Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

25 août 2018

Benoît, enfant de race

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 27 min

Je sors de la voiture pour rencontrer ces gens que je ne connais pas et qui m’ont invitée à partager leur repas. Dehors, un enfant joue, qui s’approche de moi et me tend la main : « Bonjour Madame, je suis Benoît ».

Je lui serre la main, amusée.

Benoît n’a pas 10 ans et je m’imagine qu’il joue. Qu’il joue à faire semblant, qu’il joue à être un adulte, un « monsieur » bien comme il faut, qui serre la main pour dire bonjour et se délecte d’une courtoisie exquise. Et de fait, Benoît nous accompagne au salon et se tient assis droit comme un « i » sur sa chaise, silencieux, attentif à nos conversations d’adultes auxquelles il ne participe pas.

Pour un peu, je le comparerais bien à un chien de salon, digne et posé. Mais non, ce n’est pas un chien de salon, ce n’est qu’un enfant et je découvre bientôt qu’il ne joue pas. Non, Benoît a été éduqué comme cela. Il ne parle que quand on l’interroge, évoque sa famille en parlant de « la lignée maternelle et la lignée paternelle », il a des discours d’adulte malgré son corps d’enfant.

Benoît me met mal à l’aise, car je ne le sens pas heureux, pas naturel.

Cette façon d’être étriquée et convenue, elle lui a été enseignée. Benoît est un « enfant de race ».

Mes interlocuteurs d’ailleurs ne tarissent pas d’éloges à son égard, devant lui et sans s’adresser à lui mais à moi. J’ai presque l’impression qu’on me fait l’article comme sur un marché aux esclaves. Pourtant Benoît n’est pas à vendre. Benoît est là pour servir de faire valoir, comme certaines femmes auprès de leur mari ou amant. Attitude qui, dans les deux cas, me révolte : ni les femmes ni les enfants ne sont des objets dont on peut se gausser de « posséder ».

Bref, le déjeuner a lieu, Benoît me met toujours autant mal à l’aise, coincé dans ce repas qui s’éternise, muet, si bien élevé qu’il n’ose pas réclamer un peu plus de fromage ou bien la permission de sortir de table. Les adultes me dérangent un peu aussi, à faire passer cet enfant après tout le monde, comme une quantité négligeable, comme s’il n’était pas là. Alors je redouble d’attention, de gentillesse, et je le couve un peu.

Et quand nous nous séparerons, une fois le café avalé, je ne lui laisserai pas le loisir de me tendre la main mais lui ferai un léger bisou sur la joue. Histoire d’offrir à cet enfant tendu un peu de… tendresse.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Ce que pensent les autres

Ceux qui ne me ressemblent pas

Un enfant particulier

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

2 août 2017

Rendre la monnaie à la japonaise

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 07 min

Ah, l’été !

Le temps des vacances !

On se repose, on sort de notre cadre habituel… et on dépense parfois un peu plus que d’habitude.

Pour certains, on va à l’étranger ou dans des régions reculées…

…et on a parfois un peu peur de se faire escroquer.

Avec raison d’ailleurs.

Sauf si vous allez au Japon.

Car les Japonais ont de très nombreuses choses à nous apprendre, notamment la façon de rendre la monnaie…

Surprenant, n’est-ce pas, que je vous parle de ce genre de pratique sur un site 100% bonheur ?

Pas tant que cela. Parce qu’avec le système japonais pour rendre la monnaie, vous êtes sûrs qu’on ne vous escroque pas (du moins en rendant la monnaie) et qu’ainsi vous vous sentez plus confiant, donc plus relaxé et finalement cela participe un peu à l’état d’esprit qui permet d’être heureux.

Alors ? Que font les Japonais ?…

Déjà, ils font comme le font certains commerçants de mon pays (et c’est très bien) : ils gardent l’argent que vous leur avez donné à part, pas mélangé à la recette du jour. Comme cela en cas de doute, vous pouvez toujours recompter ce que vous leur avez donné. Par exemple 1000 yens au lieu de 10 000. Comme cela, pas de discussion possible.

Mais avant cela, avant de vous vendre quoique ce soit, ils vous auront montré le prix sur une calculatrice qu’ils tendront vers vous à deux mains par signe de respect. Et c’est seulement si vous êtes d’accord avec le prix affiché que la vente se fera. Pas d’entourloupe : les deux parties savent de quoi il retourne.

Et enfin, et c’est ce qui me bluffe le plus, ils vont compter la monnaie devant vous, billet par billet, voire pièce par pièce. Ils ne vous donnent pas votre monnaie en tas et débrouillez-vous avec, non. Ils la recomptent avec vous en détachant bien chaque billet l’un de l’autre. Et quand vous êtes d’accord, ils vous donnent cet argent.

Alors oui, c’est plus long, cela prend un peu plus de temps, et je le reconnais, pour un Occidental, c’est très déroutant, de passer ainsi plusieurs minutes pour chaque achat, même le plus dérisoire. Mais si c’est déroutant, c’est également très efficace car il ne peut pas y avoir de conflit. C’est impossible. On vous a dit le prix avant, on a votre monnaie bien à part, et on compte avec vous la monnaie qui vous est rendue.

Et les grands voyageurs le savent : les touristes évitent certains pays juste parce que c’est usant de se battre à chaque instant pour ne pas se faire escroquer…

Alors un bon point pour le Japon !

Et puis soyons malins : qui nous empêche de copier leur système en rendant la monnaie ? :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Mésaventure au marché

Une sacrée Mamie

Éviter les petits accidents

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

18 juillet 2017

« Salope ! »

Classé dans : Cas pratique,Lectures conseillées,Les grands principes — joy369 @ 12 h 43 min

Dans son livre « Blood family », Anne Fine décrit cet échange entre un enfant victime de maltraitance et un travailleur social. Tous deux sortent de l’hôpital où est soignée la mère de l’enfant, tabassée par le tyran qui les emprisonnait tous deux, et l’enfant s’étonne :

« Mais pourquoi l’infirmière l’appelait-elle Lucy ? »

« Pourquoi ? Comment était appelée ta mère ? »

« Moi je disais Maman… et (le tyran) disait « Salope »… »

Sans commentaire…

Pourtant si. J’ai envie de commenté ce petit bout de livre. Car sans avoir à vivre une tragédie telle que décrite dans le livre, nombreux sont les lieux où le mépris voire les insultes sont légions. Je ne parle même pas de violence physique. Juste la violence verbale des sarcasmes, des petites piques, des méchancetés orales…

Les foyers, les entreprises parfois…

Moi-même j’ai été élevée dans une ambiance comme cela. Il n’y avait pas forcément les insultes, mais les méchancetés étaient légions, les petites phrases, les petites vexations… La compétition entre enfants était attisée. Et si aucun adulte n’enseigne que la moquerie est interdite, les enfants grandissent en pensant que c’est la norme.

Mais non. Ce n’est pas la norme. Du moins ce ne doit plus être la norme. Le siècle est à la bienveillance. Moquez-vous et vous serez rejeté(e). Oui, vous qui vous moquez, pas celui ou celle objet de vos moqueries.

Les temps changent et c’est tant mieux.

Oh, j’ai bien conscience que ce n’est pas dans tous les milieux, hélas, que la bienveillance règne, mais la tendance est à de plus en plus de bienveillance. Et cela commence par une conscience de chacun. En effet, c’est à chacun d’entre nous d’être vigilant. De vérifier que nous sommes nous-mêmes bienveillants (ou du moins que nous tendons vers la bienveillance) et surtout, que nous interdisons la moquerie.

Que ce soit au sein de notre foyer ou dans les entreprises, dans les associations.

Soyons capables de nous éloigner des moqueurs, de leur montrer que leurs méchancetés ne nous font pas rire, et soyons capables d’être nous-mêmes des modèles pour que les enfants puissent grandir avec des exemples de gentillesse à leur portée.

Et peut-être qu’un jour plus personne ne lancera à personne ce vilain mot de « Salope »…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La vie des autres

L’enfer, est-ce les autres ?

« Prends les enfants et va-t-en ! »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...9
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe