Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

10 janvier 2017

Trop d’émotions ? Un check-up personnel s’impose…

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 57 min

Séparée du père de son enfant, mon amie s’inquiète : « Quand je suis allée le chercher à la crèche, il dormait et ensuite il s’est mis à pleurer quand il m’a vue ! Je suis sûre qu’il préfère son père ! Il est malheureux de me voir moi et il aurait préféré que ce soit son père qui vienne le chercher ! »

Je fais ma moue dubitative…

« Heu… Tu crois vraiment qu’un bébé d’un an préfère ainsi l’un de ses parents ? Sachant qu’il passe plus de temps avec toi qu’avec son père, sachant que tu as allaité cet enfant pendant des mois ? Vraiment ? »

Mon interlocutrice réalise que sa réaction n’est peut-être pas adéquate mais elle reste sur ses positions : « Tu es sûre ? Mais non, je t’assure, je suis sûre qu’il préfère passer du temps avec son père, moi je ne suis pas aussi fun que lui… »

Je soupire…

« Oui, un jour, c’est certain, ton fils préfèrera aller avec le parent le plus drôle, un jour, c’est sûr, il te manipulera parce qu’il verra combien tu as maladivement besoin qu’il t’aime (entre parenthèses, trouve-toi un mec, ce n’est pas le rôle de ton enfant de combler ce manque affectif ainsi!)… Mais là, c’est un bébé ! Ton bébé t’aime, et tu l’as réveillé alors qu’il dormait bien, c’est tout ! Cela ne t’arrive jamais à toi, de faire la tronche parce qu’on te réveille au milieu de ton sommeil ? »

« Si mais… »

Et la voilà qui recommence son argumentation.

Je l’interromps. Nous sommes suffisamment intimes pour que je lui pose la question carrément :

« Dis donc, toi, tu en es où dans ton cycle menstruel ? »

« Ben heu… Justement, je suis dans la période de grande sensibilité… »

« Alors laisse tomber, c’est ça. Ton fils t’aime, ce sont juste tes hormones qui te jouent des tours… »

Notre papotage part ensuite sur d’autres sujets sans intérêts pour ce blog sur le bonheur…

Quelques jours après, me voilà à mon tour émotive. Mais émotive à ma façon : c’est à dire rapidement agressive. Mon collègue m’énerve, j’ai presque envie de lui mettre des claques. Bien entendu, je suis civilisée et je ne le fais pas. ;-)

Mais j’en ai très très envie !…

A la place, je m’interroge : que m’arrive-t-il ?

Et la réponse s’impose : j’ai très mal dormi, très peu dormi plutôt. Interrompue dans mon sommeil plusieurs fois cette nuit-là et les précédentes.

Voici la raison de mon énervement. Mon collègue n’y est pour (presque) rien.

Alors je respire profondément et j’essaie de rester zen.

Cycle menstruel, manque de sommeil, hormones fofolles de l’adolescence ou de la grossesse, nous avons parfois de bonnes raisons de devenir trop émotifs. L’idée n’est pas de sombrer dans ce charivari d’émotions mais bien d’arriver à les maîtriser un minimum. Et savoir la cause de notre trop-plein émotif permet parfois de mieux se contrôler.

Nous éviterons ainsi les conséquences de réactions parfois excessives…

Comme disait le philosophe Alain, il est plus agréable de se dire que les hormones manquent plutôt que les amis manquent…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Agressivité et cycle hormonal

C’est la faute aux hormones !

Manque de sommeil, manque de sourire

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

22 avril 2016

Faîtes des bébés !

Classé dans : Les grands principes — joy369 @ 12 h 05 min

« Faîtes des bébés… si vous voulez détruire votre couple ! »…

Voici ce que j’ai envie de dire haut et fort.

Oui, oui, j’assume. ;-)

Marre de ces couples qui battent de l’aile et qui s’imaginent que faire un bébé ensemble consolidera les bases vacillantes de leur duo. Car non, désolée, mais c’est plutôt l’inverse…

Un bébé, c’est gentil, c’est mignon, mais ça pleure et ça empêche les parents de dormir.

Ou tout du moins ça empêche l’un des parents de dormir…

Oui, car l’autre parent (souvent le père mais pas toujours), bizarrement, « n’entend pas ». Non, il n’entend pas les pleurs continus du bébé pendant 45 minutes la nuit. Bizarre, non?

Alors l’autre parent gère…

Par amour pour le bébé, pour ne pas le laisser pleurer (ce qui est bien car les études le prouvent : cela en fera un adulte confiant en l’avenir).

Et donc ce parent gère… Il se lève la nuit pour prendre soin du bébé. Pour le bébé… Mais aussi parfois par amour pour le conjoint, pour le laisser se reposer…

Mais nuit après nuit, à force de gérer ce bébé qui pleure, le parent qui se lève la nuit commencera, peu à peu, à ressentir des émotions négatives, la fatigue aidant… Un peu d’amertume, puis de plus en plus de ressentiment…

Et à la première remarque, même anodine, paf ! La dispute éclatera !…

Et ce, même pour les couples les plus solides !…

Alors vous imaginez bien, que pour un couple déjà branlant, cela ne peut qu’être pire…

C’est pourquoi je vous conseille de faire des bébés si vous voulez détruire votre couple de façon quasi-certaine… :-)

Évidemment, mon titre est provocateur…

Je ne souhaite pas que des bébés viennent au monde pour que leurs parents se déchirent…

Mais mon message est le suivant : un bébé, c’est épuisant. Bien plus que tout ce que vous pouvez imaginer. C’est simple, si vous voyez dans la rue un adulte aux yeux cernés, l’air éteint, épuisé, avec le cerveau au ralenti, vous ne pouvez pas vous tromper : il s’agit d’un parent d’enfant qui ne fait pas ses nuits !…

Et le record (parmi mes connaissances) revient à un papa de jumeaux qui firent leurs nuits… à 9 ans !…

Oui, oui, vous avez bien lu : neuf ans !… Alors imaginez neuf longues années sans sommeil, neuf années avec des nuits interrompues, systématiquement…

Oseriez-vous dire que sur la distance, ce manque de sommeil n’agirait pas sur votre joie de vivre ?…

Alors non, je ne dis pas qu’il faut cesser de se reproduire. Des bébés, c’est bien. Mais avant de vous engager, sachez à quoi vous attendre… Et surtout, jamais, ô grand jamais ne faîtes un bébé pour consolider un couple…

C’est le ticket gagnant pour que tout le monde soit malheureux : le Papa, la Maman mais aussi le bébé !… (Ou les deux mamans et le bébé ou encore les deux papas et le bébé) ;-)

Bref, faîtes des bébés… en étant bien préparés… ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« Laisse-le pleurer ! »

Et enfin… une nuit complète !

Le bébé pleure…

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 700 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

3 novembre 2015

Avec un nourrisson, zéro question

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 31 min

Mon amie Marianne devrait accoucher bientôt.

Son premier enfant.

Je lui rappelle la règle de base : « Ne jamais secouer un bébé », règle que j’adore annoncer aux futurs parents… En général, les adultes n’ayant pas encore d’enfants me regardent alors toujours comme si j’étais folle, ou bien comme si j’étais une psychopathe en liberté… ;-)

Alors je leur explique patiemment que oui, même si cela peut leur paraître insensé l’idée de « secouer » un bébé, leur bébé d’amour, ce petit être qu’ils attendent avec impatience, peut-être que les pleurs incessants et inexpliqués les rendront fous un jour, la fatigue aidant. Et qu’ils auront peut-être cette folle envie de secouer le bébé pour voir si, des fois, cela ne le ferait pas stopper net…

Mais non, cela n’atténuera pas les cris et les pleurs. Mais cela peut engendrer des problèmes irréversibles dans le petit cerveau secoué, allant même jusqu’à la mort. Et, avouez, après 9 mois d’attente, ce serait bête de l’abîmer tout de suite… ;-)

Comme le disent les parents d’adolescents : « Attendez au moins l’adolescence pour étriper vos enfants ! » ;-)

(Je plaisante, bien entendu… Il est interdit par la loi d’étriper des enfants. Même si ce sont les vôtres… Et même si ce sont des adolescents boutonneux… ;-)   )

Bref, je donnais à Marianne mon conseil habituel sur le fait de ne pas secouer le futur bébé et puis je lui rappelais quelque chose d’essentiel : un nourrisson, les 6 premières semaines, ce n’est pas toujours drôle, on ne le comprend pas toujours, on ne sait pas toujours comment faire, les parents (surtout la maman) sont fatigués, très fatigués. Bref, ce n’est pas toujours l’idéal pour une relation apaisée, surtout que le fameux « instinct maternel » n’est, pour moi, qu’une fumisterie inventée par des hommes sexistes… En conclusion : les 6 premières semaines de vie d’un bébé, les parents ne sont pas encore « tombés d’amour » pour lui, ils sont fatigués, déboussolés, et il est très facile dans ces cas-là que la situation tourne au drame.

D’où le titre de mon article : les 6 premières semaines de vie de votre bébé, ne vous posez aucune question. C’est trop facile de se prendre la tête dans le couple, d’avoir des envies de divorce, de séparation voire de meurtre. ;-)

Vous avez un nourrisson ? Très bien. Félicitations et occupez-vous de lui au mieux. De toutes façons vous êtes les parents parfaits pour ce bébé-là. C’est vous qu’il voulait. Vous allez apprendre à vous accommoder les uns des autres. Mais rejetez toutes les questions que votre cerveau fatigué pourrait vous glisser à l’oreille :

  • « Est-ce que j’ai eu raison d’avoir fait ce bébé ? »
  • « Est-ce que je ne suis pas trop jeune/ trop vieux/vieille ? »
  • « Et si je ne m’en sortais pas ? »
  • « Et si mon partenaire n’était pas la personne idéale pour faire un bébé avec ? »
  • « Et si j’étais la seule personne au monde incapable de gérer un bébé? »
  • « Pourquoi je ne comprends pas quand il pleure ? » (Note : ça viendra avec l’habitude…)

Non, non, non ! Stop avec les questions. Si vraiment elles vous tournent dans la tête, notez-les sur un bout de papier et stockez ce papier dans un tiroir. Vous relirez ces questions quand vous serez reposés, pour le 1er anniversaire de l’enfant par exemple. ;-)

Les 6 premières semaines de vie d’un bébé sont les plus dures pour les parents. Alors reposez-vous, prenez-soin du bébé et de vous et oubliez le reste !… ;-)

Et encore une fois : félicitations ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Jeter son enfant par la fenêtre

Le bébé pleure

Conversation avec une femme enceinte

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 700 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

12345...8
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe