Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

30 novembre 2018

J’ai été riche

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 36 min

J’ai été riche…

Je sais, le titre est un peu provocateur mais oui, j’ai été riche. Riche d’argent.

Comment savoir qu’on est riche ? C’est très personnel car c’est subjectif. Pour moi, je considère que j’ai été riche car à un moment dans ma vie je n’ai plus (trop) regardé le prix des aliments dans les magasins. Alors non, je n’allais certes pas dans les magasins de luxe, mais dans les supermarchés je ne regardais plus trop les prix.

Je pouvais me permettre d’acheter ce qui me faisait envie. Sans trop craquer sur les produits chers, certes. Mais ne plus avoir besoin de comparer le prix des aliments de base pour choisir le moins cher, c’est cela être riche pour moi.

Et je l’ai été.

Depuis quelques temps, je ne le suis plus. Je ne suis plus « riche d’argent » dans le sens où je regarde et je vérifie scrupuleusement le prix de ce que j’achète, mais je suis encore bien plus riche d’argent que nombre de personnes sur cette planète. Toute personne disposant d’un euro sur un compte bancaire est bien plus riche que des millions d’autres.

Alors oui, je suis moins riche en argent. Mais j’ai la chance de l’avoir été. Ce qui me donne une certaine maturité financière. En effet, je considère qu’un individu évolue face à la richesse comme on évolue avec l’âge. Par exemple, un enfant très jeune se fiche éperdument de comment il est habillé tant qu’il n’a pas froid. Une personne qui n’a rien se fichera également de la marque de ses vêtements. Les adolescents, par contre, veulent tous la même chose. C’est la crise identitaire. « Faire comme les autres », « être comme les autres ». Tout comme les nouveaux riches (que ce soit les jeunes avec leur premier salaire ou les yuppies des pays autrefois dits « en voie de développement »), tout comme les nouveaux riches disais-je, qui cherchent à acheter telle marque à la mode, avoir un smartphone de la dernière génération etc. Et puis il y a les anciens, à qui l’expérience a ajouté un vernis de sagesse. Ceux-là ne veulent pas posséder « toujours plus ». Ils connaissent leurs goûts, savent ce qu’ils aiment, et ne consomment pas à tout prix sous l’emprise de la publicité. Ils savent se contenter de ce qu’ils possèdent.

Et je considère qu’en tant « qu’ancienne riche », j’ai atteint (partiellement) ce stade. Je dis partiellement car je reste toujours pétrifiée d’admiration pour le Dalaï Lama qui sait se promener dans les magasins, tout admirer mais ne jamais rien acheter. (Mais je m’entraîne et j’y parviens de plus en plus).

J’ai été riche, je ne le suis plus, mais je n’ai plus autant de besoin. Car j’ai eu la chance d’avoir pu acheter des objets que j’aime. A quoi me sert de posséder 5 manteaux si un seul me suffit ? A quoi me sert de racheter une paire de chaussures si j’en ai déjà quelques paires qui sont en bon état ?

Je n’ai plus les moyens d’acheter, mais j’ai encore la capacité à apprécier ce que j’ai et l’intelligence d’en prendre soin.

Le bonheur n’est pas d’acheter toujours plus, c’est surtout d’apprécier ce qu’on a. :-)

Amicalement,

Joy

PS : je précise que je ne suis plus forcément « riche d’argent » car je suis riche de pleins d’autres choses. Ne serait-ce que du plaisir de vous avoir pour lecteurs… :-)

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le poids de l’avarice

Qui est vraiment riche ?

Le temps, le pouvoir et l’argent

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

15 juillet 2018

Avortement : on n’oublie jamais

Classé dans : Les grands principes — joy369 @ 12 h 52 min

Par chance, je ne suis pas concernée. Du moins pas encore, on ne sait jamais de quoi demain est fait.

Mais jusqu’à aujourd’hui, j’ai eu la chance de ne jamais avoir avorté.

Entendons-nous bien : je suis POUR le droit à l’avortement. Pour, pour et encore pour. Et rien ne me met plus en colère que le ramassis de vieillards qui manifestent parfois en bas de chez moi pour interdire le droit aux femmes de décider ou non de mettre au monde des enfants non-désirés.

Si ma position vous choque, vous avez le droit de passer votre chemin. La lecture de ce blog n’est pas obligatoire mais je vous rappelle son thème : le bonheur. Un blog 100% bonheur.

Or il n’est nul bonheur pour un enfant non-désiré. Ou du moins, ce sera vraiment compliqué pour cet enfant. Et pareil pour sa mère…

Alors oui, je suis pour le droit à l’avortement et, comme la majorité des personnes dans ce cas, je distingue bien ce droit d’une systématisation. L’avortement n’est pas une « contraception ». C’est un acte qui doit être réfléchi. Et c’est un acte, selon les confidences que j’ai reçues, qui est douloureux. A la fois pour la femme, évidemment, mais aussi pour son partenaire, si jamais il est au courant.

Le dernier article de cette page me plaît beaucoup : https://www.alorsvoila.com/2014/04/

Avec beaucoup d’humanité, cette femme en consultation pour un régime explique qu’elle a commencé à se faire un « plateau de 4 barres chocolatées » le jour où elle a avorté. Depuis, elle a beaucoup grossi et n’arrive plus à se défaire de cette vilaine habitude.

Car quoiqu’on fasse, il semble qu’un avortement ne s’oublie jamais. Mais cela ne signifie pas pour autant que vous êtes condamné si tel est votre cas à ne plus jamais être heureux. Au contraire, le choix a été fait, avec les conditions, les connaissances d’un moment précis, de ne pas garder un foetus, mais la vie continue.

Et c’est justement pour que votre vie soit plus belle que vous aviez fait ce choix.

Alors sans oublier, il faut avancer et sourire.

Pour les plus chanceux, un autre fœtus viendra, qui se transformera en enfant heureux et désiré si tel est votre choix.

Vous avez avorté car vous pensiez que votre bonheur serait plus facile à atteindre ainsi.

Alors aujourd’hui, agissez au mieux pour être heureux. Faîtes honneur à votre choix.

Apprivoisez le bonheur ! Un avortement ne s’oublie jamais mais vous n’avez pas besoin de l’oublier pour être heureux… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Un autre regard sur l’avortement

Principes pour une vie heureuse

Moins de sel, moins de sucre

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

10 juillet 2018

1001 textos

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 57 min

Aujourd’hui, nombre d’entre nous possède un téléphone portable avec un forfait « textos illimités ». C’est à dire qu’il nous est possible d’envoyer autant de courts petits textes par téléphone gratuitement.

Bien sûr, pour rapide que nous soyons dans leur rédaction, écrire un texto prend du temps. Mais quoi de plus sympa pour occuper un trajet ou un temps d’attente que de contacter ainsi ceux que nous aimons ?

C’est si simple grâce aux textos de renouer le contact, d’envoyer un bref « Coucou, je pense à toi ».

Alors, oui, bien sûr, un texto dérange. Le téléphone de notre contact va émettre un « bip » (parfois doublé) et s’il est curieux, notre contact va cesser ce qu’il fait pour jeter un oeil au texto reçu.

Mais un texto n’est pas intrusif dans la mesure où le bip est discret et cesse aussitôt. Ce n’est pas un coup de téléphone qui ne cessera qu’au moment où l’on décrochera le combiné (ou le portable).

Et en général vos interlocuteurs ne se sentiront pas obligés de vous répondre à la seconde.

C’est donc un moyen discret et agréable de reprendre contact avec ceux que vous aimez. Un moyen pratique dans nos vies surchargées d’utiliser des « temps morts » pour rappeler aux gens qu’on aime qu’on les aime.

Et dans tous vos contacts, peut-être il y en a-t-il un ou deux qui justement auront très envie de continuer cet échange épistolaire avec vous pendant votre trajet. De quoi échanger nouvelles et parfois fous rires juste en pianotant quelques mots sur un smartphone…

Personnellement, il suffit de consulter mes factures téléphoniques pour savoir quels jours je voyage (sur un trajet accessible aux téléphones). Ce n’est pas systématique mais j’aime profiter de ces moments pour jeter un oeil à mes contacts téléphoniques et envoyer un petit message gentil aux amis, copains, cousins et autre famille ou connaissance plus ou moins lointaines.

Trois fois rien. Mais toujours sincère.

Alors si jamais vous recevez un texto de ma part, cela signifiera deux choses : que pour une fois mon temps s’est arrêté et que j’ai enfin le temps de faire une pause pour écrire et surtout que je tiens à vous puisque je prends ce temps pour vous écrire… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Principes pour une vie heureuse

Un nouveau téléphone

Retrouver ses amis de longue date

 Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...36
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe