Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

5 mars 2021

Pas sa femme, son amante !

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 00 min

Mon interlocutrice a 75 ans. Elle me donne des nouvelles de chez elle, du village où elle vit, et pour une fois ce n’est pas « l’enterrement d’Untel » ou « le décès d’Unetelle » qui la passionnent mais une information positive : son amie (du même âge) s’est remis en couple. Une veuve avec un veuf.

Aucun des deux n’a moins de 75 ans et je me réjouis pour eux. Quelle joie de célébrer à nouveau l’amour !…

C’est merveilleux, et je me réjouis également que mon interlocutrice, pourtant si prompte à voir du triste partout, se réjouit pour ce nouveau couple également.

Elle ne proteste même pas quand je lui dis que la prochaine sera peut-être elle, puisqu’elle est seule elle aussi.

Est-ce que ce confinement répété a permis aux gens de prendre conscience que la vie à deux est souvent plus rigolote?

Quoique…

On connaît tous des couples qui feraient mieux de se séparer… Des couples où l’on crie, où l’on se fait la gueule et où le bonheur semble absent…

Justement…

Voici que mon interlocutrice se rappelle les moments passées avec le veuf en question, celui du « nouveau couple ». Car dans un petit village tout le monde se connaît. Et elle l’a connu naguère, quand il était en couple avec celle qui fut sa femme et qui n’est plus.

« Oh ! Il était odieux avec elle ! »…

Ah.

Cela n’augure rien de bon pour son amie…

Je lui demande des éclaircissements. Elle m’explique avoir été témoin de méchantes remarques blessantes entre lui et sa feue épouse… Bon, elle ne vivait pas avec eux non plus mais justement, elle trouve étrange qu’il se soit permis de rabaisser ainsi celle qui était son épouse devant elle, qui ne les connaissait pas tant que cela. (Note : cela signifierait-il qu’on ait le droit de mépriser notre conjoint(e) devant des proches ?… Ou cela signifierait-il qu’on ait le droit de mépriser notre conjoint(e) tout court ?…)

Mon interlocutrice reprend ses réflexions et s’inquiète soudain pour son amie mais elle tranche aussitôt :

« Non, cela se passera mieux avec elle car elle n’est pas sa femme mais son amante ! »…

Les bras m’en tombent…

Le mot « amante », légèrement désuet, me fait sourire. Mais je suis estomaquée par le sous-entendu de cette phrase : comme s’il était entendu qu’une épouse puisse être moins bien lotie qu’une « amante » car… à la merci du mari.

Et de fait, surtout pour certaines générations où la femme ne travaillait pas et n’était donc pas indépendante financièrement, les femmes se retrouvaient à la merci de leurs époux. Réduites en esclavages. Un esclavage moderne allais-je dire, mais je ne suis pas sûre qu’il soit si moderne que cela. Malheureusement je pense que depuis des siècles voire les millénaires les femmes se sont retrouvées esclaves de leurs conjoints.

Pfff !… Quelle conclusion !…

Enfin, je me réjouis pour l’amie de mon interlocutrice : sa pension de réversion lui servira au moins à cela : à ne pas tomber dans la servitude d’un (autre) homme pour une raison financière… S’il la traite mal (ce que je n’espère pas), je croise les doigts pour qu’elle ait le courage de l’envoyer se faire voir ailleurs !… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les quartiers des femmes…

Débarrassée !…

Aux armes citoyennes !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

15 novembre 2020

Punition d’amour

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 33 min

A chaque rencontre, chaque découverte, je m’interroge : que suis-je censée apprendre ?

Cette façon de penser est très amusante, cela m’oblige à chercher en permanence le « petit truc » qui me fait tilt. Mais forcément, je n’y pense pas toujours.

Aussi, quand j’ai abandonné avec soulagement un livre que j’ai jugé insupportable sans même l’avoir fini (un exploit me concernant !), je n’ai même pas songé à me demander ce que cette horreur de bouquin avait bien pu m’enseigner…

Pourtant un passage du livre résonne toujours en moi. La punition d’amour.

Qu’est-ce donc ? Une punition pour un membre d’un village qui a frappé une autre personne : être entouré des semaines durant par d’autres personnes du village qui se relayaient auprès de lui pour lui offrir de l’amour-humanité tant et plus. Lui rappeler toutes ses bonnes actions passées, tous ses actes de générosité et de gentillesse, passer en revue toutes ses réussites humaines utilisées à faire du bien autour de lui.

Tant et tant que le village réussit à ramener cet homme devenu amer par la vie à une meilleure humeur…

Cela peut sembler bête, naïf même, mais pourtant tous les parents savent bien que cela fonctionne parfaitement avec les enfants. Souvent les « grosses crises » signifient juste « J’ai besoin d’amour ».

Et si c’était pareil pour les adultes ? Pour les criminels ? Les personnes coupables d’actes atroces ?…

Évidemment, il faudrait pouvoir trouver des volontaires pour avoir la force de se relayer auprès d’eux pour les ramener à la raison par la douceur. Personnellement je ne suis pas certaine du tout d’avoir cette abnégation.

Pourtant, pour avoir visualisé un extrait d’un procès d’un tueur en série américain qui ne montrait aucun remord face à ses crimes, j’ai été très impressionnée par le retournement de situation quand l’un des parents d’une victime a osé lui exprimer du pardon.

De buté, le criminel est devenu soudain comme un petit enfant qui s’est soudain mis à pleurer.

C’était impressionnant.

Est-ce qu’un jour nos sociétés « puniront » ainsi ?

Il faut une grande force, une immense force pour donner de l’amour à certaines personnes.

Nous sommes en train de commencer par apprendre à prendre soin de nos enfants. C’est déjà un progrès. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La pression de la société

Gandhi a dit…

Une punition intelligente…

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 décembre 2019

Prière du matin

Classé dans : Entre nous,Petits bonheurs — joy369 @ 12 h 39 min

La lumière du jour traverse les rideaux et me réveille. Je me lève, regarde l’heure, il est encore tôt et j’ai encore sommeil. Aujourd’hui nous sommes en congés, nous pouvons paresser. J’ajuste un peu les rideaux pour augmenter l’obscurité et je retourne me coucher.

Instinctivement, je me colle contre le corps tout chaud de mon compagnon. Il dort encore.

Nous nous endormons toujours dans les bras l’un de l’autre. De vrais petits chatons. Malgré les années, les bons moments et les moins bons, nous sommes toujours lovés l’un contre l’autre.

Alors je me serre contre lui. Il est tout chaud, tout doux, je me sens bien.

J’entrouvre les yeux et je le regarde. D’où je suis, je vois son profil. Il est beau. Je le trouve beau. La semaine dernière encore il riait et me disait : « Je ne sais pas si tu as compris mais je ne suis pas particulièrement un sex symbol »… Mais qu’importe s’il n’est pas un sex symbol ? Il est mon Prince Charmant à moi. Selon les goûts à moi. Je me fiche bien qu’il corresponde ou pas aux critères de beauté de la Société. Il est beau selon mes critères. Il avait insisté : « Je sais que tu préférerais que je fasse un peu plus de musculation ». Et j’avais ri : « Parce que moi je suis la reine de l’aérobic peut-être ? »

Je suis bien avec lui. Je me sens bien. Je suis heureuse.

Et là, lové contre son corps, je prends conscience, comme quasiment tous les matins de farniente, de mon bonheur.

Soudain, maudite culture judéo-chrétienne, un éclair de pensée : pourquoi je pense à cela ? Est-ce qu’il va mourir ce soir ? Un accident de voiture, qu’en sais-je ? Est-ce que ce bonheur me sera enlevé ? Est-ce que je me coucherai seule ce soir ?

Je reprends le contrôle de mes pensées : non, il n’y a aucune raison. Il faut que j’arrête avec cette croyance que tout bonheur se paye. On a le droit d’être heureux. Tout le temps. J’y arrive quasiment. Cela surprend mais oui : je suis heureuse au quotidien. Rares sont les jours où je ne le suis pas.

Et s’il meurt vraiment ce soir ? Hé bien tant pis. C’est la vie. On ne va pas s’empêcher de vivre pour cela. L’essentiel c’est de profiter de chaque journée, de chaque instant. Et cela, je l’ai fait. Tout comme je profite de l’instant, là, lovée contre lui… :-)

Et je prie pour que ce bonheur partagé continue encore longtemps… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le but de la vie ? Etre heureux

Rose de St Valentin…

L’homme parfait

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...26
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe