Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

14 mai 2017

Gustave et Mohammed

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 11 min

Gustave est grincheux.

Gustave est raciste.

Gustave ne respecte pas les femmes.

Gustave déteste les homosexuels et les homosexuelles.

Gustave n’aime pas les étrangers, et il ricane quand il apprend qu’un bateau rempli de clandestins s’est échoué dans la Méditerranée et que tous se sont noyés.

Vous croyez que j’invente ?…

Même pas. Parce que je connais Gustave. Je le connais personnellement mais je l’ai rayé de mon carnet d’adresses.

Mohammed est né à l’étranger.

Mohammed est intelligent, drôle et cultivé.

Mohammed est l’un de mes amis.

Mais curieusement, Mohammed est également un ami de Gustave.

Peut-être le seul d’ailleurs, car je n’imagine pas Gustave avoir vraiment des amis…

Et, régulièrement, Mohammed n’en peut plus de Gustave. Bizarrement, il n’en peut souvent plus en périodes électorales, quand Gustave se lâche et le bombarde de « blagues » racistes et autres fantaisies.

Mohammed se plaint auprès de moi : « Mais il ne voit pas que je suis arabe ? Pourquoi me rabâche-t-il autant la tête avec ce courant politique ? »

Et je rigole : « Mohammed, à chaque fois tu me dis ça ! A chaque fois tu te plains de Gustave ! Mais pourquoi continues-tu de le voir ? »

Et Mohammed de me répondre : « Cette fois, c’est fini ! Je n’en peux plus de ce mec ! »

Et je continue de rigoler.

Car Mohammed me répète toujours la même chose mais il finit toujours par traîner avec Gustave…

Dans des moments de lucidité, Mohammed l’avoue : « je suis prisonnier ».

Mais il y a des prisons qu’on veut bien.

J’avoue que je ne comprends pas ce qui retient Mohammed d’envoyer Gustave se faire cuire un œuf, mais c’est son problème.

Pour moi c’est comme un vieux couple, qui se déchire régulièrement mais inséparable.

Et cela me fait rire encore plus, puisque Gustave n’aime pas les couples d’hommes non plus.

Mais que Mohammed se débrouille. On a bien les amis qu’on veut bien avoir.

Personnellement, il y a bien longtemps que je ne laisse pas les Gustave grignoter mon emploi du temps et mon énergie !

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Ceux et celles qu’il nous faut fuir

Les Grincheux

Arrêtons de nous plaindre !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

12 mai 2017

Le pain de la cantine

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 42 min

Dans mon pays, il me semble qu’il y a toujours eu des mendiants, qu’on appelle aujourd’hui des « SDF » de l’acronyme « Sans Domicile Fixe ».

Quand j’étais petite, il me semble qu’ils n’étaient pas si nombreux, même s’il y en avait, surtout dans les grandes villes. Souvent ils étaient alcoolisés et réclamaient de l’argent pour s’acheter de quoi boire du vin ou de la bière.

A partir de 1989, avec l’ouverture des frontières de nombreux pays de l’est de l’Europe, ont afflué des mendiants d’un autre type. Ce n’était plus le poivrot du village mais des familles, parfois issues de mafia très organisées, avec les « chefs » qui venaient le soir récupérer toutes les « familles » à bord de Mercedes grises. J’écris « famille » entre guillemets car parfois les enfants se « prêtaient » pour la journée, histoire d’émouvoir la population.

Ces bandes organisées ne se contentaient pas de mendier, mais volaient également. D’ailleurs je ne sais pas pourquoi j’écris à l’imparfait car tout ceci existe toujours.

Ces bandes donnent une très mauvaise image des mendiants mais elles ne représentent pas toute la population sans domicile fixe. Car il y a aussi des malheureux qui ne volent pas du tout et qui sont réellement dans la misère. Des personnes qui, quand vous leur proposez de quoi manger, ne tendent pas la main en réclamant de l’argent plutôt que de la nourriture.

Et, malheureusement, dans mon pays, cette frange-là de la pauvreté augmente dernièrement.

J’ai été stupéfaite de voir des personnes, nu-pieds (il fait froid chez moi) courir dans la rue, l’air famélique, fuyant je ne sais quel danger.

Et j’insiste : ces nouveaux sans-abris sont réellement affamés. Si vous leur donnez de quoi manger, ils ne réclameront pas d’argent l’air de penser « Ta nourriture, rien à faire, file-moi de la thune ! »… Ils ont réellement faim.

Cette réalité (« De nombreuses personnes de par le monde ne mangent pas à leur faim »), déjà dérangeante quand elle se situe dans des pays lointains, l’est d’autant plus quand cela se passe devant votre porte.

Et le souci de la faim, c’est que ça revient. Inutile de donner un sandwiche en se disant : « Voilà! Le problème est réglé ! ». Le problème est réglé… que momentanément.

Alors que faire ?

Faire des dons, oui, mais au quotidien, vous pouvez aussi prendre l’habitude de donner un peu de nourritures à l’un ou l’autre de ces affamés.

Moi qui ne mange pas de pain au restaurant d’entreprise et qui, soucieuse de ne pas gâcher de nourriture, n’en mettait pas sur mon plateau, j’en prends désormais un systématiquement… que j’apporte avec moi en dehors de la cantine et que je donne à qui croise ma route.

C’est rien me direz-vous.

Et vous aurez raison.

Mais je fais comme le colibri : je fais ma part…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La légende amérindienne du colibri

L’influence d’un enfant

Internet et la solidarité

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

10 mai 2017

Sortir de la neurasthénie

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 28 min

Mon amie Claudine s’enfonce dans la neurasthénie.

Pour qui la connaît bien, sa vie n’est que fatigues et dépressions.

Elle consulte depuis des années des psychologues et des psychiatres, en vain.

L’idée de ce blog repose un peu sur elle. Inconsciemment, c’est peut-être dans le but de l’aider que j’ai décidé en juin 2012 d’écrire un blog sur le bonheur, un blog pratique et pragmatique qui explore toutes les pistes pour être, enfin, heureux, et surtout pour savoir le rester quoiqu’il arrive.

Je ne dis pas que c’est facile, je ne dis pas que, même moi, j’y arrive toujours. Je dis juste que c’est possible et que nous pouvons nous en approcher.

Pour en revenir à Claudine, sa vie telle qu’elle nous la présente est misérable : elle travaille du lundi au vendredi avec des horaires élargis, sans aimer ni son métier ni son quotidien, et si elle finit un soir un peu plus tôt, c’est pour filer à un rendez-vous de médecin.

Dès le vendredi soir, elle s’effondre dans un sommeil entrecoupé dont elle n’émergera vraiment que le lundi matin… pour aller travailler !

Face aux personnes qu’elle connaît peu, Claudine arbore un joli sourire et une joie de façade qui vous la rende irrésistible, mais face à ses amis, elle avoue penser au suicide quotidiennement…

Et des années que cela dure…

En tant qu’amis, notre position est compliquée. Nous n’osons même plus demander de ses nouvelles de peur que cela la replonge dans la description aigrie d’un quotidien affligeant.

Ce blog ? Je crois qu’elle ne le lit pas.

Mais si jamais elle tombait sur cet article, je veux qu’elle sache combien je l’aime, combien je la trouve merveilleuse (cela, je lui répète assez souvent) mais aussi combien je reste persuadée qu’elle peut sortir de sa neurasthénie.

Même si je lui en ai déjà parlé, je crois qu’elle n’a jamais appliqué la méthode de l’élastique. Pourtant, il est urgent qu’elle prenne conscience de tout le négatif qu’elle pense d’elle-même.

Porter un élastique au poignet en permanence et le faire claquer quand elle se repèrera en train de penser : « Mais quelle c… je fais ! » ou « Mais je suis vraiment stupide ! » lui permettra de réaliser combien son véritable ennemi, c’est elle-même.

La seconde étape, ce sera reformuler chaque pensée négative en parole positive. Transformer les « Mais quelle c… » en « Je vais y arriver ».

En saupoudrage, faire du sport. Je sais qu’elle s’y était mise un moment et que ça l’avait beaucoup aidée mais elle a arrêté.

Enfin, et c’est le plus important, je lui conseille de trouver le moyen d’aider autrui.

Faire le bien autour de soi est le meilleur moyen de se faire du bien à soi.

C’est une loi, c’est comme cela. :-)

Et il y a malheureusement suffisamment de misère partout pour qu’elle ait l’embarras du choix.

S’inscrire dans une association pour servir de la soupe populaire, enseigner le français à des étrangers, lires des histoires à des enfants dans les écoles, écrire à des prisonniers, rendre visite aux malades esseulés dans les hôpitaux… Le choix est immense, hélas.

Je ne sais pas si Claudine lira cet article un jour, je ne sais pas si j’oserai lui en parler directement par peur d’être intrusive, mais si jamais vous vous retrouvez en elle et que vous appliquez mes conseils, s’il vous plaît, dîtes-moi si cela fonctionne, que cela puisse aider d’autres lecteurs…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Vitamine D

Les Démentors

Panser ses plaies à la pâte fimo

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

12345...202
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe