Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

19 mai 2018

Et voilà !

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 16 min

Je paraphrase presque le site https://www.alorsvoila.com de Baptiste Beaulieu mais que dire ?

Voilà. C’est fini.

Le diagnostic médical est tombé juste : « Il en a pour un an ».

Alors voilà. C’est fait. Il est mort.

Et j’ai beau m’y être préparée depuis un an, j’ai beau avoir tout fait pour l’accompagner, pour lui dire au revoir et lui rappeler que je l’aime avant qu’il soit trop tard, la tristesse guette encore.

Alors les mots du philosophe Alain, gravé à force de répétitions dans les coins de mon cerveau, me reviennent : « La tristesse n’est ni noble ni belle ni utile ».

Pire, à en croire ceux et celles qui croient en un Au-Delà où nos proches nous attendraient, notre tristesse les empêcherait de se réaliser.

Alors voilà.

J’utilise les artifices habituels pour leurrer mon cerveau. Non pas les médicaments, je ne suis pas fan, mais les activités. Un cerveau ne sait pas faire deux choses en même temps. Impossible à la fois de penser au Cancer qui en a fauché un de plus et au roman policier que je lis. Je ne dis pas que c’est focaliser son attention sur le livre est facile, je dis juste que si vous y arrivez, votre cerveau ne pourra plus penser à la Mort. Il ne sait pas faire deux choses à la fois, c’est ainsi.

Et puis il y a les autres activités : les rendez-vous avec les Pompes Funèbres, le cercueil, les fleurs, le pot avec les invités suite à l’enterrement, le choix des chansons, des textes qui seront lus et la rédaction de la nécrologie… Autant d’éléments qui tiennent occupés.

Ne pas se leurrer, il y aura quand même des larmes. Il y en a eu dans le passé, il y en aura encore. Mais ne surtout pas tomber dans le piège de la victimisation et du deuil à n’en pas finir. Vivre. Vivre encore et malgré tout. Toujours. C’est ce qu’auraient voulu nos morts. Que nous, les vivants, vivions.

Et contacter les autres vivants, tous les amis, la famille, tous ceux qui m’ont soutenue, conseillée au fil des mois.

Les prévenir, les remercier. « Voilà, c’est fait. Il est mort »

Terrible mot. Mais caché derrière presque un soulagement indicible : le soulagement qu’il n’ait pas emporté avec lui dans sa Mort celle qui s’occupait de lui quotidiennement, cette femme à qui je tiens aussi.

Et c’est pour elle qu’aujourd’hui je me dois de sourire. C’est pour elle que je sortirai mes blagues de potache, de manière à la faire rire malgré ses larmes. Car elle est vivante. Et je le lui avais promis, à lui, à lui qui est mort : je prendrais soin d’elle.

Même si je dois repousser mes larmes à un peu plus tard, même si je dois paraître forte voire même insensible à ceux qui me croisent.

Que m’importe le regard de ceux-là, de ceux qui n’ont pas vécu de l’intérieur la douleur des mois passés ? Il est mort, il l’aimait, moi je les aime tous les deux et maintenant qu’elle est seule je vais l’aider et la soutenir elle.

Car pour lui c’est fini. Fini.

Oui, et voilà : c’est fini.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La peur de perdre, la chance d’avoir

2 roses pour 1 cancer

Il y a 1 an

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 850 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe