Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

6 juin 2013

L’odeur de l’amour

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 9 h 58 min

Je suis avec mon ami Corentin. J’ai 22 ans. Nous sommes devenus les meilleurs amis du monde et nous passons nos soirées d’étudiants à discuter à bâtons rompus. Soudain il s’arrête, me dévisage et me dit :

« Mais qu’est-ce que tous mes amis te trouvent ? Ils sont tous amoureux de toi et je ne comprends vraiment pas pourquoi. »

La remarque frôle la goujaterie mais je ne me focalise que sur le compliment caché derrière : je souris.

En effet : pourquoi certains vont être attirés par telle ou telle personne et d’autres non ?

La question est intéressante et je n’ai pas de réponse évidente mais juste une hypothèse : l’odeur.

Oui, je sais, nous les êtres humains sommes des mammifères moins doués avec notre odorat que le reste des animaux. Mais quand même. Nous avons un sens olfactif et, même si ce n’est pas conscient, nous l’utilisons.

Il nous est possible de retrouver parmi 3 amis à qui appartient le pull oublié juste en le sentant. Et quand nous hébergeons un ami chez nous depuis quelques temps, nous « sentons » sa présence en rentrant chez nous : l’hébergement a changé d’odeur. (Et ce même en aérant l’appartement et en lavant le pull régulièrement, faites l’essai).

D’où l’hypothèse suivante : est-ce que notre odeur corporelle, même ténue, n’aurait pas un impact sur les personnes que nous allons attirer (ou repousser) ?

Une étude scientifique a mis en exergue ce fait en faisant sentir des tee-shirts à plusieurs personnes. Ces dernières devaient indiquer les odeurs qui leur plaisaient et celles qui ne leur plaisaient pas. A la stupéfaction de l’équipe de scientifiques, les résultats étaient probants : les odeurs les plus proches de celles de leur famille faisaient partie des odeurs jugées les plus répugnantes.

L’explication avancée est logique : la Nature aurait cherché ainsi à éviter les relations incestueuses. Et, de fait, j’ai des amis masculins que j’adore amicalement, que je connais depuis des années, mais jamais je n’ai songé trois secondes à vivre une relation d’amour avec eux. Et vice-versa. Pourquoi ? Aucune idée mais leur odeur est très semblable à celle des hommes de ma famille et… je ne la supporte pas !…

Mon amie Prune est sortie une fois avec un homme extra dont l’odeur lui paraissait trop forte… elle a cessé de le voir. Et aujourd’hui elle sort avec un homme dont elle avait senti l’odeur (via un tee-shirt qui séchait) avant même d’en tomber amoureuse. Et elle l’avoue : bien qu’absolument pas amoureuse de ce second homme à l’époque, l’odeur de ce tee-shirt propre qui séchait dans la salle de bain lui avait semblé délicieuse. Est-ce un hasard si, des années plus tard, elle se retrouve à avoir fondé une famille avec cet homme ?

Peut-être, au moment de rechercher le grand amour, devrions-nous accorder une place à ce que nous dit notre sens olfactif ?

Et peut-être aussi, au lieu de nous désespérer car Untel(le) ne répond pas à nos sentiments amoureux, devrions-nous nous faire une raison et chercher ailleurs car le rejet n’est peut-être dû qu’à une odeur corporelle sur laquelle nous ne pouvons rien ?

D’ailleurs, n’oublions pas : nous sommes 7 milliards d’individus sur la planète, il y a forcément un partenaire pour chacun. ;-)

Et si vous êtes déjà en couple : réfléchissez-y : est-ce que l’odeur de votre partenaire vous plaît ? ;-)

Amicalement,

Joy

Cet article vous a plu ? Alors prenez le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google…

Et si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, je vous conseille :

http://joy369.unblog.fr/2013/05/08/jaime-ta-coherence/

http://joy369.unblog.fr/2013/04/24/un-jeu-pour-cimenter-votre-couple/

http://joy369.unblog.fr/2013/04/23/pourquoi-certains-couples-tiennent/

Mais vous pouvez aussi cliquer sur le calendrier ou les autres outils de droite pour rechercher d’autres articles de votre choix. :-)

Et si vous souhaitez laisser un commentaire amical, c’est juste en dessous. :-)

Et n’oubliez pas de vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles.

4 mai 2013

Le mythe auto-propagé de l’épouse parfaite

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 7 h 59 min

Une de mes amies m’a fait rire récemment en me parlant du « mythe auto-propagée de l’épouse parfaite ».

Elle me racontait combien ça la gavait le manque de reconnaissance de son partenaire, combien elle faisait milles choses pour lui et qu’il ne s’en rendait pas compte.

Je lui ai demandé si c’était lui qui était à l’origine de la demande, si c’est lui qui lui demandait de faire autant de choses pour lui, pour eux, pour leur foyer et elle m’a répondu, avec son humour d’auto-dérision que j’adore tant, que non, que c’était elle qui se noyait dans « le mythe auto-propagé de l’épouse parfaite. »

Auto-propagé. :-)

Et cette amie a raison. Elle en est consciente car elle est très intelligente. Elle sait qu’elle se met toute seule la pression. Qu’elle joue le rôle de « l’épouse parfaite » mais que son partenaire ne lui a rien demandé.

Pourquoi pas ? C’est vrai que c’est rigolo de se donner des images et de coller aux rôles qu’on s’est donnés. Un peu comme quand on est petit et qu’on joue à « faire comme si » : « on va dire que moi je serais le papa et toi la maman ». (Ou : « moi le papa et toi l’autre papa », je ne suis pas sectaire) ;-)

Mais à force de jouer des rôles, on risque aussi d’oublier qu’en réalité, c’est nous-même qui nous piégeons. Et quand l’épuisement guette, parce qu’à force de courir dans tous les sens pour être à la fois wonderwoman, superman, la copine géniale et l’épouse parfaite, on finit par en vouloir à notre entourage qui n’éprouve pas autant d’admiration et de reconnaissance éperdue qu’il le devrait… ;-)

Mais, soyons honnête : qui nous a demandé de porter à manger 4 fois par semaine à Mamie isolée dans sa montagne, de prendre soin du chat des voisins et des plantes vertes de la cousine du boulanger ?… Personne.

Ou plutôt : nous-même.

Et dans quel but nous mettons-nous autant de pression ?…

Pour illusionner qui ?…

Notre entourage ?…

Mais qui vous dit que c’est ce qu’il veut, l’entourage ?… Rappelez-vous : l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Et si votre partenaire apprécie de ne pas à avoir à effectuer toutes les tâches ingrates que vous vous attribuez pour le plaisir de jouer à « l’épouse parfaite » (ou au « mari parfait », j’en connais aussi), est-ce qu’il ne va pas également se sentir prisonnier de ne pas pouvoir faire un pas sans que vous vous ruez pour nettoyer derrière lui ou pour toute autre action censée le rendre heureux ?

Et puis n’est-ce pas plus agréable de faire certaines tâches à deux ? Préparer à manger, discuter en faisant la vaisselle, que sais-je ?…

En fait, je suis en train de me dire que les personnes plongées dans ce « mythe auto-propagé du partenaire idéal » souhaitent peut-être vivre seul(e) plutôt qu’en couple ?…

Et de fait, c’est souvent ce qu’il finit par se passer…

Alors si ce n’est pas notre objectif, peut-être pourrions-nous agir avant qu’il ne soit trop tard… et laisser un peu d’espace à notre conjoint(e), y compris en ce qui concerne les tâches de la maison ?… ;-)

Amicalement,

Joy

2 mai 2013

Les disputes, un passage obligé ?

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 6 h 58 min

« J’hésite à emménager avec ma copine… Tu comprends, on ne s’est encore jamais disputé. »

Je lève la tête et observe l’ami qui vient de me dire cela.

Se disputer ?

Mais pourquoi faire ?

Il m’explique alors que, puisqu’ils ne se sont jamais disputés, il ne sait pas comment elle se comportera lors de la crise.

Oui. Bon. Pourquoi pas. C’est vrai que j’ai déjà rencontré des hystériques totalement fous qui hurlaient contre leurs conjoints sur la place du village.

Mais est-ce que c’est vraiment un passage obligé ? Est-ce qu’un couple est réellement obligé de s’engueuler pour pouvoir affirmer qu’ils s’aiment ?…

J’en doute.

Personnellement, je ne suis pas pour les disputes.

Il y aura des discordances, des points de tensions, des désaccords, des goûts différents…

Ça c’est normal.

Mais des disputes ?… Vraiment ?…

Je ne pense pas. Moi les disputes me gonflent. J’ai d’autres choses à faire de ma vie que la perdre à me disputer avec des personnes. Si mon interlocuteur n’est pas assez adulte pour discuter paisiblement, je ne pense pas que je pourrais demeurer très longtemps avec cette personne. Du moins pas en tant que « partenaire de vie ».

A mes yeux, un adulte est capable de communiquer, y compris sur nos différences.

Un adulte doit être capable d’expliquer son point de vue et, avant tout, d’écouter le point de vue de l’autre.

Et aussi de faire passer des messages… quitte à argumenter.

Exemple : « Pourrais-tu baisser le rabat de la cuvette des toilettes quand tu tires la chasse d’eau s’il te plaît ?… (un grand classique (rires)) … parce que quand on tire la chasse d’eau, des milliers de particules sont projetés à plusieurs mètres autour et je trouve cela sale… »

Bref, des partenaires de vie sont censés communiquer.

Et si on communique, on n’est pas obligé de se disputer.

Alors ceci est mon opinion, mais vous êtes libre d’en faire ce que vous voulez : les disputes ne sont pas obligatoires dans un couple, mais c’est vrai que c’est important de savoir comment se comporte l’Autre en cas de crise.

Mais malheureusement, des crises, il y en aura forcément dans une vie. Que ce soit un décès d’un être proche, d’une longue maladie ou d’une simple gastro-entérite, nous avons dans un couple milles occasions de « tester » notre partenaire de vie…

Alors est-ce vraiment la peine de se prendre la tête… et ce souvent pour des broutilles ?…

Amicalement,

Joy

PS : Merci pour vos visites, cela me fait très plaisir, n’hésitez pas à parler de ce site à votre entourage. :-)

1...1415161718
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe