Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

5 septembre 2019

Des enfants pas battus

Classé dans : Cas pratique,Entre nous — joy369 @ 12 h 35 min

Chamboulée par l’extrait du film « Les imbattables » dont je parlais dans mon précédent article, j’en parle autour de moi. Des Français. C’est à dire issus d’une culture où eux-mêmes ont été battus ou relativement mal traités dans leur enfance.

Rares sont ceux qui sont véritablement choqués par la « violence éducative ordinaire »…

Forcément, il faut du temps pour que cela change. Les mentalités évoluent doucement. Il n’y a pas si longtemps, les soldats étaient payés partiellement en cigarettes, les enfants buvaient du vin à l’école et les femmes enceintes étaient invitées à continuer de fumer…

Le témoignage d’une copine est particulièrement intéressant. Issue d’une famille nombreuse, la soixantaine, elle affirme n’avoir jamais été frappée. Pourtant, me dit-elle, son père était régulièrement saoul… et tabassait sa mère… (soupir) Là encore les mentalités doivent évoluer…

Mais les enfants, me dit-elle, jamais le père ne les a touchés.

C’est déjà cela.

Et elle, alors, mère de quatre enfants ?

Une seule fois, me dit-elle.

Une fois de trop, pense-je. Mais je me tais et je l’écoute. Je ne lui jette pas la pierre, le métier de parent est difficile et il y a peu de modèles positifs.

Alors elle me raconte la fessée en public qu’a pris son aîné, et cette passante qui lui a fait une remarque… et surtout cette autre passante qui lui avait fait une remarque désobligeante un peu avant sur l’attitude de son garçon dans les transports en commun. Un enfant turbulent ce jour-là, que la mère désemparée n’arrivait pas à « tenir »…

Je l’écoute me raconter et je conclus : « En fait, c’est l’attitude de la 1e passante qui a tout déclenché. Tu n’as pas frappé ton enfant par sadisme ou habitude puisque c’était la 1e fois. C’était juste une réaction de ta honte vis-à-vis de cette dame… Elle ne t’aurait rien dit tu ne l’aurais pas frappé ».

Elle acquiesce.

Deux jours plus tard, une autre amie me parle de deux enfants avec leurs mères respectives dans un transport en commun. L’un particulièrement bien élevé, l’autre pas du tout. Et elle me raconte tout sourire combien elle était fière d’avoir « mouché » la mère du gamin malpoli en complimentant bien haut le premier enfant sur son comportement en insistant sur le fait que « ce n’est pas le cas de tout le monde »…

Je l’écoute mais je n’approuve pas. Qu’avait-elle besoin de faire des comparaisons ? Complimenter l’enfant poli suffisait. Cela aurait plus déclencher chez l’autre mère (et l’autre enfant) une envie de faire pareil. La comparaison était en trop. Elle a peut-être déclenché par la suite une rancœur de la mère de l’enfant malpoli… qui a peut-être fini par frapper son enfant.

Car c’est la raison de cet article. Si nous souhaitons que disparaisse la « violence éducative ordinaire », nous pouvons nous aussi agir. Même si nous n’avons pas d’enfant à éduquer. Juste en agissant avec bienveillance et empathie. C’est à dire sans faire de remarques aux parents dépassés par l’attitude de leurs enfants. Pas toujours facile, je vous l’accorde. Mais essayons quand même, pour le bien-être des enfants…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Une éducation incohérente

Objectif : zéro fessée !

Le cycle de la bienveillance

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe