Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

29 juillet 2015

Parents et adolescents

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 11 min

Cet adolescent est en conflit avec sa mère.

Il est vrai que, depuis son enfance, elle n’a jamais été vraiment présente, si ce n’est pour le gronder et le faire pleurer. Les câlins et l’affection, c’est son père qui les lui a donnés. Et le reste de sa famille, par chance assez large.

Mais de sa mère rien.

J’essaie d’aborder le sujet avec lui. Il dit ne pas l’aimer. Bien, et alors ? Je l’informe qu’il n’est pas obligé de l’aimer. Mais comme il est adolescent et qu’il vit avec elle, il est obligé de la supporter encore quelques années, jusqu’à ce qu’il quitte le foyer.

Peut-il me donner des exemples de vexations, de conflits entre eux ?

Son exemple me paraît bien maigre. Tout ce qu’il a en tête, c’est une remarque anodine sur la façon de se tenir à table. Mais bon, je n’y étais pas, je ne connais pas le ton, l’historique des humiliations précédentes, je ne peux pas juger.

Néanmoins, cela ne me paraît pas catastrophique non plus. Alors je lui parle de cas réels que je connais. Des copains ou des connaissances dont j’ai croisé la route et qui, durant leur enfance, se sont fait tabasser à coup de ceintures, ou marteler de coups de pieds dans le visage une fois jetés à terre…

L’adolescent réagit : « Ah. Oui. Quand même… C’est pire que ma situation… »

Oui, en effet. Je le pense mais je ne le dis pas, je continue juste, il a l’âge de comprendre ce dont je parle : « Et je ne te parle pas de toutes ces filles qui sont victimes d’inceste… Et encore, je dis filles mais il y a aussi parfois des garçons… »

Le message est passé : il y a pire ailleurs.

Nous revenons à sa situation : il compte le nombre d’années qui lui reste à supporter sa mère : une petite dizaine puisqu’il souhaite faire des études. Comme il me dit : « J’ai déjà fait plus que la moitié ».

Je lui parle de mon enfance et de mon adolescence, qui n’étaient pas forcément folichonnes non plus. Et je lui dis tout ce que j’en ai tiré. Car on peut apprendre de tout. Il paraît même que ce sont les enfants qui choisiraient les parents… Alors, si cette hypothèse est juste, pourquoi aurait-il choisi ces parents-là ?

« Pour mon père ! » me répond-il férocement. Oui, il adore, il idolâtre son père. Certes, mais son père a choisi cette femme-là. Et lui, pourquoi l’aurait-il choisie ? Que peut-elle lui apporter ?

Il ne répond pas. Je n’exige pas de réponse. Mais peut-être y songera-t-il. Je ne dis pas que posséder de mauvais parents est positif, je dis juste qu’on peut tirer du positif d’avoir de mauvais parents.

Supporter les brimades sans broncher, avoir l’esprit de répartie ou au contraire, savoir devenir transparent en cas de danger… Nous avons tous nos mécanismes de défense. Il est dommage d’avoir à les apprendre du fait de nos parents mais 85% des familles sont « dysfonctionnelles ». Cet adolescent n’est pas le seul à souffrir. Cela peut faire du bien de savoir cela…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Objectif : zéro fessée !

« J’ai peur de tuer mon enfant ! »

Appel aux adolescents

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 600 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe