Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

22 juin 2016

Éducation positive (2)

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 8 h 07 min

Quand on côtoie de jeunes enfants, on se retrouve confronté au dilemme de l’éducation qu’on souhaite leur donner. Un dilemme car, pour la plupart des personnes, l’éducation reçue n’est pas forcément celle qu’elles souhaitent transmettre.

Oui, oui, car je doute que ceux et celles qui ont été, par exemple, roués de coups, fouettés ou détruits psychiquement par d’incessantes piques et humiliations ont très envie de reproduire cela avec les enfants qui les entourent… ;-)

J’ai cette chance de ne pas faire partie de ceux qui ont eu la pire enfance, mais cependant, j’ai conscience que l’éducation que j’ai reçue était loin d’être parfaite.

Le mot « bienveillance » que j’entends de-ci de-là ne s’applique pas, par exemple.

Or, croyez-moi ou non, c’est compliqué d’appliquer des principes d’éducation positive à des enfants quand on n’a pas été soi-même éduqué de cette façon.

Je suis très loin d’être une experte en la matière, mais voici quelques pistes :

1/ Personnellement, j’essaie de ne jamais lever la main sur un enfant. Ou plutôt, pour être exacte, j’essaie de ne pas la baisser sur un enfant, même si l’énervement m’a fait la lever. Quitte à donner un coup de poing sur la table pour évacuer ma colère. Mais surtout, ne pas toucher l’enfant. Je sais que cela peut en choquer certains, pour qui « ne pas frapper un enfant » est acquis, et en choquer d’autres, pour qui « une bonne paire de claques n’a jamais tué personne ». Mais bon, c’est mon avis. Je pars du principe que j’aurais du mal à expliquer à un enfant de ne pas frapper ses camarades de classe si moi-même je le frappe… Et personnellement, mis à part créer de la haine et un envie de vengeance, me frapper ne servirait pas à me faire comprendre quelque chose plus vite. Il est vrai que, personnellement, j’obéirais certainement plus vite si j’étais frappée, mais j’apprendrais vite aussi à mentir et à faire des coups en douce. Or, ce n’est pas les valeurs que je souhaite enseigner aux enfants qui me côtoient…

Conclusion : exit les coups.

2/ Agir envers les enfants comme on le ferait avec un ami. Cela, je l’ai compris grâce à un livre de Stephen Covey. L’exemple qu’il donnait est parlant : si un ami oubliait un dossier important pour son travail et que vous aviez la possibilité de lui rendre service de le lui rapporter, le feriez-vous ? Certainement. Et pourtant, la plupart des adultes ne le font pas pour leur enfant sous le prétexte que « ça leur apprendra la vie ». Mais la vie, c’est aussi la solidarité. Donc oui, je suis d’accord pour responsabiliser les enfants à penser à leur sac de piscine, mais il est vrai qu’on peut aussi les aider au besoin… J

Cet article s’étendant en longueur, je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, quitte à écrire un nouvel article sur le sujet un autre jour… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Éducation positive

Objectif : zéro fessée !

Secrets de parents Français

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 750 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe