincre les idées noires : bougeons !

Ici par hasard ? Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur. Il y a 250 articles sur ce thème dans les archives qui attendent que vous les découvriez, et j’en ajoute très régulièrement…
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous.

Mais vous pouvez aussi cliquer sur le calendrier ou les autres outils de droite pour rechercher d’autres articles de votre choix. :-)

Et si vous souhaitez laisser un commentaire amical, c’est juste en dessous.

Et n’oubliez pas de vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles.

Sinon, vous pouvez toujours taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, à l’occasion, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site… cela me permettra d’envisager de passer à la version « payante » d’unblog.fr car j’ai un peu peur de ne plus avoir beaucoup de place pour écrire mes prochains articles sur cette version gratuite… « A votre bon coeur, Messieurs-Dames ! » (rires)

29 septembre 2013

Quel loup nourrissez-vous ?

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes,Petits contes (pour enfants ?) — joy369 @ 12 h 15 min

Une amie m’a envoyé ce très joli texte avec le titre « une philosophie dite amérindienne ». Je ne connais pas l’auteur, mais ce texte a tout à fait sa place sur ce blog donc je vous le transcris :

Un vieil indien explique à son petit fils que chacun d’entre nous a en lui deux loups qui se livrent bataille.
Le premier loup représente la sérénité, l’amour et la gentillesse.
Le second la peur, l’avidité et la haine.
Lequel des deux loups gagnent ? demande l’enfant.
Ce à quoi le vieil homme répond : Celui que l’on nourrit.

Nous nourrissons ces loups, bien entendu, par nos actes, mais également et surtout par nos pensées. Maintenant que j’ai ce joli conte en tête, je m’interroge régulièrement : « quel loup suis-je en train de nourrir ? »

Et, si je suis en train d’entretenir des pensées de peur ou de haine, j’en prends conscience, ce qui souvent me suffit pour les stopper.

A la place, j’essaie de les remplacer par des pensées positives, d’amour et de sérénité…

Et vous ? Quel loup nourrissez-vous ?

Amicalement,

Joy

 Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, je vous conseille :

Le chemin du bonheur (selon le Dalaï-Lama)

Savourer le matin qui s’annonce…

Une saine philosophie de vie

Ici par hasard ? Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur. Il y a 250 articles sur ce thème dans les archives qui attendent que vous les découvriez, et j’en ajoute très régulièrement…
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous.

Mais vous pouvez aussi cliquer sur le calendrier ou les autres outils de droite pour rechercher d’autres articles de votre choix. :-)

Et si vous souhaitez laisser un commentaire amical, c’est juste en dessous.

Et n’oubliez pas de vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles.

Sinon, vous pouvez toujours taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, à l’occasion, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site… cela me permettra d’envisager de passer à la version « payante » d’unblog.fr car j’ai un peu peur de ne plus avoir beaucoup de place pour écrire mes prochains articles sur cette version gratuite… « A votre bon coeur, Messieurs-Dames ! » (rires)

19 août 2013

Ne pas dramatiser ce qui nous arrive ou pourrait nous arriver

Classé dans : Cas pratique,Lectures conseillées,Les grands principes — joy369 @ 12 h 25 min

Je reprends la lecture du livre de Rafael Santandreu, « L’art de ne pas rendre sa vie amère »…

Pour un rappel des précédents articles sur ce thème, voici :

Le tout premier article sur ce livre

Le 2e article sur ce livre

Le 3e article

Nous en étions arrivés à l’échelle des jugements de « Génial » à « Terrible » en passant par « normal », qui est au milieu. L’objectif est d’apprendre à juger correctement, sans s’engloutir dans la « terribilitis »…

Je traduis Rafael de l’espagnol, je le cite ici :

« Quand nous nous habituons à évaluer de façon plus exacte, réaliste et positive, nos émotions deviennent plus sereines parce que nous nous rappelons que les émotions que nous ressentons ne sont jamais que le produit de nos pensées ou de nos évaluations. »

Et le psychologue d’expliquer qu’il s’agit du nœud du problème. Il précise ainsi qu’il ne rentre jamais dans les discussions avec les adolescentes complexées par leur poitrine menue. Qu’importe la taille de leurs seins ? Il s’en fiche, ce qui l’intéresse c’est qu’elles comprennent que la taille de leur poitrine ne peut pas les empêcher de profiter de la vie. Idem pour tout autre complexe : calvitie chez les messieurs, petit bidon pour les deux sexes, etc.

Et ce docteur de rajouter : « Les personnes fortes mentalement font très attention à ne jamais dramatiser sur les possibilités négatives de la vie et c’est là l’origine de leur force ».

Et en effet, il dit être convaincu que la plupart des adversités que nous traversons dans notre vie ne sont ni « terribles » ni même « très mauvaises ». Et c’est cela le secret : ne jamais dramatiser ce qui n’a pas lieu d’être…

Et le voici de conclure qu’en thérapie cognitive, les patients apprennent à évaluer ce qui leur arrive (ou ce qui pourrait leur arriver) avec des critères objectifs et constructifs, avec des comparaisons saines, une certaine ouverture au monde et un minimum de conscience philosophique.

Voici un secret intéressant : ne jamais dramatiser et évaluer correctement ce qui nous arrive…

Ce n’est pas toujours évident, et le reste du livre explique thème par thème comment réussir.

La suite plus tard ! :-)

Amicalement,

Joy

Note : je ne sais pas si ce livre est traduit en français, mais je vous recommande vivement sa lecture, c’est un trésor !… :-)

1...1011121314
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe