Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

30 mai 2021

La parentalité dans les dessins animés

Classé dans : Entre nous,Lectures conseillées — joy369 @ 12 h 19 min

Je ne suis pas une spécialiste des dessins animés, mais j’aime bien cela. Et même sans posséder de télévision, il a suffi que je sois quelques jours chez des parents en possédant une (et en compagnie d’enfants) pour que je découvre un dessin animé récent : « Bienvenue chez les Loud ».

Très drôle, très enjoué, j’aime beaucoup cette série de dessins animés, et surtout je suis impressionnée du modernisme (enfin !) de ce dessin animé.

Car faisant le compte : les dessins animés pendant longtemps mettaient en valeur un héros qui était… orphelin. Ou au moins orphelin d’un des deux parents. Par exemple :

  • Candy
  • Rémy sans famille
  • Gwendoline
  • Goldorak
  • Princesse Sarah
  • Cendrillon
  • Blanche-Neige

C’est à dire que le parent n’existait pas, n’apparaissait pas. Le héros ou l’héroïne se débrouillait seul(e) ou, comme souvent dans les dessins animés issus de contes les plus anciens, il ou elle se débrouillait… malgré le nouveau conjoint du parent restant.

Cela, c’était surtout dû au fait qu’à l’époque des frères Grimm la mortalité en couches était fréquente. La femme donnait naissance et en mourait. Et comme la contraception n’existait pas, même si la Maman survivait à la naissance du héros, elle mourrait souvent en donnant naissance au petit frère ou à la petite soeur.

Donc exit la Maman, bienvenue la Marâtre !… La seconde épouse, le personnage maléfique des contes !… (Et le bonheur des théories pseudo-freudiennes sur le désir caché de « tuer la mère »… Soyons honnête : pour aussi insupportables que soient parfois nos mères (Bonne fête les Maman, c’est aujourd’hui ! (rires)), on a tout de même rarement envie de les tuer).

Bref : dessins animés d’antan = héros sans parents. Ou parents absents.

« Bienvenue chez les Loud », c’est une autre histoire. Car les parents sont présents puisque le principe est de présenter la vie de « Lincoln », petit garçon des USA bien normal… issu d’une famille de 10 filles. Les joies d’une famille nombreuse. Et j’aime la modernité de ce dessin animé car, déjà, la Maman est dentiste. Pas infirmière, pas maîtresse d’école, mais bien dentiste. Et le père, qui semble avoir changé de métier parfois (je ne connais pas tous les épisodes) a travaillé dans un restaurant et c’est lui qui cuisine à la maison !…

Adieu les rôles bien rigides où « ce sont les femmes qui cuisinent » ! :-)

Les hommes aussi ont le droit de découvrir la joie d’inventer de nouveaux plats (et le déplaisir de constater l’ingratitude de ceux qui les mangent souvent sans les remercier).

Sans parler du fait que Madame Loud a parfois des compétences cachées, par exemple savoir piloter des hélicoptères… ;-)

Mais dans ce dessin animé, le couple que je préfère, ce sont les parents du meilleur ami de Lincoln : deux pères totalement flippés de tout. Des Papa poule comme on n’en fait plus. Ils sont drôles et attachants dans leur délire de protection de leur enfant. Mais surtout : ce sont deux hommes !…

Adieu le délire archaïque du refrain « Des parents c’est un papa et une maman ». Non. Un enfant peut aussi bien être élevé par deux hommes, deux femmes, un homme et une femme… Voire un seul homme ou une seule femme mais ce sera plus compliqué pour ces adultes-là… Un enfant, il faut bien l’énergie de deux adultes pour les gérer ! ;-)

Bref, « Bienvenue chez les Loud » est un dessin animé moderne, et j’applaudis les réalisateurs. Grâce à eux, les nouvelles générations ne se poseront pas de question en rencontrant les parents de leurs copains si les parents sont du même sexe : ce sera nor-mal. :-)

(Soupir d’aise) Enfin ! Du progrès !…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Homosexualité ne signifie pas pédophilie !

Gustave et Mohammed

Sauvons nos ado !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

5 mars 2021

Pas sa femme, son amante !

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 00 min

Mon interlocutrice a 75 ans. Elle me donne des nouvelles de chez elle, du village où elle vit, et pour une fois ce n’est pas « l’enterrement d’Untel » ou « le décès d’Unetelle » qui la passionnent mais une information positive : son amie (du même âge) s’est remis en couple. Une veuve avec un veuf.

Aucun des deux n’a moins de 75 ans et je me réjouis pour eux. Quelle joie de célébrer à nouveau l’amour !…

C’est merveilleux, et je me réjouis également que mon interlocutrice, pourtant si prompte à voir du triste partout, se réjouit pour ce nouveau couple également.

Elle ne proteste même pas quand je lui dis que la prochaine sera peut-être elle, puisqu’elle est seule elle aussi.

Est-ce que ce confinement répété a permis aux gens de prendre conscience que la vie à deux est souvent plus rigolote?

Quoique…

On connaît tous des couples qui feraient mieux de se séparer… Des couples où l’on crie, où l’on se fait la gueule et où le bonheur semble absent…

Justement…

Voici que mon interlocutrice se rappelle les moments passées avec le veuf en question, celui du « nouveau couple ». Car dans un petit village tout le monde se connaît. Et elle l’a connu naguère, quand il était en couple avec celle qui fut sa femme et qui n’est plus.

« Oh ! Il était odieux avec elle ! »…

Ah.

Cela n’augure rien de bon pour son amie…

Je lui demande des éclaircissements. Elle m’explique avoir été témoin de méchantes remarques blessantes entre lui et sa feue épouse… Bon, elle ne vivait pas avec eux non plus mais justement, elle trouve étrange qu’il se soit permis de rabaisser ainsi celle qui était son épouse devant elle, qui ne les connaissait pas tant que cela. (Note : cela signifierait-il qu’on ait le droit de mépriser notre conjoint(e) devant des proches ?… Ou cela signifierait-il qu’on ait le droit de mépriser notre conjoint(e) tout court ?…)

Mon interlocutrice reprend ses réflexions et s’inquiète soudain pour son amie mais elle tranche aussitôt :

« Non, cela se passera mieux avec elle car elle n’est pas sa femme mais son amante ! »…

Les bras m’en tombent…

Le mot « amante », légèrement désuet, me fait sourire. Mais je suis estomaquée par le sous-entendu de cette phrase : comme s’il était entendu qu’une épouse puisse être moins bien lotie qu’une « amante » car… à la merci du mari.

Et de fait, surtout pour certaines générations où la femme ne travaillait pas et n’était donc pas indépendante financièrement, les femmes se retrouvaient à la merci de leurs époux. Réduites en esclavages. Un esclavage moderne allais-je dire, mais je ne suis pas sûre qu’il soit si moderne que cela. Malheureusement je pense que depuis des siècles voire les millénaires les femmes se sont retrouvées esclaves de leurs conjoints.

Pfff !… Quelle conclusion !…

Enfin, je me réjouis pour l’amie de mon interlocutrice : sa pension de réversion lui servira au moins à cela : à ne pas tomber dans la servitude d’un (autre) homme pour une raison financière… S’il la traite mal (ce que je n’espère pas), je croise les doigts pour qu’elle ait le courage de l’envoyer se faire voir ailleurs !… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les quartiers des femmes…

Débarrassée !…

Aux armes citoyennes !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 décembre 2019

Prière du matin

Classé dans : Entre nous,Petits bonheurs — joy369 @ 12 h 39 min

La lumière du jour traverse les rideaux et me réveille. Je me lève, regarde l’heure, il est encore tôt et j’ai encore sommeil. Aujourd’hui nous sommes en congés, nous pouvons paresser. J’ajuste un peu les rideaux pour augmenter l’obscurité et je retourne me coucher.

Instinctivement, je me colle contre le corps tout chaud de mon compagnon. Il dort encore.

Nous nous endormons toujours dans les bras l’un de l’autre. De vrais petits chatons. Malgré les années, les bons moments et les moins bons, nous sommes toujours lovés l’un contre l’autre.

Alors je me serre contre lui. Il est tout chaud, tout doux, je me sens bien.

J’entrouvre les yeux et je le regarde. D’où je suis, je vois son profil. Il est beau. Je le trouve beau. La semaine dernière encore il riait et me disait : « Je ne sais pas si tu as compris mais je ne suis pas particulièrement un sex symbol »… Mais qu’importe s’il n’est pas un sex symbol ? Il est mon Prince Charmant à moi. Selon les goûts à moi. Je me fiche bien qu’il corresponde ou pas aux critères de beauté de la Société. Il est beau selon mes critères. Il avait insisté : « Je sais que tu préférerais que je fasse un peu plus de musculation ». Et j’avais ri : « Parce que moi je suis la reine de l’aérobic peut-être ? »

Je suis bien avec lui. Je me sens bien. Je suis heureuse.

Et là, lové contre son corps, je prends conscience, comme quasiment tous les matins de farniente, de mon bonheur.

Soudain, maudite culture judéo-chrétienne, un éclair de pensée : pourquoi je pense à cela ? Est-ce qu’il va mourir ce soir ? Un accident de voiture, qu’en sais-je ? Est-ce que ce bonheur me sera enlevé ? Est-ce que je me coucherai seule ce soir ?

Je reprends le contrôle de mes pensées : non, il n’y a aucune raison. Il faut que j’arrête avec cette croyance que tout bonheur se paye. On a le droit d’être heureux. Tout le temps. J’y arrive quasiment. Cela surprend mais oui : je suis heureuse au quotidien. Rares sont les jours où je ne le suis pas.

Et s’il meurt vraiment ce soir ? Hé bien tant pis. C’est la vie. On ne va pas s’empêcher de vivre pour cela. L’essentiel c’est de profiter de chaque journée, de chaque instant. Et cela, je l’ai fait. Tout comme je profite de l’instant, là, lovée contre lui… :-)

Et je prie pour que ce bonheur partagé continue encore longtemps… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le but de la vie ? Etre heureux

Rose de St Valentin…

L’homme parfait

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...19
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe