Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

21 janvier 2017

Pardonnez-vous vos erreurs

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 00 min

Une de mes amies a débarqué dans mon salon catastrophée. Elle a un fils et ce fils fait du sport collectif dans un club. Elle était chargée d’organiser un goûter pour la quinzaine d’enfants ce jour-là après leur session. Or, quelqu’un l’a informé que le cours était annulé. Elle n’a donc pas conduit son fils et n’a pas préparé le dit goûter. Sauf que, patatras, son information n’était pas fiable : la session avait bien eu lieu.

Et la voilà paniquée qui m’explique : « Mon fils était tellement content d’y aller et moi je ne l’ai pas conduit car je pensais qu’il n’y avait pas de sport aujourd’hui ! »

Et elle continue : « Je me suis fait disputer par tous les parents ! Ils m’ont dit que leurs enfants avaient beaucoup couru dans le froid, qu’ils étaient affamés et qu’il n’y avait rien pour le goûter à cause de moi ! »

Je l’interroge : « Et tu t’es excusée ? »

« Oui, bien sûr, mais ils veulent que je m’excuse encore auprès de chacun »

« Très bien, alors tu vas encore t’excuser autant qu’ils veulent auprès de qui ils veulent »

Mais elle continue, toujours extrêmement gênée :

« Oui, mais tu t’imagines, par ma faute : ces pauvres enfants avaient froid, faim, et moi je n’ai pas apporté leur goûter ! Ils étaient affamés ! »

Là, c’est la goutte de trop pour moi et je l’interromps, éclatant de rire. Je lui réponds donc ironiquement :

« Oh mon Dieu ! Mais c’est bien sûr ! Ces enfants n’ont certainement pas mangé depuis une semaine !… Ils souffrent de la faim, leurs parents ne peuvent pas les nourrir, et tout reposait sur ce fameux goûter ! » (je savais qu’il s’agissait en plus de gosses de quartiers riches, plutôt gavés que victimes de malnutrition)

Elle réalise soudain que j’ai raison et commence à se calmer :

« Oui, c’est vrai, tu as raison, après tout, ce n’est qu’un goûter… »

Je continue : « Oui, ce n’est qu’un goûter » et comme je la sens encore hésitante, j’insiste en lui racontant le manga « Une sacrée Mamie » dont je vous ai déjà parlé, dans lequel le petit héros ne mange pas souvent à sa faim voire pas du tout certains jours. Mon conjoint s’immisce dans la conversations : « Oui, mais c’est un manga ». Je le fusille du regard : « C’est un manga basé sur une histoire vraie » et puis il n’y a malheureusement pas besoin de chercher très loin pour savoir qu’il y a des enfants qui ne mangent pas à leur faim sur cette planète…

Mon amie est un peu rassurée mais elle craint encore la réaction des parents. J’explose, toujours ironique :

« Oh la la, mais tu as raison ! Parce que ces gens-là sont infaillibles ! Parfaits ! Ils ne font jamais d’erreur, eux ! Et puis, on le sait bien, tu as fait exprès de ne pas emmener ton enfant au sport et ne pas organiser goûter ! »

Je me tourne vers mon conjoint : « On va la mettre à la porte, on ne garde pas chez nous de tels individus qui osent ne pas donner de goûter à de pauvres enfants sans défense ! »

L’argument fait enfin mouche et mon amie se calme enfin et reconnaît que j’ai raison. Elle a fait une erreur, mais c’était involontaire, elle-même était la première punie à constater la déception de son fils, elle s’est excusée, elle présentera à nouveau ses excuses et puis voilà. Le passé, c’est le passé, ce qui est fait est fait.

On ne pleure pas sur le lait renversé.

Rassérénée, elle a retrouvé son attitude habituelle et nous avons passé une très agréable soirée.

Tout le monde fait des erreurs. Moi la première.

La véritable erreur serait de rester bloqué(e) sur cet événement à culpabiliser.

Culpabiliser ne sert à rien. Ceux et celles qui s’imaginent que culpabiliser atténue un peu leur faute ont tort. Présenter vos excuses sincèrement, agissez si vous le pouvez pour rectifier la situation (en organisant un nouveau goûter par exemple) mais ne salissez pas votre présent à culpabiliser pour votre passé.

La vie est si belle quand on se permet de ne pas être parfait ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« Ne me culpabilise pas »

Rendez-vous oublié, et alors ?

« Oh la la, j’aurais dû… »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

9 août 2015

S’abstenir de juger

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 27 min

J’ai découvert cet été une série de dessins animés intitulés « Les grandes grandes vacances ». Cela raconte les souvenirs d’une ancienne petite fille, Colette, pendant la Seconde Guerre Mondiale, réfugiée avec son grand frère chez leurs grands-parents en Normandie, en France. C’est très bien fait et intéressant. Parfois même un peu dur mais je ne suis pas sûre que les enfants « comprennent » ce qui est sous-entendu donc peut-être est-ce moins difficile pour eux.

A la fin de chaque épisode, il y a quelques secondes pendant lesquelles une personne parle et raconte ses vrais souvenirs, indépendamment du dessin animé. L’un d’eux m’a marquée. Il explique comment un professeur de chimie avait incité ses élèves à aller visiter l’exposition « anti-juifs » et comment deux sœurs y étaient allées.

Savoir qu’à l’époque il y avait des expositions contre une partie de la population, à savoir les Juifs, me sidère. Malheureusement, aujourd’hui encore la presse cherche encore trop souvent à nous monter les uns contre les autres, avec des titres comme « Ce que les riches/les politiques/les émigrés font/ont/etc ».

Ensuite, évidemment, le fait qu’un professeur incite ses élèves à visiter une telle exposition me choque. Un professeur, comme un parent, se doit de montrer l’exemple aux enfants et aux adolescents.

La suite de l’histoire indique que les deux sœurs qui sont allées à cette exposition ont été mises à l’écart par les autres écoliers, qui se moquaient d’elles et les rejetaient… et à la Libération, tous se sont aperçus qu’en réalité, visiter l’exposition avait été une astuce de leur part pour cacher le fait que leur père imprimait des tracts pour la Résistance en secret dans sa salle de bain. Elles avaient fait semblant d’être des « collaboratrices » pour éviter qu’on s’intéresse de trop près aux activités clandestines de leur père.

Cette anecdote me sert le cœur. J’imagine combien la cruauté des autres enfants a dû leur paraître dur à vivre… et combien cela a dû être un sacrifice pour elles de ne rien dire. Mais elles ont gardé le secret. Par amour pour leur père.

J’imagine aussi que tous les enfants qui s’étaient moqué d’elles et qui les avaient mises au ban ont dû se sentir mal de les avoir jugées ainsi, sans connaître la réalité. Ils les jugeaient stupides et méchantes, antisémites, et elles ne faisaient que cacher la Résistance de leur père…

Je me dis qu’il nous faudrait éviter de juger les autres… puisque nous ne connaissons pas tout.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Moqueries d’enfants

Les Allemands aussi

Apprendre à se comprendre les uns les autres

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 600 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

21 octobre 2014

Jeter son enfant par la fenêtre

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 03 min

Oui, je sais, le titre de cet article est provocateur. C’est fait exprès.

Alors soyons clairs : je ne milite bien évidemment pas pour que des parents jettent leur enfant par la fenêtre, mais j’en ai juste marre d’entendre la souffrance des jeunes parents qui culpabilisent d’avoir parfois envie de jeter leur enfant par la fenêtre.

Donc je l’affirme haut et fort : c’est normal.

Voilà, c’est dit.

Faîtes passer le message : être parent n’est pas toujours le plus beau métier du monde.

Surtout au début, quand vous venez de récupérer un nourrisson et que vous ne savez vraiment pas ce que vous devez en faire. Une collègue me disait, juste après son accouchement, que si elle avait eu à disposition un bouton pour faire « machine arrière » sans qu’il y ait eu aucune conséquences, elle aurait probablement appuyé… ;-)

Ce qui ne l’empêche pas d’être une mère extraordinaire qui adore son enfant…

Mais voilà. C’est comme cela.

On vous a dit : « être parent, c’est merveilleux » (c’est vrai) et vous avez fait un enfant.

Sauf que parfois, vous regrettez…

Vous regrettez parce que le bébé pleure et qu’il ne se calme pas quoique vous fassiez…

Vous regrettez parce que votre adolescent(e) vous énerve et que vous ne savez pas comment réagir…

Donc oui, voilà, parfois vous avez vraiment envie de le jeter par la fenêtre, votre gosse !

Mais ensuite vous regrettez cette pensée, vous culpabilisez, et parfois vous revenez en arrière. Votre enfant était insupportable, vous l’avez puni (avec raison) et ensuite vous le chouchoutez parce que vous avez mauvaise conscience. Mais non !… Quel message contradictoire vous lui donnez là ?

Il était puni parce qu’il l’avait mérité et c’est tout. Et oui, en tant que parent vous pouvez avoir envie de le jeter par la fenêtre ou bien de l’abandonner aux scouts marins. Cela ne fait pas de vous un mauvais parent, comme le fait qu’un bébé pleure ne fait pas forcément de mauvais parents.

Je le répète : parfois c’est normal d’avoir des doutes, de se demander si on a vraiment fait le bon choix en donnant naissance à un autre être humain. C’est normal.

C’est un même plutôt sain que de s’interroger.

Ce qui serait malsain, ce serait de véritablement jeter votre enfant par la fenêtre mais cela, non, vous savez bien qu’il ne faut pas le faire… et cela même s’il vous a vraiment beaucoup beaucoup énervé(e)… ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les mères malfaisantes

« T’es hyper méchant ! »

Le pot de confiture

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 500 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

1234
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe