Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

20 février 2020

Le manque d’argent ne fait pas le bonheur

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 31 min

L’adage dit que l’argent ne fait pas le bonheur.

C’est vrai.

Il ne suffit pas d’être riche en argent pour être riche en bonheur.

Et sur le sujet, j’aime beaucoup la fraîcheur du roman suédois « Les larmes de Tarzan ». L’héroïne en verserait moins, des larmes, si elle avait un peu plus d’argent…

Et en effet, cet article confirme ce que chacun se doutait : le manque d’argent ne fait pas le bonheur.

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-science-decalee-manque-argent-contribue-t-il-malheur-52829

Comme j’ignore si dans le temps, ce lien fonctionnera toujours, je vous résume rapidement de quoi cela parle : il y a eu une enquête sur la durée et il s’est avéré qu’une personne dont le niveau de vie baissait, non seulement avait du mal à être heureux, mais sur la durée il ne s’habituait pas plus à sa nouvelle condition. Ce que j’ai traduit par : le manque d’argent ne fait pas le bonheur…

Comme je ne connais pas d’astuces pour être plus riche, sauf peut-être limiter les addictions (drogue, cigarette, alcool, jeu, etc) et, pour ceux qui peuvent, de faire des études utiles au maximum de ses capacités, je ne peux que conseiller d’apprendre au minimum à gérer ses dépenses…

Je suis sidérée du nombre de personnes qui s’achètent en permanence des gadgets…

Avoir une « fibre écologique » est un excellent moyen de limiter ses dépenses car avant d’acheter un gadget, cela heurte notre sensibilité de remplir la poubelle avec un truc suremballé / un objet inutile / quelque chose qu’on a déjà…

Parfois, moi aussi je serai tentée de « craquer » pour un truc dont je n’ai pas réellement besoin. Et même si j’ai l’argent sur le moment pour acheter la babiole en question, souvent le fait de m’arrêter deux secondes et de réfléchir à la fabrication de l’objet suffit à me refroidir. Combien de litres d’eau a-t-il fallu gaspiller pour fabriquer un tel objet ? Et qui l’a fabriqué ? Dans quelles conditions ? Si l’objet est très peu cher, c’est souvent qu’il est de mauvaise qualité, mais aussi fabriquer par des enfants, ou bien par des adultes sans aucune protection.

Ai-je réellement envie de combler ma vie d’objets inutiles si derrière mon plaisir égoïste des êtres humains doivent subir un travail d’esclave ?

Chacun répondra à cette question selon sa conscience, mais pour ma part, mon choix est fait.

Et cela tombe bien car en évitant d’acheter n’importe quoi, je maîtrise mon budget, et je suis donc « moins pauvre » (ou « plus riche »), ce qui me conduit… au bonheur !!! :-)

C’est parfait, c’était justement là où je voulais aller… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Budget : les désirs et les besoins

Eviter les problèmes financiers

Qui est vraiment riche ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

10 décembre 2019

Patron à 4 ans

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 27 min

Encore un article sur l’excellente BD « Les petites victoires » d’Yvon Roy. Cette BD explique les nouvelles méthodes du père d’un enfant autiste pour aider son enfant à développer ses capacités. Mais il y a surtout beaucoup de tendresse et de justesse. Dont cette pépite que j’apprécie beaucoup et qui ne conseille pas uniquement les parents d’enfants autistes mais bien tous les enfants.

Voici dont cette citation du personnage principal :

« Tu vois, autiste ou non, faut éviter à tout prix que ton gamin finisse par se croire le patron. Tu imagines être patron à 4 ans ? Y a de quoi devenir super anxieux ».

Et en effet, nombreux sont les parents qui ne réalisent pas cela. Parce qu’ils pensent que « ne jamais dire non » est aimer leur enfant (erreur, terrible erreur!), ils lui donnent malgré lui tous les pouvoirs.

Et si cela peut sembler agréable un temps, c’est terriblement anxiogène pour un enfant. Car c’est bien trop de responsabilité. C’est aux adultes de prendre les décisions à sa place, du moins l’essentiel des décisions. L’enfant peut choisir s’il préfère le pyjama gris ou le pyjama bleu, mais c’est l’adulte qui impose le pyjama pour dormir et non pas le jeans. Parce que l’adulte, de par son expérience, sait qu’il est plus agréable par exemple de dormir dans un vêtement doux… mais sait aussi que le tissu solide du jeans survivra plus longtemps aux escalades de la cour de récréation…

Sans jouer au tyran, le parent doit savoir s’imposer au besoin. C’est à lui d’apprendre à l’enfant à respecter les règles, les autres, sa propre sécurité et les institutions.

Et, de nombreux professeurs des écoles vous le diront : si à 4 ans vous ne lui apprenez pas à obéir (et donc vous ne laissez pas commander), pourquoi vous étonner ensuite à l’adolescence qu’il ne vous obéisse pas ? Savoir doser autorité et bienveillance est un art. Ce n’est pas simple, mais laisser les petits bouts commander, ce n’est pas penser à leur bien-être. Bien au contraire.

Et ce n’est pas de l’amour parental, c’est de l’irresponsabilité.

Quatre ans, c’est un âge idéal pour jouer, pour apprendre, pour grandir, mais pas un âge pour devenir patron ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Secrets de parents français

Les niveaux de bêtises (pour les enfants)

Le pot de confiture

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 novembre 2017

« A vos ordres, chef ! »

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 32 min

Je rencontre un ancien collègue parti vivre sa vie dans une autre entreprise. Comme je n’étais même pas au courant de son départ, je l’interroge sur les raisons de sa démission.

Il me raconte alors plusieurs choses, dont cette anecdote que j’adore :

Cet homme s’est retrouvé un jour à travailler sur un projet sensible avec une dame. Il arrivait en tant qu’expert, elle en tant que chef du projet. Un jour, elle se précipite vers lui et lui ordonne de faire telle chose, là, tout de suite, maintenant.

Quand il lui demande pourquoi (je précise que c’est un cadre habitué à être autonome) elle lui répond dans l’urgence qu’elle n’a pas le temps de lui expliquer, qu’il faut qu’il obéisse, point.

Il est un peu surpris car c’est lui l’expert, et peut-être que ce qu’elle lui demande de faire génèrera des conflits par la suite.

Mais il obéit.

Le lendemain matin, de la même manière totalement speed, la même dame revient vers lui et lui dit que non, finalement elle a réfléchit pendant la nuit et que tout compte fait, il faut qu’il fasse tout autre chose que ce qu’elle lui a demandé la veille.

Pour extrapoler, disons qu’elle lui avait demandé de repeindre le plafond en rouge un jour et que le lendemain elle se dit que non, finalement, maintenant qu’il a tout peint en rouge, le bleu serait mieux.

Et encore une fois, elle ne lui explique pas pourquoi elle lui fait faire cela.

Imaginons qu’elle lui demande de faire la peinture et que l’expert sait qu’il va y avoir d’autres travaux dans la pièce avant que la peinture ne soit sèche et qu’il risque d’y avoir de la poussière et de sciure de bois sur les murs collés à la peinture. Mais encore une fois, la dame ne veut pas l’écouter, elle n’a pas le temps. Il sait peindre ? Qu’il peigne et qu’il se taise.

Alors il peint. Du moins, il obéit.

Et, quelques jours plus tard, cette dame le croise et lui demande ce qu’il fait.

« Rien » lui répond-il. « J’attends tes ordres ».

Comprenez bien qu’il s’agissait d’un expert, cadre, habitué à travailler en toute autonomie et de façon intelligente. Mais à force de le traiter en bébé « Fais pas ci, fais pas ça » ou plutôt « Fais ceci, fais cela », il faisait exprès de jouer l’idiot.

Cette histoire m’a bien fait rire. Et malheureusement pour la société, cet expert reconnu a fini par prendre ses clics et ses claques et a démissionné.

Tout cela parce qu’encore de nos jours, malgré toutes les études qui montrent combien sont efficaces (et rentables pour une société), certains dirigeants préfèrent jouer aux « petits chefs ».

C’est dommage.

Mais en cette période (qui s’amorce à peine) de pénuries de cadres expérimentés, c’est surtout idiot.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Comment (ne pas) motiver vos troupes ?

Le management par l’opposition ou comment détruire une société

Le collège du bonheur ou comment une personne peut tout changer

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

 

12345...15
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe