Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

  • Accueil
  • > Recherche : comment devenir beau

10 décembre 2019

Patron à 4 ans

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 27 min

Encore un article sur l’excellente BD « Les petites victoires » d’Yvon Roy. Cette BD explique les nouvelles méthodes du père d’un enfant autiste pour aider son enfant à développer ses capacités. Mais il y a surtout beaucoup de tendresse et de justesse. Dont cette pépite que j’apprécie beaucoup et qui ne conseille pas uniquement les parents d’enfants autistes mais bien tous les enfants.

Voici dont cette citation du personnage principal :

« Tu vois, autiste ou non, faut éviter à tout prix que ton gamin finisse par se croire le patron. Tu imagines être patron à 4 ans ? Y a de quoi devenir super anxieux ».

Et en effet, nombreux sont les parents qui ne réalisent pas cela. Parce qu’ils pensent que « ne jamais dire non » est aimer leur enfant (erreur, terrible erreur!), ils lui donnent malgré lui tous les pouvoirs.

Et si cela peut sembler agréable un temps, c’est terriblement anxiogène pour un enfant. Car c’est bien trop de responsabilité. C’est aux adultes de prendre les décisions à sa place, du moins l’essentiel des décisions. L’enfant peut choisir s’il préfère le pyjama gris ou le pyjama bleu, mais c’est l’adulte qui impose le pyjama pour dormir et non pas le jeans. Parce que l’adulte, de par son expérience, sait qu’il est plus agréable par exemple de dormir dans un vêtement doux… mais sait aussi que le tissu solide du jeans survivra plus longtemps aux escalades de la cour de récréation…

Sans jouer au tyran, le parent doit savoir s’imposer au besoin. C’est à lui d’apprendre à l’enfant à respecter les règles, les autres, sa propre sécurité et les institutions.

Et, de nombreux professeurs des écoles vous le diront : si à 4 ans vous ne lui apprenez pas à obéir (et donc vous ne laissez pas commander), pourquoi vous étonner ensuite à l’adolescence qu’il ne vous obéisse pas ? Savoir doser autorité et bienveillance est un art. Ce n’est pas simple, mais laisser les petits bouts commander, ce n’est pas penser à leur bien-être. Bien au contraire.

Et ce n’est pas de l’amour parental, c’est de l’irresponsabilité.

Quatre ans, c’est un âge idéal pour jouer, pour apprendre, pour grandir, mais pas un âge pour devenir patron ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Secrets de parents français

Les niveaux de bêtises (pour les enfants)

Le pot de confiture

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 octobre 2019

L’alcool et l’intelligence émotionnelle

Classé dans : Entre nous,Les grands principes — joy369 @ 12 h 39 min

Soirée chez un ami fidèle en amitiés.

Tellement fidèle qu’on y retrouve toutes les strates de sa vie : les membres de sa famille, les amis de sa jeunesse, ceux de sa vie professionnelle et ceux de sa période de vieil alcoolique célibataire momentanément détruit par son divorce.

Bien que n’étant pas forcément à l’aise avec les « vieux loups de la Finances », ceux qui ont réussi professionnellement (et surtout financièrement) et qui étalent leurs richesses et leur suffisance, c’est finalement avec sa colonie de « potes alcoolos » que j’ai le plus de mal…

D’humeur sociable, je discute pourtant avec les uns et les autres, évitant la facilité de me réfugier qu’avec les personnes que je connais et que j’adore (dont mon cher et tendre). Et c’est là que je prends conscience des méfaits de l’alcool sur l’intelligence émotionnelle. Exemple :

LUI : – Et, heu, tu vois, avec (notre hôte), on s’est connu pendant les vacances, on était dans un centre pour faire du sport.

MOI : – Oui, je vois.

LUI : – Ben oui, et c’était super, on s’est bien éclaté parce que tu vois, hé ben on a fait du sport quoi…

MOI : – Heu, oui.

(… je passe la répétition de 3 minutes sur le fait que dans un centre de sport on y fait du sport (c’était lassant et je commençais à m’interroge sur le quotient intellectuel de mon interlocuteur, ou bien était-il îvre ?))

LUI : – Lui et moi, on est copains depuis 3 ans ! (énoncé avec une grande fierté)

MOI : – Oui, c’est bien. (Que voulez-vous que je réponde ?)

LUI : – Et heu… et toi, tu le connais depuis combien de temps ?

MOI : – Un peu plus de 20 ans maintenant.

LUI : – Ah. Ah oui, quand même hein… (Et c’est maintenant que cela devient truculent car il ajoute soudain :  ) L’amitié, c’est pas une affaire d’années. Il y a ce qu’on vit avec l’autre, tu vois, quand on partage des choses très fortes, ce n’est pas le nombre d’années qui compte.

Stop. J’arrête là le report de cette conversation, très inintéressante, comme toute conversation avec une personne bourrée (parce que finalement je pense que cet homme devait être saoul, je ne conçois pas qu’on puisse être aussi limité intellectuellement autrement).

Mais ce manque flagrant d’intelligence émotionnelle m’amuse beaucoup. En gros, c’est comme s’il m’avait demandé quelle était ma couleur préférée, que je lui avais répondu « rouge » et qu’il me disait alors que selon lui les gens qui aiment le rouge sont de gros nazes.

Je n’ai pas pour vocation de devenir humouriste, mais je pense qu’il y aurait de quoi monter un bon sketch… Car ce monsieur n’avait pas l’intention de se montrer désagréable, bien au contraire. Son objectif était de se montrer sous un bon jour…

Raté.

Conclusion : l’intelligence émotionnelle se travaille (et facilite le bonheur), mais boire de l’alcool n’aide pas à accroître son intelligence émotionnelle…

Bien au contraire… (rires)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Changements d’habitudes

Comment changer une habitude ?

Contraint(e) de passer les fêtes avec des personnes toxiques ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 janvier 2019

La fleur de gratitude

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 47 min

Il y a quelques semaines, dans la période précédant la fête de Noël, je trouvais un colis devant ma porte…

J’étais un peu surprise, car je n’attendais rien, et je vérifiais attentivement le destinataire…

Ce n’était pas moi.

Ni mon conjoint d’ailleurs.

Un nom d’une femme inconnue… à une adresse inconnue…

En tous cas, clairement pas là. Par chance pour elle, il y avait le numéro de téléphone portable de cette dame sur l’étiquette. Je lui ai donc passé en coup de fil, supposant qu’en cette période d’échanges de cadeaux, elle avait peut-être besoin de récupérer ce colis rapidement afin de pouvoir l’offrir le 24 au soir ou le 25 à la personne à qui elle comptait le destiner.

Et en effet, elle était ravie de mettre la main sur son colis. Elle avait passé la journée à « pister » son colis que le livreur lui avait dit avoir livré. Mais où ?

Étant dans l’incapacité d’aller à sa rencontre, je lui donnais donc rendez-vous chez moi le soir-même. Elle arrivait… avec un bulbe de fleurs en cadeau. Ce qui est d’autant plus gentil que je n’attendais rien.

J’avais reçu un colis qui n’était pas pour moi, j’avais pu retrouver facilement le destinataire, je rendais le colis, rien d’extraordinaire. Mais cette dame était vraiment contente d’avoir retrouvé son colis (que je n’avais pas ouvert, j’ignore ce qu’il contenait) et elle avait voulu exprimer sa reconnaissance par un petit geste : une fleur.

Son geste m’a touchée et je lui ai répété plusieurs fois.

Ensuite, j’ai déposé le pot sur le rebord d’une fenêtre et j’ai vaqué à mes occupations, l’arrosant de temps à autre comme je le fais pour mes autres plantes.

De temps à autre, mes yeux tombaient sur cette fleur et me rappelait cette anecdote, m’apportant un sourire. C’était plutôt une jolie histoire…

Or, dernièrement, j’ai eu la surprise de constater qu’au lieu du bulbe beige s’était formée une jolie jacinthe rose. Aussi, à chaque fois que mes yeux se posent sur cette zone, je ressens la joie d’apprécier quelque chose de joli, et je me rappelle que le monde est beau, du moins qu’il y a des personnes gentilles et agréables qui savent exprimer leur gratitude pour un peu qu’on leur montre également un peu de gentillesse.

Étant plutôt inculte en botanique, j’ignorais jusqu’à peu le nom de cette fleur que j’avais d’ailleurs surnommée « la fleur de gratitude »… :-)

Et je trouve cela plutôt sympa : offrir une « fleur en devenir » pour remercier d’un geste, d’une attention.

Moins cher qu’un bouquet de fleurs et également plus « durable »…

Si par hasard la dame au colis se retrouvait parmi mes lecteurs, qu’elle sache que je la remercie… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La pierre de gratitude

Gratitudes

Konmari, la gratitude et la confiance en soi

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...18
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe