Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

20 septembre 2015

Une partie d’échecs

Classé dans : Les grands principes — joy369 @ 12 h 20 min

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire lors d’un article sur ce blog, je n’aime pas jouer aux échecs. Pourtant je sais y jouer et il m’arrive parfois d’y jouer, pour faire plaisir à quelqu’un par exemple.

Cet été, j’ai joué une partie avec un enfant.

Les enfants ont l’avantage sur les adultes qu’ils extériorisent vraiment ce qu’ils ressentent. Là encore, ce n’a pas loupé. Comme cela faisait des années que je n’avais pas touché à un échiquier, mon adversaire m’a facilement « mangé » plusieurs pièces importantes. A chaque fois, l’enfant jubilait, sautait en l’air de joie et s’enthousiasmait. A ses yeux, c’était certain : il allait gagner, puisqu’il gagnait généralement contre les adultes qui l’entourent et que, en effet, j’étais mal partie.

Moi, je suis restée sereine même si j’avoue que je me suis dit qu’il risquait bien de gagner. J’ai joué de façon à surtout préserver ma Reine sur l’échiquier. Et mon jeune adversaire, tellement heureux à l’idée de sa victoire prochaine, n’a pas pris le temps de réfléchir à un moment. Une seule erreur. Mais je ne l’ai pas laissée passer et je lui ai « mangé » sa Reine…

Là, il a commencé à perdre un peu confiance, mais il avait encore beaucoup plus de pièces que moi, et l’avantage certain de s’entraîner régulièrement contrairement à moi. Je n’arrivais pas à le mettre véritablement en danger… jusqu’à ce qu’il fasse une seconde erreur. Et cette erreur, il l’a faite parce qu’il était trop occupée à geindre qu’il allait perdre…

Je lui ai « mangé » une de ses tours et, à ce niveau, il ne nous restait plus beaucoup de pièces. Mais avec la souplesse qu’offre une Reine, j’ai commencé à lui grignoter ses pièces l’une après l’autre…

Assez vite, l’enfant a commencé à dire que bon, on allait arrêter là et qu’on avait tous les deux gagné. Je ne connais pas bien les règles, et je soupçonne que si j’avais continué j’aurais pu facilement faire échec au roi puisqu’il ne lui restait plus que quelques pions en plus du roi. Mais j’ai accepté qu’on arrête la partie-là car, je l’ai déjà dit, je ne jouais que pour lui faire plaisir. Et si cela lui plaisait de dire qu’on avait tous les deux gagner, pourquoi pas ? Ce n’était pas un concours.

Ce qui m’a le plus intéressée, c’est son attitude, car je sais que la plupart des adultes ont la même : ils s’enthousiasment vite et perdent de vue leur objectif, et ils se découragent tout aussi vite.

Pourtant, aux échecs comme dans de nombreux jeux, cela ne sert à rien de crier victoire ou défaite trop tôt. Il faut avancer, serrer les dents dans les mauvais moments mais avancer. Car on ne sait pas comment cela va tourner. Peut-être que tout va s’arranger.

Et dans la vie, c’est pareil. Inutile de crier au loup et de se plaindre quand la vie est dure, qui sait si demain tout ne s’arrangera pas ?

Cela s’est déjà vu, et les miracles sont légions.

Alors quoiqu’il arrive, restez calme et serein : derrière les nuages, le soleil est toujours là. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Je n’aime pas jouer aux échecs

Rencontrer Triomphe après Défaite, et vice-versa

Vive les jeux de société !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 600 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe