Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 19 décembre 2014

19 décembre 2014

Blessure d’amour

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 35 min

C’était il y a longtemps.

Ce soir-là, je crois me rappeler qu’il pleuvait. Il faisait encore jour ; ce devait être le printemps.

Dans le bus qui m’emmenait, je regardais les rues sans les voir. C’était pour moi le début d’une longue période à vivre sans vivre réellement.

Je venais de me faire larguer.

Ou, pour être exacte, je venais de dire « stop » à l’homme que je croyais être l’homme de ma vie car il était devenu toxique. J’espérais qu’il redeviendrait normal, qu’il me reviendrait, mais il n’était pas revenu.

Des années après, j’insiste pour mes lecteurs et lectrices : même si la rupture a été dure, je ne regrette rien !… Il ne faut JAMAIS rester avec une personne toxique, jamais.

Même si au début c’est dur. Très dur.

Et là c’était le tout début d’une grosse année à vivre comme un zombie.

La douleur était là, tenace.

Me revenait en tête un article lu dans un magazine « Cerveau & Psychologie » qui parlait d’une expérience scientifique durant laquelle il avait été quantifié la douleur d’une rupture amoureuse : équivalente à celle que vous ressentiriez si on vous arrachait une jambe. Physiquement.

Moralité : ne jamais sous-estimer une blessure amoureuse. Il s’agit réellement pour l’intéressé(e) d’une blessure. D’une vraie blessure.

Je reviens à ce soir-là. J’étais donc dans ce bus, je regardais les gens sous la pluie sans vraiment les voir, je connaissais ce trajet et surtout mes pensées étaient obsédées par une seule chose : ma rupture avec mon ex. Pourquoi ? Pourquoi avait-il tout fait pour qu’on se sépare ?

Et puis les questions éternelles qui tournent sans arrêt dans notre tête à ces moments-là : qu’avais-je fait de mal ? Pourquoi était-il devenu toxique et surtout : qu’aurais-je pu faire pour empêcher cela ? Qu’avais-je dit ? Ou bien qu’avais-je omis de dire ?

Comment aurais-je pu changer ce final morbide à notre histoire d’amour qui m’avait semblé si merveilleuse ?

A ce moment, cet homme, je l’aimais. Je l’aimais tellement que la douleur était atroce. Insurmontable me semblait-il. Notre rupture, n’était-ce pas le pire qu’il pouvait m’arriver ?

Et soudain j’ai réalisé que non. Non, ce n’était pas le pire. Si je l’aimais vraiment, je devais me réjouir qu’il soit vivant, en bonne santé, même si c’était loin de moi, même si c’était pour aller rire dans d’autres bras.

Il était vivant.

Vivant.

Et c’était tout ce qui devait réellement m’importer.

Tant pis pour notre histoire d’amour, tant pis pour mon orgueil blessé.

Je l’aimais, il était vivant, là, quelque part, et c’était bien l’essentiel.

Je ne dirais pas que mon chagrin s’est envolé, car j’ai souffert encore très longtemps. Mais ce soir-là j’ai expérimenté une sorte d’apaisement.

Parce que finalement je me dis que c’est plutôt cela l’amour : laisser ceux qu’on aime s’en aller s’ils le souhaitent…

…justement parce qu’on les aime…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Rupture amoureuse et estime de soi

Comment survivre à un chagrin d’amour ?

Ne posez pas les questions

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 500 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe