Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

23 février 2013

Ce que j’ai appris du Dalaï Lama…

Classé dans : Lectures conseillées,Les grands principes — joy369 @ 22 h 53 min

Rectifions de suite : non, je n’ai jamais rencontré le Dalaï Lama.

D’ailleurs, dans ma grande inculture, il n’y a pas si longtemps pour moi « Dalaï Lama » m’évoquait surtout une chanson du groupe espagnol « Mecano »… ;-)

Mais depuis j’ai lu deux livres de lui. Enfin, deux livres contenant ces préceptes, mais rédigés par d’autres, des personnes proches, qui ont eu l’occasion de l’interviewer, de le connaître, et de savoir traduire sur papier ses enseignements.

De ces deux livres, je commencerai par vous parler du 2e, celui que j’ai lu récemment et que, pour être honnête, je n’ai pas su réellement apprécier. Je garde le 1er pour un autre article, car je compte le relire tellement je l’aime bien.

Ce 2e livre, « Penser aux autres, l’art du bonheur », ne m’a pas transcendée mais j’y ai retrouvé quelques points qui sont pour moi d’une grande évidence.

Tout d’abord, que le bonheur est différent selon les personnes. Chacun a sa propre perception du bonheur. Ce qui me rend heureuse ne vous rendra pas forcément heureux. Ce point est essentiel et m’évoque la citation « L’enfer est pavé de bonnes intentions », citation que j’adore car ô combien vraie.

Combien de fois un quiproquo est à l’origine de tracas ?… « Mais je croyais bien faire… » entend-on alors. Et c’est dit avec la meilleure des bonnes fois… (Pour des exemples de gaffes amusantes, je vous invite à aller sur viedemerde.fr, ce site que j’adore en est truffé)

Hé oui, souvent nous croyons bien faire, à tort, parce que nous imaginons que l’autre réagit comme nous, et qu’il aime ce que nous aimons. Erreur, fatale erreur…

Ensuite, et je suis heureuse de l’avoir lu (je ne suis donc pas la seule à le penser), le Dalaï Lama le répète plusieurs fois : chaque être humain aspire au bonheur et à éviter la souffrance. C’est l’unique objectif de chacun.

Même le voisin du dessus qui joue de la musique à plein volume à minuit passé, ce que lui cherche aussi, c’est le bonheur. A savoir son bonheur. Qui peut en l’occurrence différer de celui de ses voisins qui eux cherchent le bonheur de… dormir tranquille… ;-)

Par la suite, et là j’avoue que ma mémoire est mauvaise, ma lecture datant d’une bonne dizaine de jours, le Dalaï Lama explique que le bonheur passe par considérer autrui comme un être humain comme nous, qui mérite tout notre respect voire notre « amour-humanité », et ce même s’il s’agit des tortionnaires chinois qui torturent les prisonniers tibétains. (Il s’agit de son exemple récurrent).

J’avoue que j’ai plus de mal à appliquer ce précepte, même s’il a probablement raison…

Il explique alors que notre passage sur Terre étant bref, il est inutile de s’en tenir égoïstement à notre nombril et qu’il est préférable de chercher à aider les personnes pauvres, notamment en leur procurant de quoi se soigner. (Obama apprécierait, lui qui réforme le système de santé nord-américain) ;-)

Le Dalaï Lama propose ensuite de s’imaginer une personne neutre entourée d’un côté de notre « moi » égoïste et de l’autre de plusieurs personnes dans le besoin. Sa question : à votre avis, qui la personne neutre aura envie d’aider ?…

(Oui, je sais, la réponse fait mal) (rires)

Bref, il nous suggère d’agir comme cette personne neutre et de consacrer notre vie à aider Autrui, chemin essentiel vers le bonheur.

Le livre est émaillé d’exemples et de propositions pour agir concrètement mais j’avoue ne pas avoir été emballée. L’écriture répétitive m’a gênée. J’ai donc rendu ce livre à la bibliothèque et je ne compte pas l’acheter, même si certains concepts me plaisent. :-)

Par contre, le 2e livre, dont je vous parlerai dans un autre article si cela vous intéresse, est excellent et il pourrait faire un très joli cadeau à offrir à mon entourage… ;-)

Sur ce, je vous laisse vous ruer dans votre librairie préférée si le cœur vous en dit (ou bien choisir la lecture d’un autre de mes articles, ce qui est très bien également) ;-)

Et toutes mes excuses si ma transcription n’est pas exacte… ce n’est que ce que j’en ai tiré. ;-)

Amicalement,

Joy

PS : Si mes articles vous plaisent, n’hésitez pas à vous inscrire au flux RSS pour ne pas les rater. C’est gratuit ! ;-)

Un élément essentiel du bonheur : la santé

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 22 h 07 min

La vie est brève.

La vie est d’autant plus brève que nous ignorons quand elle prendra fin pour chacun d’entre nous. Peut-être ce soir ? Peut-être demain ? Ou bien peut-être dans des dizaines et des dizaines d’années que je vous souhaite heureuses.

Et que nous faut-il, pour vivre cette vie unique ? (sauf si vous croyez en la réincarnation, ce qui n’est pas mon cas mais je vous envie) ;-)

Il nous faut être en bonne santé, si possible.

En effet, il est très délicat, quand notre santé est déficiente, d’avoir autant d’aptitudes à apprécier notre vie que lorsque nous sommes en bonne santé. Ce qui ne signifie aucunement que, si vous n’êtes pas en bonne santé, vous serez incapable d’accéder au bonheur.

C’est juste que c’est plus facile d’être heureux quand la santé va bien… :-)

Alors certes, c’est merveilleux : il est préférable de conserver une bonne santé pour apprécier la vie. Et alors ?

Et alors aujourd’hui nous avons la chance de disposer d’études qui nous expliquent par A + B que faire du sport, une alimentation saine, limiter sa consommation d’alcool, rester non-fumeur et ne pas toucher aux drogues permettent de vivre mieux et plus longtemps que les autres.

Certaines études sont même assez précises pour sortir des statistiques racoleuses comme celle-ci : « Chaque cigarette fumée c’est 7 minutes de votre vie qui part en fumée. »

« Oui, et alors ? » me diront les fumeurs…

Et alors vous en fumez combien des cigarettes, dans votre journée, votre semaine, votre mois, votre année, votre vie ?…

Je ne parle même pas du coût financier de cette drogue « douce »…

Je parle juste de votre vie qui vous échappe…

J’ai encore la voix de cette femme, survivante d’un cancer du sein, qui parlait de cet homme rencontré à l’hôpital, atteint dramatiquement d’un cancer du poumon, qui avait perdu sa voix et qui commençait chaque journée par écrire inlassablement sur un cahier « Je regrette d’avoir fumé, je regrette d’avoir fumé, je regrette d’avoir fumé… »

Sa tristesse, sa détresse d’homme adulte qui cherchait dans l’écriture un exutoire enfantin à son malheur, tout ceci l’avait marquée, elle qui s’en est sortie.

Je sais bien que la Vie est injuste et que, même si vous « faîtes tout bien », il peut arriver que la maladie vous guette vous et pas un autre. Mais puisqu’aujourd’hui nous savons que les plus grands risques sur la santé peuvent être écartés par une alimentation saine, du sport, et en évitant le tabac l’alcool et les drogues, pourquoi prendre ce risque ?

Attention, je ne milite pas pour l’interdiction pure et simple des plaisirs de votre vie. Je vous conseille juste de varier ces plaisirs et de trouver peu à peu d’autres voies vers le bonheur, des voies qui ne mettent pas en péril votre santé.

Personnellement, il m’est difficile d’apprécier la chance que j’ai d’être en vie quand je suis vraiment malade.

Nous avons plusieurs méthodes pour apprendre à renoncer aux cigarettes, par exemple, pourquoi ne pas en choisir une, dès aujourd’hui ?

Si cela vous intéresse, dans un prochain article je vous parlerai de la méthode d’un de mes amis.

En attendant, je vous souhaite une excellente santé et tout le bonheur du monde ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous appréciez ces articles, n’hésitez pas à vous incrire via le lien RSS pour ne pas en rater un seul. C’est gratuit ! :-)

18 février 2013

Demain est un autre jour…

Classé dans : Les grands principes — joy369 @ 17 h 26 min

Parfois, quoiqu’on fasse, le bonheur nous échappe et file au loin.

Et il nous laisse. Là. Un peu désemparés. A se demander pourquoi ça ne va pas.

Car il n’y a pas toujours de raisons particulières à cette sensation de « pas tout à fait cela ».

Qu’importe. Il s’agit de ne surtout pas se laisser déstabiliser, ne pas se laisser abuser par cette sensation d’échec.

Car le bonheur ne vient pas forcément quand on le veut, même s’il viendra plus facilement vers ceux qui mettent toutes leurs chances de leur côté. ;-)

Alors qu’importe ? Demain est un autre jour.

Ca ira mieux demain.

En attendant, fermons les yeux et rappelons-nous un moment de notre passé où nous pensions que rien n’allait s’améliorer dans notre vie… et tous ces événements heureux que nous avons vécus depuis. :-)

Et tous ceux qui nous attendent encore dans un avenir proche… :-)

Ca va aller mieux, forcément. Le Destin se joue parfois de nous. Une petite baisse d’activité ne peut pas nous faire de mal.

Il suffit de garder confiance en soi, en notre Chance.

Le vent va tourner et, sans nous en rendre compte, nous serons à nouveau heureux, pleinement heureux. De ce bonheur qui fait bourdonner les oreilles et qui apaise notre coeur.

Il suffit d’être patient.

Car demain est un autre jour.

Et qui sait si « demain » pour vous ne commencera pas… dans un quart d’heure ?… ;-)

Amicalement,

Joy

1...167168169170171...174
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe