Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

25 octobre 2019

De l’utilité de la souffrance

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 59 min

Je ne sais pas vous, mais moi je n’aime pas souffrir.

Mais il semblerait que c’est inévitable. Que ce soit de la souffrance physique, quand on se blesse ou quand on est malade, ou bien de la souffrance morale, peut-être la pire car insidieuse, invisible, celle qui nous prend suite à une rupture sentimentale, un décès, un drame…

Je viens de finir la très belle BD « Ce n’est pas toi que j’attendais » de Fabien Toulmé. On m’en avait déjà parlée avant que je la lise. Une BD super qui traite de la naissance d’un bébé trisomique. Vraiment très bien.

A travers l’histoire vraie de ce père qui se raconte, on ressent bien la souffrance du début, quand on lui annonce le verdict médical… Et on craque comme lui sur les photos de son si joli souriant bébé… :-)

Et, comme il le dit lui-même, cette naissance l’a fait évolué. Lui qui avait un rejet des handicapés, il a appris à les connaître, à les apprécier…

Cette souffrance n’aura pas été vaine puisqu’elle l’aura rendu plus humain.

Attention ! Je ne dis pas qu’il faut faire exprès de souffrir non plus, nous ne sommes pas masochistes !… Mais juste que, quitte à souffrir, autant sublimer cette souffrance pour soulager celle des autres. C’est ce qu’a parfaitement réussi Fabien Toulmé en dessinant avec justesse et tendresse son histoire de paternité différente. Se raconter pour aider les autres dans le même cas à affronter leur propre histoire… Et pour accroître l’empathie de ceux qui ne sont pas concernés directement.

Dans un autre ordre d’idées, je repense à deux hommes croisés dans le monde professionnel. Je ne sais pas trop quelle est leur histoire personnelle. Je crois que le premier avait une fille mourante, j’ignore même si le deuxième avait vécu un drame ou non, mais leur humanité, leur gentillesse envers leurs prochains, tout cela faisait que je les appréciais et je n’étais pas la seule.

Ils étaient profondément humains.

D’excellents professionnels, certes, mais humains. Cela peut sembler étrange que j’oppose ces deux adjectifs, mais malheureusement souvent on a tendance à croire qu’au nom de l’Entreprise, il faut sacrifier notre part d’Humanité.

Mais c’est faux. Il ne faut jamais oublier sa part d’humanité. Et c’est peut-être à cela que sert la Souffrance : à l’exacerber. A nous former à la sublimer pour qu’elle ne soit pas… inutile…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Si je devais décrire le Paradis…

NDE : apprendre à pardonner

Le chemin du bonheur (selon le Dalaï Lama)

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 juin 2019

Le cycle de la bienveillance

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 30 min

Je passe près d’un bâtiment qui abrite des bureaux et j’entends un cadre parler à un autre. Visiblement, il était en train de critiquer un 3e larron (dans son dos, ouh là ! Et les accord toltèques alors ? La parole impeccable ? (rires)). Il prononce donc cette phrase :

« Et puis il n’est pas bienveillant »…

J’adore !… Il y a encore quelques années, le bienveillance n’était pas au programme. Quiconque était gentil s’apparentait à l’idiot du village. Il fallait montrer les dents et ne surtout pas paraître « faible »…

Aujourd’hui, par chance, on revient à quelque chose de plus sain : celui qui est réellement fort, c’est celui qui ose être gentil.

Ce devient la qualité à la mode, et j’avoue que j’en suis fort aise. :-)

Je l’ai déjà dit sur ce blog fréquemment. Personnellement, je fonctionne à l’affectif. Soyez odieux avec moi et vous n’obtiendrez rien. Soyez gentil et je me mettrais en quatre pour vous.

J’ai d’ailleurs une anecdote sur ce thème…

Dernièrement, je devais apporter mon expertise à des clients mais le temps de planifier le rendez-vous, j’avais la vilaine impression que mes clients avaient acquis cette expertise par leurs propres moyens et que ma venue ne servait à rien. Je suis donc allée à leur rencontre, mais « la boule au ventre » car je me demandais ce que j’allais bien pouvoir leur apporter.

Et de fait, ils avaient eu le temps de développer leurs compétences sur mon domaine et je ne leur servais plus à grand chose…

J’avais donc très peur qu’ils aient un comportement odieux avec moi (« Vous ne nous apportez rien ! ») mais à ma grande surprise, ils se sont montré d’une gentillesse exquise. Ils étaient juste dans la bienveillance. Moi qui m’attendais à des claques, j’ai été agréablement surprise de voir combien ils étaient intelligents, émotionnellement intelligents. Le rendez-vous était pris avec du retard, je n’y étais pour rien, et ils ne me faisaient pas porter le chapeau.

Résultat : je me suis démenée pour voir ce que je pouvais leur apporter, même si cela n’avait pas de rapport avec le sujet pour lequel j’avais été commanditée. J’ai réellement « donné plus » pour leur satisfaction. Parce qu’ils étaient gentils et que j’étais reconnaissante de leur gentillesse.

Ce n’est pas sûr du tout que j’aurais fait la même chose s’ils avaient été odieux. (Je sais même que non, j’en ai déjà fait l’expérience ! (rires)).

Comme quoi la gentillesse paie toujours.

Je me suis même interrogée si certains de ces clients n’étaient pas des lecteurs fidèles de ce blog. Peut-être est-ce un cycle vertueux ? Peut-être mes mots dans mon millier d’articles a su les influencer pour qu’ils soient juste bienveillants, et que sans le savoir, c’est avec moi, l’auteur de ces articles, qu’ils ont été adorables ? Et que par retour de bienveillance, je leur ai apporté un « supplément » juste parce qu’ils étaient foncièrement gentils ?

Allez savoir !… :-)

Mais cette idée de cycle de la bienveillance me plaît beaucoup. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La bienveillance à l’école

Quelques paroles sympathiques

L’Âge de la bienveillance ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 octobre 2018

Prédisposition au bonheur : le signe n°6

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 13 h 34 min

Il y a fort longtemps maintenant, j’avais trouvé un article sur Internet parlant des prédispositions au bonheur. Et au fur et à mesure, j’avais écrit un article sur chacune de ces prédispositions… et je m’étais arrêtée à la 5e…

Voici donc la n°6 : « Vous entretenez de bonnes relations (et pas seulement avec votre partenaire) »…

Évidemment, je suis entièrement d’accord avec cela.

Pour être heureux, c’est plus facile quand on s’entend bien avec un peu tout le monde. Que ce soit des collègues, des voisins, des amis, des connaissances ou bien tout simplement une certaine facilité à se connecter avec de parfaits inconnus.

Chose amusante, il y a peu j’observais justement le comportement d’un monsieur que j’ai croisé plusieurs fois. Conjoint d’une collègue, il ne rencontre les partenaires de travail de son épouse que lors de rares événements où les conjoints et conjointes sont bienvenus.

Ce jour-là, c’était justement le cas…

Plutôt timide, mon conjoint se tenait un peu à part et je le devinais mal à l’aise, un peu perdu au milieu de tant de quasi-inconnus. Et puis ce Monsieur dont je parle est arrivé. Et il était fascinant de le regarder agir. Car, très naturellement, il est allé voir mon conjoint, lui a parlé, très gentiment, comme pour le mettre à l’aise, et a ensuite accueilli de la même manière tous les nouveaux arrivants.

L’hôte parfait.

Sauf qu’il ne recevait pas chez lui, mais qu’importe. Il accueillait malgré tout chaque personne avec gentillesse et bonne humeur.

Bien entendu, je ne le connais pas suffisamment pour savoir si son attitude était naturelle ou si cela lui coûtait un effort. Ni si ce Monsieur est heureux au quotidien.

Mais à mes yeux, il illustre parfaitement « la personne qui entretient de bonnes relations avec tout le monde, y compris sa partenaire de vie ». Pour moi, c’est un modèle. Drôle, amusant, gentil, jamais de « piques » pour amuser la galerie. Il amuse, certes, mais avec bonhommie.

Il se fait aimer naturellement. Sans superficialité, sans comédie. Son accoutrement (car pour le désigner physiquement, seul ce mot convient) indique la personne qui ne se soucie pas de ce que les autres pensent d’elle. Mais qu’importe, parce que ce Monsieur se fait aimer, juste par sa bienveillance, sa gentillesse, sa gaieté sans filtre.

Il est authentique. Du moins il semble authentique. :-)

En ce sens, à mes yeux, il reste un modèle. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Prédisposition au bonheur : le signe n°5

Prédisposition au bonheur : le signe n°4

Bonheur, joie et rires

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...23
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe