Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

25 janvier 2019

Dire qui je suis

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 44 min

Le mode aléatoire de mon lecteur mp3 tombe sur une vieille chanson de Francis Cabrel, pas la plus connue : « Rosie ». Album « Sarbacane » de mémoire.

Il y a longtemps que je ne l’ai pas écoutée ; cela me fait plaisir de l’entendre à nouveau.

En écoutant les paroles, je me rappelle combien une phrase de cette chanson m’avait marquée à l’époque. D’ailleurs, je me dis que cette phrase a peut-être un peu façonné ma façon d’être et participe peut-être  ce bonheur quasi permanent que je ressens, cette plénitude, ce bien-être général que j’imagine commun mais qui, quand j’interroge les gens, semble si peu partagé.

La phrase, la voici :

« Il ne faut pas dire à qui je ressemble mais il faut dire qui je suis »

L’histoire de la chanson, c’est un mixeur de son pour un groupe de musique qui parle, et qui raconte sa rencontre avec « Rosie », une groupie qui attendait le groupe bien avant son arrivée pour le concert. Subjugué par sa beauté, le mixeur l’a laissée passer pour qu’elle puisse assister au concert. Il fantasmait sur elle et lui… mais à la fin du concert elle est partie avec le batteur du groupe.

Très classique. Mais la phrase est tellement vraie. Et j’en rencontre tellement, des personnes qui se jugent d’après leur entourage : « Je suis femme de docteur » « Ma fille fait des études de… ».

J’ai toujours envie de répondre « Magnifique… Et toi/vous? » Car ce qui m’intéresse, c’est la personne que j’ai en face de moi, pas son entourage. C’est elle que j’ai envie de connaître, c’est elle avec qui j’ai envie de créer un lien. Pas ses cousins, voisins ou autres. Pas son entourage, elle.

Et c’est vrai que j’ai essayé toute ma vie de dire qui j’étais moi et j’essaie d’éviter de me cacher derrière le succès de ceux qui m’entourent. Mieux : on peut essayer de deviner à travers ce qui nous fascine ce que nous pourrions améliorer en nous. Si les capacités en dessin d’Untel me plaisent, pourquoi ne pas m’inscrire à un cours de dessin ?… Si le domaine du crochet/tunning/pêche aux moules nous fascinent, pourquoi ne pas nous lancer ?

Le but est de se réaliser soi. Et qu’importe ce que vous aimez, vous serez toujours passionnant quand vous êtes passionné. Toujours.

Mais il faut avoir le courage d’oser dire qui on est, soi.

Même si on a parfois un peu peur du jugement de l’autre. (dit la femme qui aime Francis Cabrel, mais aussi ACDC, Annie Cordy, Bourvil, Adele, Within Temptation, etc.) ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le vilain petit canard…

Le jardin imparfait de Montaigne

« Queen » sans fausse note

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

5 juillet 2018

Voyager rend heureux

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 35 min

Voici un joli article pour débuter cette période de vacances :

https://www.comment-economiser.fr/pourquoi-voyageurs-reussissent-dans-la-vie.html

C’est via Pinterest que je suis tombée sur cette article, et moi qui adore voyager, je l’ai trouvé très pertinent. Je recopie juste ici les 15 points précisés, mais lisez l’article, il est digne d’intérêt et bien écrit. :-)

Les voyageurs réussissent mieux dans la vie que les personnes qui ne voyagent pas car :

  1. Ils savent vivre en dehors de leur zone de confort.
  2. Ils n’ont pas peur des changements et savent en tirer profit.
  3. Ils savent mieux gérer leurs émotions.
  4. Ils arrivent à faire confiance aux autres et n’ont pas besoin de tout contrôler.
  5. Ils savent gérer la peur et la dépasser.
  6. Il savent identifier et saisir les opportunités.
  7. Ils savent comment négocier pour obtenir ce qu’ils veulent.
  8. Ils voient de la beauté là où d’autres ne la voient pas.
  9. Ils ont confiance en eux ou savent faire semblant lorsqu’ils sont vulnérables.
  10. Ils comprennent mieux les différences entre les gens et sont plus tolérants.
  11. Ils savent vivre dans le présent.
  12. Ils sourient davantage et se sentent heureux plus souvent.
  13. Ils savent écouter les autres personnes.
  14. Ils jugent moins les autres et savent se mettre à la place des autres.
  15. Ils ne sont pas riches mais savent comment économiser et dépenser raisonnablement.

Le point 12 attire particulièrement mon attention : l’article dit que de nombreuses études ont prouvé que voyager rend heureux. Car les voyageurs sont heureux de découvrir de nouveaux endroits, de nouveaux paysages, de nouveaux visages, de nouvelles saveurs.

Alors c’est la période des vacances pour beaucoup, la période où l’on est plus libre de bouger comme on le souhaite. Alors pourquoi ne pas en profiter ? Voyagez ! Explorez ! Et si vos moyens financiers ne vous permettent pas de voyager loin, allez à la bibliothèque et empruntez des livres de voyages ! ;-)

Ou découvrez des coins cachés de votre région, mais ouvrez-vous à de nouvelles aventures !

C’est pour votre propre bonheur !… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les voyageurs septuagénaires

Changez d’horizon !

S’ouvrir au monde pour son propre bien

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 juin 2018

Aux armes citoyennes !

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 28 min

L’égalité homme-femme est un enjeu pour de nombreux pays européens, dont la France.

Mais bizarrement, c’est pourtant les femmes qui vont très durement pâtir de l’abandon de la pension de réversion, si la loi est votée prochainement.

J’explique pour les étrangers qui liraient ce blog : la France se targue d’être le pays des Droits de l’Hommes (et prière de ne pas regarder le peu de migrants que nous accueillons (et dans quelles mauvaises conditions !)…

Or, pendant de très nombreuses décennies, et cela perdure encore un peu aujourd’hui, les femmes, parfois à la demande de leurs maris, sont restées à la maison (on parle de « femmes au foyer ») pour s’occuper des enfants communs, des courses, de la lessive, du ménage et de toute l’intendance de la famille. Boulot à plein temps, sans vacances ni week-ends, et surtout sans salaire.

C’est donc très souvent monsieur (même si des hommes au foyer existent, ce n’est qu’une infime minorité) qui gagnait à lui seul l’argent du couple.

Or, en France, une partie de ce salaire alimente une « caisse de retraite » qui permet de recevoir, l’âge de la retraite arrivé, une pension. C’est à dire un salaire de substitution. Bien entendu, le montant de la pension est bien souvent inférieur au salaire que touchait le travailleur quand il était « actif ». La femme au foyer, elle, ne touche aucun salaire pour son travail, et donc aucune pension non plus une fois l’âge de la retraite arrivé. Elle ne vit donc que sur la pension que Monsieur reçoit.

Mais dès qu’il meurt, il ne touche plus cette pension. Or, les hommes meurent statistiquement bien plus tôt que les dames…

Et c’est là qu’entre en scène la « pension de réversion »…

Jusqu’alors, une pension dite « de réversion » était alors versée à la veuve. Pension plafonnée et sous vérification que Madame ne dispose pas de ressources propres.

Mais si cette pension de réversion disparaît, ces femmes, qui se seront sacrifiées des années durant pour élever une famille (et on sait l’importance de l’éducation pour éviter vandalisme et brigandage), ces femmes n’auront plus rien. Plus aucune ressource financière. Elles seront donc condamnées à mendier, auprès de leurs enfants s’ils sont encore vivants (les drames existent), ou bien dans la rue.

Et c’est vrai que les grandes villes françaises regorgent déjà de SDF (Sans Domicile Fixe), mais c’est vrai qu’il y a plus souvent des SDF hommes que de SDF femmes… Avec l’abandon de la pension de réversion, la tendance pourrait s’inverser. De nombreuses femmes âgées pourraient se retrouver dans la rue, démunies, sans aucune ressource financière…

Finalement, c’est peut-être cela, l’égalité homme-femmes recherchée par l’État ? Encore plus de femmes en situation de détresse ?…

Conclusion : « Aux armes, citoyennes ! »

Amicalement,

Joy

PS : j’ai conscience que cet article est déprimant. Mais n’oubliez pas que pour ne pas déprimer il faut agir. Alors si vous voulez agir, faîtes passer le message. Partagez cet article, retweetez, manifestez si vous êtes manifestant dans l’âme, bougez… ;-)

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Pourquoi j’ai marché aujourd’hui

Viva Mafalda !

Le féminisme libère les hommes

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...8
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe