Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

26 avril 2013

Faire le vide dans son carnet d’adresse…

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 10 h 37 min

J’ai créé ce blog pour vous donner des pistes pour être heureux. Idéalement, j’aimerais que tout le monde soit aussi heureux que je le suis. Je pense que la planète s’en sortirait mieux.

Je m’aperçois cependant que je parle souvent de sujets autour du bonheur : du couple, de la communication, de petites choses de la vie… mais je n’arrive pas à « saisir » le point essentiel qui m’a fait basculée soudain de la catégorie « Malheureuse » à « Extrêmement heureuse »…

Oui, je suis sûre qu’une bonne santé, des amis fantastiques, une famille extra, un boulot que j’aime, tout cela doit participer… mais n’est-ce pas plutôt l’inverse ? Le fait que je me sois battue pour « devenir heureuse » qui filtre ma vision et qui me laisse à penser que « j’ai de la chance » au lieu de râler et de me plaindre ?…

Je ne sais…

Je pense que tous les livres de développement personnel que j’ai lus pendant des années m’ont énormément aidée et c’est en partie l’origine de ce blog : partager avec vous mes meilleures découvertes, tous ces trucs ou ces théories qui « font avancer ».

Mais en y réfléchissant bien, un autre point essentiel a beaucoup contribué à mon bien-être émotionnel : j’ai décidé il y a longtemps de faire le vide dans mon carnet d’adresses.

Entendons-nous : je n’ai pas décidé tout d’un coup de supprimer 10% de mes connaissances. Mais j’ai pris la décision de m’éloigner des personnes négatives, destructrices, désagréables.

En gros, je n’ai qu’une vie, et je n’ai pas de temps à perdre avec les personnes qui m’enfoncent ou dont l’attitude est méprisante.

Quelque soit notre lien de parenté ou d’amitié, quelque soit le nombre des années que nous nous connaissons, je n’ai plus aucune pitié. J’ai cessé les jérémiades de mon adolescence : « Oui, elle est odieuse avec moi, mais je suis o-bli-gée de la supporter : c’est ma sœur/ cousine / mère / grand-mère… »

Non. Vous n’êtes obligés de supporter personne.

(Note pour les personnes mineures qui liraient ces lignes : si, pour vous, désolée, il va falloir attendre votre indépendance financière pour vivre en toute autonomie).

Mais pour les autres : vous êtes libre de choisir avec qui vous voulez traîner. Bon, j’espère que vous aurez le bon goût de choisir des personnes qui vous feront du bien… ;-)

Je considère que je ne suis pas obligée de subir les attitudes désagréables ou méprisantes de mon entourage sous prétexte qu’ils sont de ma famille ou que nous nous connaissons depuis la maternelle…

Alors faites passer le message autour de vous : vous vous respectez et attendez que les personnes autour de vous en fassent de même. :-)

Et puis c’est aussi une grande théorie : si vous tenez tête aux personnes qui cherchent à vous écraser, elles vous respectent plus. C’est ainsi.

Essayez, vous verrez combien on se sent bien et combien on s’y habitue vite : on a plus de temps pour voir les personnes qui sont agréables et positives, plus de temps pour soi aussi.

Que du bonheur !!! :-)

Amicalement,

Joy

31 mars 2013

Enfin, les femmes mûrissent !

Classé dans : Entre nous,Les grands principes — joy369 @ 12 h 40 min

Rien de tel qu’un titre provocateur pour susciter la curiosité !… (rires)
Oui, je suis une femme et oui, je le dis sans ambages : la plupart des femmes ont besoin de mûrir et je suis heureuse de constater qu’elles le font peu à peu.
En quoi ? Tout simplement en devenant un peu plus indépendantes.
Ce n’est pas vraiment leur faute, elles ont été éduquées ainsi, et malheureusement, encore aujourd’hui. « La jolie princesse est enfermée dans un donjon et attend que le prince vienne la sauver. » Elle attend. Elle n’agit pas, elle attend. Et c’est le prince qui est actif. Et c’est encore le genre de message que nos enfants apprennent aujourd’hui. Sauf quelques rares exceptions, merci Shrek, où la princesse se bouge un peu pour se sauver elle-même…
Même les livres de lecture étaient (sont ?) dans ce sens : « Daniel joue au ballon. Valérie le regarde. » Ben oui, pensez donc ! Valérie ne va quand même pas jouer au ballon !… Des fois qu’on lui donnerait envie de s’activer et de sortir de son rôle de passive !… Surtout, que n’oubliez pas : « Une fille ne court pas. » (phrase que j’ai entendue hélas il y a 1 an ou 2 par une femme qui admonestait sa petite fille de 3 ans, je suis triste pour cette dernière…).
« Une fille ne court pas » à rapprocher à tous les « Une fille ne se met pas en colère » et aussi « un garçon ne pleure pas. » car n’oublions pas aussi que les garçons sont bridés dans cette course à la différenciation des sexes, pas dans la même manière, mais ils sont bridés également.

Revenons à ma bonne nouvelle : en quoi les femmes mûrissent ?
Les femmes mûrissent car elles sont de plus en plus nombreuses à préférer vivre seule plutôt que d’accepter un compagnon de vie qui les transforme en esclaves. Non, les femmes ne sont pas nées pour cuisiner pour autrui. Elles peuvent aimer cuisiner tout comme des hommes aiment cuisiner. Mais ce n’est pas leur « rôle » de cuisiner pour autrui. Non, les femmes ne sont pas nées pour ramasser le linge sale derrière leur compagnon et pour faire la lessive, les courses, le repassage (quelle idée, il y a encore des personnes qui repassent aujourd’hui ?), etc. Et je sais, messieurs qui me lisez, que certains d’entre vous êtes aussi parfois les esclaves de vos femmes et sachez que vous n’êtes pas concernés par cet article. Enfin, si, mais dans le rôle de l’esclave alors, et je vous supplie de vous libérer tout comme je supplie les femmes de se libérer de leur carcan.

Donc les femmes mûrissent. En effet, j’entends plus souvent « Je n’accepterai pas qu’il me traite ainsi, je préfère qu’on se sépare. » plutôt que « Je serai son esclave mais surtout, qu’il-ne-me-quitte-pas ! ». Et je suis fière, extrêmement fière de ces femmes qui osent relever la tête et se regarder dans le miroir pour voir une femme libre. Et je suis fière aussi de voir des films comme « Les amants passagers » d’Almodovar où on peut voir une femme très amoureuse qui décide de tourner le dos à l’objet de son amour plutôt que de risquer la folie tellement cet amant ment et trompe son entourage.

La société change, les femmes mûrissent. Elles deviennent de plus en plus indépendantes sentimentalement et c’est très bien. L’Histoire du monde l’a prouvé à maintes reprises : les sociétés les plus florissantes sont celles où les femmes sont les plus libres.

Et chacune de nous peut faire un pas dans ce sens. Quotidiennement.
Ah, et je n’explique même pas le lien entre cet article et le bonheur tellement c’est une évidence : sans liberté, nul bonheur. ;-)

Amicalement,
Joy

1...1516171819
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe