Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

15 octobre 2019

Perdue dans la foule

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 02 min

Je m’élance dans la foule et je rigole toute seule en imaginant la panique que ressentiraient certaines personnes de ma famille s’ils étaient à ma place. Car quiconque est habitué aux grands espaces, aux horizons infinis, aurait de quoi stresser dans cette foule-là. Dense, compacte. Elle est partout. Partout du monde, et il faut slalomer pour réussir à avancer vers son but.

Et justement, dans ma tête, je ne suis pas perdue dans la foule, mais je suis sur un circuit de jeu vidéo. Me voici pilote de voiture de courses et les autres passants sont des bolides que je dois éviter de percuter. Droite, gauche, attention, on me dépasse !… Je ne suis plus du tout dans la réalité, je suis dans mon monde qui est bien plus amusant. Arriver jusqu’à mon chemin en slalomant entre les passants comme s’ils étaient des voitures de courses me plaît beaucoup. Pas très sérieux ? Non, en effet, mais qui le devine ?… Et qui me demande d’être sérieuse ? Personne ! D’ailleurs parfois dans ma tête je fais comme les enfants et je crie en silence « Vrrrrrroum !!! ». Voire même, il peut m’arriver de klaxonner mentalement : « Pouêt pouêt ! » (parce qu’un klaxon qui fait « pouêt pouêt », ce n’est pas sérieux non plus et c’est amusant).

Alors voilà, quand je suis perdue dans une foule, je peux jouer à m’imaginer que je suis dans une voiture de courses…

Mais ce n’est pas le seul jeu. Parfois, je revois le vieux jeu vidéo de mon enfance avec des astéroïdes qui arrivaient en faisant des bruits bizarres et moi j’étais un vaisseau spatial qui devait les détruire en tirant : « Piou ! Piou ! »…

Alors je m’imagine ce jeu aussi, mais évidemment, c’est pour rire, je ne compte pas du tout tirer sur des passants-astéroïdes, là je cherche à les éviter, car dans le jeu on pouvait aussi éviter les astéroïdes plutôt que les détruire. :-)

Et je m’amuse toute seule en pensant au niveau de ce jeu (où je perdais souvent) car les astéroïdes arrivaient par l’arrière. Et je m’imagine soudain un passant qui me rentrerait dedans dans le dos… Non, pas réaliste, évidemment, mais c’est rigolo… :-)

Parfois, quand je suis dans la foule, j’observe avec attention les vêtements que les uns et les autres portent et j’essaie de comprendre comment ils sont assemblés. Pour faire ce manteau, il a fallu combien de morceaux de tissus ? Et cette poche, comment a-t-elle été associée ? Et cette jupe, là, contient-elle des « pinces » ? Y a-t-il une fermeture éclair ?… Avec un tissu plus fin, est-ce que cela aurait rendu le même effet ? J’imagine, je visualise, je réfléchis et le temps passe plus vite (pratique quand on attend un bus)…

Mais le plus souvent, quand je suis dans la foule, je suis dans la contemplation des gens eux-mêmes. J’admire la diversité des êtres humains. Il y en a des petits, des grands, des gros, des maigres, des blonds, des bruns, des roux, des peaux noirs, blanches, bleues (ah non, pas bleues), des frisés, des cheveux raides, des casquettes, des chauves, tout. Il y en a de toutes les couleurs, des gens, et je les aime tous. Dans leur diversité ils sont magnifiques !… Et en les observant je m’interroge : eux, se trouvent-ils beaux ? Savent-ils qu’il y a moi, là, quelque part, qui les regarde et les admire et qui me réjouit que nous soyons tous si différents et à la fois si beaux dans notre unicité ?

Je ne sais pas. Mais qu’importe. Ils sont là, dans cette foule qui m’entoure, je les observe tous, un par un, et je les aime et je me sens bien. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Fluctuat nec mergitur

Crocodiles en perles et créatures de Dieu

A la façon de Louis de Funès

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

 

10 octobre 2019

« J’aime ta personnalité »

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 41 min

Je ne connais pas vraiment cette dame. C’est une connaissance, elle est plus âgée que moi et j’aime l’écouter me raconter ce qu’elle veut. Souvent des soucis de santé, réels ou imaginaires. J’aime me perdre dans la couleur insolite de ces yeux, comme si des étoiles dorées avaient parsemé ses prunelles d’un vert déjà lumineux. Elle est âgée et je la trouve belle. Très belle. J’essaie de l’imagine plus jeune. Elle devait être magnifique. Mais rien dans son discours ne laisse supposer qu’elle était une méga bombe. Elle est juste normale. Je l’aime bien.

Je l’aime bien et tout à coup elle me sort cette phrase qui me laisse pantoise :

« J’aime ta personnalité ».

Qui ? Moi ? Quelle personnalité ?

Je suis bien incapable de définir ma « personnalité. Je me contente d’être moi, d’être heureuse et de rendre les autres heureux.

Et puis sincèrement, encore une fois, c’est elle qui parle et moi qui me contente d’écouter. En quoi peut-elle percevoir ma « personnalité » à travers mon écoute attentive ? Je ne dis rien de moi. Je me contente de l’écouter. Est-ce cela qu’elle aime en moi ? Le fait que je l’écoute et que je ne la juge pas ?

C’est bête, ce n’était qu’une simple phrase mais je me sens… gênée. Bizarre. On m’a déjà fait des compliments par le passé, sur ma bonne mine, mes formes, la couleur de mes chaussettes voire même ma cohérence… Mais ma personnalité, jamais.

Qu’est-ce que c’est d’abord, qu’une personnalité ? C’est abstrait. C’est difficile à définir…

Et en quoi cela me gêne d’abord ? Est-ce que cela a un lien parce que, tout au fond de moi, l’ancienne petite fille que j’étais s’est toujours jugée indigne d’être aimée ? Ce qui devait justifier à ses yeux, je pense, la « violence éducative ordinaire » de son milieu ?…

Mais non ! Je suis une adulte maintenant ! Et si une personne me dit qu’elle aime ma personnalité, et bien je la crois. Elle a le droit. Qu’importe si je ne sais pas bien ce qu’elle entend pas là. Est-ce qu’on me demande de prouver pour quelles raisons je vais aimer telle ou telle personne ou « bien m’entendre » avec tel individu ou tel autre ?

C’est comme cela. Il y a des gens qu’on aime, d’autres qu’on apprécie moins, c’est comme cela. Et qu’importe ?

A nous d’être assez malins pour savoir apprécier les premiers et éviter les autres.

En l’occurrence, moi j’aime bien cette dame, j’aime l’écouter et cela, bien avant qu’elle me dise qu’elle aime ma « personnalité ».

Alors, qu’est-ce que cela change ? Rien.

La vie est belle et je vous souhaite à tous de savoir en profiter… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« J’aime ta cohérence »

La parcelle de Dieu qui est en Autrui

Read’n return

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 septembre 2019

La culture de l’humiliation

Classé dans : Entre nous,Lectures conseillées,Les grands principes — joy369 @ 12 h 25 min

Quelques minutes de tranquillité. Envie de regarder une vidéo du fabuleux site ted.com. Je « feuillète » leur catalogue impressionnant, ne sachant pas trop quoi choisir. Mon choix tombe finalement sur une vidéo d’une Américaine.

N’étant pas du tout portée sur les « people », j’avoue avoir mis un peu du temps à me rappeler qui elle était, mais même moi je la connaissais :

Monica Lewinsky

L’ancienne jeune stagiaire de la Maison Blanche qui a été connue mondialement pour avoir eu des… comment dirais-je ?… des « attentions particulières extra-conjugales » avec le président des USA de l’époque : Bill Clinton.

Si ma mémoire est bonne (réponse : non, en général, ma mémoire est mauvaise (rires)), ça avait été un chouette scandale.

Aujourd’hui, personnellement, j’avoue que de toute cette histoire je ne retiens rien. Juste que celle qui était à l’époque l’épouse bafouée, Hillary Clinton, a effectué une jolie ascension politique.

Mais « la jeune stagiaire » ? Monica Lewinsky ? Qu’est-elle devenue ?

Aucune idée !…

La vidéo sur TED ne le dit pas d’ailleurs. Mais cette vidéo est très bien. Car Monica Lewinsky présente avec beaucoup de douceur « sa » version de l’histoire : une jeune fille amoureuse de son patron, un faux-pas, et une incroyable cabale qui s’est ensuivie. La première histoire de harcèlement médiatique planétaire car, avec Internet et autres médias, tout a été partagé très rapidement.

A ce niveau de la vidéo, je me dis que oui, c’est intéressant, mais bon, c’est sa vie…

Sauf qu’elle poursuit astucieusement en généralisant aux autres victimes du harcèlement et de l’humiliation, aux victimes qui n’ont peut-être pas eu sa force ou l’amour de son entourage familial comme elle… et qui se sont suicidées.

Car l’humiliation peut conduire jusqu’au suicide, et j’ai été marqué par son témoignage, quand elle explique que sa mère ne la laissait jamais seule pendant plusieurs mois, lui interdisant de prendre une douche porte fermée de peur qu’elle ne mette fin à ses jours…

C’est vrai que… même moi qui ne suis pas le moins du monde intéressée par la vie des People, je me rappelle d’elle. Et c’est vrai qu’il est difficile d’être moins humiliée qu’elle ne l’a été…

Et pourtant aujourd’hui je l’admire d’avoir la force de se montrer au grand jour pour témoigner justement pour que cesse la culture de l’humiliation. Et sa conclusion est très belle. Pour lutter pour la fin de l’humiliation, il faut d’une part cesser cette curiosité malsaine pour tous ces scandales, et d’autre part il faut développer notre empathie.

« Shame cannot survive with empathy »

Voici ces mots et je suis d’accord avec elle : la honte ne peut pas survivre à l’empathie.

Si, plutôt que juger et ricaner, nous nous mettions à la place de ceux et celles qu’on cherche à humilier, si nous développions notre empathie, nous ne serions pas dans le jugement et l’humiliation. Nous serions dans la compréhension et l’acceptation.

Et peut-être sauverions-nous des vies ?

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Sachez reconnaître le harcèlement moral

Vous connaissez l’assassin !

Les culottées, des femmes qui en ont

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...86
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe