Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

12 décembre 2016

Juste un repas chaud

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 13 min

Ce soir, il fait froid et il pleut.

Il ne fait pas bon traîner dehors.

Pourtant, en rentrant chez moi à grands pas histoire d’éviter d’être trempée, je le vois.

Il déroule un carton, des couvertures, et prépare son lit.

Il va dormir là, dehors. Dans le froid, à l’abri de la pluie grâce au toit de ce bâtiment, mais certainement pas à l’abri de l’humidité qui transperce tout.

Moi, je rentre chez moi. Au chaud, à deux pas.

J’ai un peu honte.

Je prépare le dîner. Nous sommes plusieurs ce soir à table. Pourtant, à la fin du repas il y a des restes. Il reste de la soupe, du riz, du poulet…

Par la fenêtre, je vois la pluie qui tombe.

« Que fait-on des restes ? »

« Jette-les » me répond mon conjoint.

Je n’aime pas jeter de la nourriture. Parce que sur cette planète, tous ne mangent pas chaque jour à leur faim, même si c’est difficile à comprendre quand on a le ventre plein. Et il faut de moins en moins d’imagination pour comprendre cela : la guerre lointaine nous a emmené des personnes affamées, meurtries et frigorifiées jusque devant nos portes.

Elles n’étaient pas forcément affamées, ni meurtries et encore moins frigorifiées avant la guerre. Mais la guerre est la guerre et apporte son lot de désolations.

Dans mon pays aussi, nous avons vécu cela. Il y a plus de 70 ans maintenant. Alors les gens oublient. Les gens oublient et condamnent.

« Pourquoi ne restent-ils pas chez eux pour se battre ? »

Mais, est-ce toujours possible de se battre ? Et nous ? Nos aïeux ? Sont-ils tous restés pour se battre contre l’ennemi ou ont-ils fui eux aussi ? Vers la France libre, vers d’autres pays peut-être ?

Alors je suis là, dans ma cuisine chauffée, avec de la nourriture en abondance. C’est décidé : j’emballe ce qui me reste, remplis des gobelets de carton, et j’attrape mon manteau et mes bottes. Je sors porter de quoi dîner à celui que la rue héberge pour la nuit.

« Merci » me dit-il.

Mais je ne me sens pas fière de moi comme on pourrait s’y attendre. Au contraire. J’ai honte.

Honte de ne pas faire plus, honte de mon pays et honte de l’Union Européenne qui ne font pas assez. Si chacun offrait un tout petit peu de chaleur et d’amitié à ceux qui en ont besoin, personne ne dormirait dans la rue.

Tout à l’heure, dans la cuisine, un enfant m’a demandé ce que je faisais. J’ai répondu que j’emballais de la nourriture bien chaude pour donner aux personnes qui dorment dehors dans le froid.

Il m’a dit : « Tu es gentille ».

Je lui ai dit : « Non, je serais gentille si je faisais plus que cela, je serais gentille si je pouvais l’héberger et que ce monsieur n’avait pas à dormir dehors ».

Mais je ne fais rien de tout cela. Je ne lui ai offert qu’un repas.

Juste un repas chaud…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Internet et la solidarité

La jeune fille, le SDF et la pluie battante

L’évolution du Monde est positive

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe