Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

27 juin 2012

Une révélation… (1)

Classé dans : Les grands principes — joy369 @ 22 h 09 min

Une révélation... (1) dans Les grands principes tortuebois-150x150

Quand j’étais au lycée, il y a longtemps maintenant, j’ai eu une révélation. J’ai soudain compris un élément important concernant les êtres humains. Nous sommes tous différents et nous pensons et ressentons différemment. Oui, je sais, cela paraît un peu commun comme révélation, mais inutile de traiter la lycéenne que j’étais naguère de « Pauvre fille », je vais vous expliquer…

Au lycée, fidèle à mes principes, je ne fumais déjà pas. Et mes copines non plus. Je précise ceci juste pour vous dresser le tableau. Lycée gigantesque. Petit hall non-fumeur et grande cour « fumeur » encrassée de fumée et où je ne mettais donc jamais les pieds.
(Je l’ai déjà écrit, mon article sur la santé ? Non ? Pas encore, mais vous savez déjà que mon tout premier « objectif de vie » concerne ma santé… Ne pas me laisser polluer par les autres fait partie des quelques actions que j’applique au quotidien).

Reprenons… Je me disperse, je me disperse… ;-)
Bref, au lycée, rares étaient les lycéens et lycéennes qui restaient dans le hall non-fumeur lors des pauses. Et c’était ainsi beaucoup plus facile de repérer les quelques jeunes hommes susceptibles de nous faire tourner la tête… et chavirer le coeur…

Aussi un jour, histoire de nous occuper un peu, j’ai proposé à mes amies de dresser la liste des « plus beaux mecs du lycée »…
Halte-là ! ;-)
Avant de me jeter la pierre, répondez-moi : qui ne l’a pas fait ? Et surtout à cette âge tendre, travaillés par nos hormones ? :-)

Bref, mes copines étaient ravies et nous avons commencé à ajouter les « beaux mecs sur notre liste ». Chacune devait en indiquer trois, et chacun à tour de rôle matait et donnait une note.
Des années plus tard, je ne me rappelle absolument pas ni du résultat ni d’aucun d’entre eux, mais je me souviens fidèlement d’une chose : nous n’avions absolument pas les mêmes goûts!…
Naïvement, j’étais persuadée (et je le suis encore souvent) que si j’aime quelque chose ou quelqu’un, forcément, tout le monde l’apprécie également.
(Comment ? Vous n’aimez pas les macarons « Mogador » de Pierre Hermé?)

Re-bref : la réalité m’interpellât : non, nous n’aimons pas les mêmes choses.

Et c’est tant mieux ! C’est ce qui fait la diversité de notre jolie humanité. Nous sommes tous différents, et tous avec des goûts différents.
Ce qui fait que je podcaste tel chroniqueur du matin sur France Info… que mes deux amies détestent !

Et c’est ce qui faisait qu’autrefois mes copines de lycée et moi ne jugions pas les hommes de la même façon…

Réfléchissez aux conséquences, c’est merveilleux : moi je ne me juge pas la plus belle, mais forcément, pour quelqu’un, je suis belle.
Et idem pour tout !… Le vilain bibelot offert par tante Josette, et hop ! On le recycle ! On l’offre à quelqu’un d’autre !… Et d’une pierre deux coups : on se débarrasse d’une horreur tout en faisant un heureux… Mais je parlerai du recyclage des cadeaux une autre fois…
Une révélation à la fois ! ;-)

Allez, je vous laisse. Je sens que vous rêvez déjà à ce que vous venez de découvrir : hé oui, vous êtes quelqu’un de merveilleux pour certains… (et un fieffé imbécile pour d’autres mais ceux-là on s’en fiche). Le tout va être de savoir s’entourer que des premiers. Mais encore une fois, cela fera l’objet d’un prochain article…
Bye-bye ! :-)
Joy

22 juin 2012

GTD : quelle est la première étape ? Pour lutter contre la procrastination

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 23 h 21 min

GTD : quelle est la première étape ? Pour lutter contre la procrastination dans Cas pratique DSC_0704-300x233

On a tous parfois la flemme de commencer une tâche. Que ce soit établir sa fiche d’imposition ou comprendre comment s’inscrire à un cours de judo. Souvent, quelque chose nous bloque et il est tentant de se dire : « Bah, je le ferai demain. »…

Et pareil le lendemain… ;-)

Bref, cela s’appelle de la procrastination. Et c’est l’art de repousser dans le temps ce qu’on pourrait / devrait faire aujourd’hui, là, tout de suite.

Heureusement pour nous, il existe des solutions. De nombreux auteurs ont écrit sur la gestion du temps. Parmi eux, je préfère la méthode GTD « Getting Things Done » de David Allen.

C’est simple et c’est précis.

Dans son livre, deux éléments principalement ont retenu mon attention.

Tout d’abord, si la tâche à accomplir ne nécessite que 2 minutes, mieux vaut la faire de suite. En effet, notre cerveau aura besoin de plus de deux minutes pour se rappeler ce qu’on voulait faire pour cette tâche. Simple, mais efficace.

J’avais déjà une tendance nette à ranger après utilisation les objets que je déplace par exemple, mais là j’applique encore plus entièrement ce précepte.

Et moi qui ne me considère pas comme une reine du ménage, j’ai été très surprise qu’une amie me demande un jour mon secret pour que tout soit toujours si bien rangé chez moi. Pas de secret : je remets en place. Ou je place directement là où il faut. Les épluchures de pommes de terre ? Directement dans le sac en papier pour les jeter. L’emballage plastique ? J’essaie d’acheter le minimum avec de l’emballage plastique, mais quand je n’ai pas le choix, je le mets directement dans la poubelle, pas « à côté » de la poubelle.

Cela s’appelle être efficace. Et c’est très pratique pour gagner du temps. Et gagner du temps dans ces futilités, cela permet de dépenser ces minutes en plus pour autre chose : faire la sieste / l’amour / le pitre, ce que vous voulez…

Bref, c’est bien… :-)

Ensuite, le second précepte que je retiens du livre de David Allen, c’est la question « quelle est la première étape ? ». J’ai un différend avec une carte de paiement dont je souhaite me défaire. (Vive la décroissance!… Pardon, je m’égare…).

Il faut que je trouve le moyen de leur faire comprendre que non, je ne veux plus de leur satanée carte de paiement (et de toutes les publicités qu’ils m’envoient pour m’inciter à acheter des objets dont je n’ai pas besoin). Mais rien que l’idée de me lancer dans la bataille… cela me donne envie de faire autre chose…

Halte ! Arrêtons de procrastiner ! ;-)

Le truc, c’est de s’interroger : quelle est la première étape ?

Leur envoyer une lettre de résiliation. Oui, mais à quelle adresse ? La première étape pourrait être « Rechercher l’adresse pour la résiliation ». Elle est peut-être dans le contrat ? Donc la première étape serait plutôt « Lire le contrat (que j’ai signé comme une gourde) ». Sauf que… il est passé où ce contrat ? L’étape devient « Retrouver ce fameux contrat »…

Bon, en l’occurrence, chez moi c’est rangé donc j’ai retrouvé le contrat, et de fil en aiguille, le principe de « la première étape » permet de dépasser ses propres résistances psychologiques et d’agir.

Donc ma lettre de résiliation est envoyée ! ;-)

Mais cette méthode s’utilise pour tout. Tout tout tout !… :-)

Et vous, quelle est votre méthode de gestion du temps préférée ?

Amicalement,

Joy

21 juin 2012

Ne pleurez pas sur le lait renversé

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 22 h 29 min

Ne pleurez pas sur le lait renversé dans Cas pratique Poulet-joyeux-300x300

D’où ai-je tiré ce précepte ?

De quel livre magique ai-je lu et relu cette anecdote qui est devenue l’une des bases de ma vie ?

Un des livres de Dale Carnegie j’imagine, mais je ne sais plus lequel…

Alors, de quoi ça parle ? D’un petit enfant qui renverse du lait et d’un adulte qui lui dit que ce qui est fait est fait, et qu’il est inutile de perdre de l’énergie à se plaindre ou à pleurer parce que le lait est renversé. Puisqu’il est perdu, il est perdu. Palabrer ne servira à rien. Et l’adulte laisse l’enfant jouer avec le lait renversé avant de le nettoyer, puisque de toutes façons, on ne peut plus le boire…

Cette citation est devenue une seconde nature chez moi. Que ce soit dans le milieu personnel ou professionnel, je m’y réfère tout le temps, c’est une seconde nature.

Une mauvaise communication a pour conséquence que j’ai gaspillé plusieurs journées de travail ? Bien. Inutile de perdre du temps à chercher le coupable, mieux vaut avancer, on a assez perdu de temps comme cela.

Un de mes objets favoris est cassé ? Bien. Que puis-je faire ? Puis-je le réparer ? Oui ? Non ? Si non, pas la peine de pavoiser, on le mets à la poubelle et tant pis.

Rares sont les éléments vraiment importants. J’ai l’habitude de croire que seule la mort est « sans retour ». Et encore, j’imagine que les personnes ayant une religion considèrent la mort sous un autre angle.

L’inaction entraîne la dépression. Vous pouvez agir pour améliorer la situation ? Alors agissez. Et tant pis si ce n’était pas cette action qu’il fallait faire. Vous aviez choisi celle qui vous semblait la mieux avec les informations dont vous disposiez à ce moment.

Mais ne rien faire, c’est se condamner à déprimer.

Alors agissez, mais ne perdez pas du temps à pleurer sur du lait renversé. Le lait renversé est perdu. On ne le retrouvera plus. Inutile de se plaindre, cela ne le ramènera pas.

Perdez l’habitude de pleurer sur les ‘laits renversés » de votre vie et vous verrez combien votre vie s’améliorera…

Amicalement,

Joy

1...166167168169170
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe