Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

20 octobre 2018

Les leçons de Bobby Brown

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 26 min

J’aime les bibliothèques car on peut y emprunter des livres qu’on n’achèterait jamais. Ce jour-là, j’empruntais donc un grand livre sur le maquillage de Bobby Brown. De grandes photos, un peu de texte, notamment la biographie de cette gourou du maquillage qu’est Bobby Brown.

Rien de passionnant, sauf d’y lire qu’elle a démarré comme tout le monde (bon, comme quasi tout le monde) par le bas de l’échelle et qu’elle n’avait pas forcément confiance en elle et en ses capacités au début.

Et surtout ces 3 leçons :

  1. Il faut être soi-même
  2. Il faut toujours apprendre et apprendre sans cesse
  3. Il est important d’être agréable

Je suis entièrement d’accord avec elle. J’applique moi-même ces 3 principes, mais j’ignore si c’est ce qui me permet d’être aussi heureuse au quotidien. D’ailleurs, comme j’écris cet article des années après avoir lu ce livre, je ne me souviens pas pourquoi elle conseillait ces 3 leçons de vie. Je ne pense pas que c’était dans le but « d’être heureux » mais plutôt de « réussir sa vie ». Qu’importe, je pense que les deux sont liés. C’est un cercle vertueux : si vous êtes heureux, de fait vous réussissez votre vie, et vous êtes d’autant plus heureux etc.

Bref, les 3 conseils de Bobby Brown.

Au sujet du 1er, il m’évoque mes années lycée, à recopier des citations attribuées à je ne sais quel philosophe grec : « Connais-toi toi-même » etc.

Porter un masque n’a jamais été dans mes habitudes. Je suis trop paresseuse pour cela. A quoi rime de jouer à être un autre ? Sauf si on fait du théâtre… Mais dans la vie ? C’est votre vie. Alors vivez-là comme vous l’entendez.

Pour le 2e conseil, personnellement je suis trop curieuse de tout pour pouvoir cesser d’apprendre. Mais j’ignore si ce trait participe au bonheur. Pour moi c’est un bonheur d’apprendre, mais pour ceux qui n’aiment pas cela ?… Le mystère reste entier.

Et pour la 3e composante : être agréable ? A mes yeux, c’est également une façon d’atteindre le bonheur et également la réussite professionnelle. Bobby Brown le dit elle-même dans sa biographie : au début elle se disait être incompétente mais elle était agréable alors les professionnels du maquillage continuaient de faire appel à elle. On la gardait car il était agréable d’être en sa compagnie.

Et de fait, je le répète souvent : à services équivalents, je ne vais voir que des vendeurs, docteurs ou autres professionnels agréables.

Et moi-même je travaille à la gentillesse. Je donne beaucoup à ceux qui sont gentils et agréables et les autres… auront le minimum pour que ne me soit pas reproché de faute professionnelle… (rires)

Alors soyons gentils ! Soyons gentils et agréables ! C’est pour notre propre bien… et celui de notre entourage !… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Réussir sa vie, ça consiste en quoi?

L’art de ne pas rendre sa vie amère (2)

Principes pour une vie heureuse

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 septembre 2018

Augmentation de salaire : bienveillance et altruisme

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 18 min

Cet article du site viedemerde.fr me fait sourire : http://www.viedemerde.fr/article/avoir-un-physique-ingrat-permettrait-de-gagner-plus_277757.html

Il nous dit que nos employeurs auraient tendance à nous augmenter quand notre physique est ingrat, un peu comme on peut faire l’aumône au mendiant qui nous semble le plus misérable…

Pourtant, en ce qui concerne les augmentations de salaire, l’intelligence, l’altruisme ou encore la bienveillance seraient davantage significatifs pour déterminer un montant de rémunération en entreprise.

Et j’avoue que ce résultat m’a surprise. En effet, j’ai toujours cru que le monde du travail appartenait aux sans-coeurs, que pour s’en sortir, il fallait être un requin dans un panier de crabes (et que comme cela ne me convenait pas, j’allais forcément en souffrir).

Pourtant, si je regarde autour de moi, bien loin derrière ce cliché « Soyez hargneux, agressifs, il n’y a que comme cela que vous allez progresser dans le monde professionnel ! », je dois constater que bien au contraire, il est vrai que depuis que j’ai cessé de me réfugier derrière un mur de froideur pour me protéger et que je me montre authentique (c’est à dire joyeuse et surtout bienveillante), ma vie professionnelle s’en porte mieux.

Et après tout, n’est-ce pas également ma propre façon d’agir ? Un collègue désagréable, un client odieux, vous pouvez être sûrs que je ne me précipiterai pas pour les aider. Tandis que je vole au secours des collègues adorables et des clients gentils…

Bizarrement, engluée dans la vision froide et sordide du monde du travail façon « business men et women » froids et calculateurs que je peux voir dans les films nord-américains, je n’avais jamais réalisé que, dans la vraie vie, ce ne sont pas forcément ceux-là qui gagnent…

Et c’est normal. Si je dois embaucher une personne, qui vais-je choisir ? Un futur partenaire malveillant ou bien une personne « bienveillante et altruiste »?

Tous les jours je vis cette situation : les projets aboutissent grâce à l’aide collective des uns et des autres. Nous vivons dans un monde où il ne fait pas bon de travailler en solo. Le travail en équipe commence (enfin) à être promu dans les écoles et c’est une bonne chose. Car c’est comme cela qu’on réussi dans les entreprises par la suite : c’est celui ou celle qui réussira à fédérer une équipe, à motiver d’autres individus pour que tous fonctionnent ensemble, c’est celui ou celle-là qui réussira.

Me voilà donc enchantée : mon combat quotidien pour être heureuse (et rendre les autres heureux), à force d’attitude bienveillante et altruiste, a toutes les chances de me réussir également dans la vie professionnelle.

C’est merveilleux ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La bienveillance à l’école

Laisse gagner le Wookie

L’Âge de la Bienveillance ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

15 septembre 2018

A la chasse aux cadres !

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 33 min

J’adore laisser traîner mes oreilles… Ecouter les conversations dans les lieux publics. Je suis une grande « écouteuse »… Et là, deux hommes, costumes-cravates, qui s’énervent sur les difficultés pour recruter… « Ils ne viennent même pas aux entretiens ! Et quand on les rappelle pour demander pourquoi, ils nous disent « J’ai changé d’avis »… Mais comment peuvent-ils changer d’avis s’ils ne sont même pas venus à l’entretien de recrutement ? »…

Alors d’un côté je compatis. Car non, ce n’est pas sympa de se faire poser des lapins et c’est d’une grande impolitesse. Mais d’un autre côté, je rigole doucement… Cela fait des années que les employeurs ont traité (et traitent encore) les salariés comme des robots. Ils tirent sur la corde de tous les côtés, ne respectent ni leur vie privée ni leurs horaires officiels (les 35h, c’est surtout pour faire bisquer les étrangers car dans les faits…)

Bref, ils abusent et finissent par user tout court. Oui, usés. Les salariés aujourd’hui sont souvent usés. Surexploités. Combien de départ à la retraite non remplacés ? Alors on remplace. Tant bien que mal. Départ d’un collègue, puis deux, puis trois…

Puis la personne craque, part en dépression et tout le monde s’étonne, même si on la croisait tous les matins avec les yeux rouges et qu’elle n’arrivait plus à sourire depuis un certain temps déjà.

Et je ne parle même pas des suicides… tant de souffrance humaine, tant de souffrance humaine…

Alors oui, quand les employeurs aujourd’hui se plaignent de ne plus trouver qui embaucher, je rigole.

Et j’ai envie de leur dire : « Mais que leur proposez-vous ? »

Plutôt que vos beaux discours comme quoi vous êtes une entreprise « humaine, qui augmentez vos salariés, qui respectez leurs vie privée, leurs temps de pause et de repos, qui proposez des challenges palpitants et des activités passionnantes », cessez un peu de leur mentir. Ils ne sont pas dupes. Taisez-vous et écoutez-les.

En France, plus personne ne croit en l’honnêteté des politiques. Mais je crois que plus personne non plus ne croit en l’honnêteté des employeurs. Bien sûr, il y a des exceptions, comme partout. Mais ouvrons les yeux. Accèdent désormais au monde du travail une génération qui n’a connu que le chômage (leurs parents, leurs oncles et tantes…). Ils savent, pour l’avoir vu indirectement, qu’une loyauté à l’employeur ne leur permettra pas de conserver un poste même s’ils se donnent à fond, que malgré de beaux diplômes, de gentils stages (non payés et souvent pour le même travail que des salariés), ils auront du mal à trouver du travail. Qu’on les embauchera avec leur BAC+12 à un salaire de BAC-12, payés aux 35h même si dans les faits ils en feront 70.

Alors quoi? Ils sont sans illusion.

Non avons la chance d’avoir des jeunes diplômés, cultivés, intelligents, et nous faisons insulte à leur intelligence quand nous les croyons incapables de voir qu’on s’apprête à les rouler dans la farine.

Les entreprises veulent recruter des personnes autonomes dans leur travail… mais s’érigent contre le télétravail car elles n’ont pas confiance dans leurs collaborateurs ! En ces temps de grève de transport, de cherté démentielle des prix dans les grandes villes pour s’y loger, aucune possibilité de pouvoir s’éviter des heures de trajet en restant travailler chez soi.

Et ces messieurs cravatés râlent et se plaignent : « Ah la la, qu’il est difficile de recruter des cadres aujourd’hui!’

Ben oui. Et démographie oblige, il est fort possible qu’il soit bientôt difficile également de recruter tout court.

Il va falloir ré-apprendre à être humain. Leur donner envie de venir travailler avec vous.

Et également redevenir humain en accueillant dignement ce flux migratoire historique, source de main d’œuvre également.

Nous avons le choix entre se montrer humain ou se montrer humain.

Il était temps. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Jugements professionnels

« A vos ordres, chef ! »

Le temps, le pouvoir et l’argent

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...22
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe