Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

30 août 2021

Laisser de la place aux opinions de l’autre

Classé dans : Lectures conseillées,Les grands principes — joy369 @ 12 h 35 min

En farfouillant dans mon sac à main, je retombe sur le « livre d’or » de Dale Carnegie que je feuillète.

Pour ceux et celles qui ignorent qui est Dale Carnegie, c’était un Américain de USA, décédé depuis longtemps, qui a écrit il y a un siècle de précieux livres devenus des best-sellers sur plusieurs sujets comportementaux. En clair : comment ne pas stresser, comment se faire des amis, etc.

Bien que les nombreux exemples donnés dans les livres soient un peu obsolètes (dans le sens où, personnellement, je ne connaissais pas un tiers des personnes citées), les livres sont des pépites d’or au sujet desquels j’ai déjà écrit plusieurs articles pour vous inciter à les lire.

Quiconque voudrait apprendre à être heureux devrait commencer par lire les livres de Dale Carnegie et les assimiler. :-)

Et je me suis retrouvée un jour avec, entre les mains un petit « livre d’or » qui rassemble les titres de chaque chapitre de chaque livre. C’est tout petit, très léger, et ce petit recueil ne me quitte jamais.

Pourquoi ? Parce que je n’aime pas « perdre mon temps à attendre sans rien faire » et que si par malheur je me retrouvais dans cette situation, je serais ravie de pouvoir m’occuper l’esprit en me replongeant dans ces préceptes.

Et donc me voilà à relire ce titre : « Ne jugez pas, ne condamnez pas »…

De façon amusante, maintenant que j’ai lu plusieurs livres sur « la pensée créatrice » (ou « le secret » si vous préférez), j’ai assimilé de toujours tourner les phrases de façon positive. Alors « Ne jugez pas », « ne condamnez pas » me gênent…

Je leur préfère donc « Laisser de la place aux opinions des autres »… Et j’aime cette phrase, j’ai l’impression de voir quelqu’un qui déblaie devant lui pour faire de la place et qui invite gracieusement Autrui à y déverser son petit bagage.

Un geste plutôt altruiste. Car sincèrement, parfois les opinions des autres sont difficiles à admettre.

Prenons un exemple : les antivax. Je rappelle le contexte : le monde est plongé dans une pandémie de Covid-19, maladie mortelle (parfois, elle est aléatoire) qui a tué dans le monde environ 4 millions et demi de personnes en moins de 2 ans, plusieurs vaccins efficaces ont été découverts, en France la vaccination est accessible partout et gratuite, mais des personnes, surnommées « antivax », manifestent dans la rue « pour ne pas avoir à se faire vacciner » car le gouvernement Français incite très fortement pour que tout le monde soit vacciné, seul moyen d’enrayer véritablement la pandémie : atteindre une « immunité collective » (et encore, on n’est pas encore certain à l’heure où j’écris que cela puisse être une solution).

Bref, quand vous parlez des « Antivax » aux millions de personnes qui, partout dans le monde, rêveraient de disposer des vaccins accessibles et gratuits, ils hallucinent… (rires)

Donc, à mes yeux, il est vraiment difficile de « faire de la place » aux opinions des Antivax…

Pourtant j’essaie. J’essaie d’écouter les Antivax (de loin, pas envie de me faire contaminer par eux) (rires).

J’essaie de comprendre leur point de vue.

Évidemment, cela ne me fera probablement pas changer d’avis mais au moins peut-être les comprendrais-je : cafouillage dans le passé du gouvernement qui a conduit à empoisonner la populations (aux Antilles, avec un pesticide sur les bananes), peur de perdre leur liberté, etc.

Et comprendre Autrui, c’est l’accepter.

Or nous avons tous besoin de vivre ensemble pour être heureux. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Dale Carnegie et les conflits

Mes lectures sur le BONHEUR

Livres sur ordonnances

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 juillet 2021

« Je suis heureuse ! »

Classé dans : Entre nous,Les grands principes — joy369 @ 12 h 45 min

Rendez-vous professionnel, et une fois n’est pas coutume, c’est moi la cliente ! :-)

Je savoure d’être celle à qui on dit « Je vous en prie, Madame, prenez une chaise, votre interlocutrice va vous recevoir ! »… C’est rigolo d’inverser les rôles pour une fois… :-)

Je rencontre donc cette femme pour la première fois de ma vie. Déjà au téléphone elle m’avait donné l’air d’être gaie, agréable, sympathique.

Le rendez-vous se passe de la même manière. Elle est joyeuse, gentille avec ses collègues qu’elle complimente. Un rayon de soleil ambulant.

Je l’observe, amusée.

Elle me parle boulot puis nous débordons et nous parlons de divers sujets. A mon retour mon conjoint n’en revient pas : « Mais comment avez-vous fait pour aborder ces sujets-là toutes les deux !?! »

Non, pas de panique, nous n’avons tout de même pas échangé nos marques de coupes menstruelles, mais tout de même, je sais qu’elle a un enfant, leur plaisir partagé de l’été, le drame de sa vie (orpheline tôt), où elle habite, son loisir préféré, etc. ;-)

Naturellement.

Le courant est passé, c’est tout.

Je pense que j’agis de même avec mes propres clients, quand je leur parle de cette marque de pâte à tartiner bio qui remplace avantageusement cette fameuse pâte à tartine pleine d’huile de palme (et qui est donc à l’origine de destruction de forêt, d’habitats d’animaux et de villages).

Mon interlocutrice a l’air tellement positive, tellement à l’aise dans sa vie que je finis par lui poser la question :

« Vous êtes toujours ainsi, aussi gaie et dans la joie de vivre, ou c’est exceptionnel ? »

Notez-bien que c’est la première fois que je la rencontre et que je ne suis pas sûre de la revoir avant un certain nombre de mois, voire jamais.

Elle rit et me répondit avec aisance :

« Je suis heureuse, oui, je suis heureuse en tant que Maman, je suis heureuse dans mon couple et je suis heureuse dans mon travail! »…

Et moi je suis heureuse d’entendre enfin quelqu’un me dire cela. Enfin. Faîtes le test : il est rare que les personnes se disent heureuses. Très rare. Trop rare.

Elle irradie de bonheur et m’explique combien il est important de savourer la vie, d’en profiter.

Pas la peine de gaspiller sa salive : elle prêche une convaincue ! (rires)

Et c’est ainsi qu’elle aborde le drame de sa vie : ‘Ce n’est pas toujours drôle, parfois on vit de sales moments, j’ai perdu mon père à 20 ans, mais il faut vivre il faut en profiter ».

Est-ce ceci notre point commun ? D’avoir pris conscience toutes les deux très tôt de la fragilité de la vie ?

Qu’importe : nous sommes heureuses, c’est l’essentiel ! :-)

En la quittant je l’ai remerciée pour cette jolie rencontre…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Oui, je suis heureuse

Le but de la vie ? Être heureux

« Comme toi être heureuse quasi tout le temps »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 juillet 2021

Dépenser = vivre ?

Classé dans : Cas pratique,Entre nous,Les grands principes — joy369 @ 12 h 25 min

Je songe à cette femme, dont le métier est de faire circuler l’argent, qui m’a dit hier : « Il faut dépenser, Madame ! Il faut vivre ! Il faut vous faire plaisir ! »…

Cela m’amuse.

Ce concept m’amuse.

L’argent a été créé pour faciliter les échanges de biens entre les Humains, certes, mais est-ce que dépenser de l’argent est nécessaire pour vivre ?

Dans le sens où l’entendait cette dame, à savoir « dépenser pour du superflu » et je reprends ses exemples : « pour s’offrir une bague ou offrir un bijou à son mari »…

C’est drôle.

A-t-on vraiment besoin de cela pour vivre ?

Forcément, les grands gourous du marketing ou du gouvernement vous diront que oui, qu’il faut dépenser. Toujours et encore dépenser.

Mais ai-je besoin de cela pour être heureuse ?

Non, bien sûr que non. Mon bonheur ne dépend pas de ces dépenses inutiles. Attention, je ne dis pas que cela ne sert à rien d’avoir de l’argent à dépenser. Bien au contraire, je crois avoir déjà écrit un article sur le sujet : disposer d’argent facilite le bonheur, au moins un minimum d’argent.

Et là je reprends également l’exemple de cette femme, banquière de son état : « Avoir de l’argent en réserve permet d’acheter une machine à laver quand la nôtre est cassée ».

Oui, mille fois oui. Dépenser pour s’offrir du confort de ce genre n’est pas du luxe. Enfin, si, c’est du luxe par rapport à tous ceux qui en rêvent et qui ne peuvent pas se l’offrir. Mais c’est une dépense que je juge utile.

Mais « suivre la mode », claquer son argent en fringues de mauvaise qualité qui s’abîmera vite et qui sera vite jetée, vraiment ? Est-ce bien raisonnable ?

Non, nous n’avons définitivement pas besoin de dépenser pour être heureux. C’est d’ailleurs cela le piège : tomber dans les mirages des publicités et croire que nous avons désespérément besoin « du téléphone sorti le vendredi » quand nous disposons déjà de « celui sorti le lundi ». ;-)

Que me faut-il pour mon bonheur ?

Habiter un endroit que j’aime avec celui que j’aime, une tasse de ma boisson préférée (et non ce n’est pas de l’alcool, pas besoin d’alcool pour être heureux !) et écouter pour la énième fois ce CD adoré (acheté il y a fort longtemps, quand l’argent pour moi était vraiment rare et que… les CD étaient encore à la mode (rires)).

Voilà ma définition du bonheur. Ai-je besoin de vraiment plus ?

N’ai-je pas déjà beaucoup ? Un toit ? La sécurité ? De quoi manger et boire chaque jour ?

Combien de personnes, combien de milliers de personnes dans ce monde seraient tellement heureuses de pouvoir vivre ainsi ?

Si vous avez de l’argent à dépenser, c’est pour eux que vous pouvez dépenser. Pour les aider à vivre mieux. Mais nous qui vivons dans un pays du superflu, avons-nous vraiment besoin de dépenser pour vivre ?

Non. Définitivement non. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le 6e tire-bouchon

Prédisposition au bonheur : le signe n°5

Éviter les problèmes financiers

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...213
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe