Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

23 avril 2017

Voter, c’est décider

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 00 min

Aujourd’hui, c’est jour de vote dans mon pays.

Comme je ne souhaite pas que ce blog parle de politique, vous ne trouverez pas dans cet article de conseils pour qui voter.

Chacun est libre et vote pour qui il veut.

Par contre, je veux souligner le fait que, dans la vie d’un(e) citoyen(ne), rares sont les moments où il est possible de décider. Souvent, et c’est dommage, les lois, les décrets, les traités, tout se passe sans qu’on n’ait réellement notre mot à dire.

Mais, lors des élections, il nous est enfin donné l’occasion de nous manifester en votant.

Bien sûr, ce n’est pas notre voix seule qui changera la donne, mais une voix plus une voix plus une voix…

Qui sait si ce n’est pas notre voix qui fait tout basculer ? ;-)

Et même si notre candidat(e) ne gagne pas, donner sa voix à quelqu’un permet de le ou la rendre « visible », et d’indiquer au gagnant ou à la gagnante les tendances qui plaisent au peuple.

Voter, c’est donc décider. C’est décider quel est l’avenir que l’on souhaite pour un pays, pour le monde parfois puisqu’une élection dans un pays influent a souvent des conséquences partout dans le monde. A ce sujet, je reste persuadée que ce n’est pas un hasard si le mur de Berlin est tombé l’année du bicentenaire de la Révolution Française, alors que tous les Français arboraient cette année-là du tissu tricolore aux couleurs du drapeau de la France (Bleu, Blanc et Rouge)…

Plus récemment encore, la révolution en Tunisie a fait des émules en Égypte, et probablement dans d’autres pays.

Décider, je le répète assez souvent, c’est une façon simple d’atteindre le bonheur.

Les personnes qui ne savent pas se décider sont souvent plus malheureuses que les autres, elles hésitent, tergiversent, doutent, se font des noeuds au cerveau…

Il n’est pas toujours facile de choisir. Et parfois tentant de ne pas choisir. Mais ne pas choisir, c’est également faire un choix. Rarement le meilleur.

Personnellement, j’aime choisir. Et je vais systématiquement voter.

Dans mon pays, le vote blanc n’étant pas reconnu, je n’ai encore jamais voté ainsi. Tant que ce vote n’est pas reconnu, voter blanc, c’est à dire se déplacer pour voter mais n’indiquer aucun nom de candidat en votant, c’est comme si vous ne vous étiez pas déplacé(e).

C’est donc comptabilisé comme si vous donniez une part égale de votre vote à chacun des candidats à l’élection.

Est-ce réellement ce que vous choisiriez ? De donner équitablement une part de votre vote à chacun ?

Même s’il est parfois délicat de choisir, même si j’ai, moi aussi, peur de me tromper et d’élire la mauvaise personne, il m’est impossible de supporter l’idée de soutenir malgré moi certains candidats, trop éloignés de mes valeurs.

Alors, quoiqu’il arrive, à chaque élection, je vote.

J’y vais parfois un peu à reculons, mais je vote…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Comment combattre le terrorisme ?

Bonnes et heureuses décisions !

Gestion du stress : vivre au jour le jour, tâche après tâche

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

25 avril 2016

Rien, c’est rien

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 03 min

Je m’en veux un peu et je n’aime pas cette sensation.

Ce n’est pas dans mes habitudes de me prendre la tête, et encore moins de culpabiliser, et là ça y ressemble un peu.

Alors je tranche et j’envoie le mail.

Ca y est ! Je suis débarrassée du problème : j’ai annoncé mon intention et je ne reviens jamais sur ce que je dis.

Ce problème qui n’en est pas un me tourne dans la tête depuis ce matin. Ca suffit ! Je trouve le sujet suffisamment pénible comme cela. Toute cette affaire est ridicule. C’est idiot de se mettre ainsi martel en tête.

De quoi s’agit-il ?

D’un cadeau.

D’un cadeau qu’on m’a offert, qui est très beau, qui me plaît beaucoup… mais dont je ne veux pas.

Voilà. Idiot, non?

Mais il y a plein de raisons à mon refus : tout d’abord, je l’avais précisé : je ne voulais rien. Je veux avoir le droit d’organiser des fêtes, de recevoir des amis à la maison, de fêter Noël ou mon anniversaire sans qu’on m’offre quoique ce soit. D’où vient cette habitude idiote de s’offrir des objets en permanence ?

Si je vous invite en précisant « Venez les mains vides », je m’attends à ce que vous veniez… les mains vides. Le contraire est, à mes yeux, offusquant. Comme si ma parole ne vous suffisait pas, comme si j’étais une hypocrite qui disait « oui » tout en pensant « non ».

Mon crédo est simple, non? Je milite pour le bonheur, je fais tout pour moi être heureuse le plus souvent possible (quasiment tout le temps) et j’ai réalisé que la franchise aidait beaucoup au bonheur.

Donc si je dis « Ne m’offrez rien », profitez de votre veine, gardez votre argent ou offrez-le aux personnes qui en ont vraiment besoin (et Dieu sait qu’il y en a) et… ne m’offrez rien !…

C’est si compliqué que cela à comprendre ?…

Je suis fâchée. Oui, fâchée parce que je suis fatiguée, malade, et que je crame les quelques neurones qui me restent à trouver une solution à ce problème.

Comprenons-nous bien : cela m’a fait plaisir qu’on pense à moi, qu’on aie l’intention de m’offrir quelque chose. De plus, le quelque chose est très joli, bien choisi, le concept est intéressant, c’est un bel objet.

Mais c’est ça le hic : c’est un objet.

Et je ne me suis pas tamponnée la lecture de la « Magie du rangement » de Marie Kondo pour avoir à supporter qu’on m’enterre sous les objets non désirés.

Car c’est cela le problème principal : cet objet est vraiment sympa. Mais ce n’est pas mon style. Il n’est pas pratique, ne colle pas avec le reste de mes affaires… et m’a été offert un jour où j’étais particulièrement patraque et pas en forme.

De plus, je sais qu’il coûte beaucoup d’argent et je ne tiens pas à « être en dette » avec les personnes qui me l’ont offert.

De mon côté, j’ai évacué MON souci : j’ai expliqué dans mon mail que ce cadeau me faisait très plaisir mais que je n’en voulais pas. Il est donc mis de côté à leur attention, qu’elles le récupèrent quand elles veulent. Si possible : vite. (rires)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Se désencombrer

L’anecdote des macarons

La libre circulation des cadeaux

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 700 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

20 avril 2016

Un café saupoudré de cannelle

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 30 min

Cela fait des années que le livre de Timothy Ferriss, « la semaine de 4 heures », traîne parmi ma pile de livres « A lire / en cours de lecture »… Je le reprends enfin et je me décide à le finir.

A un moment, l’auteur partage ses découvertes et évoque « une petite tasse de café sans sucre ni lait saupoudré de cannelle »…

Je bois peu de café, je n’aime pas trop ce goût que je cache justement, noyé dans le lait et le sucre, les rares fois où j’en bois. Mais hop ! Je me décide. Direction la cuisine, pour choisir une jolie tasse et me préparer le breuvage.

Verdict : je n’aime toujours pas ce goût.

Mais je suis contente.

Oui, car j’ai essayé quelque chose de nouveau, j’ai bousculé un peu mon quotidien, j’ai tenté une nouvelle boisson.

Je sais que c’est idiot, mais bouleverser un peu le train-train peut faire du bien.

Maintenant, même si je ne compte pas en re-boire de ma vie, au moins je sais quel goût a le café saupoudré de cannelle…

Et cela peut m’ouvrir de nouveaux horizons. Je n’y pense jamais, mais pourquoi ne pas tenter de saupoudrer de cannelle ma boisson chaude préférée ? Pourquoi ne pas tenter autre chose, quelque chose de nouveau ?

Je sais bien que le sujet est anodin. Quelle importance de boire ceci ou cela ?

Mais l’essentiel est ailleurs, l’essentiel, c’est de s’autoriser à changer. Changer de breuvage, changer de vue, changer de paradigmes.

Se laisser aller à ne pas faire comme d’habitude.

Faire autrement.

Tenter des expériences.

Découvrir d’autres façons de penser, de voir et de réfléchir.

Et peut-être aimer cela.

Ou pas, c’est selon.

Mais modifier le quotidien.

Et s’émerveiller d’être en vie et de pouvoir le faire.

Donc, non, je n’aime pas le café à la cannelle, mais je suis contente d’avoir goûté ce breuvage… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les privations intentionnelles

« Easy-going »

Qu’avons-nous fait de notre vie ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 700 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

12345...7
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe