Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

5 août 2018

Bonheur, joie et rires

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 04 min

La journée a été dure. Je m’y attendais, mais voilà. La journée a été dure.

Je pensais me sentir libérée et joyeuse le soir venu, mais au contraire, je me sens vidée, sans énergie, totalement déprimée.

Un peu trop de tout dans ma vie. Un peu trop de changements (positifs mais aussi négatifs), un peu trop vite, et un peu trop de travail aussi. Je m’épuise.

Et puis le décès récent de cette personne proche me pèse. Me pèse d’autant plus qu’happée dans ce tourbillons d’activités non réclamées, je n’ai pas eu le temps de « faire le deuil », écrire à cette personne disparue, mettre mes sentiments sur le papier, tourner la page pour oublier. (Un peu. Oublier un peu.)

Alors me voilà : épuisée, à bout de souffle, et je réfléchis à ce que j’ai envie de faire, là, tout de suite ? Dormir ? Une bonne douche sous laquelle pleurer ? Non, même pas. Juste rester allongée là sur mon lit et laisser des larmes silencieuses couler au milieu de l’agitation qui m’entoure.

Soudain, le destin, par la main d’un enfant, me tend un livre. « Tiens ! » me dit-il en retournant jouer, inconscient de ma tristesse. Ce bambin m’a tendu un livre au hasard, par jeu. Mais le hasard existe-t-il ? Certains jurent que non. Alors je combats ma flemme et mon ras-le-bol pour ouvrir le bouquin et lire quelques pages. Un livre sur la spiritualité. Ce détail m’amuse, car ce n’est pas vraiment courant chez moi.

Je l’ouvre donc et l’auteur m’explique que pour obtenir quoique ce soit dans cette vie, il faut d’abord avoir l’intention sincère de l’offrir aux autres. Exemple : « Si vous voulez recevoir de l’amour, apprenez à donner de l’amour ».

Je souris : cela ressemble assez à ce que je pense. Alors je poursuis ma lecture et mon cerveau, qui ne sait pas faire deux choses à la fois (à mon avis le cerveau est masculin ! (humour féministe, désolée)) ;-) … Je disais donc, mon cerveau qui ne sait pas faire deux choses à la fois oublie le chagrin dans lequel je m’engluais.

Puis je lis cette pépite : il faut apprendre à offrir quelque chose à toute personne que l’on rencontre. Pas forcément quelque chose de matériel, bien au contraire. Un compliment ou une prière sincères font encore mieux l’affaire. Et voici l’auteur (Dr Deepak Chopra) de conclure :

« A chaque fois que je rencontrerai quelqu’un, je lui souhaiterai silencieusement bonheur, joie et rires »

J’adore ! J’adore, j’adore, j’adore !… Tellement proche de mes prières silencieuses pour toutes les personnes que je croise dans la rue, dans les transports !… C’est merveilleux. Je suis peut-être un peu folle de penser ainsi mais visiblement je ne suis pas la seule. :-)

Voilà, mon chagrin est oublié. Me voici à nouveau heureuse. Cela me fait du bien de savoir que je ne suis pas seule à vouloir le bonheur pour tous les humains (et les animaux aussi, tant que nous y sommes). :-)

« Bonheur, joie et rires »… Voilà ce que je vais souhaiter désormais à tous ceux que je croise.

Et vous qui me lisez, je vous souhaite également, et sincèrement, du « bonheur, joie et rires »… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Principes pour une vie heureuse

Ma prière du soir (en tant qu’athée)

Priez pour nous

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 juillet 2018

Tu ne pouvais pas me faire plus plaisir !

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 47 min

J’aime offrir des cadeaux.

Pas forcément des cadeaux coûteux, mais des objets parfois fabriqués par moi-même, ou recyclés, qu’importe, mais surtout un cadeau parfaitement ajusté à la personne à qui je l’offre.

Je l’ai déjà expliqué dans un de mes premiers articles : nous n’avons pas les mêmes goûts : ni dans la cour du lycée pour le choix des « beaux mecs » ni pour le reste. Aussi j’adore trouver « la » personne qui aimera tel objet que je possède et dont je ne veux pas, ou bien acheter l’objet qui fera le bonheur de tel(le) ou tel(le) ami(e). Ou encore lui fabriquer moi-même le cadeau qui convient.

Or, parmi mes amis proches, l’une d’elle est très enthousiaste à chaque fois que je lui offre quelque chose. Plutôt qu’un vilain « Il ne fallait pas ! » qui décourage et déçoit (et que je dis souvent, ce n’est pas bien) ;-) , elle s’exclame toujours :

« Tu ne pouvais pas me faire plus plaisir ! »

Et de m’expliquer combien elle adore ce cadeau en particulier, que j’ai touché juste, que c’était parfaitement ce qu’elle voulait. Ce qui me ravit d’autant plus qu’elle est adepte de la méthode de rangement de Marie Kondo et est plutôt du genre à « faire le vide » et à ne pas s’encombrer d’objets.

Alors oui : j’adore lui faire des cadeaux !… Parce que son enthousiasme est comme une vague d’énergie et d’ondes positives. Des mois, des années après, je me souviens de ce moment où je lui ai offert quelque chose et j’en souris tendrement.

J’aime notre amitié, j’aime cette femme si gaie et si vivante. Je me sens chanceuse de posséder la chance de la connaître et de partager parfois quelques moments de complicité, de bavardages et de rires avec elle.

Pour moi, savoir trouver « le » cadeau qui convient à « la » personne, c’est cela. Ce n’est pas exhiber mon portefeuille (car souvent ce n’est pas un objet coûteux du tout), c’est faire plaisir à l’autre et surtout à moi-même.

Et les sourires que je reçois en retour sont pour moi de merveilleux cadeaux.

Alors merci à cette amie de savoir si bien accueillir ce que je lui offre, et note pour plus tard : apprendre à remercier ceux et celles qui m’offrent quelque chose de la même façon, avec autant d’enthousiasme. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Un super cadeau de Noël

Savoir remercier pour un cadeau

Une idée de cadeau pas cher (et écologique)

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

1 juin 2018

Et puis Vincent

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 05 min

Journée de repos.

Sauf que journée speed quand même.

Fidèle à ma façon de jouer au tétris avec le temps, j’ai encore trop blindé mon emploi du temps et à l’heure où d’autres boivent un café, moi je n’ai pas encore eu le temps de déjeuner.

Alors hop, je me prépare quelque chose : c’est sur le feu et ce sera prêt dans quelques minutes ; mon timing est tenu, je me sens satisfaite.

Sauf que…ça sonne à la porte.

Qui me dérange à cette heure-ci ? Je râle déjà intérieurement. Je suis speed, je cours tout le temps, là je m’apprêtais enfin à me reposer quelques instants et on me dérange !… Je pars ouvrir la porte, mécontente de l’interruption, stressée à l’idée que mon steak brûle dans la poêle, bien décidée à envoyer bouler rapidement l’intrus(e).

C’est un homme. Un homme que je ne connais pas. Et il commence un discours comme quoi il sort de prison, ou bien est dans un foyer de jeunes délinquants ou je ne sais quoi, qu’il est en réhabilitation et propose des œuvres d’art à la vente pour se payer de quoi se loger et reprendre ses études.

Dans la cuisine je sens mon steak grésiller…

Mentalement je songe déjà à répondre un truc genre « Merci mais non, bonne journée » et refermer la porte avant de mettre le feu chez moi quand l’homme me tend une feuille avec ce que je suppose être les grandes lignes de son CV, je ne lis pas tout, pas le temps. Il continue son discours, expliquant que c’est via le biais d’une organisation qu’il propose ces dessins.

Je m’apprête à ouvrir la bouche, à lui dire d’aller se faire voir ailleurs (mais poliment, je ne suis pas un monstre) quand un détail attire mon attention : l’homme a noté le même lieu de naissance que le mien. Et disons que là où je vis, c’est assez rare comme coïncidence.

Bizarrement, cela change tout. Je lui ouvre la porte et le fais rentrer, consciente des dangers que cela suppose. Je suis seule et il vient de me dire qu’il est un ancien délinquant. Mais mon steak brûle et je le fais entrer.

Je lui demande de m’accompagner dans la cuisine. Une odeur délicieuse du plat familial préparé pour le soir nous assaille. Je sauve mon steak. Froid, ce sera inmangeable. J’indique donc que « désolée, mais si cela ne vous dérange pas je vais manger pendant que vous m’expliquez votre histoire ». Et comme je suis bien élevée, je lui en propose la moitié. L’homme voit bien qu’il s’agit d’une part pour un alors il refuse poliment. Je le considère : « Vous avez mangé ? »

Clairement, je sais que la réponse est non. Il semble dormir dans la rue régulièrement et semble saliver avec l’odeur de ma cuisine. Il n’ose pas répondre, j’insiste, il répond que si j’insiste il prendrait volontiers une banane dans la corbeille de fruits. J’accepte, il prend la banane et la fourre dans son sac mais je vois bien qu’il a faim. Alors j’insiste. Ce ne sera pas dit que quelqu’un sort de chez moi avec la faim. Je jette un œil au plat familial qui sort du four. Il y en aura bien assez pour mon conjoint et moi ce soir. Alors je lui en propose, il refuse poliment mais cela se voit qu’il en rêve. J’insiste, je le sers, pousse l’assiette devant lui. Il est heureux. Il mange alors en réfléchissant au nombre d’années passées sans avoir goûté de ce plat…

Au final, nous discuterons, il est passionnant, très intéressant, sain dans sa tête. Bien plus que d’autres personnes qui ont un toit, un métier, une vie construite. Et bien que je sois dans une période d’économies dratiques, je lui achèterai un de ses dessins.

Il s’appelle Vincent. Il est reparti, je lui ai souhaité bonne chance.

Et j’ai laissé son dessin traîner, bien en vue. Pour me rappeler que même si parfois ma vie me paraît pénible, il y en d’autres qui galèrent bien plus que moi. Et que même si je cours tout le temps, il fait bon, de temps en temps, de prendre le temps de s’arrêter pour les écouter et les aider.

Pour cette leçon, je te remercie Vincent.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La solidarité et la chaleur

26 ans et bienfaiteur de l’humanité

Aider un enfant à distance

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...83
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe