Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

20 janvier 2020

Débarrassée !

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 22 min

Enfin !… Je m’en débarrasse !…

Quel soulagement ! Pour un peu j’en danserais de joie !…

Bon, j’avoue, je suis un peu excessive… Il n’y a rien de transcendant à jeter un emballage à la poubelle…

Mais enfin si, un peu. Car je n’aime pas jeter.

Et ce tube de « crème pour le visage » traînait depuis trop longtemps chez moi… Mais il n’était pas fini. Et je déteste gaspiller. Alors je ne le jetais pas. Mais là il est vide alors hop ! C’est fini, je ne veux plus le voir. Ni lui ni ses semblables !…

Dans un sens, derrière ma satisfaction, ce n’est pas seulement cet emballage que je fête mais les changements de valeurs de ces dernières années qui font que non, plus jamais je ne souhaite avoir chez moi ce genre de « produit de beauté »…

Et qu’est-ce que cela veut dire d’abord ? Que je ne suis pas assez belle telle que je suis ?…

Mon corps est tel qu’il est, mon visage aussi. Forcément, je ne suis pas un top-model issu d’un photomontage Photoshop. Je suis une femme normale. Donc imparfaite physiquement. Mais c’est cela qui fait ma beauté. :-)

Pourtant, la première « crème » que j’avais achetée, qu’est-ce que j’avais pu l’attendre !… C’était un échantillon reçu avec un magazine « féminin »… Comme quoi les publicitaires ont raison de nous faire découvrir des échantillons. La texture était douce, fondante, d’une fraîcheur exquise, et moi qui commençait à me définir (« Je suis comme ci, j’aime cela »), jeune étudiante fauchée qui découvrait la vie, je m’étais jurée qu’un jour, avec mon salaire, je m’achèterais cette « crème pour le visage »…

Voilà, certains pensent que la réussite, c’est de s’acheter une montre de luxe, moi, c’était entre autres cette crème… (rires)

C’est ridicule, je suis d’accord, mais sur le coup j’avais été fière d’aller dépenser mon argent de jeune salariée dans une parfumerie pour choisir cette crème. La crème qui m’avait fait rêver étant étudiante…

Je lui avais été longtemps fidèle… Mais bon, quand on n’est pas habituée à se tartiner la figure de crémouse, on n’est pas habituée… Et puis un jour j’en ai eu assez. Pas vraiment sûre que les produits chimiques contenus dans tous ces produits fassent réellement du bien à ma peau. Et puis jeter ce tube plastique qui ne sert à rien à la poubelle ensuite, juste pour mon petit plaisir égoïste, est-ce vraiment bien sérieux ?

Donc j’ai décidé de ne plus acheter de crème de ce genre… D’ailleurs je ne l’utilisais plus vraiment… Sauf qu’une connaissance, persuadée que l’amour des autres s’achète et toujours prompte à « faire des cadeaux »… m’a rachetée la même… Forcément, elle l’avait vue chez moi !… Sauf qu’à force de suppositions et pas de communication (et les « accords toltèques » alors ?), son cadeau ne m’a pas vraiment fait plaisir… Au contraire. Un cadeau empoisonné…

Pourquoi ne lui ai-je pas rendu, comme je le fais souvent avec les cadeaux qui m’oppressent ? Je ne sais pas. Peut-être que ce n’était pas une amie suffisamment proche et que je ne souhaitais pas la vexer…

Toujours est-il que je me suis retrouvée avec ce tube en plastique de crème…

Sauf que je n’ai pas le réflexe de me tartiner le visage… Encore moins qu’avant…

Et ce tube a traîné pendant des années dans ma salle de bain, comme s’il me narguait avec un « Regarde-moi ? Tu te rappelles ? Toi aussi il n’y a pas longtemps tu pensais que c’était super d’acheter des tubes en plastique comme moi ! Juste pour un petit plaisir égoïste… Qui finiront à la poubelle et ensuite, va savoir où ? »…

Alors voilà. C’est fini. Il va en effet finir à la poubelle.

Et je n’en achèterai plus. C’est fini.

Et le premier qui m’en offre, je lui fais avaler ! (rires)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les 4 accords toltèques

Un dentifrice à l’orange douce

« La prochaine fois… »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 décembre 2019

Télétravail forcé : les vies vides

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 52 min

France. Décembre 2019.

L’Histoire retiendra que ce mois correspondait à une longue période de grève, notamment de grève de transport. Les routes n’étant pas bloquées ni les dépôts d’essence, seules les personnes qui utilisent les transports en commun sont concernées réellement. Et tous leurs clients et fournisseurs éventuels, évidemment.

Mais c’est donc surtout les grandes villes qui sont impactées.

Les conséquences de cette grève à rallonge sont parfois étonnantes. La fatigue physique de ceux et celles obligées de se lever 2 ou 3h plus tôt pour pallier aux trajets chaotiques, je la connaissais, la fatigue morale, l’agressivité des usagers qui n’en peuvent plus, idem. Mais on m’a parlé récemment d’une conséquence que je n’avais pas anticipée : la solitude de certaines personnes en télétravail forcé.

Hé oui. Car à côté de tous ceux qui galèrent dans les transports, tous ceux qui pleurent en observant leurs restaurants ou leurs hôtels vidés de clients, il y a ceux qui font un métier qui leur permet de télétravailler…

C’est à dire que ces veinards n’ont pas à affronter la pluie, les transports en commun saturés ou supprimés, ils peuvent rester chez eux, au chaud, confortablement, et travailler depuis chez eux, généralement sur un ordinateur, connectés à Internet.

Et cependant, après l’euphorie des premiers jours, s’installe chez certains une certaine déprime.

Car travailler de chez soi, c’est aussi ne plus voir ses collègues. Et les mails, les tchats et les conversations téléphoniques ne remplacent pas tout. Je le répète souvent sur ce blog : nous sommes des animaux sociaux et nous avons besoin des autres.

En l’occurrence, certains ont besoin de leurs collègues, des interactions sociales, de la petite pause café où on parle du dernier film sorti au cinéma ou de la fièvre du petit dernier…

Sauf que ceux qui travaillent de chez eux et qui ont des enfants ne souffrent pas de solitude. Ceux que le télétravail forcé va le plus miné sont ceux qui n’ont pas de lien social en dehors de leur travail. Ceux qui n’ont pas de famille, du moins pas de famille proche de leur lieu de vie. Ceux qui n’ont pas d’amis, ou du moins pas de relations en dehors de leur travail. Ceux qui donnent tellement de leur temps à leur job qu’ils ne connaissent pas leurs propres voisins.

Alors, en télétravail prolongé, ils se retrouvent seuls.

Totalement seuls.

Et leur vie leur paraît vide sans leur collègues.

Ce qui est intéressant car ce phénomène est visible également lors des départs à la retraite… On quitte la société dans laquelle on travaille et tout à coup on se sent seul. Loin de moi l’idée de dire « Il ne faudrait pas partir à la retraite »… (rires) Au contraire. J’admire et je respecte ces Institutions qui en France protègent les plus fragiles et les plus âgés. Pourvu qu’elles durent… :-)

Mais ce que je veux dire, c’est juste que, si une période de télétravail forcée vous isole, c’est peut-être le signe qu’il serait temps que vous remplissiez votre vie avec « autre chose » que le travail. Vos collègues de travail sont sûrement passionnants, mais il y a d’autres personnes sur cette planète. Sortez, rencontrez d’autres personnes, allez saluer vos voisins, impliquez-vous dans des activités hors cadre professionnel. La vraie vie, ce n’est pas que le travail.

La vraie vie, c’est tout le reste aussi.

Et vous savez quoi ? Il est fort possible que cela vous conduise… au bonheur, tout simplement. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le but de la vie ? Etre heureux

Jour vert et jour rouge

Apprendre à s’écouter

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

15 décembre 2019

Rétablir la fierté de donner

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 36 min

J’observe depuis plusieurs années maintenant une évolution de mentalités et de valeurs. Certaines me conviennent : ne plus sacrifier sa famille et sa vie personnelle à un « patron » qui se fiche bien de notre bien-être et ne cherche qu’à s’enrichir (et là encore, il faut nuancer selon les cas, il y a des chefs d’entreprises exceptionnels) et d’autres qui me conviennent moins bien.

Par exemple, les plus anciens refusent souvent, parfois de façon maladive, qu’on leur donne quoique ce soit. « Je n’ai besoin de personne, moi, Monsieur ! Je me suis fait tout seul ! »…

Et cela me rappelle Elisabeth Kübler-Ross qui racontait que sa mère, jeune accouchée de triplées, s’était forcée à faire de la pâtisserie pour « rendre » aux voisins qui étaient venus lui apporter des petits plats pour la soulager. Impossible pour elle de rester « celle qui reçoit » sans rendre la pareille. Alors que la volonté de ces voisins était bien de l’aider, qu’elle puisse se consacrer à ces trois petits bébés plutôt que de devoir cuisiner…

A l’inverse, de plus en plus, j’observe la tendance inverse : celui qui est « le mieux vu » car « le plus malin », c’est celui qui sait « profiter du système », des « failles ». Que ce soit gruger dans les transports en commun, dans le restaurant d’entreprise, Pôle Emploi, la Sécurité Sociale ou bien le FISC (note pour les étrangers qui liraient ce blog : le FISC c’est les impôts en France).

Pire : non seulement j’entends des personnes se vanter d’avoir grugé, mais j’entends parfois aussi l’entourage les féliciter et leur dire qu’elles ont bien raison !…

Exemple récent : une dame me rapportait qu’une jeune femme avait « obtenu » l’appartement convoité devant bien d’autres candidats en « graissant la patte » du notaire occupé du dossier… « Elle a bien eu raison. C’est comme cela que ça marche », conclue mon interlocutrice.

Heu… Non. Je ne suis pas d’accord. Est-ce vraiment ce que vous souhaitez ? Vivre dans un pays corrompu ?…

J’ai bien conscience que pour un blog sur le bonheur, là je m’en éloigne… (rires)

Mais j’oppose à ce comportement celui de personnes dont j’entends parler qui, au contraire, donnent par exemple 10% de leur salaire à des orphelinats ou à des organisations d’aides aux plus démunis. Ils n’y gagnent rien. Sauf la fierté de donner.

Le monde se divise donc ainsi : d’un côté il y a ceux qui sont fiers de « profiter », quitte à voler ou escroquer les autres ou l’Etat, et de l’autre il y a ceux qui sont fiers de donner.

Il serait peut-être temps d’oublier les comportements égoïstes et de rétablir la fierté de donner.

Et une telle démarche commence par soi-même. A chacun de choisir de donner au lieu de prendre toujours et encore. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Eckart Tollé : au sujet de l’égo

Le cycle de la bienveillance

Juste un repas chaud

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

123456...132
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe