Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

10 août 2019

Observation d’une dispute

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 27 min

Ces amis ont beau me connaître depuis longtemps, ils n’ont toujours pas retenu que je faisais des blagues tout le temps. La conversation porte sur les projets de l’année suivante. Je leur parle assez longuement d’un voyage prévu avec une autre amie, pour le mois d’avril. Mais j’ignore encore la date exacte. Puis ils me parlent d’un événement que mon conjoint et moi devions fêter avec eux. Ils me demandent quelle date me convient.

N’ayant pour le moment aucun engagement, mis à part le voyage prévue avec une amie dont je viens de leur parler, je plaisante :

« Si vous l’organisez en avril, à la période de mon voyage, au moins vous serez certains que je ne pourrais pas le fêter avec vous ! »

Qu’avais-je dit ?

Les voilà qui s’emballent et montent sur leurs grands cheveux :

« Dis-le tout de suite, si tu ne veux pas venir ! Tu n’es pas obligée ! On ne te force pas ! » etc etc.

Je suis fascinée. Je suis sûre que je dois être comme un explorateur qui découvre une nouvelle espèce de plante ou d’animaux ou un temple caché, les yeux ronds, un demi-sourire aux lèvres. Leur attitude me fascine !…

Moi qui essaie d’analyser les « 4 accords toltèques » dans ma vie au quotidien, je suis aux anges. Il aura suffi d’une petite blague de rien du tout pour que tout s’enflamme.

Je dis tout car mon conjoint, présent, se met également en rogne et me défend :

« Mais ce n’est pas ce qu’a dit Joy ! Arrêtez de vous prendre la tête ! Elle faisait une blague ! Joy fait toujours de blagues, vous le savez bien, non? »

Les amis répondent, toujours dans leur délire de « Joy est méchante, elle ne veut pas le dire franchement mais elle ne veut pas venir fêter cet événement avec nous » et leur attitude fait monter mon conjoint en vrille. Il s’enflamme à son tour.

Cela aussi c’est fascinant, car c’est assez rare.

Moi je m’amuse beaucoup. Pas dans le sens où je serai comme le célèbre personnage « Caïus Detritus » de la BD « La zizanie » d’Astérix, qui adore mettre la pagaille et déclencher des disputes partout où il passe. Parce qu’au contraire, je déteste les conflits et je recherche la paix et la sérénité. Mais je m’amuse car jamais je n’aurais imaginé qu’une petite phrase de rien du tout puisse déclencher une telle scène.

Et je repense à ma dernière lecture (Eckart Tollé) qui explique combien certaines personnes se complaisent dans les drames et les scènes conflictuelles. Il me semble que son conseil est juste de se mettre en retrait et d’observer. Sans intervenir. Ne rien faire. Laisser la mayonnaise retomber.

C’est d’ailleurs l’attitude que j’applique de plus en plus quand je suis « prise à témoin » d’un interlocuteur qui déblatère sur un tiers. Les ragots, les remarques acides ne m’intéressent pas. J’essaie d’appliquer les accords toltèques. « Ta parole est d’or », « Ne suppose pas ».

Là on a supposé que je ne voulais pas venir à l’événement et la dispute est partie de cette supposition, malgré les dénégations de mon conjoint.

C’est drôle combien les gens aiment se prendre la tête…

C’est fascinant.

Mais leur petit jeu ne m’intéresse pas.

Alors je les observe.

C’est tout.

Amicalement, Joy Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les accords toltèques et la guerre

Les 4 accords toltèques

Partager des blagues

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème. Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

5 août 2019

Vacances et grands principes

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 53 min

Les vacances d’été permettent souvent aux familles de se retrouver. C’est bien, c’est chouette, mais ça fait parfois aussi rejaillir le passé. Et puis aussi de mettre en parallèle les grands principes des uns et des autres.

Car nous avons tous des grands principes. Des principes qui nous paraissent juste « une évidence » mais qui pour d’autres peuvent sembler totalement loufoques.

Petite liste non-exhaustive de grands principes, parfois contradictoires :

  • Les vacances, c’est fait pour dormir.
  • Les vacances, c’est fait pour en profiter.
  • On se déchausse pour rentrer dans une maison.
  • Il faut prendre une douche tous les jours.
  • C’est mauvais pour la peau de prendre une douche tous les jours.
  • Les fraises glacées, ça fait mal aux dents.
  • Il ne faut pas manger de melon en dessert.
  • Il faut rentrer les parasols la nuit sinon les rayons lunaires les font déteindre.
  • Quand on est invité, il faut apporter quelque chose.
  • Quand on est invité, si ce sont des vrais amis, il faut arriver les mains dans les poches.
  • Quand on nous rend un service, il faut toujours donner quelque chose en échange.
  • La vaisselle, c’est une histoire de bonnes femmes.
  • Le barbecue, c’est une histoire de bonhommes.
  • Pour les enfants, les cahiers de vacances, c’est obligatoire.
  • Les enfants doivent se reposer et ne surtout pas étudier pendant les vacances.
  • Si on a commencé un livre qui ne nous plaît pas, on peut ne pas le lire.
  • Il faut toujours finir un livre, même s’il ne nous plaît pas.
  • Il ne faut jamais relire deux fois le même livre.
  • Etc.

Ce qui peut rapidement transformer le plus paisible des étés en enfer, c’est quand la promiscuité des logements de vacances font se confronter des cultures familiales différentes. Déjà que les horaires ne sont pas toujours les mêmes (« En vacances, il n’y a pas d’horaires » versus « Moi il faut que je mange à midi tapantes ! »), l’entourage de nos proches pas toujours celui qu’on aimerait (« Mais pourquoi faut-il/elle qu’il/elle emmène son partenaire / ses enfants / son chien / son ragondin ? ») mais en plus, chacun arrive avec « ses principes ». Et justement, les grands principes sont tellement ancrés en nous qu’on ignore souvent que ce ne sont que des principes et qu’on pourrait essayer de « vivre autrement » ou tout du moins réaliser  que Autrui ne partage pas forcément ces mêmes principes.

C’est justement l’occasion, pour les vacances, de changer un peu de point de vue.

Mais ce n’est pas toujours facile. Alors en attendant il faut supporter les principes des autres…

… mais heureusement, c’est bientôt la rentrée ! ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

L’été des papillons blancs

« Juin 2015″

Crever l’abcès

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 avril 2019

Le banc « I feel lonely »

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 41 min

Qui m’a raconté cela ?

Je ne sais plus. Un enfant sûrement mais lequel ?

Fidèle à ma mémoire défaillante, je ne me souviens plus. Mais je me souviens de l’idée que j’avais jugée brillante.

Je vous raconte : un enfant (disons que c’était un enfant) m’explique qu’un jour à la récréation, tous ses copains habituels étaient absents ou concentrés sur d’autres jeux qui ne l’intéressaient pas et qu’il se sentait seul.

Je l’imagine très bien dans une bande dessiné, un petit enfant face au lecteur avec une bulle disant « Je me sens seul ! », ce qui se traduirait en anglais par « I feel lonely ! » :-)

Bref, voici notre petit bout tout seul et un peu triste, qui se sent délaissé et qui a la sensation de « rater » la meilleure période de la journée d’école : la sacro-sainte « récré »…

Et là cet enfant me dit : « Alors je me suis assis sur le banc des enfants seuls »…

Ou peut-être ce banc avait-il un nom spécial, je ne sais plus. Moi je l’ai surnommé « le banc « I feel lonely »… ». D’où le titre de ce blog.

Je ne connaissais pas ce type de banc alors j’ai demandé des explications. Et l’enfant m’a expliqué que c’était en endroit spécial où si tu t’y asseyais, les autres comprenaient que tu te sentais seul et que tu voulais que quelqu’un joue avec toi.

J’étais surprise. Aussi j’ai demandé, un peu incrédule : « Et ça a fonctionné ? « 

Oui : des enfants qui jouaient non loin lui ont proposé de jouer avec eux. Ils ne se connaissaient pas mais ce n’est pas grave. Ils ont fait connaissance !… Et cet enfant qui me racontait son histoire était très content. Il s’était bien amusé, s’était fait de nouveaux amis, et n’avait pas « raté » le temps de la récré…

Puis, son histoire terminée, il est reparti jouer à ses jeux d’enfants en me laissant moi plongée dans mes pensées. J’avais trouvé cette histoire de banc formidable. Et dans nos sociétés où le « lien » entre les gens se distend faute de temps, faute d’occasions ou de je ne sais quoi, je me disais : en voilà une idée super ! Pourquoi ne pas l’appliquer dans nos espaces publics ?

Au début je pensais à des bancs spéciaux sur lequel serait inscrit « Si je suis assis ici, c’est que je me sens seul et que j’ai envie qu’on me parle » ou, pour aller plus vite et être mieux compris par les étrangers « I feel lonely ». Mais ensuite je me suis dit que personnellement, je vois souvent trop de monde dans mes journées et que moi si je suis fatiguée et que je m’assois sur un banc public, j’aurais au contraire envie qu’on me fiche la paix. Donc cela m’agacerait qu’on m’accoste parce que, pas de chance, c’était le seul banc disponible et c’était un banc « I feel lonely ». Alors ensuite j’ai imaginé un système avec une languette. Comme pour les toilettes « libre ou occupé ». Un système qui permettrait de dire « J’ai envie de parler » ou au contraire « Laissez-moi tranquille je vous prie ».

Qui sait, cela pourrait même permettre à des couples de se former ?

J’imagine bien la femme agacée d’être trop sollicitée par ces messieurs, qui aurait mis le panneau « Fichez-moi la paix » (en plus poli) et, à l’arrivée d’un beau jeune homme qui lui plaît, le regarderait dans les yeux tout en changeant le système pour « Allez-y, parlez-moi »… S’il ne comprend pas, c’est qu’il ne veut pas comprendre ! (rires)

Bref, j’ai adoré cette histoire et j’espère qu’elle donnera des idées à ceux et à celles qui nous emménagent de si jolis espaces publics. Pour que plus jamais les personnes seules ne se sentent seules… :-)

Car n’oubliez pas : le lien avec les Autres, c’est ce qui fait le sel de notre bonheur ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Principes pour une vie heureuse

La Duchesse de Windsor et la séduction

La parcelle de Dieu qui est en autrui

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...85
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe