Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

10 octobre 2018

Une jolie jupe bleue

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 20 min

Ce jour-là, je rentre dans un ascenseur. Plusieurs personnes y entrent également, salutations de politesse dans un petit endroit. Rien de plus, l’ascenseur dessert plusieurs entreprises et nous ne nous connaissons pas. Des personnes sortent, restent un monsieur et une dame. Avant de s’en aller, le monsieur se tourne vers moi et me dit, avec une extrême politesse :

« Si vous me le permettez, vous avez une très jolie jupe bleue ».

Je remercie, les portes s’ouvrent, il s’en va.

Je ne le reverrai plus jamais et je serai d’ailleurs bien incapable de le reconnaître. Ce n’était clairement pas une méthode de drague, juste un compliment gratuit, comme cela, parce que ce jour-là j’arborais une très jolie jupe bleu pétrole.

C’est tout. L’anecdote finit là. Je suis restée pensive dans cet ascenseur, pensive et ravie. Et je me suis dit : « Cela fait donc cela, quand je complimente les gens que je ne connais pas : cette sensation de plaisir que je ressens, c’est ce que j’offre aux personnes que je croise et auxquelles je fais souvent un compliment (sincère, toujours sincère !) ».

D’habitude, c’est moi qui complimente, jamais l’inverse. Et je n’attends rien en retour, juste le bonheur d’avoir été agréable avec la personne en face de moi et, peut-être, de lui avoir donné un petit truc positif à raconter le soir à la maison : « Hey, tu sais quoi ? Ce matin quand je travaillais à la caisse, une cliente m’a dit qu’elle trouvait très jolies ces boucles d’oreilles, tu sais, celles que tu m’as offert pour nos 5 ans de mariage ! »…

Mais jusqu’à présent, je n’ai que rarement été complimentée moi-même, ou alors par des personnes que je connais, pas de parfaits inconnus.

Et vous savez quoi ? Cela fait un bien fou !… :-)

C’est idiot, je m’en moque de cette jupe, je ne saurais même plus laquelle c’est (j’en ai plusieurs de cette couleur), mais des semaines après que l’anecdote a eu lieu, je m’en rappelle encore. Et je pense qu’à chaque fois que je choisirai une de ces jupes dans ma penderie je penserai à ce monsieur. Je me dirai que quelqu’un d’autre que moi un jour l’a trouvée suffisamment belle pour m’en féliciter.

Alors, oui, je sais, c’est bête, c’est gratuit et cela ne coûte que quelques secondes de notre temps, mais je milite encore et encore pour que l’on n’hésite pas à s’envoyer des compliments les uns aux autres, même si on ne connaît pas, surtout si on ne se connaît pas. Après tout, on ne sait rien de la vie de cette personne, peut-être que ce compliment peut vraiment avoir un impact positif sur cette personne.

Alors complimentons ! Complimentons encore et encore ! Mais toujours sincèrement. Si vous me croisez avec ma jupe bleue et que vous la jugez atroce, surtout, ne me mentez pas : taisez-vous mais ne me dîtes pas qu’elle est belle.

Ce monde a besoin de gentillesse, mais également de sincérité. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« J’adore bosser avec toi ! »

Oser complimenter

Moi je vis chez Amélie Poulain

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 septembre 2018

Un voyage merveilleux

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 19 min

Il n’y a pas si longtemps, quand l’un de vos proches partait en voyage, ce qui était assez rare car les prix des transports étaient élevés, vous n’aviez que peu de moyen d’avoir des contacts avec lui. Car oui, Internet n’a pas toujours existé. Ni le téléphone portable, les forfaits téléphoniques, etc. Les télécommunications ont été révolutionnées et ce n’était pas il y a si longtemps que cela…

Donc, quand un de vos amis partait en voyage, vous aviez le choix : soit vous vous angoissiez pendant tout son voyage à l’idée qu’il lui soit arrivé quelque chose, soit vous supposiez que tout allait bien et vous vous réjouissiez intérieurement pour ce sacré veinard. :-)

Et vous lui faisiez la fête à son retour, et lui de son côté était plus qu’heureux de vous revoir et de partager ses souvenirs avec vous et de vous écouter lui expliquer ce qu’il s’était passé pendant son absence…

J’ai lu récemment une idée intéressante : et si nous considérions que tout défunt était tout simplement parti pour un merveilleux voyage ? Et si, au lieu de nous lamenter et de nous angoisser de la terrible absence que nous ressentons, nous trouvions la sagesse en nous de prendre le pari qu’une vie après la mort existe et que donc ce n’est pas une absence définitive mais qu’une absence momentanée ?

Je sais que la mort est un sujet tabou dans les pays occidentaux, mais l’avantage d’Internet c’est que vous êtes libre de fermer cet onglet et de ne plus lire cet article. Mais, et si nous osions réfléchir à cette théorie ?

Il paraît que c’est très proche du « pari de Pascal » (qui, de mémoire, concernait plutôt l’existence de Dieu, mais j’avoue qu’il y a bien longtemps que je n’ai pas lu mes classiques de la littérature française).

En bref, qu’avons-nous à perdre à croire que la vie ne s’achève pas avec la mort du corps ? Qu’avons-nous à perdre à nous illusionner peut-être avec la subsistance de l’âme ? Rien. Si cette théorie est fausse, tant pis. Nous aurons vécu heureux jusqu’à notre propre mort, nous consolant plus rapidement du décès des êtres chers, et à notre mort, paf ! Rien ! Pas de vie après la mort, pas d’âme, rien. Sauf qu’on s’en moquera puisque de toutes façons nous serons morts !

Alors que si on fait le pari d’y croire, si on se dit : « Ce n’est rien, on ne se voit plus physiquement mais l’être aimé est là, invisible, mais il est là, et notre amour continue après la mort et nous nous retrouverons un jour quand moi aussi je mourrais », alors il est bien plus simple de se consoler du chagrin d’un décès. L’absence, le manque sont toujours présents. Mais nous pouvons tout de même nous réjouir comme lors d’un voyage lointain où il est compliqué de donner des nouvelles.

Avant Internet et les télécommunications, il n’était guère plus possible de donner des nouvelles depuis l’autre bout de la Terre. Là, imaginons que l’Autre soit juste dans un Autre Monde mais bien présent. Voire invisible mais toujours présent dans notre monde ?

Oui, je sais, quand on est habitué comme je le suis à la vision occidentale et récente de la mort (« Quand on est mort, on est mort et voilà tout ! »), c’est un sacré changement de paradigme… Mais finalement le bien-être qu’on y gagne vaut le coup qu’on prenne le temps de s’y attarder.

Et qui vous empêche de mener votre propre enquête sur le sujet ?

J’ai toujours préféré agir plutôt que déprimer.

Si l’angoisse de la Mort vous obsède, cherchez à savoir ce qu’il se passe derrière. Que sait-on du sujet ? Pourquoi tant de religions de par le monde estiment que la vie continue après la mort ? Ont-elles vraiment tort ? Pourquoi les Êtres Humains ont-ils imaginé que la vie continuait s’il n’y a rien de juste dans cette théorie ?

Je ne dis pas qu’ils ont raison, ni qu’ils ont tort… Mais cela vaut le coup de se faire son propre avis… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La Filigonde est morte

Le jardin imparfait de Montaigne

Il y a mourir et mourir

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 juin 2018

Deuil : les pelures d’oignon

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 19 min

Aujourd’hui, je vais parler du deuil, parce que je suis en plein dedans et parce que tout le monde sera touché un jour ou l’autre. Comme le bonheur, c’est un état universel…

Avec le deuil vient l’abattement, cet espèce de déni face à la réalité du décès. Comme si inconsciemment on se disait que ce n’était qu’un mauvais rêve, que cela ne pouvait être, qu’on allait se réveiller et s’apercevoir qu’on s’est trompé, que ce n’était qu’un vilain cauchemar et que ceux qu’on aime sont toujours vivants.

Pour les plus rapides, c’est la phase de tristesse qui se produit très vite. On se sent vidé, désemparé, et les plus expressifs sauront exprimer cette tristesse par des larmes, des cris ou de lourds sanglots. Pour les plus discrets, juste une rougeur des yeux et quelques larmes discrètes vite essuyées.

C’est le moment de se rappeler de la citation du philosophe Alain : « La tristesse n’est jamais ni belle, ni digne, ni utile ».

Son utilité éventuelle, je ne la vois que pour faire cesser les commérages : « Vous avez vu ? Elle n’a même pas pleuré à son enterrement ! »…

Mais entre nous, si vous vous inquiétez plus du qu’en dira-t-on que de votre douleur dans une période pareille, c’est que vous allez déjà pas si mal. Et d’ailleurs, toujours entre nous, si vous vous intéressez  au qu’en dira-t-on, c’est que vous avez zappé une ou deux astuces de ce blog pour être heureux et je vous invite à lire et à relire certains articles depuis le début (juin 2012)… ;-)

Mais reprenons les étapes du deuil : l’abattement, puis la tristesse. Mais celle-ci n’étant pas utile, vous allez devoir battre votre tendance à vous laisser aller (et à jouer les victimes). La vie continue, que vous le vouliez ou non, et le décédé n’aurait pas aimé vous voir si abattu(e). Au contraire, notre tristesse empêche, paraît-il, l’évolution des défunts dans l’Au-Delà (pour ceux et celles qui y croient).

Bref, malgré vous ou grâce à vos efforts, vous allez recommencer à lâcher un sourire ou deux, voire même rire. Vous pourrez parfois même vous sentir honteux d’avoir osé sourire ou rire en cette période. Mais rire et sourire font partie de la vie autant que la Mort. Il est important de rire et de sourire. Tout le temps. Même en période de deuil.

Un de mes amis compare la tristesse lors d’un deuil à des pelures d’oignons : il y en aura plusieurs couches, plusieurs moments de tristesse, plusieurs sanglots soudains, jusqu’à ce que tout soit tombé et qu’il ne reste plus que le cœur de la vie et que le deuil soit fini. Comme quand on pèle un oignon : au début les pelures sont les plus grosses, les plus épaisses, et puis au fur et à mesure elles deviennent plus fines. La douleur d’un deuil est identique : au début on souffre, on pleure plus, et puis peu à peu cela s’estompe.

Tout cela est normal.

Il faut se rappeler que c’est normal, c’est la vie, et ne pas chercher à s’appesantir sur la tristesse, ni la provoquer si nos sentiments semblent anesthésiés. Chacun a sa façon de vivre ces moments-là. Il faut laisser faire le temps.

Se laisser aller, se permettre de vivre ses émotions au fur et à mesure qu’elles arrivent.

Tous les spécialistes de l’intelligence émotionnelle vous le diront : avec les émotions, le meilleur moyen de s’en débarrasser est encore de les vivre. Ou, si vous avez acquis cette capacité de gymnaste émotionnel, de les faire glisser doucement et de les remplacer les unes par les autres.

Jusqu’à atteindre la sérénité.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Et voilà !

Crever l’abcès

La tristesse n’est pas belle

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...118
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe