Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

9 juillet 2017

A tout point de vue…

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 05 min

J’attrape une feuille de brouillon sur ma pile de feuilles à recycler (écologie, écologie…) et je commence à griffonner :

A tout point de vue, je vais de mieux en mieux.

A tout point de vue, je vais de mieux en mieux.

A tout point de vue, je vais de mieux en mieux.

 J’ai lu il y a des années le livre d’Émile Coué et je ne me rappelle plus quelle est sa formule exacte, mais je sens que je suis épuisée et sur le point de m’effondrer. Alors je tente le tout pour le tout et je continue de griffonner :

A tout point de vue, je vais de mieux en mieux.

A tout point de vue, je vais de mieux en mieux.

A tout point de vue, je vais de mieux en mieux.

 Dernièrement j’ai feuilleté un livre sur l’auto-hypnose, et j’ai été surprise d’y lire à plusieurs reprises le nom de Coué. Je n’ai pas lu vraiment le livre, mais au début, ce lien entre le docteur français et le domaine de l’auto-hypnose m’a surprise. Ensuite, en y réfléchissant, je me suis dit qu’en effet, la formule concoctée par Emilé Coué correspond à ma compréhension de l’auto-hypnose.

Alors j’essaie…

Et même si cela ne fonctionne pas, tant pis, au moins j’aurai tenté. Et cela me donnera au moins l’impression d’agir et non pas de rester passive.

Si je dois m’effondrer, au moins j’aurais essayé de lutter pour aller mieux.

Et dans quelques jours, si cela se trouve, quand je retrouverai par hasard cette feuille volante contenant mes gribouillis, peut-être que tout cela m’arrachera au moins un sourire, voire un grand éclat de rire ?… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Expecto Patronum !

Méthode Coué au quotidien

Besoin de vacances

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

22 juin 2017

Compartimenter

Classé dans : Cas pratique,Entre nous,Les grands principes — joy369 @ 12 h 12 min

Cela ne m’arrive pas souvent, mais j’ai des soucis.

Ou plutôt un souci.

Mais un souci grave, un souci « niveau 1″ comme je dis souvent, en référence à ma graduation des bêtises… Les bêtises n°1, ce sont celles qui mettent en danger notre vie ou celle d’autrui. Comme traverser une route sans regarder ou mettre les doigts dans une prise électrique, par exemple…

Là, il ne s’agit pas d’une bêtise, car on n’y peut rien, puisqu’il s’agit d’une maladie. D’une maladie grave, très grave même, puisqu’à ma connaissance elle est incurable. Et c’est un de mes proches qui en est atteint.

Voilà, c’est comme cela, c’est la vie.

On n’y peut rien même si l’angoisse des lendemains qui pleurent peut pourrir le quotidien de ceux qui survivront, dont je suis.

Alors pour éviter d’y penser, je compartimente.

Je crée des silos bien fermés, indépendants les uns des autres, pour éviter que cette inquiétude ne vienne contaminer le reste de ma vie.

Il y a cette épée de Damoclès, suspendue à un maigre fil au-dessus d’une tête bien-aimée, et il y a tout le reste…

Ma propre santé, mon travail, et tous les autres qui me sont proches aussi, que j’aime et qui m’aiment…

Et je compartimente. Quand je suis avec X, je ne pense pas à Y. Sinon les larmes me viennent aux yeux et je ne suis plus en mesure de profiter de l’instant présent avec X…

Idem pour le travail. Quand je suis au travail, j’essaie de ne plus penser à la Mort qui se rapproche pour ne pas devenir folle et tout envoyer balancer. (Dîtes-moi quelle importance a le travail quand un proche que vous aimez se rapproche de la fin ?)

Je compartimente…

Pas toujours évident à faire mais j’essaie.

Les choux avec les choux et les carottes avec les carottes.

Il y a un temps pour pleurer, et un temps pour continuer à vivre.

Aussi terrible soit-il d’imaginer la vie sans ce proche, c’est inéluctable. Quoique je fasse, quelle que soit ma réaction, ça arrivera. Ma vie à moi continuera, peut-être de longues années, peut-être pas, mais elle continuera.

(Bon, sauf si une maladie ou autre me fauche aussi, mais cela c’est une autre histoire et je ne serai plus là pour en parler…) ;-)

Alors je compartimente…

Pour ne pas devenir folle…

Pour continuer à avancer, malgré tout…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le jardin imparfait de Montaigne

Les niveaux de bêtises (pour les enfants)

Les niveaux de bêtises vus par un manager

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

4 mai 2017

Un sale moment

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 16 min

Nous avons tous des sales moments à passer dans la vie.

Qu’il s’agisse d’un examen, d’un passage à l’hôpital, d’un rendez-vous avec un client particulièrement déplaisant ou autre, les sales moments sont des passages obligés dans une vie.

Il n’y a parfois pas grand chose à faire. Il faut attendre que ça passe et puis voilà.

Ensuite, le bonheur étant un état d’esprit, vous pouvez soit vous plaindre d’avoir passé un sale moment, soit vous réjouir que ce sale moment soit passé.

Évidemment, la seconde solution permet d’être heureux plus facilement que la première, mais c’est un choix personnel. :-)

C’est vrai qu’il est parfois difficile de sourire après un sale moment, aussi je vous propose un bon moyen de relativiser vos problèmes, vous posez au sujet de ce sale moment quelques questions : « Est-ce que je me rappellerais de cet événement…

  • … dans une heure ?
  • …demain ?
  • …dans une semaine ?
  • …dans un mois ?
  • …dans un an ?
  • …dans cinq ans ?
  • …dans dix ans ?
  • …dans vingt ans ?
  • …dans trente ans ?
  • …(etc)
  • …sur mon lit de mort ? »

Souvent, cette introspection a pour mérite de remettre ce sale moment dans son contexte.

OK, ce n’est pas agréable à vivre, mais ce n’est qu’une anecdote dans le cours de notre vie.

Une goutte d’eau.

Pas grand chose, finalement. :-)

Évidemment, si vous êtes abonné(e) aux sales moments, peut-être faut-il revoir quelque chose dans votre vie pour que celle-ci s’améliore ?…

Et pour changer de vie, quoique vous disent les jaloux, il est toujours temps d’agir ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

A la façon de Louis de Funès

Méthode anti-stress avec un carnet et un crayon

Les « pensées d’amour »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

 

12345...92
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe