Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

10 septembre 2019

Arriver « les mains vides »

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 20 min

Échange de textos avec une amie :

JOY : – OK, donc on dîne chez moi alors.

ELLE : – OK. Qu’est-ce que j’apporte  ?

JOY : – Rien. Arrive les mains vides.

ELLE : – Certainement pas. Arriver les mains vides est malpoli.

Fin de la conversation. Le reste n’a pas d’importance. Je m’arrête là car à ce moment j’ai soupiré… Longuement soupiré… Pourquoi faut-il toujours que les gens se sentent obligés d’acheter et de ramener quelque chose ?

Des objets, des objets, toujours des objets !…

Que ce soit de la nourriture ou des objets de décoration, pourquoi nous faut-il toujours consommer ?

Et pourquoi faut-il aussi que l’on ne m’écoute pas quand je dis « arrivez les mains vides » ?…

Cela me fatigue. Cette soit-disant politesse qui part du principe que la personne en face nous dit « non n’apporte rien » tout en pensant « oui, cela me ferait tellement plaisir que tu apportes quelque chose mais soyons fous, fais-moi une surprise ! »…

A mes yeux, c’est idiot. Si j’ai besoin qu’on me ramène du pain, un dessert ou je ne sais quoi, je le dis. J’attends qu’on me propose d’apporter quelque chose mais je le dis. Surtout à des amis proches comme cette amie.

A quoi rime ce « pas de deux » à grand renfort de phrases sans sens ?

Quand je dis « Arrivez les mains vides », c’est parce que je n’ai pas la place de supporter un énième pot de confiture, bouteille de vin, sachet de thé/tisane… Je n’ai physiquement pas la place, et mentalement encore moins.

M’entourer d’objets, surtout des objets que je n’ai pas choisis personnellement, m’agresse.

Même si ce n’est que transitoire. Et encore, vous ne savez pas combien d’années il me faut pour venir à bout d’une bouteille de vin ou d’un pot de confiture ! (rires).

Alors par pitié, quand je dis « Arrivez les mains vides », soyez gentils et obéissez à cette injonction.

Dans mon entourage, je ne connais qu’un ami qui offre toujours comme cadeau du temps : emmener un enfant au musée, lui offrir un concert de piano, etc. C’est lui qui a raison : offrir du temps, offrir de notre temps, c’est ce que nous avons de plus précieux. :-)

En attendant que nous prenions tous exemple sur lui, combien de temps allons-nous encore supporter de recevoir des objets non attendus ?

Pour en revenir à mon amie, elle est arrivée avec quelque chose à manger… que je n’aimais pas et qui n’allait pas avec le reste du dîner alors elle est repartie avec… ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Rien, c’est rien

Konmari : deux semaines après

Se simplifier la vie : Dominique Loreau

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 janvier 2019

La fleur de gratitude

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 47 min

Il y a quelques semaines, dans la période précédant la fête de Noël, je trouvais un colis devant ma porte…

J’étais un peu surprise, car je n’attendais rien, et je vérifiais attentivement le destinataire…

Ce n’était pas moi.

Ni mon conjoint d’ailleurs.

Un nom d’une femme inconnue… à une adresse inconnue…

En tous cas, clairement pas là. Par chance pour elle, il y avait le numéro de téléphone portable de cette dame sur l’étiquette. Je lui ai donc passé en coup de fil, supposant qu’en cette période d’échanges de cadeaux, elle avait peut-être besoin de récupérer ce colis rapidement afin de pouvoir l’offrir le 24 au soir ou le 25 à la personne à qui elle comptait le destiner.

Et en effet, elle était ravie de mettre la main sur son colis. Elle avait passé la journée à « pister » son colis que le livreur lui avait dit avoir livré. Mais où ?

Étant dans l’incapacité d’aller à sa rencontre, je lui donnais donc rendez-vous chez moi le soir-même. Elle arrivait… avec un bulbe de fleurs en cadeau. Ce qui est d’autant plus gentil que je n’attendais rien.

J’avais reçu un colis qui n’était pas pour moi, j’avais pu retrouver facilement le destinataire, je rendais le colis, rien d’extraordinaire. Mais cette dame était vraiment contente d’avoir retrouvé son colis (que je n’avais pas ouvert, j’ignore ce qu’il contenait) et elle avait voulu exprimer sa reconnaissance par un petit geste : une fleur.

Son geste m’a touchée et je lui ai répété plusieurs fois.

Ensuite, j’ai déposé le pot sur le rebord d’une fenêtre et j’ai vaqué à mes occupations, l’arrosant de temps à autre comme je le fais pour mes autres plantes.

De temps à autre, mes yeux tombaient sur cette fleur et me rappelait cette anecdote, m’apportant un sourire. C’était plutôt une jolie histoire…

Or, dernièrement, j’ai eu la surprise de constater qu’au lieu du bulbe beige s’était formée une jolie jacinthe rose. Aussi, à chaque fois que mes yeux se posent sur cette zone, je ressens la joie d’apprécier quelque chose de joli, et je me rappelle que le monde est beau, du moins qu’il y a des personnes gentilles et agréables qui savent exprimer leur gratitude pour un peu qu’on leur montre également un peu de gentillesse.

Étant plutôt inculte en botanique, j’ignorais jusqu’à peu le nom de cette fleur que j’avais d’ailleurs surnommée « la fleur de gratitude »… :-)

Et je trouve cela plutôt sympa : offrir une « fleur en devenir » pour remercier d’un geste, d’une attention.

Moins cher qu’un bouquet de fleurs et également plus « durable »…

Si par hasard la dame au colis se retrouvait parmi mes lecteurs, qu’elle sache que je la remercie… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La pierre de gratitude

Gratitudes

Konmari, la gratitude et la confiance en soi

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 août 2018

Benoît, enfant de race

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 27 min

Je sors de la voiture pour rencontrer ces gens que je ne connais pas et qui m’ont invitée à partager leur repas. Dehors, un enfant joue, qui s’approche de moi et me tend la main : « Bonjour Madame, je suis Benoît ».

Je lui serre la main, amusée.

Benoît n’a pas 10 ans et je m’imagine qu’il joue. Qu’il joue à faire semblant, qu’il joue à être un adulte, un « monsieur » bien comme il faut, qui serre la main pour dire bonjour et se délecte d’une courtoisie exquise. Et de fait, Benoît nous accompagne au salon et se tient assis droit comme un « i » sur sa chaise, silencieux, attentif à nos conversations d’adultes auxquelles il ne participe pas.

Pour un peu, je le comparerais bien à un chien de salon, digne et posé. Mais non, ce n’est pas un chien de salon, ce n’est qu’un enfant et je découvre bientôt qu’il ne joue pas. Non, Benoît a été éduqué comme cela. Il ne parle que quand on l’interroge, évoque sa famille en parlant de « la lignée maternelle et la lignée paternelle », il a des discours d’adulte malgré son corps d’enfant.

Benoît me met mal à l’aise, car je ne le sens pas heureux, pas naturel.

Cette façon d’être étriquée et convenue, elle lui a été enseignée. Benoît est un « enfant de race ».

Mes interlocuteurs d’ailleurs ne tarissent pas d’éloges à son égard, devant lui et sans s’adresser à lui mais à moi. J’ai presque l’impression qu’on me fait l’article comme sur un marché aux esclaves. Pourtant Benoît n’est pas à vendre. Benoît est là pour servir de faire valoir, comme certaines femmes auprès de leur mari ou amant. Attitude qui, dans les deux cas, me révolte : ni les femmes ni les enfants ne sont des objets dont on peut se gausser de « posséder ».

Bref, le déjeuner a lieu, Benoît me met toujours autant mal à l’aise, coincé dans ce repas qui s’éternise, muet, si bien élevé qu’il n’ose pas réclamer un peu plus de fromage ou bien la permission de sortir de table. Les adultes me dérangent un peu aussi, à faire passer cet enfant après tout le monde, comme une quantité négligeable, comme s’il n’était pas là. Alors je redouble d’attention, de gentillesse, et je le couve un peu.

Et quand nous nous séparerons, une fois le café avalé, je ne lui laisserai pas le loisir de me tendre la main mais lui ferai un léger bisou sur la joue. Histoire d’offrir à cet enfant tendu un peu de… tendresse.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Ce que pensent les autres

Ceux qui ne me ressemblent pas

Un enfant particulier

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...10
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe