Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

5 novembre 2017

La robe trouée

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 11 min

Ca y est ! Après avoir acheté un patron pour une robe, découpé laborieusement la feuille de soie de ce patron, l’avoir épinglée sur mon tissu, avoir découpé les morceaux de tissus, les avoir assemblés, cousus ensemble, surfilés, etc.

Après des heures de travail sur cette robe, moi, l’apprentie couturière autodidacte, je n’ai plus qu’un dernier coup de ciseaux à donner.

Il est près de minuit, la lumière est artificielle, je suis fatiguée. Mon intuition me dit qu’il ne fait pas bon travailler si tard dans de telles conditions, mais il ne me reste qu’un seul coup de ciseaux.

Alors je le donne.

Et je troue ma robe.

Oui.

Un trou.

Net, assez grand. Merci beaucoup.

Comment dire ?

Je suis assez écoeurée.

Des heures de travail pour finir par trouer mon ouvrage.

Juste là, comme ça, sur le tout dernier travail. C’était la dernière chose que j’allais faire. Ensuite, la robe aurait été finie, parfaite, on n’en parlait plus.

Sauf que là, bien… Elle est trouée.

Alors je regarde encore un peu comment je pourrais réparer cela, mais il est tard et je crains une seconde sottise.

Donc je vais me coucher.

Et je retiens les leçons, que ce soit pour la couture ou n’importe quoi : ne pas effectuer de tâches compliquées le soir, quand on est fatigué.

Et le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, j’ai réfléchi aux solutions possibles pour réparer ma maladresse. J’ai essayé d’être créative et j’ai finalement cousu par dessous une chute du même tissu, et pour cacher cette couture, j’ai thermocollé une fleur brodée par-dessus.

C’est joli, c’est discret, et c’est original.

Quelques semaines plus tard, en remettant cette robe tirée de mon placard, je m’interrogerai tout d’un coup : « Mais, au fait, ce n’était pas celle-là, la robe que j’avais trouée ? »

Oui, je retrouve la broderie thermocollée : c’est bien celle-là. Pourtant, je ne m’en rappelais même plus. Et la robe est parfaite telle quelle est ; je dirais même que ce patch lui ajoute un petit quelque chose. Le soir où je l’ai trouée, j’aurais pu me mettre en colère ou pleurer ou râler. Mais non, j’ai juste constaté les dégâts, décidé de ne rien faire le soir même, et j’ai œuvré le lendemain à tête reposée à arranger tout cela.

Sans stress. Tranquillement.

Et devant les petits et gros problèmes qui pavent notre parcours de vie, je me dis qu’il faudrait que je sache agir toujours de cette manière. Car bien souvent, des jours, des semaines ou des années après, nous ne nous rappelons même plus du « trou », du problème qui nous avait tant ému naguère.

 Alors pourquoi s’en faire ? :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Agir comme une couturière

La réaction de Barney

Sans un seul mot te mettre à rebâtir

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

30 octobre 2017

Changements d’habitudes

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 10 min

Nous avons tous un truc ou deux que nous voudrions changer en nous. Voire même plus.

Voici ci-dessous quelques exemples :

  • Boire moins d’alcool / de sodas
  • Fumer moins de cigarettes / cigarettes électroniques / joints / autres
  • Manger moins de sucre
  • Manger plus de légumes
  • Faire plus de sport
  • Crier moins sur les enfants / collègues / subalternes / clients (?)
  • Etc

En général, on essaie de changer une habitude à la fois. Et une fois qu’on a réussit à acquérir comme réflexe la première habitude, on s’occupe de la suivante.

Je me suis donc demandé pourquoi on ne pourrait pas changer plusieurs habitudes d’un coup ?

Oui, oui, car me concernant, il y a plusieurs habitudes que je souhaiterais changer… ;-)

Sauf que, si je tente de changer une habitude à la fois, j’ai la pression car je n’y arrive jamais. En effet, à force de me focaliser sur la 1e habitude, si je n’arrive pas à la transformer en « élément acquis », je ne passe finalement jamais à la suivante…

Or j’essaie généralement avec un habitude la plus difficile à acquérir.

Autre option : essayer avec l’habitude la plus facile à acquérir… Oui mais… Mais j’ai eu la sensation que je perdais du temps. Et les autres habitudes alors ?

Aussi ai-je étudié un peu (merci Internet) s’il était possible de changer plusieurs habitudes en même temps et je suis tombée sur un article d’une vague recherche scientifique basée sur ce principe.

Je me suis aussitôt dit « Bingo ! » :-)

Alors, depuis un mois, je tente de changer non pas une habitude mas cinq habitudes d’un coup.

Évidemment, ces habitudes doivent être quantifiables. « Ralentir le rythme », c’est compliqué à mesurer. « Avoir mangé au moins un légume à chaque repas », cela c’est quantifiable…

Ensuite, pour pouvoir me rappeler si j’ai tenu ou non, je me suis fabriqué un joli fichier Excel listant, pour chaque jour du mois, une petite case (avec du gras sur les bords de la case pour le samedi et le dimanche), avec en haut le nom de l’habitude à changer. Et j’ai donc copié-collé 4 fois ce tableau pour l’avoir pour mes 5 habitudes.

Le principe ? Chaque soir (ou chaque matin), je regarde si j’ai réussi à appliquer ce changement le jour-même (ou la veille). Si oui, je coche la case.

A la fin du mois, je peux avoir d’un coup d’oeil mon résultat : ai-je réussi ou non ?

Pour être sûre de m’y tenir, le document est imprimé et collé sur un mur chez moi, à un endroit stratégique (la cuisine). Et j’ai un crayon à portée de mains.

Pour les curieux, après un mois je constate que j’ai réussi à 100% une habitude, la plus simple (avaler une cuillère d’huile de lin à jeun chaque matin), que pour 2 autres je l’ai fait quasiment tous les jours (yoga des yeux et ne plus crier dans la journée) et pour deux autres habitudes… ce n’est pas encore ça… ;-) (danser 15 minutes au lever et ne pas manger de sucre raffiné / gâteaux / viennoiseries)…

Mais ce n’est pas grave, car le petit côté « compétition contre moi-même » me pousse à vouloir faire mieux…

Et j’ai donc hâte de commencer le 2e mois… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

15 minutes de danse pour booster son énergie

Moins de sel, moins de sucre

Objectif : zéro fessée !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

15 octobre 2017

Métro boulot et célibat

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 38 min

Qu’on soit bien d’accord : loin de moi l’idée de dire que le célibat est mauvais. Si vous êtes célibataire par choix et que vous êtes heureux de l’être, super, ne changez rien !… :-)

Mon article s’adresse plutôt aux autres célibataires, ceux qui n’ont pas choisi de l’être.

Aujourd’hui, du moins dans mon pays, il y a de plus en plus de célibataires. Je crois même que, dans les villes, c’est la norme.

D’où le titre de mon article : ces personnes-là prennent le métro, vont au boulot, puis reviennent chez eux et leur célibat les saute au visage. C’est le soir qu’ils se sentent seuls et que leur célibat leur pèse.

Car ces célibataires-là rêvent d’être en couple.

Alors comment faire ?

Si j’analyse rapidement comment on trouvait un conjoint au fil du temps, je m’aperçois que pour trouver l’âme soeur, il fallait se trouver à un endroit où il y avait du monde : lors des mariages dans les années 1940, lors des bals dans les années 1960, voire lors de manifestations dans la rue par la suite… ;-)

Aujourd’hui, voici les lieux dans lesquels des couples se sont formés : lors des études, sur un lieu de vacances, rarement sur le lieu du travail (avec le taux de chômage actuel, si le couple ne fonctionne pas, c’est le début des problèmes. Je considère qu’il est plus simple de trouver un conjoint qu’un boulot intéressant) et surtout… via une présentation par des amis communs.

La plupart des couples que je connais se sont formés ainsi. C’est une copine, une soeur, un cousin… Une personne de notre entourage qui nous présente quelqu’un… Et ça fait « tilt »… :-)

Alors comment faire ?

Déjà, prenez conscience de ce que vous voulez : ne plus être célibataire d’une part, ne pas tomber sur une personne toxique d’autre part.

Armé(e) de ces postulats, vous vous rendez bien compte que passer votre vie au travail ne sert pas votre cause. Et là je parle pour toutes ces personnes qui font…2 fois 35 heures par semaine de travail par choix. Et j’en connais beaucoup.

J’ai même tendance à croire que s’ils travaillent autant, c’est pour combler le désert affectif de leur vie…

Donc, il va falloir que vous vous organisiez pour partir un peu plus tôt si tel est votre cas. Mais pourquoi faire ? Pour rencontrer des gens !…

Mais pas n’importe qui. N’oublions pas que vous ne voulez pas rencontrer de personnes toxiques. Alors vous allez compter sur votre entourage. Les « marieurs » ont parfois du bon !… Car un ami ne vous fera pas rencontrer un de ses amis s’il sait que toutes ces ex ont fini aux urgences ou en asile de fous… (Si oui, changez d’amis !)

Moi-même j’ai quelques personnes toxiques dans mon entourage amical… que je ne présente jamais à mes autres amis célibataires !…

A la rigueur, présentez les toxiques aux toxiques, cela peut être rigolo… ;-)

Organisez des sorties, ce qui vous plaira, n’importe quoi : musée si vous aimez cela, fête foraine, cinéma, promenade en forêt ou dans la ville, théâtre, concert… Mais prévoyez un moment pour que vous puissiez faire connaissance avec cette nouvelle personne. Un verre dans un bar après le concert par exemple.

C’est fou comme on sait rapidement si on pourrait vivre ou non avec une personne. Parfois il suffit de trois fois rien.

Si la personne ne vous plaît pas, n’insistez pas. Sinon, arrangez-vous pour la revoir. :-)

Et si celle-ci ne convient pas, gardez espoir : il y a des milliards d’individus sur la planète ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

L’homme parfait

Prédisposition au bonheur : le signe n°1

Ce que chacun devrait savoir au sujet de l’Amour

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

123456...212
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe