Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

20 juin 2020

Les petites phrases d’amitié qui font du bien

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 42 min

Réunion à distance avec webcam, période de pandémie oblige.

La beauté d’une de mes collègues me surprend. Non pas que la dite collègue soit laide d’habitude, pas du tout, mais au contraire parce que je sais, pour avoir discuter avec elle, que son âge lui pèse et qu’elle ne pense pas être belle. Pourtant elle l’est, et sacrément.

Mais forcément, ce n’est pas l’objet de la réunion alors je me tais.

Par chance, nous sommes les dernières à nous déconnecter de la réunion virtuelle aussi je me retrouve seule avec elle. Virtuellement seule. ;-)

J’en profite alors pour lui en toucher deux mots. Elle sait, car je ne laisse aucune place au doute, que ce n’est pas un plan drague de ma part, que je n’attends rien d’elle, mais je le lui dis : je la trouve belle. Vraiment très belle. C’est tout.

Pourtant elle ne rentrerait pas dans les critères de beauté des mannequins des défilés. Elle ne fait pas penser à un rescapé de camp de concentration, au contraire, elle est plutôt bien en chair. Pas grosse non plus mais pas maigre. Bien. Belle.

Elle sourit, mon compliment lui fait plaisir.

Tant mieux.

Je distribue régulièrement ces petits mots, y compris par écrit (sans jamais rien qui puisse laisser croire à du harcèlement, bien entendu). Des mots gentils.

Un petit mail pour remercier une personne et lui indiquer combien cela m’a fait plaisir de travailler avec elle. Un compliment oral (quand nous pouvions voir physiquement les collègues) sur tel élément de sa tenue, ou le choix de son crayon, qu’en sais-je. N’importe quoi mais que des choses sincères.

Si vous comptez faire un compliment qui n’est pas sincère, abstenez-vous.

Je m’abstiens également de complimenter quand je crains de gêner mon interlocuteur. Pourtant c’est fréquent que cela me démange de complimenter les inconnu(e)s dans la rue. La plupart du temps je n’ose pas. Peur qu’ils se braquent, qu’ils s’angoissent inutilement… Il y a tant de gens qui vivent dans la peur !…

Pour les amis proches également, cela m’arrive de leur envoyer un petit mot gentil. Pour leur rappeler qu’ils sont extraordinaires à mes yeux et que je suis heureuse de les connaître et de passer du temps avec eux.

Cela ne me coûte pas grand chose, une attention, un peu de temps, un « arrêt sur image » pour me rappeler juste de la chance que j’ai. C’est tout.

C’est trois fois rien.

Pourtant cela peut faire vraiment du bien.

Alors je ne m’en prive pas… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Ne parler que du positif

La solidarité et la chaleur

Les « pensées d’amour »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

15 mai 2020

Une main tendue en retour, 170 ans après…

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 04 min

Il y a de quoi se focaliser sur du négatif en ce moment. Beaucoup de négatif. Mais fidèle à moi-même, j’ai décidé de me focaliser sur quelque chose de positif, et c’est cette histoire que j’ai choisie de surligner : « l’étoile du jour » du 13 mai 2020 sur France Info.

Histoire relatée sur ce blog : https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2020/05/06/apres-la-grande-famine-de-1847-les-irlandais-volent-au-secours-des-amerindiens-touches-par-le-coronavirus_6038881_4832693.html

La très jolie histoire de cette main tendue par les indiens aborigènes aux Irlandais lors de la grande famine de 1850, et le retour de l’Histoire avec la main tendue des Irlandais envers les aborigènes très touchés par l’épidémie de Covid-19.

Des indiens d’Amérique du Nord ont envoyé de l’argent lors de cette famine, qui a eu lieu il y a environ 170 ans et qui a duré plusieurs années, détruisant les stocks de pommes de terre, principale nourriture des Irlandais de l’époque.

Evidemment, ils ne se connaissaient pas. Les indiens d’Amérique du Nord ont juste agit par altruisme, parce que cela leur semblait être la chose à faire : tendre une main pour aider ceux qui souffrent. Ils n’attendaient évidemment rien en retour.

Et pourtant, 170 ans après, quand d’autres communautés indiennes d’Amérique du Nord ont eu besoin d’aide, avec cette épidémie de Covid-19 qui ravage leurs communautés, les descendants de ces Irlandais se sont souvenu de cette aide et ont massivement participé à un fond participatif pour leur venir en aide. :-)

Cette histoire vraie me touche beaucoup. Parce qu’elle illustre parfaitement ce que je répète jour après jour sur ce blog : pour être heureux, l’un des moyens les plus faciles est d’aider autrui. Pas forcément parce qu’on est la bienveillance incarnée. On peut même aider par égoïsme. Parce que quand vous aidez, d’une manière ou d’une autre cette aide vous revient. Même si c’est 170 ans plus tard. :-)

Malheureusement, cette crise sanitaire a déclenché beaucoup de souffrance et de pauvreté. Il y a donc de quoi mettre en œuvre votre envie d’aider. :-)

Tout le monde peut aider d’une manière ou d’une autre.

Et qui sait si la personne qui vous aidez aujourd’hui ne viendra pas sauver la vie de vos arrières-arrières-petits-enfants dans 170 ans ? ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Donner ou prendre

Le but de la vie ? Être heureux

La solidarité et la chaleur

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 octobre 2019

De l’utilité de la souffrance

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 59 min

Je ne sais pas vous, mais moi je n’aime pas souffrir.

Mais il semblerait que c’est inévitable. Que ce soit de la souffrance physique, quand on se blesse ou quand on est malade, ou bien de la souffrance morale, peut-être la pire car insidieuse, invisible, celle qui nous prend suite à une rupture sentimentale, un décès, un drame…

Je viens de finir la très belle BD « Ce n’est pas toi que j’attendais » de Fabien Toulmé. On m’en avait déjà parlée avant que je la lise. Une BD super qui traite de la naissance d’un bébé trisomique. Vraiment très bien.

A travers l’histoire vraie de ce père qui se raconte, on ressent bien la souffrance du début, quand on lui annonce le verdict médical… Et on craque comme lui sur les photos de son si joli souriant bébé… :-)

Et, comme il le dit lui-même, cette naissance l’a fait évolué. Lui qui avait un rejet des handicapés, il a appris à les connaître, à les apprécier…

Cette souffrance n’aura pas été vaine puisqu’elle l’aura rendu plus humain.

Attention ! Je ne dis pas qu’il faut faire exprès de souffrir non plus, nous ne sommes pas masochistes !… Mais juste que, quitte à souffrir, autant sublimer cette souffrance pour soulager celle des autres. C’est ce qu’a parfaitement réussi Fabien Toulmé en dessinant avec justesse et tendresse son histoire de paternité différente. Se raconter pour aider les autres dans le même cas à affronter leur propre histoire… Et pour accroître l’empathie de ceux qui ne sont pas concernés directement.

Dans un autre ordre d’idées, je repense à deux hommes croisés dans le monde professionnel. Je ne sais pas trop quelle est leur histoire personnelle. Je crois que le premier avait une fille mourante, j’ignore même si le deuxième avait vécu un drame ou non, mais leur humanité, leur gentillesse envers leurs prochains, tout cela faisait que je les appréciais et je n’étais pas la seule.

Ils étaient profondément humains.

D’excellents professionnels, certes, mais humains. Cela peut sembler étrange que j’oppose ces deux adjectifs, mais malheureusement souvent on a tendance à croire qu’au nom de l’Entreprise, il faut sacrifier notre part d’Humanité.

Mais c’est faux. Il ne faut jamais oublier sa part d’humanité. Et c’est peut-être à cela que sert la Souffrance : à l’exacerber. A nous former à la sublimer pour qu’elle ne soit pas… inutile…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Si je devais décrire le Paradis…

NDE : apprendre à pardonner

Le chemin du bonheur (selon le Dalaï Lama)

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...23
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe