Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

25 mars 2019

L’antidote aux achats compulsifs

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 05 min

Conversation anodine à plusieurs.

Le thème tombe sur les retenues sur salaire, c’est à dire sur les prélèvements que les employeurs sont parfois forcés d’effectuer sur le salaire de leurs employés sur ordre du tribunal, afin d’aider l’employé à régler une dette qu’il a contractée.

Un homme s’esclaffe : « Quand même, cela ne doit pas arriver souvent ! » mais une femme le contredit ; elle travaille au Service Paie de sa société et elle sait bien, pour devoir les traiter, qu’il y a beaucoup de personnes dans ce cas… Beaucoup. Beaucoup trop.

Car quand l’engrenage des dettes vous tombe dessus, en général, ça fait contagion. Parce que les banques ne vous prennent jamais autant d’argent que quand vous leur en devez, et que les agios coûtent cher. Et que surtout, une personne qui a des dettes est souvent une personne qui ne sait pas gérer ses achats. Et comme elle ne sait pas les gérer, elle consomme, consomme, consomme, et oublie de se demander si elle en a vraiment besoin.

Et le problème avec les tracas financiers, c’est que cela rime guère avec bonheur…

Et ça, c’est mon sujet, du moins c’est le sujet de ce blog 100% bonheur ! :-)

Donc voici un antidote aux achats compulsifs : s’interroger sur la pertinence de l’achat que vous vous apprêtez à faire. Je recopie cette liste depuis l’excellente BD « Hypercapitalisme » de Larry Gonick et Tim Kasser. Si vous avez un moyen de lire cette BD, surtout ne vous en privez pas ! Sa couverture orange criarde m’a longtemps refroidie, mais je me suis félicitée à chaque page de l’avoir ouverte. Elle explique de façon claire comment fonctionne notre société basée sur du capitalisme extrême et surtout, elle donne des idées pour changer ce fonctionnement s’il ne vous convient pas.

Voici donc la liste des questions à se poser avant d’acheter quoique ce soit :

  1. En ai-je les moyens ?
  2. En ai-je vraiment besoin ?
  3. En ai-je vraiment besoin maintenant ?
  4. Est-ce jetable ou durable ou recyclable ?
  5. En quoi est-ce fait ?
  6. D’où est-ce que ça vient ?
  7. Cela améliorera-t-il ma vie ?
  8. Cela améliorera-t-il la vie de quelqu’un d’autre ?
  9. Pourquoi je le veux ?
  10. Y a-t-il des alternatives à cet achat ?
  11. Quelle compagnie le fabrique ?
  12. Quels sont les antécédents de cette compagnie en termes de politique ? En termes de main-d’oeuvre ? D’environnement ?
  13. Où va aller mon argent ?

Évidemment, pour répondre aux dernières questions, il faut connaître un peu les entreprises. Mais à l’heure d’Internet, c’est assez facile de se faire une idée. Et vous ne pouvez pas à la fois vous émouvoir d’une vidéo ou d’un reportage montrant des enfants qui travaillent / d’animaux maltraités / de négligence environnementale hurlantes / etc. et en même temps continuer de consommer tranquillement ce qui en est produit.

C’est cela, acheter selon ses valeurs. Cela demande un peu d’effort parfois, se renseigner, feuilleter des magazines comme « 60 millions de consommateurs », mais c’est important si vous voulez éviter l’endettement, et vivre dans un monde tel que vous le rêvez.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Ce qui est nécessaire, joli ou joyeux

Faire le ménage par le vide

Simplifiez-vous la vie !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 février 2019

L’odeur du bonheur

Classé dans : Cas pratique,Petits bonheurs — joy369 @ 12 h 02 min

Dans la quête du bonheur, tous les moyens sont bons. Y compris le sens olfactif.

Dernièrement j’invitais une voisine à prendre le thé et, devant mon plateau de chouquettes maison que je déposais devant elle, elle ferma les yeux, huma l’odeur des pâtisseries tout juste sorties du four, et me dit qu’elle adorait cela, que cela lui rappelait son enfance, car sa grand-mère lui en préparait…

Si je vous dis que cette voisine vient de fêter ses 80 ans, vous comprendrez que ce souvenir remonte à longtemps. ;-)

Mais il est toujours aussi vif. Pour elle, l’odeur des chouquettes chaudes correspond au bonheur de son enfance, à être chouchoutée par sa grand-mère…

Et quand je dis « le bonheur de son enfance », je sais que je force un peu le trait car j’ai cru comprendre que tout n’a pas été rose, loin de là, et que sa vie est un roman. Mais ce moment de pâtisseries maison élaborées par sa grand-mère ça c’était un bonheur pour elle, et les miennes lui ont rappelé ces instants.

Me concernant, je suis plutôt sensible à l’odeur de la fleur d’oranger. Et j’ai donc « encapsulé » ce réflexe, cet appel au bonheur, dans un petit flacon de verre.

Puisque cette odeur m’évoque des jours heureux, mon corps s’apaise automatiquement quand je la sens. C’est un réflexe pavlovien. Si vous n’avez pas du tout d’odeur favorite, rien ne vous empêche de vous entrainer à sentir une odeur que vous aurez choisie quand vous vous sentez bien. Le but étant de vous habituer à déstresser et à lâcher prise quand vous sentez cette odeur.

Ensuite, il ne ne vous restera qu’à trouver un flacon qui contient cette odeur, que vous aurez sur vous et que vous pourrez ouvrir et sentir en cas de crise de stress.

Pas facile, me direz-vous, d’enfermer l’odeur des chouquettes dans un bocal !… (rires)

Je suis bien d’accord. Mais d’autres odeurs sont plus faciles à obtenir, et il est possible que plusieurs odeurs vous apaisent. Personnellement, j’ai un tout petit flacon fermé par une bille qui contient une odeur apaisante. Je l’ai laissé sur mon lieu de travail et au besoin, je l’ouvre et je roule le flacon discrètement au creux de mes poignets. C’est assez discret et cela me permet, à chaque fois que je lève mes mains vers mon visage, de sentir cette odeur que j’adore et m’apaiser immédiatement.

Essayez, vous verrez ! C’est magique ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

L’odeur de l’amour

Un sale moment

« Mange-la ! »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 janvier 2019

Dire qui je suis

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 44 min

Le mode aléatoire de mon lecteur mp3 tombe sur une vieille chanson de Francis Cabrel, pas la plus connue : « Rosie ». Album « Sarbacane » de mémoire.

Il y a longtemps que je ne l’ai pas écoutée ; cela me fait plaisir de l’entendre à nouveau.

En écoutant les paroles, je me rappelle combien une phrase de cette chanson m’avait marquée à l’époque. D’ailleurs, je me dis que cette phrase a peut-être un peu façonné ma façon d’être et participe peut-être  ce bonheur quasi permanent que je ressens, cette plénitude, ce bien-être général que j’imagine commun mais qui, quand j’interroge les gens, semble si peu partagé.

La phrase, la voici :

« Il ne faut pas dire à qui je ressemble mais il faut dire qui je suis »

L’histoire de la chanson, c’est un mixeur de son pour un groupe de musique qui parle, et qui raconte sa rencontre avec « Rosie », une groupie qui attendait le groupe bien avant son arrivée pour le concert. Subjugué par sa beauté, le mixeur l’a laissée passer pour qu’elle puisse assister au concert. Il fantasmait sur elle et lui… mais à la fin du concert elle est partie avec le batteur du groupe.

Très classique. Mais la phrase est tellement vraie. Et j’en rencontre tellement, des personnes qui se jugent d’après leur entourage : « Je suis femme de docteur » « Ma fille fait des études de… ».

J’ai toujours envie de répondre « Magnifique… Et toi/vous? » Car ce qui m’intéresse, c’est la personne que j’ai en face de moi, pas son entourage. C’est elle que j’ai envie de connaître, c’est elle avec qui j’ai envie de créer un lien. Pas ses cousins, voisins ou autres. Pas son entourage, elle.

Et c’est vrai que j’ai essayé toute ma vie de dire qui j’étais moi et j’essaie d’éviter de me cacher derrière le succès de ceux qui m’entourent. Mieux : on peut essayer de deviner à travers ce qui nous fascine ce que nous pourrions améliorer en nous. Si les capacités en dessin d’Untel me plaisent, pourquoi ne pas m’inscrire à un cours de dessin ?… Si le domaine du crochet/tunning/pêche aux moules nous fascinent, pourquoi ne pas nous lancer ?

Le but est de se réaliser soi. Et qu’importe ce que vous aimez, vous serez toujours passionnant quand vous êtes passionné. Toujours.

Mais il faut avoir le courage d’oser dire qui on est, soi.

Même si on a parfois un peu peur du jugement de l’autre. (dit la femme qui aime Francis Cabrel, mais aussi ACDC, Annie Cordy, Bourvil, Adele, Within Temptation, etc.) ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le vilain petit canard…

Le jardin imparfait de Montaigne

« Queen » sans fausse note

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...105
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe