Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2019

30 décembre 2019

Prière du matin

Classé dans : Entre nous,Petits bonheurs — joy369 @ 12 h 39 min

La lumière du jour traverse les rideaux et me réveille. Je me lève, regarde l’heure, il est encore tôt et j’ai encore sommeil. Aujourd’hui nous sommes en congés, nous pouvons paresser. J’ajuste un peu les rideaux pour augmenter l’obscurité et je retourne me coucher.

Instinctivement, je me colle contre le corps tout chaud de mon compagnon. Il dort encore.

Nous nous endormons toujours dans les bras l’un de l’autre. De vrais petits chatons. Malgré les années, les bons moments et les moins bons, nous sommes toujours lovés l’un contre l’autre.

Alors je me serre contre lui. Il est tout chaud, tout doux, je me sens bien.

J’entrouvre les yeux et je le regarde. D’où je suis, je vois son profil. Il est beau. Je le trouve beau. La semaine dernière encore il riait et me disait : « Je ne sais pas si tu as compris mais je ne suis pas particulièrement un sex symbol »… Mais qu’importe s’il n’est pas un sex symbol ? Il est mon Prince Charmant à moi. Selon les goûts à moi. Je me fiche bien qu’il corresponde ou pas aux critères de beauté de la Société. Il est beau selon mes critères. Il avait insisté : « Je sais que tu préférerais que je fasse un peu plus de musculation ». Et j’avais ri : « Parce que moi je suis la reine de l’aérobic peut-être ? »

Je suis bien avec lui. Je me sens bien. Je suis heureuse.

Et là, lové contre son corps, je prends conscience, comme quasiment tous les matins de farniente, de mon bonheur.

Soudain, maudite culture judéo-chrétienne, un éclair de pensée : pourquoi je pense à cela ? Est-ce qu’il va mourir ce soir ? Un accident de voiture, qu’en sais-je ? Est-ce que ce bonheur me sera enlevé ? Est-ce que je me coucherai seule ce soir ?

Je reprends le contrôle de mes pensées : non, il n’y a aucune raison. Il faut que j’arrête avec cette croyance que tout bonheur se paye. On a le droit d’être heureux. Tout le temps. J’y arrive quasiment. Cela surprend mais oui : je suis heureuse au quotidien. Rares sont les jours où je ne le suis pas.

Et s’il meurt vraiment ce soir ? Hé bien tant pis. C’est la vie. On ne va pas s’empêcher de vivre pour cela. L’essentiel c’est de profiter de chaque journée, de chaque instant. Et cela, je l’ai fait. Tout comme je profite de l’instant, là, lovée contre lui… :-)

Et je prie pour que ce bonheur partagé continue encore longtemps… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le but de la vie ? Etre heureux

Rose de St Valentin…

L’homme parfait

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 décembre 2019

Le zen en moi…

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 25 min

Depuis que cet individu est entré dans ma vie, je m’interroge : qu’ai-je fait au Ciel pour qu’il m’envoie une telle plaie ?

Tout nous sépare. Il ne jure que par le statut social, l’apparence, le qu’en dira-t-on. Il répète à l’envie sa position sociale comme si elle lui donnait une certaine valeur. Il n’a aucun respect pour les autres et s’arroge tous les droits.

Il profite de son langage châtié et obséquieux pour sortir de grands discours qui lui assurent l’admiration de ceux qui ne regardent que les apparences.

Bref : l’antithèse de ce que j’aime.

Par chance, ce n’est pas un proche et je n’ai donc pas à l’endurer au quotidien.

Par chance également, son hypocrisie ne fonctionne pas avec tous et je ne suis pas la seule à ne pas apprécier le personnage. Cela rassure, on se sent un peu moins seule…

Mais je continue de m’interroger : pourquoi mon chemin croise-t-il le sien ?

Pourquoi ? Pour que je lutte contre mes mauvais côtés qui ressortent ? Pour que j’apprenne à réfréner mon envie de lui nuire juste parce qu’il m’agace ?

Mais zen. Il faut que je reste zen. Que je conserve mon statut d’humain civilisé pour ne pas lui rentrer dans les plumes.

Pas toujours simple.

Mais j’essaie. Respirer, garder un visage peut-être pas souriant mais au moins neutre. Et respirer. Respirer calmement…

Ne pas lui sauter à la gorge quand il me sort des inepties. Rester calme.

En ces fêtes de fin d’années, cela arrive fréquemment qu’on se retrouve obligé de côtoyer des gens… comment dire ? Qu’on ne fréquenterait pas de nous-mêmes…

Pas toujours facile…

Alors dans ces cas-là, prenons la peine de nous interroger : quelle leçon dois-je en tirer ? Et comment faire pour rester calme ?

Personnellement je vais aller devoir chercher le zen qui est en moi…

Cela ne va pas être simple. Mais tout va bien se passer…

Bonnes fêtes de fin d’années !

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Contraint(e) de passer les fêtes avec des personnes toxiques ?

Vous connaissez l’assassin !

Ceux que je n’aime pas

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 décembre 2019

Télétravail forcé : les vies vides

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 52 min

France. Décembre 2019.

L’Histoire retiendra que ce mois correspondait à une longue période de grève, notamment de grève de transport. Les routes n’étant pas bloquées ni les dépôts d’essence, seules les personnes qui utilisent les transports en commun sont concernées réellement. Et tous leurs clients et fournisseurs éventuels, évidemment.

Mais c’est donc surtout les grandes villes qui sont impactées.

Les conséquences de cette grève à rallonge sont parfois étonnantes. La fatigue physique de ceux et celles obligées de se lever 2 ou 3h plus tôt pour pallier aux trajets chaotiques, je la connaissais, la fatigue morale, l’agressivité des usagers qui n’en peuvent plus, idem. Mais on m’a parlé récemment d’une conséquence que je n’avais pas anticipée : la solitude de certaines personnes en télétravail forcé.

Hé oui. Car à côté de tous ceux qui galèrent dans les transports, tous ceux qui pleurent en observant leurs restaurants ou leurs hôtels vidés de clients, il y a ceux qui font un métier qui leur permet de télétravailler…

C’est à dire que ces veinards n’ont pas à affronter la pluie, les transports en commun saturés ou supprimés, ils peuvent rester chez eux, au chaud, confortablement, et travailler depuis chez eux, généralement sur un ordinateur, connectés à Internet.

Et cependant, après l’euphorie des premiers jours, s’installe chez certains une certaine déprime.

Car travailler de chez soi, c’est aussi ne plus voir ses collègues. Et les mails, les tchats et les conversations téléphoniques ne remplacent pas tout. Je le répète souvent sur ce blog : nous sommes des animaux sociaux et nous avons besoin des autres.

En l’occurrence, certains ont besoin de leurs collègues, des interactions sociales, de la petite pause café où on parle du dernier film sorti au cinéma ou de la fièvre du petit dernier…

Sauf que ceux qui travaillent de chez eux et qui ont des enfants ne souffrent pas de solitude. Ceux que le télétravail forcé va le plus miné sont ceux qui n’ont pas de lien social en dehors de leur travail. Ceux qui n’ont pas de famille, du moins pas de famille proche de leur lieu de vie. Ceux qui n’ont pas d’amis, ou du moins pas de relations en dehors de leur travail. Ceux qui donnent tellement de leur temps à leur job qu’ils ne connaissent pas leurs propres voisins.

Alors, en télétravail prolongé, ils se retrouvent seuls.

Totalement seuls.

Et leur vie leur paraît vide sans leur collègues.

Ce qui est intéressant car ce phénomène est visible également lors des départs à la retraite… On quitte la société dans laquelle on travaille et tout à coup on se sent seul. Loin de moi l’idée de dire « Il ne faudrait pas partir à la retraite »… (rires) Au contraire. J’admire et je respecte ces Institutions qui en France protègent les plus fragiles et les plus âgés. Pourvu qu’elles durent… :-)

Mais ce que je veux dire, c’est juste que, si une période de télétravail forcée vous isole, c’est peut-être le signe qu’il serait temps que vous remplissiez votre vie avec « autre chose » que le travail. Vos collègues de travail sont sûrement passionnants, mais il y a d’autres personnes sur cette planète. Sortez, rencontrez d’autres personnes, allez saluer vos voisins, impliquez-vous dans des activités hors cadre professionnel. La vraie vie, ce n’est pas que le travail.

La vraie vie, c’est tout le reste aussi.

Et vous savez quoi ? Il est fort possible que cela vous conduise… au bonheur, tout simplement. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le but de la vie ? Etre heureux

Jour vert et jour rouge

Apprendre à s’écouter

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe