Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

15 juin 2018

Ceux que j’aime et qui m’aiment…

Classé dans : Citations — joy369 @ 12 h 20 min

« Carrément ! »

C’était mon cri du cœur, ma réponse instinctive quand mon chef m’a proposé d’aller rencontrer un de nos clients à l’autre bout du monde, dans cette zone où la Planète Bleue s’égrène en petites îles paradisiaques…

Les îles, comme beaucoup, j’en rêve. Je fantasme sur une autre vie, sur la possibilité qu’un jour « je lâche tout et je pars vivre là-bas »…

Ah !… Tout quitter, larguer les amarres et s’en aller là où il fait toujours beau, là où l’eau est chaude, que ce soit la pluie ou la mer, et où le soleil brille toujours…

Alors j’ai dit oui.

Et très vite j’ai commencé à avoir des doutes… Et si j’avais pris la mauvaise décision ?… Bon, ce n’était pas un départ définitif, mais quand bien même ? Avais-je vraiment envie d’y aller ? Là ? Maintenant ?…

En fait non, pas trop, ce n’était pas vraiment le moment parfait dans ma vie pour cela. Même pas du tout.

Mais il était trop tard alors je suis partie. Vite. Un départ précipité et préparé à la hâte…

Et me voilà. Me voilà à l’opposé de chez moi. Et le célèbre vers de Lamartine me revient en tête : « un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Je me moque de moi-même : me voici à réciter cette phrase que je devais écrire sur mes cahiers étant ado, sans encore trop savoir à l’époque ce que l’amour et l’attachement signifient vraiment. Pourtant, c’est bien ce que je ressens.

Et je prends soudain conscience qu’il est temps que j’arrête avec mes fantasmes d’une vie plus belle ailleurs. Ma vie est très bien telle qu’elle est et la pelouse du voisin nous paraît toujours plus verte jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que c’est du gazon artificiel…

Ma vie était parfaite telle qu’elle l’était, même si ce n’était pas dans une île aux eaux turquoises… Parce que j’étais avec ceux que j’aime et qui m’aiment. Tout simplement. Et ici je ne suis qu’une inconnue anonyme et isolée.

Étrangement, je me rappelle avoir déjà vécu cette situation : un départ lointain volontaire… et une solitude terrible et tenace.

Vais-je vivre la même chose ici ? Je l’ignore. Quelque part en moi j’ai toujours l’espoir que ce n’est que le décalage horaire, le terrible décalage horaire, qui a raison de mon moral et de ma joie de vivre.

Une bonne nuit de sommeil et tout ira mieux ?…

Chiche ! ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La guitare émotionnelle

Le filtre gris de la dépression

Comment surmonter le jet-lag ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

10 juin 2018

Vivons heureux, vivons cachés !

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 46 min

Cette messagerie mails propose une catégorie « réseaux sociaux ». Curieuse, je clique voir ce qu’il se cache… Tiens, j’ai plein de messages. D’où viennent-ils ? Facebook, Linkedin et autre viadeo…

Comment sont apparus ces messages ? Je n’ai rien configuré pour cela. J’imagine que c’est une récupération automatique à partir de mon email.

Je parcours les titres rapidement : « Ah tiens, il s’est passé cela ? Ah tiens, tel recruteur a regardé mon « profil » ? »

Bien.

Et je referme la messagerie.

Facebook, c’est très sympa, mais comment dire ? Je suis peut-être un peu « ancienne » mais j’ai une vraie vie avec des vrais amis… Et pour tous les réseaux professionnels, c’est super utile mais j’irai voir quand je l’aurais décidé.

Si je dois passer ma vie à accepter les « demandes » d’amis, de relations professionnelles ou que sais-je encore, j’y passerai mes nuits, et encore. Pas sûre que cela suffise.

Je devrais peut-être embaucher une personne pour gérer mes relations ? ;-)

Je plaisante mais je me fais l’effet de ce personnage de Gad El Maleh qui répond à toutes les publicités trouvées dans sa boîte aux lettres. Cela l’oppresse, il ne sait plus gérer, mais il refuse de ne pas répondre pour ne pas froisser ces personnes qui lui écrivent. Ce ne serait pas poli voyons !…

Non, en effet, ce ne serait pas poli.

Moi non plus je ne suis pas polie. Je ne réponds pas aux multiples sollicitations sur Facebook ou autres réseaux sociaux. Ou très rarement. Si les personnes veulent me voir, qu’elles viennent me voir ou me contactent par un moyen plus traditionnel. Je ne demande pas le pigeon voyageur, mais un simple mail ou coup de fil suffisent. Et encore, les coups de fil, je ne réponds pas toujours… (rires)

Et je ne raconte pas ma vie sur Facebook ou ailleurs. Je me cache.

Par contre je suis heureuse, infiniment heureuse. :-)

Comme le dit le vieil adage : « pour vivre heureux, vivons cachés ! »

Je ne m’étale pas sur Internet et je ne me sens pas « obligée » de répondre aux sollicitations diverses et variées. Même au téléphone je ne réponds pas toujours. Cela dépend de mon humeur… ;-)

Mais qu’importe : je suis heureuse et n’est-ce pas l’essentiel ?

Et si je vous raconte tout cela, c’est pour informer les inconditionnels des réseaux sociaux : tout cela est très bien, mais un autre chemin existe. Utilisez les réseaux sociaux de façon intelligente mais ne vous laissez pas dévorer par ces « spams » en puissance !

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La chasse aux CV est ouverte !

Annonce

« La mode, c’est moi qui la crée ! »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

5 juin 2018

La Filigonde est morte

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 00 min

La Filigonde est morte et je ne sais pas quoi dire.
La Filigonde. Cette femme dont j’avais fait le portrait un jour dans ce blog, lui octroyant le surnom d’un personnage de Tove Jansson du monde des Moumines.
La Filigonde, cette grande femme sévère qui vit seule, dont l’intérieur, qu’elle ne cesse de laver et d’astiquer, est rutilant, mais qui refuse les visites, tremble du « qu’en dira-t-on » et se fait un monde de ce monde qu’elle ne connaît pas, qu’elle refuse de connaître.

La Filigonde est morte et je suis triste car je l’aimais.

La Filigonde est morte et sa famille me demande gentiment, à moi qui sais si bien jouer avec les mots et les coucher sur du papier, si je ne pourrais pas rédiger son oraison funèbre.

Mais que dire ?
Je ne fais pas partie de sa famille, je la connais depuis bien moins longtemps que ses propres enfants, ses propres petits-enfants…

Sauf qu’eux n’ont rien à me dire.
« Dis qu’elle faisait bien le ménage ! » me lâchent-ils d’un ton amer. Et je devine derrière cette amertume toute la douleur des enfants auxquels la mère préférait le ménage et refusait leurs caresses.
Mais quelle mère préfère son ménage à ses enfants ?
Je sais qu’elle les aimait, ça c’est certain. Mais je me doute qu’une douleur, qu’une douleur immense a empêché cette mère de montrer ses sentiments et l’a poussée à se réfugier dans ce qu’elle connaissait : le ménage.
Et nettoyer, nettoyer jour après jour, frénétiquement, pour ne pas s’ouvrir au monde et ne pas risquer de souffrir.
Encore une fois allais-je ajouter.
Mais qu’en sais-je ?

Rien. Je devine juste. Je soupçonne la douleur incommensurable d’une jeune mère à qui on enlève son enfant. D’une jeune femme tombée en esclavage dans sa belle-famille à qui on refuse le droit de consoler son petit qui hurle. Qui ne se protégerait pas d’une telle douleur ?
Et je l’imagine, jeune femme, le coeur brisé d’entendre son enfant pleurer, qui se réfugie dans le seul loisir qu’on lui accorde : le ménage.
Et des années plus tard, toujours cet air étonné quand ce même enfant lui reproche sa dureté, son manque de tendresse, quand ce même enfant lui reproche de ne pas l’aimer.
La Filigonde ne comprend pas, la Filigonde s’est enfermée dans une tour pour ne plus souffrir, pour ne plus souffrir d’aimer.
Mais elle aime. A sa manière, maladroitement, mais elle aime.
Et elle ne comprend pas qu’on puisse lui reprocher une certaine froideur car ses enfants, Dieu sait qu’elle les aime. Elle les aime tant qu’elle a limité sa vie pour ne plus souffrir d’aimer tant.
Elle s’est barricadée dans sa Tour d’argent qu’elle astique chaque jour. Loin du monde. Loin des sentiments.

Et maintenant la Filigonde est morte et ses enfants ne savent pas comment la définir. « Elle faisait bien le ménage » me disent-ils.
« Et elle était gentille », rajoute son amie que je suis.
Très gentille.
Car la Filigonde n’a jamais fait de mal intentionnellement.
Elle se protégeait, c’est tout.
Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Portrait : la Fyllijonk

L’été des papillons blancs

Se moquer du qu’en dira-t-on, quel bonheur !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...321
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe