Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

5 avril 2013

Comment atténuer un défaut ?

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 7 h 36 min

Récemment, une amie me soumettait son problème : comment cesser d’être autoritaire ?… Ce trait de caractère la gênait et elle craignait que cela n’entrave son bonheur, notamment au sein de son couple.

Question intéressante, que j’ai envie de généraliser : quand un de nos défauts nous gêne et que nous souhaitons nous améliorer sur ce point, comment faire ?

Je pense qu’une réflexion personnelle serait ma première option. Je chercherais à savoir pourquoi je réagis ainsi et quel bénéfice j’en tire.

Par exemple : je suis autoritaire car j’aime que les choses soient faites telles que je l’entends. Bénéfice : je me sens rassurée, tout est dans l’ordre, du moins selon « ma » vision de l’ordre.

Ensuite, pour me motiver à changer mon comportement, je réfléchirais aux conséquences possibles.

Toujours avec l’exemple d’un trop-plein d’autorité : je peux froisser mon entourage, et peut-être même n’attirer qu’un certain type de personnes, celles qui ont besoin d’un « commandant en chef ». Peut-être aussi je m’empêche d’exprimer ma sensibilité, ma fragilité… Et c’est toujours dommage d’aliéner ainsi une partie de sa personnalité.

Enfin, j’essaierais dans un premier temps de « repérer » les moments où je me laisse aller à ce comportement nocif. Et si j’ai suffisamment confiance en quelqu’un, je lui demanderais de m’aider en me faisant un signe convenu et discret quand je retombe dans mes travers sans m’en rendre compte.

Dans un deuxième temps, je mettrais des moyens en œuvre pour me corriger. En remplaçant une attitude par une autre par exemple.

Si je reviens sur le défaut « trop autoritaire » par exemple, il est possible de lâcher prise peu à peu. Plutôt que d’ordonner à l’autre de faire telle ou telle chose ou de telle ou telle manière, je pourrais « lâcher du lest » et le laisser faire comme il veut. Par contre je tâcherais d’être claire sur mes objectifs. Exemple : « je te laisse choisir le restaurant mais mon budget est limité, je n’aime pas tel aliment et si le restaurant est trop bruyant, je serai mal à l’aise car je n’entendrai rien. »

Après tout, on ne vous interdit pas de vous exprimer ? ;-)

Et puis vous risqueriez d’avoir une excellente surprise en laissant Autrui se débrouiller.

Oui, plus j’y réfléchis et plus je me dis qu’une communication adéquate est la meilleure des solutions dans ce cas.

Et puis, avant de corriger un défaut, prenez aussi le temps d’observer s’il n’y a pas une qualité à votre défaut. Une personne autoritaire, c’est certes désagréable parfois, mais c’est souvent une personne décidée, volontaire, qui n’a pas peur de prendre des décisions. Un leader souvent. Pour vous motiver à vous débarrasser du côté excessif qui vous gêne en vous, gardez en tête que ce défaut est peut-être également une grande qualité, il suffit juste d’atténuer un peu les bords coupants. ;-)

Amicalement,

Joy

PS : pour ne pas rater d’article, vous pouvez vous abonner au flux RSS gratuitement, ou bien taper « joy369″ dans un moteur de recherche. :-)

29 mars 2013

Le stress, souvent l’ennemi du BONHEUR…

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 28 min

Enfonçons des portes ouvertes : au cas où vous l’ignoreriez : le stress est souvent l’ennemi du bonheur. :-)

Voilà, c’est dit.

Le bonheur, c’est cette sensation de plénitude, de satisfaction. La vie est belle et on se sent bien, tout simplement.

Le stress, c’est parfois positif, c’est l’enthousiasme à l’idée de commencer ou continuer un projet qui nous tient à cœur, mais c’est souvent aussi malheureusement un sentiment négatif, une anxiété qui nous ronge le ventre, un mal-être qui nous peine et nous afflige.

D’où la conclusion suivante : le stress est l’ennemi du bonheur. Souvent. Pas toujours mais souvent.

Et puisque nous voici sur un blog dédié au bonheur, partons du principe que nous recherchons à être, rester ou devenir heureux. Il nous faut donc éviter le stress au maximum.

Pour cela, plusieurs méthodes sont à notre disposition.

Tout d’abord, la fuite.

Évitons les situations stressantes. ;-)

Pas toujours évident, mais parfois c’est possible. Exemple : en se levant un petit peu plus tôt le matin pour éviter de courir après notre montre parce qu’on commence la journée « en retard ». Surtout qu’il existe des appareils sympas pour se lever de bonne humeur le matin désormais. Et là je pense aux simulateurs d’aube mais je vous écrirai un article là-dessus une autre fois. :-)

Autre méthode : la relaxation.

Je ne suis pas une experte mais la « respiration par le ventre » dont je vous parlais dans un précédent article fonctionne à merveille. Et je suis sûre qu’une flopée d’arts martiaux permettent d’obtenir ce genre de résultat : Qi Gong, Tai Chi, etc.

Sans parler des exercices de méditation, relaxation, sophrologie, etc.

Il y a forcément quelque chose qui devrait plaire à chacun d’entre nous. :-)

Dernière méthode que j’énumèrerai ici : l’habitude.

C’est bête mais j’imagine que le caissier dont je parlais récemment ne doit même pas repérer les types malotrus parmi ses clients tellement il est habitué… C’est triste mais c’est sûrement possible. Autre exemple : l’art de parler en public. Qui n’est pas stressé à l’idée de s’adresser à l’oral devant un grand nombre de personnes ?… Quasiment personne. Sauf ceux qui en ont l’habitude. Quand vous haranguez la foule toute une journée, pendant des années, je doute que cela vous fasse autant d’effets que la toute première fois.

Alors parfois, lutter contre le stress, c’est aussi se lancer tête la première dans les situations stressantes.

Certains se lancent même des défis pour s’entraîner : demander à un garçon ou à une fille qui nous plaît de « sortir ensemble » par exemple. ;-)

Et même si la réponse est négative, quelle fierté de se dire « Je l’ai fait. »

Et ce qui est chouette, c’est que ces expériences positives augmentent notre estime de nous… ce qui a un impact positif sur tous les sujets. Pas seulement sur l’événement choisi mais sur tous.

Un cercle vertueux en quelques sortes…

Elle n’est pas belle, la vie ? ;-)

Amicalement,

Joy

23 mars 2013

Le secret du bonheur : une bonne estime de soi

Classé dans : Les grands principes — joy369 @ 19 h 34 min

Voilà, c’est dit : le secret du bonheur est basé sur une bonne estime de soi.

Et pourquoi certains ont une bonne estime de soi et d’autres non ?

Le psychosociologue Gilles Azzopardi indique que notre estime de nous-mêmes provient de nos succès. Plus nous réussissons, plus notre estime augmente. Mais il indique surtout que : « Ce qui fait la différence : le regard des parents. On peut se révéler peu doué dans le maniement de la cuiller, mais si les parents encouragent les efforts, l’estime de soi est intacte. A l’inverse, on peut nouer ses lacets en trois coups de cuillère à pot, mais si les parents critiquent le résultat, l’estime de soi est mise à mal. »

Donc parents, vous savez ce qu’il vous reste à faire… ;-)

Et pour les adultes qui ont été des enfants critiqués, désapprouvés par leurs parents ?…

J’aurais tendance à penser qu’il faut surtout éviter le piège de la victimisation genre « c’est la faute à mes parents, je suis comme cela et tant pis pour moi ». Il n’y a rien de pire. C’est nous les adultes maintenant. A nous de nous prendre en main. Et là où d’autres adultes ont peut-être failli (mais savaient-ils seulement élever des enfants, avaient-ils eu d’autres modèles ?), nous réussirons.

Première étape : repérer quand nous nous flagellons. « Qu’est-ce que je suis bête ! » « Quel(le) idiot(e) je fais ! ». STOP !… Il faut arrêter ce langage. Nous, nous ne sommes pas bêtes ni idiots. Nous sommes faillibles, comme des humains que nous sommes. La perfection n’existe pas. Pour se surveiller, il est possible d’utiliser un élastique sous forme de bracelet. A chaque pensée négative, clac !… Le faire claquer sur le poignet, les masochistes apprécieront. (rires)

Deuxième étape : l’auto-suggestion. Afficher des pancartes partout où vos yeux se posent avec les messages à imprimer dans votre cervelle. A vous de choisir le texte selon votre cas, en privilégiant les phrases positives. « Je suis quelqu’un de valeur ». « Je réussirai à devenir… » « Mes parents m’aiment », etc.

Et ensuite ? Continuer dans ce processus d’apprentissage. S’autoriser ce qu’on s’interdisait, faire sauter les contraintes de notre éducation, sans porter tort ni à Autrui ni à soi-même, bien entendu.

S’offrir des cadeaux, oser se lancer dans telle nouvelle activité, rencontrer des personnes agréables, et aussi, chose très importante : apprendre à se libérer des personnes négatives qui nous pourrissent la vie.

Vaste sujet sur lequel je souhaite écrire au moins un article… ;-)

En attendant, je ne veux plus entendre des phrases négatives sur soi-même !… Et que diront vos détracteurs si vous vous auto-critiquez ? Pensez un peu à eux, les pauvres… (rires)

Plus sérieusement, et j’insiste : augmenter son estime de soi commence par là. Il faut surveiller continuellement vos propres pensées. Nous sommes ce que nous pensons. Si nous pensons des choses atroces de nous-même, nous sommes nous-même notre pire ennemi.

Et si nous sommes indulgents et aimants envers nous-même (via nos pensées), nous pouvons devenir notre meilleur ami. :-)

Il n’y a pas plus simple : il suffit de contrôler nos pensées.

Et de s’assumer. :-)

Amicalement,

Joy

1...2122232425
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe