Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

30 juin 2018

Deuil : les pelures d’oignon

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 19 min

Aujourd’hui, je vais parler du deuil, parce que je suis en plein dedans et parce que tout le monde sera touché un jour ou l’autre. Comme le bonheur, c’est un état universel…

Avec le deuil vient l’abattement, cet espèce de déni face à la réalité du décès. Comme si inconsciemment on se disait que ce n’était qu’un mauvais rêve, que cela ne pouvait être, qu’on allait se réveiller et s’apercevoir qu’on s’est trompé, que ce n’était qu’un vilain cauchemar et que ceux qu’on aime sont toujours vivants.

Pour les plus rapides, c’est la phase de tristesse qui se produit très vite. On se sent vidé, désemparé, et les plus expressifs sauront exprimer cette tristesse par des larmes, des cris ou de lourds sanglots. Pour les plus discrets, juste une rougeur des yeux et quelques larmes discrètes vite essuyées.

C’est le moment de se rappeler de la citation du philosophe Alain : « La tristesse n’est jamais ni belle, ni digne, ni utile ».

Son utilité éventuelle, je ne la vois que pour faire cesser les commérages : « Vous avez vu ? Elle n’a même pas pleuré à son enterrement ! »…

Mais entre nous, si vous vous inquiétez plus du qu’en dira-t-on que de votre douleur dans une période pareille, c’est que vous allez déjà pas si mal. Et d’ailleurs, toujours entre nous, si vous vous intéressez  au qu’en dira-t-on, c’est que vous avez zappé une ou deux astuces de ce blog pour être heureux et je vous invite à lire et à relire certains articles depuis le début (juin 2012)… ;-)

Mais reprenons les étapes du deuil : l’abattement, puis la tristesse. Mais celle-ci n’étant pas utile, vous allez devoir battre votre tendance à vous laisser aller (et à jouer les victimes). La vie continue, que vous le vouliez ou non, et le décédé n’aurait pas aimé vous voir si abattu(e). Au contraire, notre tristesse empêche, paraît-il, l’évolution des défunts dans l’Au-Delà (pour ceux et celles qui y croient).

Bref, malgré vous ou grâce à vos efforts, vous allez recommencer à lâcher un sourire ou deux, voire même rire. Vous pourrez parfois même vous sentir honteux d’avoir osé sourire ou rire en cette période. Mais rire et sourire font partie de la vie autant que la Mort. Il est important de rire et de sourire. Tout le temps. Même en période de deuil.

Un de mes amis compare la tristesse lors d’un deuil à des pelures d’oignons : il y en aura plusieurs couches, plusieurs moments de tristesse, plusieurs sanglots soudains, jusqu’à ce que tout soit tombé et qu’il ne reste plus que le cœur de la vie et que le deuil soit fini. Comme quand on pèle un oignon : au début les pelures sont les plus grosses, les plus épaisses, et puis au fur et à mesure elles deviennent plus fines. La douleur d’un deuil est identique : au début on souffre, on pleure plus, et puis peu à peu cela s’estompe.

Tout cela est normal.

Il faut se rappeler que c’est normal, c’est la vie, et ne pas chercher à s’appesantir sur la tristesse, ni la provoquer si nos sentiments semblent anesthésiés. Chacun a sa façon de vivre ces moments-là. Il faut laisser faire le temps.

Se laisser aller, se permettre de vivre ses émotions au fur et à mesure qu’elles arrivent.

Tous les spécialistes de l’intelligence émotionnelle vous le diront : avec les émotions, le meilleur moyen de s’en débarrasser est encore de les vivre. Ou, si vous avez acquis cette capacité de gymnaste émotionnel, de les faire glisser doucement et de les remplacer les unes par les autres.

Jusqu’à atteindre la sérénité.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Et voilà !

Crever l’abcès

La tristesse n’est pas belle

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 juin 2018

Aux armes citoyennes !

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 28 min

L’égalité homme-femme est un enjeu pour de nombreux pays européens, dont la France.

Mais bizarrement, c’est pourtant les femmes qui vont très durement pâtir de l’abandon de la pension de réversion, si la loi est votée prochainement.

J’explique pour les étrangers qui liraient ce blog : la France se targue d’être le pays des Droits de l’Hommes (et prière de ne pas regarder le peu de migrants que nous accueillons (et dans quelles mauvaises conditions !)…

Or, pendant de très nombreuses décennies, et cela perdure encore un peu aujourd’hui, les femmes, parfois à la demande de leurs maris, sont restées à la maison (on parle de « femmes au foyer ») pour s’occuper des enfants communs, des courses, de la lessive, du ménage et de toute l’intendance de la famille. Boulot à plein temps, sans vacances ni week-ends, et surtout sans salaire.

C’est donc très souvent monsieur (même si des hommes au foyer existent, ce n’est qu’une infime minorité) qui gagnait à lui seul l’argent du couple.

Or, en France, une partie de ce salaire alimente une « caisse de retraite » qui permet de recevoir, l’âge de la retraite arrivé, une pension. C’est à dire un salaire de substitution. Bien entendu, le montant de la pension est bien souvent inférieur au salaire que touchait le travailleur quand il était « actif ». La femme au foyer, elle, ne touche aucun salaire pour son travail, et donc aucune pension non plus une fois l’âge de la retraite arrivé. Elle ne vit donc que sur la pension que Monsieur reçoit.

Mais dès qu’il meurt, il ne touche plus cette pension. Or, les hommes meurent statistiquement bien plus tôt que les dames…

Et c’est là qu’entre en scène la « pension de réversion »…

Jusqu’alors, une pension dite « de réversion » était alors versée à la veuve. Pension plafonnée et sous vérification que Madame ne dispose pas de ressources propres.

Mais si cette pension de réversion disparaît, ces femmes, qui se seront sacrifiées des années durant pour élever une famille (et on sait l’importance de l’éducation pour éviter vandalisme et brigandage), ces femmes n’auront plus rien. Plus aucune ressource financière. Elles seront donc condamnées à mendier, auprès de leurs enfants s’ils sont encore vivants (les drames existent), ou bien dans la rue.

Et c’est vrai que les grandes villes françaises regorgent déjà de SDF (Sans Domicile Fixe), mais c’est vrai qu’il y a plus souvent des SDF hommes que de SDF femmes… Avec l’abandon de la pension de réversion, la tendance pourrait s’inverser. De nombreuses femmes âgées pourraient se retrouver dans la rue, démunies, sans aucune ressource financière…

Finalement, c’est peut-être cela, l’égalité homme-femmes recherchée par l’État ? Encore plus de femmes en situation de détresse ?…

Conclusion : « Aux armes, citoyennes ! »

Amicalement,

Joy

PS : j’ai conscience que cet article est déprimant. Mais n’oubliez pas que pour ne pas déprimer il faut agir. Alors si vous voulez agir, faîtes passer le message. Partagez cet article, retweetez, manifestez si vous êtes manifestant dans l’âme, bougez… ;-)

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Pourquoi j’ai marché aujourd’hui

Viva Mafalda !

Le féminisme libère les hommes

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 juin 2018

Rémô(mes), enfin de la musique pour enfants digne de ce nom

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 22 min

Je ne sais plus si j’ai déjà écrit sur ce groupe de musique pour enfants, Rémo ou Rémô(mes)…

Un vrai bonheur. A découvrir d’urgence pour tous les parents qui en ont marre de faire écouter de la musique cul-cul-la-praline à leurs enfants…

De la musique qui donne la pêche, avec des paroles intelligentes dans lesquels je retrouve les messages d’amour, de paix et de joie auxquels je crois, des musiciens sympathiques qui savent comment plaire aux enfants.

Assistant par hasard à un de leur concert estival, j’ai vraiment été séduite par le son rock et aussi par l’humanité des paroles. Les enfants du public semblaient eux aussi ravis…

Difficile par contre de trouver leurs albums, si ce n’est en les contactant directement sur leur site web (ou à la fin d’un concert si vous avez la chance d’y assister cet été). Voici donc le site web :

http://remo.le.site.free.fr/index.php?rub=1

Encore une fois, je précise que je ne touche aucune commission ni sur les ventes de Rémo (je ne les connais pas personnellement) ni sur les nombreuses publicités du site unblog.fr…

Ecoutez des extraits, vous m’en direz des nouvelles.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La musique pour être heureux

Decluterring : épisode 1 : la musique

Mercy

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...321
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe