Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

25 août 2019

Eckhart Tollé : l’égo et les autres

Classé dans : Citations,Lectures conseillées,Les grands principes — joy369 @ 12 h 41 min

Je continue ma relecture des phrases soulignées de « Nouvelle Terre », le livre d’E.Tollé. J’ai choisi les phrases qui parlaient de l’égo et de son rapport aux autres.

« Pour maintenir la pensée « je », l’égo a besoin de la pensée opposée « l’autre ». »

« Les autre sont surtout « autre » quand je les considère comme mes ennemis ».

« Quand je critique ou condamne les autres, je me sens plus important, je me sens supérieur. »

« Que vous vous plaigniez à voix haute ou en pensée ne fait aucune différence ».

« Avoir du ressentiment veut dire se sentir amer, indigné, lésé ou offensé ».

« Parfois, le défaut que vous percevez chez l’autre ne s’y trouve même pas. Il s’agit d’une interprétation totalement erronée, d’une projection du mental conditionné à voir des ennemis partout pour se donner raison et se rendre supérieur ».

Et on retrouve ici de concepts déjà abordés dans ce blog sur le bonheur : les accords Toltèques, qui m’incitent à ne pas critiquer (ni moi-même ni les autres), ne pas se plaindre, ne pas se sentir « coupé » des autres, etc.

Pour ne pas cultiver cette opposition à Autrui (les femmes/hommes/étrangers/migrants/patrons/ouvriers/asiatiques/blancs/noirs/bleus/etc (barrez les mentions inutiles)), Eckhart Tollé nous conseille de voir Autrui à travers son égo. Avec mes mots, je dirais de voir la partie « divine » en l’autre, ou « humaine », comme vous le préférez. ;-)

C’est à dire de se focaliser non pas sur les étiquettes qu’on lui attribue et qui le différencie de nous, mais plutôt sur son Être à part entière. Le fait qu’il existe sur cette Terre, tout comme nous, et qu’il est digne de notre respect (voire d’Amour-Humanité), tout comme nous.

Avec un vocable très bouddhiste, Eckhart Tollé parle de s’éveiller spirituellement en se libérant de « l’identification à la forme »…

Autrement dit : oubliez les étiquettes collées sur Autrui ! Considérez-le juste comme un autre tout comme vous.

Et là je bute sur les mots car j’ai envie de compléter ma phrase mais je ne peux pas. « Je suis… » Qui suis-je ? Justement, ne pas se définir est le secret (si je comprends bien les propos d’Eckhart Tollé, ce qui n’est pas dit). Éviter nos propres étiquettes. Alors, qui suis-je ? Une femme, Joy, qui écrit un blog sur le bonheur ? Oui, mais non, en fait « je suis », c’est tout. Quoi exactement ? Aucune importance.

Avoir la conscience d’être, c’est se focaliser sur l’instant présent, c’est l’un des secrets du bonheur.

Se définir nous en éloigne. D’ailleurs l’erreur de Descartes selon E.Tollé, c’est qu’avec sa citation « Je pense donc je suis », il n’a pas défini l’Être mais l’égo !…

Alors contentons-nous d’être, sans nous opposer aux autres… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le management par l’opposition

« Plaignez-vous ! »

Petites gens

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 août 2019

Eckhart Tollé : au sujet de l’égo

Classé dans : Citations,Lectures conseillées,Les grands principes — joy369 @ 12 h 07 min

J’ai fini la lecture de « Nouvelle Terre » d’Eckhart Tollé. Comme je le fais souvent avec des livres profonds pour lesquels une seconde voire troisième lecture m’est nécessaire, j’ai souligné certaines phrases au crayon. En voici quelques extraits :

Longuement, il parle de l’égo, cette petite voix qui nous parle dans notre tête, ce « je » que nous utilisons en pensant nous définir et donc nous séparer d’Autrui. Voici ce qu’il en dit :

« Un des types d’identifications de base est l’identification aux objets : mon jouet devient plus tard ma voiture, ma maison, mes vêtements, etc. J’essaie de me trouver dans des objets, n’y réussis jamais vraiment et finis par m’y perdre. Tel est le destin de l’égo. »

« Alors, dans bien des cas, vous n’achetez pas un produit mais un « renforceur d’identité ». »

« Paradoxalement, ce qui maintient la soit-disant société de consommation active, c’est le fait que la tentative de se retrouver dans ces objets ne fonctionne pas. Comme la satisfaction de l’égo est de courte durée, vous en voulez davantage. Donc, vous continuez d’acheter, de consommer. »

« Ne prenez pas l’égo trop au sérieux et, quand vous le surprenez chez vous dans certains comportements, souriez-en ».

Et c’est pour ce genre de dernière phrase que j’aime les idées d’E.Tollé : il n’est pas dans la culpabilisation ou dans l’action forcée pour changer son comportement. Son attitude est zen : ok, ce n’est pas un comportement idéal pour être heureux, mais pas grave, vous l’avez repéré, c’est bien. D’ailleurs il compare l’égo à l’obscurité : on ne combat pas l’obscurité, on allume la lumière. Pareil pour l’égo. Il ne faut pas le combattre, juste en devenir conscient.

Encore quelques phrases : il cite Jésus et explique :

« Et qu’est le royaume des cieux? La simple et profonde joie de l’Être qui est là lorsque vous lâchez les identifications et devenez « pauvre d’esprit ». »

Est-ce l’une des raisons qui fait que moi, Joy, je sois très souvent heureuse ? Parce que je m’en fiche de ne pas « être ceci » ou « être cela » la plupart du temps ? Et est-ce que c’est aussi pour laquelle parfois je ne sais plus être heureuse ? Parce que justement je m’identifie dans ces moments à un rôle ou à un objet qui m’échappent ?

« Avoir raison et donner tort aux autres est un des principaux schèmes mentaux de l’égo ».

Là encore, merci Dale Carnegie, j’ai appris à lâcher prise et à accepter de recevoir les idées des autres, même si elles me déplaisent, sans m’y opposer. (et même les pires, je suis très fière de mon côté zen!) (rires)

Ces citations d’E.Tollé me plaisent car elles correspondent grandement à ce que j’écris sur ce blog : autant de pistes pour être heureux… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« Vous les femmes »

Budget : les désirs et les besoins

Faire le ménage par le vide

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 janvier 2019

Dire qui je suis

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 44 min

Le mode aléatoire de mon lecteur mp3 tombe sur une vieille chanson de Francis Cabrel, pas la plus connue : « Rosie ». Album « Sarbacane » de mémoire.

Il y a longtemps que je ne l’ai pas écoutée ; cela me fait plaisir de l’entendre à nouveau.

En écoutant les paroles, je me rappelle combien une phrase de cette chanson m’avait marquée à l’époque. D’ailleurs, je me dis que cette phrase a peut-être un peu façonné ma façon d’être et participe peut-être  ce bonheur quasi permanent que je ressens, cette plénitude, ce bien-être général que j’imagine commun mais qui, quand j’interroge les gens, semble si peu partagé.

La phrase, la voici :

« Il ne faut pas dire à qui je ressemble mais il faut dire qui je suis »

L’histoire de la chanson, c’est un mixeur de son pour un groupe de musique qui parle, et qui raconte sa rencontre avec « Rosie », une groupie qui attendait le groupe bien avant son arrivée pour le concert. Subjugué par sa beauté, le mixeur l’a laissée passer pour qu’elle puisse assister au concert. Il fantasmait sur elle et lui… mais à la fin du concert elle est partie avec le batteur du groupe.

Très classique. Mais la phrase est tellement vraie. Et j’en rencontre tellement, des personnes qui se jugent d’après leur entourage : « Je suis femme de docteur » « Ma fille fait des études de… ».

J’ai toujours envie de répondre « Magnifique… Et toi/vous? » Car ce qui m’intéresse, c’est la personne que j’ai en face de moi, pas son entourage. C’est elle que j’ai envie de connaître, c’est elle avec qui j’ai envie de créer un lien. Pas ses cousins, voisins ou autres. Pas son entourage, elle.

Et c’est vrai que j’ai essayé toute ma vie de dire qui j’étais moi et j’essaie d’éviter de me cacher derrière le succès de ceux qui m’entourent. Mieux : on peut essayer de deviner à travers ce qui nous fascine ce que nous pourrions améliorer en nous. Si les capacités en dessin d’Untel me plaisent, pourquoi ne pas m’inscrire à un cours de dessin ?… Si le domaine du crochet/tunning/pêche aux moules nous fascinent, pourquoi ne pas nous lancer ?

Le but est de se réaliser soi. Et qu’importe ce que vous aimez, vous serez toujours passionnant quand vous êtes passionné. Toujours.

Mais il faut avoir le courage d’oser dire qui on est, soi.

Même si on a parfois un peu peur du jugement de l’autre. (dit la femme qui aime Francis Cabrel, mais aussi ACDC, Annie Cordy, Bourvil, Adele, Within Temptation, etc.) ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le vilain petit canard…

Le jardin imparfait de Montaigne

« Queen » sans fausse note

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...93
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe