Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

30 mai 2021

La parentalité dans les dessins animés

Classé dans : Entre nous,Lectures conseillées — joy369 @ 12 h 19 min

Je ne suis pas une spécialiste des dessins animés, mais j’aime bien cela. Et même sans posséder de télévision, il a suffi que je sois quelques jours chez des parents en possédant une (et en compagnie d’enfants) pour que je découvre un dessin animé récent : « Bienvenue chez les Loud ».

Très drôle, très enjoué, j’aime beaucoup cette série de dessins animés, et surtout je suis impressionnée du modernisme (enfin !) de ce dessin animé.

Car faisant le compte : les dessins animés pendant longtemps mettaient en valeur un héros qui était… orphelin. Ou au moins orphelin d’un des deux parents. Par exemple :

  • Candy
  • Rémy sans famille
  • Gwendoline
  • Goldorak
  • Princesse Sarah
  • Cendrillon
  • Blanche-Neige

C’est à dire que le parent n’existait pas, n’apparaissait pas. Le héros ou l’héroïne se débrouillait seul(e) ou, comme souvent dans les dessins animés issus de contes les plus anciens, il ou elle se débrouillait… malgré le nouveau conjoint du parent restant.

Cela, c’était surtout dû au fait qu’à l’époque des frères Grimm la mortalité en couches était fréquente. La femme donnait naissance et en mourait. Et comme la contraception n’existait pas, même si la Maman survivait à la naissance du héros, elle mourrait souvent en donnant naissance au petit frère ou à la petite soeur.

Donc exit la Maman, bienvenue la Marâtre !… La seconde épouse, le personnage maléfique des contes !… (Et le bonheur des théories pseudo-freudiennes sur le désir caché de « tuer la mère »… Soyons honnête : pour aussi insupportables que soient parfois nos mères (Bonne fête les Maman, c’est aujourd’hui ! (rires)), on a tout de même rarement envie de les tuer).

Bref : dessins animés d’antan = héros sans parents. Ou parents absents.

« Bienvenue chez les Loud », c’est une autre histoire. Car les parents sont présents puisque le principe est de présenter la vie de « Lincoln », petit garçon des USA bien normal… issu d’une famille de 10 filles. Les joies d’une famille nombreuse. Et j’aime la modernité de ce dessin animé car, déjà, la Maman est dentiste. Pas infirmière, pas maîtresse d’école, mais bien dentiste. Et le père, qui semble avoir changé de métier parfois (je ne connais pas tous les épisodes) a travaillé dans un restaurant et c’est lui qui cuisine à la maison !…

Adieu les rôles bien rigides où « ce sont les femmes qui cuisinent » ! :-)

Les hommes aussi ont le droit de découvrir la joie d’inventer de nouveaux plats (et le déplaisir de constater l’ingratitude de ceux qui les mangent souvent sans les remercier).

Sans parler du fait que Madame Loud a parfois des compétences cachées, par exemple savoir piloter des hélicoptères… ;-)

Mais dans ce dessin animé, le couple que je préfère, ce sont les parents du meilleur ami de Lincoln : deux pères totalement flippés de tout. Des Papa poule comme on n’en fait plus. Ils sont drôles et attachants dans leur délire de protection de leur enfant. Mais surtout : ce sont deux hommes !…

Adieu le délire archaïque du refrain « Des parents c’est un papa et une maman ». Non. Un enfant peut aussi bien être élevé par deux hommes, deux femmes, un homme et une femme… Voire un seul homme ou une seule femme mais ce sera plus compliqué pour ces adultes-là… Un enfant, il faut bien l’énergie de deux adultes pour les gérer ! ;-)

Bref, « Bienvenue chez les Loud » est un dessin animé moderne, et j’applaudis les réalisateurs. Grâce à eux, les nouvelles générations ne se poseront pas de question en rencontrant les parents de leurs copains si les parents sont du même sexe : ce sera nor-mal. :-)

(Soupir d’aise) Enfin ! Du progrès !…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Homosexualité ne signifie pas pédophilie !

Gustave et Mohammed

Sauvons nos ado !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 mars 2021

Une grosse bêtise d’enfant…

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 32 min

J’avais conservé cet article sous le coude depuis des mois (des années) mais il prend désormais une saveur différente…

Dans l’article ci-dessous, une mère de famille raconte (photo à l’appui) comment ses enfants ont fait une grosse bêtise (casser la cloison) et comment elle s’est retrouvé devant un dilemme : leur crier dessus (et noter bien qu’elle ne parle même pas de frapper, une éducation digne du Moyen Age) ou bien partir du principe que les gamines ont conscience de leur bêtise et qu’il est inutile de leur crier dessus.

Pour lire l’article (en anglais) ou pour regarder la photo du désastre :

https://www.sunnyskyz.com/blog/2955/This-Mom-s-Post-On-Punishing-Kids-Is-Giving-Parents-A-Lot-To-Think-About

 Initialement, je comptais rédiger un article sur ce thème en indiquant qu’en effet, il est souvent inutile de punir un enfant qui fait une bêtise car il comprend naturellement qu’il a fait une bêtise et qu’il n’est pas fier de son comportement.

Mais comme l’actualité récente a poussé à la une des journaux un dramatique événement d’adolescents ayant frappé et tué une autre gamine, l’un d’eux étant ensuite allé en parler à sa mère (preuve d’un certain courage, il faut le reconnaître) en lui demandant s’il lui était aussi arrivé de « faire une grosse bêtise »…

Mais un assassinat n’est pas une « grosse bêtise »…

Et même si l’adolescente poussait dans la Seine était censée (selon ses agresseurs) s’en sortir en nageant, ils l’avaient violemment frappée auparavant… Depuis quand tout ceci n’est qu’une « grosse bêtise » ?…

Du coup je ne sais plus quoi dire.

Alors oui, je vais continuer de militer pour qu’on cesse de brutaliser les enfants (même si certains sont de vraies têtes à claques et que cela nous démange… (rires)), mais ne pas les frapper ne signifie pas ne pas les éduquer.

Et là je sors du contexte du drame que j’évoquais car je ne connais pas dessous de cette affaire et je ne veux pas juger. Je parle juste « en général ». Et donc je persiste à croire que les enfants doivent être éduqués. On doit leur dire ce qui est autorisé, ce qui ne l’est pas, on doit les respecter et leur enseigner à respecter les autres (et eux-mêmes).

Ensuite, en effet, et là je rejoins la dame de l’article en anglais dont je parlais : ensuite les enfants sauront eux-mêmes repérer quand ils ont fait des bêtises et il sera inutile de leur crier dessus.

Tout comme les adultes…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le pot de confiture

Les niveaux de bêtises (pour les enfants)

Secrets de Parents Français

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

10 février 2021

Quand je pleure je parle

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 28 min

Une fois n’est pas coutume, je vais parler bébés…

Car même si vous n’êtes pas parents, ceci peut vous concerner. Car vous connaissez forcément des parents…

De quoi vais-je parler ? Du Syndrome Bébé Secoué (SBS pour les professionnels médicaux). Il s’agit du fait qu’un bébé puisse être secoué, par énervement ou même par jeu.

Une de mes amies, à chaque fois qu’elle rencontre un couple dont la femme (ou l’une des femmes) est enceinte, leur dit toujours la même chose, à savoir :

  1. « Félicitations! »
  2. « Rappelez-vous juste d’une seule chose concernant les bébés : c’est simple : ne les secouez jamais !… Pour le reste, vous vous débrouillerez bien comme vous l’entendez… »

A chaque fois c’est la même chose : le couple la fixe bizarrement en se disant qu’elle doit être à moitié cinglée… ;-)

Mais comme elle est mère de trois enfants en parfaite santé et heureux de vivre, les couples finissent par se dire que ce n’est qu’une fantaisie de sa part et hochent la tête avec l’air de dire « N’importe quoi cette nana, on va lui dire « oui » pour qu’elles nous fichent la paix mais sérieux, elle nous prend pour qui ? Bien sûr que non qu’on ne va pas secouer notre bébé ! »…

Et mon amie, morte de rire, d’insister : « Oui, je sais que vous me prenez pour une folle. Mais je suis sérieuse. Un bébé, ça pleure, ça tape sur les nerfs, et il peut arriver à tout le monde d’avoir juste envie de le secouer pour qu’il s’arrête. Sauf qu’un bébé, cela ne fonctionne pas comme cela. Les pleurs, c’est l’un des rares moyens à sa portée pour communiquer. Donc si vous pétez les plombs avec votre bébé, et croyez-moi, cela va vous arriver, pas de souci : vous le posez en sécurité dans son lit et vous mettez un casque sur les oreilles et vous sortez de la pièce. Ecoutez à fond quelques chansons de Sex Pistols, vous verrez, ça calme… » ;-)

Et elle a raison.

Aussi je l’imite depuis quelques années déjà et je répète à tous les jeunes couples, moi aussi, de ne jamais secouer un bébé… :-)

Bien qu’il s’agisse dans 70% des cas plutôt d’un homme qui secoue les bébés, cela peut arriver à tout le monde. Et cela touche n’importe quelle catégorie socio-professionnelle. Les riches les pauvres, les cultivés les ignorants. Tout le monde est logé à la même enseigne…

Et secouer un bébé peut être extrêmement dangereux car cela peut provoquer la mort du bébé !…

En effet, par rapport au poids de sa boîte crânienne, la tête étant très lourde, le cerveau risque d’être endommagé. Les conséquences peuvent être un handicap, ou bien un décès.

Or parfois, on secoue un bébé pour jouer. Pour le faire rire. Mais ce n’est pas une bonne idée. Pas du tout. Attendez qu’il grandisse un peu pour cela. Un enfant de moins d’un an est très fragile.

Dans d’autres pays, comme au Canada, la communication à ce sujet est réelle. Mais en France par exemple, rares sont les personnes qui sont au courant de ce syndrome. Il y a bien quelques posters dans les couloirs de la maternité, mais pas grand chose de plus.

Pourtant, c’est à chacun de nous d’en parler. Au futurs parents mais aussi aux oncles, aux grands-parents, et aux futurs adultes que sont les adolescents. Cela doit devenir une évidence. Comme on surveille une casserole de lait sur le feu car elle peut bouillir vite et déborder, on ne secoue pas un bébé. On le manipule avec douceur. Toujours.

Si nous voulons vivre dans un monde meilleur, à chacun de nous de faire notre part en communiquant sur ce genre d’information.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le bébé pleure…

Avec un nourrisson zéro question

« J’ai peur de tuer mon enfant »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...41
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe