Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

25 février 2021

Le deuil blanc

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 08 min

« Mais… il n’est pas mort ? »

Non. Il n’est pas mort.

Cela arrive parfois, souvent, de plus en plus au fur et à mesure du vieillissement de la population dans une société : une personne n’est pas morte mais elle n’est plus vraiment elle-même non plus.

Alzheimer, tumeur cérébrale, … qu’importe le terme médical.

Celle que vous aimez est là, physiquement là, rien n’a changé en apparence et pourtant si.

Cela peut commencer par des sautes d’humeur, qui passeront probablement inaperçues. On mettre cela sur le compte de la fatigue… Et puis ensuite un mot qui dérape, un trou de mémoire, et puis un autre…

Il peut se passer du temps avant qu’un tiers en blouse blanche mette un mot sur ce qu’il se passe.

Aux yeux des autres, de ceux qui ne sont pas là « tout le temps », ils peuvent remettre en cause le diagnostic, douter de sa véracité, nier les faits : « Une bonne nuit de sommeil et tout ira mieux ! », « Il est surmené en ce moment… », « Tu es sûre que ce n’est pas une petite déprime hivernale ? »

Mais la réalité est bien là : la personne n’est pas morte, sauf que ce n’est plus la même. Plus du tout. Parfois elle ne peut même plus communiquer, comme dans le livre « Des fleurs pour Algernon », son quotient intellectuel semble avoir chuté drastiquement. Elle pouvait être savante ou experte d’un sujet et soudain ne saura plus tenir un crayon. Ou passer tout à coup de nombreuses heures à sourire mystérieusement en fixant un point, une fleur, qu’importe.

Il peut y avoir des crises de colère qu’on ne comprendra pas car le langage fait défaut, a été réduit en poussières. Sauf les insultes. Allez savoir pourquoi, les insultes sortent souvent plus vite que le reste. Alors cet être doux et si cultive deviendra alors un charretier agressif.

Puis il se calmera. Peut-être même se bercera lui-même en chantonnant des paroles incompréhensibles ?

Est-il fou ? Mais pourquoi fait-il cela ? Où est passé mon conjoint / parent / ami si « normal » auparavant ?

Il n’est plus.

Il est là, physiquement, mais il n’est plus là.

C’est ce que les spécialistes appellent le « deuil blanc ». Vous allez devoir réapprendre à vivre avec cette personne et faire le deuil de la personne qu’elle était auparavant.

C’est dur. Très dur. Car oui, elle est là, face à vous. Mais ce n’est déjà plus la même et souvent le mécanisme est irréversible.

Seule la mort sera une échappatoire. Et vous allez devoir apprendre à vivre avec.

Surveiller cet adulte devenu aussi imprévisible qu’un bambin. Vérifier qu’il ne se fasse pas mal, qu’il ne saccage pas tout autour de lui et ne brûle pas son logis. Oui, même cela. Et vous protéger. Vous protéger surtout. De sa violence possible. Qu’il ne comprend pas et qu’il ne maîtrise pas. De la fatigue. De la fatigue. De cette charge émotionnelle et de votre chagrin inavoué ou nié par les autres.

« Mais de quoi te plains-tu ? Il est vivant ! »

Oui, il est vivant, mais à quel prix ?

Il faut penser à aider et soutenir ceux qui aident et qui prennent soin.

Vous vivez un deuil « blanc ». Mais c’est un deuil quand même…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le carnet de défunts

Il y a mourir et mourir…

Europa VII

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1100 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe