Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2019

30 octobre 2019

L’alcool et l’intelligence émotionnelle

Classé dans : Entre nous,Les grands principes — joy369 @ 12 h 39 min

Soirée chez un ami fidèle en amitiés.

Tellement fidèle qu’on y retrouve toutes les strates de sa vie : les membres de sa famille, les amis de sa jeunesse, ceux de sa vie professionnelle et ceux de sa période de vieil alcoolique célibataire momentanément détruit par son divorce.

Bien que n’étant pas forcément à l’aise avec les « vieux loups de la Finances », ceux qui ont réussi professionnellement (et surtout financièrement) et qui étalent leurs richesses et leur suffisance, c’est finalement avec sa colonie de « potes alcoolos » que j’ai le plus de mal…

D’humeur sociable, je discute pourtant avec les uns et les autres, évitant la facilité de me réfugier qu’avec les personnes que je connais et que j’adore (dont mon cher et tendre). Et c’est là que je prends conscience des méfaits de l’alcool sur l’intelligence émotionnelle. Exemple :

LUI : – Et, heu, tu vois, avec (notre hôte), on s’est connu pendant les vacances, on était dans un centre pour faire du sport.

MOI : – Oui, je vois.

LUI : – Ben oui, et c’était super, on s’est bien éclaté parce que tu vois, hé ben on a fait du sport quoi…

MOI : – Heu, oui.

(… je passe la répétition de 3 minutes sur le fait que dans un centre de sport on y fait du sport (c’était lassant et je commençais à m’interroge sur le quotient intellectuel de mon interlocuteur, ou bien était-il îvre ?))

LUI : – Lui et moi, on est copains depuis 3 ans ! (énoncé avec une grande fierté)

MOI : – Oui, c’est bien. (Que voulez-vous que je réponde ?)

LUI : – Et heu… et toi, tu le connais depuis combien de temps ?

MOI : – Un peu plus de 20 ans maintenant.

LUI : – Ah. Ah oui, quand même hein… (Et c’est maintenant que cela devient truculent car il ajoute soudain :  ) L’amitié, c’est pas une affaire d’années. Il y a ce qu’on vit avec l’autre, tu vois, quand on partage des choses très fortes, ce n’est pas le nombre d’années qui compte.

Stop. J’arrête là le report de cette conversation, très inintéressante, comme toute conversation avec une personne bourrée (parce que finalement je pense que cet homme devait être saoul, je ne conçois pas qu’on puisse être aussi limité intellectuellement autrement).

Mais ce manque flagrant d’intelligence émotionnelle m’amuse beaucoup. En gros, c’est comme s’il m’avait demandé quelle était ma couleur préférée, que je lui avais répondu « rouge » et qu’il me disait alors que selon lui les gens qui aiment le rouge sont de gros nazes.

Je n’ai pas pour vocation de devenir humouriste, mais je pense qu’il y aurait de quoi monter un bon sketch… Car ce monsieur n’avait pas l’intention de se montrer désagréable, bien au contraire. Son objectif était de se montrer sous un bon jour…

Raté.

Conclusion : l’intelligence émotionnelle se travaille (et facilite le bonheur), mais boire de l’alcool n’aide pas à accroître son intelligence émotionnelle…

Bien au contraire… (rires)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Changements d’habitudes

Comment changer une habitude ?

Contraint(e) de passer les fêtes avec des personnes toxiques ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

25 octobre 2019

De l’utilité de la souffrance

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 59 min

Je ne sais pas vous, mais moi je n’aime pas souffrir.

Mais il semblerait que c’est inévitable. Que ce soit de la souffrance physique, quand on se blesse ou quand on est malade, ou bien de la souffrance morale, peut-être la pire car insidieuse, invisible, celle qui nous prend suite à une rupture sentimentale, un décès, un drame…

Je viens de finir la très belle BD « Ce n’est pas toi que j’attendais » de Fabien Toulmé. On m’en avait déjà parlée avant que je la lise. Une BD super qui traite de la naissance d’un bébé trisomique. Vraiment très bien.

A travers l’histoire vraie de ce père qui se raconte, on ressent bien la souffrance du début, quand on lui annonce le verdict médical… Et on craque comme lui sur les photos de son si joli souriant bébé… :-)

Et, comme il le dit lui-même, cette naissance l’a fait évolué. Lui qui avait un rejet des handicapés, il a appris à les connaître, à les apprécier…

Cette souffrance n’aura pas été vaine puisqu’elle l’aura rendu plus humain.

Attention ! Je ne dis pas qu’il faut faire exprès de souffrir non plus, nous ne sommes pas masochistes !… Mais juste que, quitte à souffrir, autant sublimer cette souffrance pour soulager celle des autres. C’est ce qu’a parfaitement réussi Fabien Toulmé en dessinant avec justesse et tendresse son histoire de paternité différente. Se raconter pour aider les autres dans le même cas à affronter leur propre histoire… Et pour accroître l’empathie de ceux qui ne sont pas concernés directement.

Dans un autre ordre d’idées, je repense à deux hommes croisés dans le monde professionnel. Je ne sais pas trop quelle est leur histoire personnelle. Je crois que le premier avait une fille mourante, j’ignore même si le deuxième avait vécu un drame ou non, mais leur humanité, leur gentillesse envers leurs prochains, tout cela faisait que je les appréciais et je n’étais pas la seule.

Ils étaient profondément humains.

D’excellents professionnels, certes, mais humains. Cela peut sembler étrange que j’oppose ces deux adjectifs, mais malheureusement souvent on a tendance à croire qu’au nom de l’Entreprise, il faut sacrifier notre part d’Humanité.

Mais c’est faux. Il ne faut jamais oublier sa part d’humanité. Et c’est peut-être à cela que sert la Souffrance : à l’exacerber. A nous former à la sublimer pour qu’elle ne soit pas… inutile…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Si je devais décrire le Paradis…

NDE : apprendre à pardonner

Le chemin du bonheur (selon le Dalaï Lama)

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

20 octobre 2019

Attention chef d’oeuvre !

Classé dans : Entre nous,Lectures conseillées — joy369 @ 12 h 01 min

Je viens de finir « Filles de la mer » de Mary Lynn Bracht et je l’ai adoré. Un livre sensationnel. Haletant, passionnant. Mais dur aussi. Ce n’est clairement pas un livre qui « rend heureux »…

Pas du tout.

Mais c’est un livre à lire tout de même (pour les adultes uniquement) car, tout comme les témoignages des rescapés des camps de concentration ou autres horreurs de notre « Humanité », il traite d’un sujet important qu’il nous importe de ne jamais oublier.

Les « femmes de réconfort ». Ou « comfort women » en anglais. A savoir toutes les femmes qui, aujourd’hui encore, se retrouvent prostituées forcées dans des conflits armés.

Alors non, c’est vrai, ce n’est pas un sujet gai.

Alors pourquoi en parler sur ce blog 100% bonheur ?

D’une part parce que le livre est un chef d’œuvre, que je l’ai adoré et que le temps passé à le lire fut un réel plaisir.

D’autre part parce que je le répète assez sur ce blog : notre bonheur passe par les Autres, nous sommes tous reliés d’une manière ou d’une autre, et prendre conscience de l’horreur infligée aux femmes en temps de guerre permet également de montrer plus de compassion et d’humanité envers les victimes d’aujourd’hui.

Pour ne plus entendre des sots dire « Elles viennent en France enceintes jusqu’au cou pour profiter de nos allocations familiales » au sujet de femmes ayant subi la prostitution forcée dans des pays méditerranéens avant de se retrouver échouées sur des côtes européennes.

Violées toute une journée, c’est vrai que statistiquement, il y a des risques qu’elles tombent enceinte…

« Filles de la mer » est un roman. Qui nous emmène plus loin, dans un autre conflit, dans un autre temps. La seconde Guerre Mondiale du côté de la Corée… Mais les femmes, là encore, n’ont pas été épargnées.

Que dis-je ? Des femmes ? Même pas, des enfants parfois.

Alors oui, ce livre est dur. Si vous ne vous sentez pas assez fort pour lire ce genre de chose, passez votre chemin. Mais si vous avez le courage de tourner les pages, faîtes-le et vous ne le regretterez pas. Un histoire magnifique pour réveiller notre compassion…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Mariage forcé

Chipie, prairie et tragédie

Viol : vous n’êtes pas seul(e)

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe