Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

15 septembre 2017

Farces et attrapes

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 37 min

Je passe devant un magasin de Farces et Attrapes et mon cerveau enregistre en passant des masques accrochés en devanture : des masques très réalistes d’hommes et de femmes politiques. Je ne m’arrête pas mais je distingue en passant le visage du Président de la République Française actuel, ceux des États-Unis, précédent et actuel.

Un pré-adolescent derrière moi contemple probablement la vitrine car je l’entends rire d’un rire gras et dire à l’adulte qui l’accompagne « Oh ! Regarde ! Moi je veux celui de Trump ! »…

Je suis déjà loin car je marche vite, mais mes réflexions s’arrêtent sur cette boutique de Farces et Attrapes…

Première réflexion : quelle chance ai-je déjà de vivre dans un pays assez riche où il y  suffisamment de personnes assez à l’abri du besoin pour se permettre d’acheter ces objets inutiles qui fourmillent dans les Farces et Attrapes !… Loin de moi l’idée de critiquer ces boutiques, au contraire ! Je trouve cela merveilleux qu’on puisse n’avoir tellement besoin de rien d’essentiel qu’on puisse s’offrir des pétards, déguisements et autres éléments… Bon, j’avoue, mon côté « on n’a qu’une seule planète » tique un peu, mais par exemple je suis totalement pour les locations de déguisements. A quoi ressemblerait le merveilleux carnaval de Dunkerque sans tous ces déguisements ? :-)

Deuxième réflexion : c’est amusant de constater que le choix de ce pré-adolescent porte sur l’actuel Président de la République de États-Unis d’Amérique. Après tout, ce n’est pas un personnage local, contrairement à notre Président, et ce n’est probablement pas le pire « méchant » de la planète. Il y en a bien d’autres qui sont mieux placés, ceux qui martyrisent leurs peuples, ou une partie de leur peuple, ceux qui menacent la Terre entière d’attaque nucléaire… A croire que dans la catégorie des « méchants » (je rappelle que les masques, traditionnellement, représentent plutôt des personnages négatifs comme des sorcières, des monstres…), M.Trump a plus de charisme que bien d’autres chefs d’Etat… Un peu comme Dark Vador, qui éclipse les autres personnages de Star Wars bien qu’il soit lui le méchant, tout simplement parce qu’il a plus de charisme que les autres.

Troisième et dernière raison : quelle chance merveilleuse ai-je de vivre dans un pays libre !… Ailleurs, peut-être, les Chefs d’États sont représentés dans un beau cadre doré, et dans certains pays les écoliers s’inclinent devant en passant. Ici, nous avons le droit de rire et de critiquer, et nos magasins de Farces et Attrapes peuvent vendre leurs portraits sous forme de masques !…

Un masque pour faire rire, un masque pour faire peur…

J’aime cette liberté d’expression et je pense qu’elle apporte beaucoup à mon bonheur…

(Bon, je n’ai pas acheté de masque pour autant !) (rires)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Fournisseur de rires : les séries TV

Haroun !

Bonnes et heureuses décisions !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

23 avril 2017

Voter, c’est décider

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 00 min

Aujourd’hui, c’est jour de vote dans mon pays.

Comme je ne souhaite pas que ce blog parle de politique, vous ne trouverez pas dans cet article de conseils pour qui voter.

Chacun est libre et vote pour qui il veut.

Par contre, je veux souligner le fait que, dans la vie d’un(e) citoyen(ne), rares sont les moments où il est possible de décider. Souvent, et c’est dommage, les lois, les décrets, les traités, tout se passe sans qu’on n’ait réellement notre mot à dire.

Mais, lors des élections, il nous est enfin donné l’occasion de nous manifester en votant.

Bien sûr, ce n’est pas notre voix seule qui changera la donne, mais une voix plus une voix plus une voix…

Qui sait si ce n’est pas notre voix qui fait tout basculer ? ;-)

Et même si notre candidat(e) ne gagne pas, donner sa voix à quelqu’un permet de le ou la rendre « visible », et d’indiquer au gagnant ou à la gagnante les tendances qui plaisent au peuple.

Voter, c’est donc décider. C’est décider quel est l’avenir que l’on souhaite pour un pays, pour le monde parfois puisqu’une élection dans un pays influent a souvent des conséquences partout dans le monde. A ce sujet, je reste persuadée que ce n’est pas un hasard si le mur de Berlin est tombé l’année du bicentenaire de la Révolution Française, alors que tous les Français arboraient cette année-là du tissu tricolore aux couleurs du drapeau de la France (Bleu, Blanc et Rouge)…

Plus récemment encore, la révolution en Tunisie a fait des émules en Égypte, et probablement dans d’autres pays.

Décider, je le répète assez souvent, c’est une façon simple d’atteindre le bonheur.

Les personnes qui ne savent pas se décider sont souvent plus malheureuses que les autres, elles hésitent, tergiversent, doutent, se font des noeuds au cerveau…

Il n’est pas toujours facile de choisir. Et parfois tentant de ne pas choisir. Mais ne pas choisir, c’est également faire un choix. Rarement le meilleur.

Personnellement, j’aime choisir. Et je vais systématiquement voter.

Dans mon pays, le vote blanc n’étant pas reconnu, je n’ai encore jamais voté ainsi. Tant que ce vote n’est pas reconnu, voter blanc, c’est à dire se déplacer pour voter mais n’indiquer aucun nom de candidat en votant, c’est comme si vous ne vous étiez pas déplacé(e).

C’est donc comptabilisé comme si vous donniez une part égale de votre vote à chacun des candidats à l’élection.

Est-ce réellement ce que vous choisiriez ? De donner équitablement une part de votre vote à chacun ?

Même s’il est parfois délicat de choisir, même si j’ai, moi aussi, peur de me tromper et d’élire la mauvaise personne, il m’est impossible de supporter l’idée de soutenir malgré moi certains candidats, trop éloignés de mes valeurs.

Alors, quoiqu’il arrive, à chaque élection, je vote.

J’y vais parfois un peu à reculons, mais je vote…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Comment combattre le terrorisme ?

Bonnes et heureuses décisions !

Gestion du stress : vivre au jour le jour, tâche après tâche

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

12 septembre 2016

« C’est pas très sympa ! »

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 39 min

Pour raison professionnelle, je me retrouve à arpenter les rues très tôt le matin en direction de la gare.

Le train que je dois prendre démarrera à l’heure à laquelle je me lève d’habitude.

C’est donc un autre univers que je découvre : celui des gens qui se lèvent tôt, très tôt. Beaucoup trop tôt pour moi.

Bien que nous sommes encore en été, il fait encore nuit noire mais les rues sont éclairées par des lampadaires. Je pourrais donc examiner le visage des personnes dont je croise le chemin mais l’expérience m’a appris à ne pas regarder en face, surtout la nuit. Certains hommes confondent encore un simple regard avec de la drague.

Donc je ne regarde pas spécialement, mais quand on me parle, je réponds. Politesse oblige. Mais sans m’arrêter. Surtout que j’ai un train à prendre…

Aussi, quand un homme soudain me dit bonjour, je réponds machinalement bonjour, le regardant vaguement en continuant ma route. Je ne le connais pas. Est-ce quelqu’un de particulièrement jovial qui salue toutes les personnes qu’il croise ? Un fou ? Je pencherais plutôt pour la deuxième solution car il a un air un peu bizarre, marche en boîtant et garde une main vers le haut de son pantalon. (Dans sa poche ?) Je ne sais pas, je ne vérifie pas, je suis déjà loin, je crois qu’il parle encore (à moi ? A d’autres ?) mais je ne fais attention, je ne me suis pas arrêtée, j’ai un train à prendre et, par sécurité, je ne m’arrête pas la nuit pour tailler la bavette avec des inconnus dans les rues quasi-désertes.

Je lui laisse le bénéfice du doute. Peut-être était-il juste jovial. Ce n’est pas parce qu’il boîte qu’il est fou. Un de mes meilleurs amis boîte et marche bizarrement aussi, je ne juge pas les gens là-dessus.

Aussi, quand je m’arrête au premier feu rouge pour les piétons, à plusieurs dizaines de mètres de là, j’ai déjà totalement oublié cette rencontre.

Et quand soudain l’autre personne arrivée après moi au feu rouge dit : « On peut discuter ? », je me retourne surprise pour savoir à qui cette personne s’adresse. (Il y a tant de personnes aujourd’hui qui semblent parler seules mais qui en fait parlent à leur téléphone portable)

Devinez qui je vois ?

Le type d’avant. Sauf que mon cerveau n’a pas encore analysé de qui il s’agit que je réponds déjà machinalement : « Je dois aller travailler ». Remarque anodine qui normalement suffit à faire comprendre que « non, merci, j’ai autre chose à faire ».

Et l’homme me répond « Moi aussi je dois travailler » avec un air de dire « C’est pas grave, on discute quand même » quand mon cerveau analyse deux choses : sa main est toujours positionnée vers le haut de son pantalon et je ne suis pas sûre que ce soit dans sa poche et c’est le même individu que j’ai croisé auparavant : autrement dit, il a fait demi-tour et il m’a suivie.

Et ces deux éléments conjugués m’ont énervée. C’est pourquoi j’ai aussitôt protesté « Mais vous alliez dans l’autre sens ! Vous m’avez suivie ! Ah non, ça c’est pas très sympa ! C’est vraiment pas sympa ! »

Aux premiers reproches, le type s’éloigne déjà, l’air penaud. Il me fait penser à un chien la queue entre les jambes.

Le feu est passé au vert et je traverse de suite, en continuant de râler pour moi-même. Je suis en colère, et aussi surprise de l’expression que j’ai choisie « Pas très sympa »… C’est gentillet. Mais bon. Je me connais, il valait mieux pour lui qu’il s’en aille avant que je m’énerve vraiment…

Sur le chemin de mon train, j’analyse ce qu’il vient de se passer… Cela fait longtemps que je ne me suis pas faite enquiquiner ainsi. Qu’est-ce qui a pu faire croire à ce type que j’étais disposée à quoique ce soit ? Rien dans mon comportement n’a pu l’inciter à croire que je « cherchais » un homme. Alors ?

Alors je ne vois qu’une seule chose : c’était la nuit et j’étais hors de chez moi.

Que dois-je en conclure ? Que les femmes n’ont pas le droit de sortir la nuit parce que quelques mecs débiles s’imaginent qu’une fille la nuit est une fille qui cherche un homme ?

Cette pensée me rend furieuse et par association, je me souviens de la conversation de la veille avec un collègue. Marié à une femme voilée, père de deux fillettes, il m’avait expliqué qu’il voilerait ses filles dès qu’elles seraient en âge d’attirer des hommes. Sa raison ? Parce que les hommes sont attirés par les femmes. Sa conclusion à lui : alors il faut voiler les femmes pour ne plus qu’elles les attirent.

Le parallèle entre les deux situations attise ma colère. En me dirigeant vers mon train matinal, je m’interroge : est-ce que, parce que certains hommes ne savent pas refréner leurs pulsions, la moitié de la population de ce monde devrait vivre cachée ? Repliée dans sa maison ou cachée sous des tissus ?…

Que mon collègue fasse ce qu’il veut avec ses fillettes (et j’espère qu’elles se rebelleront à l’adolescence), mais me concernant, c’est hors de question que quelques dégénérés m’obligent à me calfeutrer chez moi. Si j’ai envie (ou besoin) de sortir la nuit, je sortirai la nuit. Et chaque femme devrait avoir conscience de militer pour la libération de leurs congénères en sortant dehors la nuit.

Donc appel à la population féminine : osez sortir la nuit et rembarrez les pauvres types qui se risqueraient à vous enquiquiner.

Et appel à la population masculine : apprenez enfin à décoder les « Non » féminins, ne soyez pas lourdingues dans votre drague et tenez-vous prêt à protéger les femmes des quelques dégénérés qui les enquiquinent. Ces gens-là salissent votre réputation. Les hommes sont, dans leur grande majorité, merveilleux. Mais il suffit d’un ou deux cinglés pour que certaines femmes se mettent à craindre la moitié de la population mondiale…

Et, je vous le promets, c’est ensemble que nous serons, tous, plus heureux. Pas opposés les uns aux autres.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« Prends les enfants et va-t-en ! »

Viol : vous n’êtes pas seul(e)s

Oser dire « Stop, tu vas trop loin »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 750 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

12345...15
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe