Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

15 novembre 2017

Entretien annuel

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 53 min

Aujourd’hui, j’ai mon « entretien annuel ».

Pour ceux et celles qui ignorent ce que c’est, disons que c’est un peu comme un relevé de notes pour les enfants, sauf que là ça s’applique aux salarié(e)s des sociétés. On fait le point entre salarié et responsable pour savoir ce qui va, ce qui ne va pas, comment améliorer les choses demain etc.

L’objectif est d’utiliser cet entretien pour proposer au salarié des formations, une évolution de carrière, une augmentation de salaire, etc.

Et je commence à avoir suffisamment d’expérience pour savoir que bien souvent tout cela ne sert à rien.

Mais je me réjouis à l’idée de passer un long moment seul avec mon responsable parce que je ne le vois pas souvent et qu’on s’entend bien. Dans un autre contexte je pense que nous serions de grands copains lui et moi, aussi taquins et blagueurs l’un que l’autre.

Et effectivement, nous nous amusons bien.

Sauf qu’il nous faut bien remplir ce document officiel à destination de la « Direction des Ressources Humaines »…

Et là, comme chaque année, je me prépare à me réciter mentalement le poème de Kipling : « Tu seras un Homme ». Car selon les directives de la société, l’humeur du chef et l’âge du capitaine, cet entretien annuel tourne souvent soit au pugilat soit à l’encensement.

C’est selon, c’est arbitraire, et c’est ridicule.

Mais qu’importe ?

Cette année, comme l’année précédente, c’est l’encensement. Je suis parfaite, extraordinaire, et il ne voit pas quels axes d’amélioration proposer car « je n’ai pas de points faibles »…

Un poil goguenarde, je le remercie pour tous ces compliments. Mais je ne suis pas dupe : ça aurait pu tout aussi bien être l’inverse si la société avait décidé de se passer de mes services.

D’ailleurs, mon responsable est franc : « Sache que je vais demander une augmentation de salaire pour toi, mais je ne suis pas sûr de l’obtenir »… Ben voyons…

C’est une mascarade, il le sait, je le sais.

Ses éloges sont agréable à entendre mais je ne me leurre pas : une hiérarchie est aussi bien capable de m’insulter pour le même travail. C’est comme cela. A moi d’être assez intelligente pour ne pas m’en féliciter ou blâmer plus que cela.

C’est une roulette russe.

Et le fait qu’il ait appris que je recherchais un poste ailleurs n’est pas étranger à ces louanges… (rires)

Mais qu’importe, c’est un entretien obligatoire alors je m’y plie.

Mais je garde la tête froide : compliments ou insultes, je n’ai pas besoin de l’opinion des autres pour savoir ce que je vaux.

Je suis merveilleuse. :-)

Nous le sommes tous. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Entretiens individuels

« Mais tu ne râlais plus ! »

La rage et le chien

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

10 novembre 2017

Un bouquet de fleurs peut en cacher un autre…

Classé dans : Entre nous,Les grands principes — joy369 @ 12 h 33 min

Je fonce. Je suis en retard.

Enfin, techniquement non car l’amie qui nous a invité à dîner mon conjoint et moi n’a pas souhaité nous imposer d’horaires, et je lui en suis reconnaissante, mais j’avais espéré arriver bien plus tôt.

Donc je fonce. J’ai promis à mon conjoint de passer le chercher chez nous avant de filer chez notre amie alors je sonne pour le prévenir, rentre comme une furie déposer mes affaires pour repartir aussitôt.

Nous échangeons quelques phrases, je suis speeeeeed, comme souvent.

Tout à coup il me dit : « Tu as vu le bouquet ? »

Quoi ? Quel bouquet, de quoi il parle ?

Il précise : « Là, par terre, regarde, je t’ai acheté un bouquet de roses rouges ».

Ah non, je n’avais pas vu, je le remercie mais je suis intriguée. Même si mon conjoint fait partie de ces hommes qui ont compris qu’une femme apprécie fortement les petites attentions répétées et qu’il n’attend jamais de date « officielle » pour m’en offrir, là je suis speed et je ne comprends pas trop. Cela me fait plaisir, évidemment, mais je ne comprends pas trop.

Alors il me dit : « J’en ai acheté un autre pour celle qui nous a invité à dîner… Et je ne me voyais pas en acheter un pour elle sans t’en offrir un pour toi ».

C’est vrai que cette amie s’occupe de tout pour le dîner et nous a dit d’arriver les mains vides, ce que personnellement moi je comptais faire, tout simplement parce que j’ai horreur qu’on me rapporte des trucs quand je précise « Arrivez les mains vides »… ;-)

N’empêche, j’apprécie l’élégance du geste de mon conjoint (et l’amie l’a apprécié aussi). D’autant plus que, même si ce double achat ne va pas le contraindre à ne manger que du riz tout le mois, c’est malgré tout un achat important pour son budget.

Alors je me sens fière de son attention. Fière d’être la conjointe de cet homme-là, de cet homme capable de délicatesse.

Et je me dis que si toutes les femmes montraient combien elles sont fières de leurs conjoints quand ils se montrent respectueux, galants et prévenants, il y aurait plus d’hommes qui tendraient vers ces qualités au lieu de croire que pour séduire les femmes il faut se montrer « brute épaisse qui laisse ses poings (ou les insultes) parler ».

Si nous voulons que le comportement de certains hommes change, à nous les femmes de condamner les mauvais penchants… et à complimenter les bons.

Alors : merci chéri, merci de tout cœur, tu es un modèle pour les hommes de cette planète… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Je l’ai trouvé sexy

Est-ce que votre partenaire de vie est toxique ?

L’homme parfait

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

5 novembre 2017

La robe trouée

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 11 min

Ca y est ! Après avoir acheté un patron pour une robe, découpé laborieusement la feuille de soie de ce patron, l’avoir épinglée sur mon tissu, avoir découpé les morceaux de tissus, les avoir assemblés, cousus ensemble, surfilés, etc.

Après des heures de travail sur cette robe, moi, l’apprentie couturière autodidacte, je n’ai plus qu’un dernier coup de ciseaux à donner.

Il est près de minuit, la lumière est artificielle, je suis fatiguée. Mon intuition me dit qu’il ne fait pas bon travailler si tard dans de telles conditions, mais il ne me reste qu’un seul coup de ciseaux.

Alors je le donne.

Et je troue ma robe.

Oui.

Un trou.

Net, assez grand. Merci beaucoup.

Comment dire ?

Je suis assez écoeurée.

Des heures de travail pour finir par trouer mon ouvrage.

Juste là, comme ça, sur le tout dernier travail. C’était la dernière chose que j’allais faire. Ensuite, la robe aurait été finie, parfaite, on n’en parlait plus.

Sauf que là, bien… Elle est trouée.

Alors je regarde encore un peu comment je pourrais réparer cela, mais il est tard et je crains une seconde sottise.

Donc je vais me coucher.

Et je retiens les leçons, que ce soit pour la couture ou n’importe quoi : ne pas effectuer de tâches compliquées le soir, quand on est fatigué.

Et le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, j’ai réfléchi aux solutions possibles pour réparer ma maladresse. J’ai essayé d’être créative et j’ai finalement cousu par dessous une chute du même tissu, et pour cacher cette couture, j’ai thermocollé une fleur brodée par-dessus.

C’est joli, c’est discret, et c’est original.

Quelques semaines plus tard, en remettant cette robe tirée de mon placard, je m’interrogerai tout d’un coup : « Mais, au fait, ce n’était pas celle-là, la robe que j’avais trouée ? »

Oui, je retrouve la broderie thermocollée : c’est bien celle-là. Pourtant, je ne m’en rappelais même plus. Et la robe est parfaite telle quelle est ; je dirais même que ce patch lui ajoute un petit quelque chose. Le soir où je l’ai trouée, j’aurais pu me mettre en colère ou pleurer ou râler. Mais non, j’ai juste constaté les dégâts, décidé de ne rien faire le soir même, et j’ai œuvré le lendemain à tête reposée à arranger tout cela.

Sans stress. Tranquillement.

Et devant les petits et gros problèmes qui pavent notre parcours de vie, je me dis qu’il faudrait que je sache agir toujours de cette manière. Car bien souvent, des jours, des semaines ou des années après, nous ne nous rappelons même plus du « trou », du problème qui nous avait tant ému naguère.

 Alors pourquoi s’en faire ? :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Agir comme une couturière

La réaction de Barney

Sans un seul mot te mettre à rebâtir

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...306
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe