Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

31 décembre 2014

Les 10 objectifs de vie

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 29 min

Je prends enfin le temps d’écrire les articles pour lesquels j’avais noté des idées (j’en ai 150 en stock) et je suis sidérée de découvrir ce titre…

Cela signifie donc que, depuis que j’ai commencé à écrire ce blog, en juin 2012, je n’ai toujours pas pris la peine de vous parler des 10 objectifs de vie ???

Honte sur moi…

J’y remédie donc de suite…

Et cela tombe bien : vous aurez probablement toute la journée de demain pour y réfléchir… ;-)

Alors voici de quoi il s’agit…

Si nous partons du principe que nous n’avons qu’une vie et que personne ne nous a dit ce qu’il fallait que nous en fassions (ou du moins on ne s’en souvient pas (là je fais un clin d’œil aux Expériences de Mort Imminente)… la question est :

« Que vais-je faire de ma vie ? »

Si nous rajoutons le postulat qui est qu’on ne va jamais mieux et plus rapidement que là où l’on a décidé d’aller, il en découle qu’il est nécessaire que je me fixe des objectifs.

Certes, la vie me fera parfois faire des détours, comme la mer entraînerait un navire un peu plus loin que le port visé, mais comment réussir à aller jusqu’à ce port si on ne l’a pas décidé un jour ?

C’est pourquoi il est selon moi indispensable de se fixer des objectifs de vie.

Ainsi, vous vous facilitez la vie.

Exemple : imaginons que vous vouliez des enfants. A vos yeux, votre vie ne vaut rien si vous n’en avez pas. Pourquoi pas ? Encore une fois, c’est VOTRE vie, et donc c’est à vous et c’est à vous seul(e) de définir VOS objectifs.

Alors reprenons l’hypothèse que vous voulez des enfants. Très vite, vous apprenez qu’il faut être deux pour faire des enfants. Alors à vous d’agir dans ce sens : le plus simple serait donc de sortir, de rencontrer des personnes de sexe opposé afin de rencontrer le partenaire idéal afin de faire un enfant.

Imaginons maintenant que vous ayez ce partenaire, mais que vous découvrez que vous ne pouvez pas, physiquement, faire un enfant. Qu’à cela ne tienne, si c’est vraiment votre objectif, vous allez vous renseigner, découvrir qu’il existe des aides médicales pour vous aider à surmonter votre handicap physiologique (traitements, fécondation in vitro, etc).

Imaginons que vraiment, rien ne fonctionne. Ce n’est pas grave : il vous reste l’adoption. Et là, avec votre objectif fixé en tête, vous allez mettre toutes les chances de votre côté en vous renseignant au mieux. (Et je pourrais vous citer pleins de jolies histoires dans tous ces cas-là)

Mais imaginons maintenant que vous n’ayez jamais visualisé concrètement votre objectif d’avoir des enfants. Ce désir est en vous mais vous ne l’avez pas clairement défini comme un objectif, bien que ce soit en réalité votre souhait le plus fort.

Que va-t-il se passer ? Soit vous réussissez à avoir des enfants un peu par hasard et tout va bien, vous découvrez que cela vous rend très heureux et la vie est belle… quoiqu’un peu moins belle que si vous aviez réellement perçu que c’était votre objectif de vie.

Soit vous passez à côté, parce que vous êtes pris dans d’autres activités, par exemple le travail, et qu’arrivé(e) à un certain âge vous réalisez soudain qu’en travaillant comme une brute de 07h à 22h tous les jours, vous vous écroulez de fatigue vos jours de congés et que vous n’avez rien fait d’intéressant de votre vie. Du moins, vous êtes passés à côté de votre objectif : faire des enfants.

Notez bien qu’on pourrait prendre l’exemple à l’envers : si votre objectif est de devenir le meilleur vendeur de paillassons, pourquoi vous engluer l’existence en faisant des enfants ? ;-)

Je le répète : à mes yeux, définir des objectifs de vie est essentiel pour être heureux.

Et j’en ai défini 10 car cela me permet de varier les plaisirs et de ressentir de la joie à chaque petit pas que je fais dans la bonne direction pour l’un ou pour l’autre.

Cela peut être tout simple, comme me féliciter de boire un verre d’eau car je sais que c’est bon pour la santé et que la santé est justement mon objectif de vie n°1…

Alors à vos crayons et hop ! Définissez vos objectifs de vie. Vous allez voir combien il est agréable de faire quotidiennement un petit pas dans « notre » bonne direction. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Quelle est votre mission sur Terre ?

Les 10 points essentiels de votre vie (Ah si, finalement j’avais déjà écrit sur le sujet !)

Qu’est-ce qui vous rend enthousiaste ?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 500 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

29 décembre 2014

Pourquoi n’est pas la question

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 47 min

En rédigeant l’article précédent, je m’interrogeais sur l’origine du comportement de mon ancienne collègue toxique. Pourquoi agissait-elle ainsi ? Quel avait été son enfance pour réagir aussi vivement à toute contradiction ? Pourquoi devait-elle prouver en permanence qu’elle avait raison ? Qui avait brisé ainsi sa confiance en elle pour qu’elle agite « sa compétence » comme un drapeau au-dessus de sa tête ?

L’expérience m’a appris à me méfier des personnes, comme elle, qui se présente comme « des experts ». Les véritables experts sont souvent humbles et discrets…

Cette collègue est partie sans que je ne parvienne à comprendre ce qui la motivait, ce qui avait façonné sa vie pour qu’elle soit ainsi : agressive comme un pit-bull dès qu’elle était « en danger ». Et ce danger, à ses yeux, c’était d’être prise en flagrant délit d’avoir tort.

Comme si tout le monde avait tout le temps raison !…

Heureusement, elle est partie.

Et moi je reste là à m’interroger : « Mais pourquoi donc était-elle comme cela ? »

Pourtant, au fond de moi, je sais que ce n’est pas la bonne question. « Pourquoi » est rarement la bonne question. Je ne suis pas convaincue que les personnes qui s’interrogent trop longtemps sur cette question en obtiennent tant de bienfaits, quoiqu’en disent leurs « psy ».

Il faudrait mieux se dire : « Comment changer ? »

Si une situation est déplaisante, il faut changer les paramètres pour que la situation change. Et on ne peut qu’agir sur soi, sur nos propres paramètres… C’est ainsi ce que j’ai fait pendant les années à côtoyer cette femme toxique : j’ai augmenté ma capacité à rester zen et patiente pour ne pas me laisser affecter par ses crises de folie… et j’ai parfois « joué la colère » quand elle dépassait les bornes, comme le ferait un chien adulte avec un chiot qui aboie un peu trop. Colère simulée contre hystérie colérique, c’est je crois ce qu’il s’appelle « le mécanisme du miroir ».

Cela fonctionne très bien… C’est un peu usant mais cela fonctionne très bien.

Mode d’emploi : avec une personne qui vous hurle dessus ou qui a un comportement toxique, agir exactement comme elle momentanément, pour qu’elle se rende compte de son attitude… ;-)

Bref, la vraie question concernant cette femme n’est pas finalement : « Pourquoi était-elle ainsi ? » mais surtout « Comment aurait-elle pu changer ? »… Mais là cela me renvoie à un autre « Pourquoi » : « Pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? »

… Je suppose qu’elle manquait d’intelligence, tout simplement.

Mais quelle importance ? J’en suis débarrassée, et cela suffit largement à mon bonheur ! :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Prévenir son entourage de son humeur

Intimider limite l’intelligence de vos collaborateurs

Laisser tomber

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 500 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

28 décembre 2014

Vouloir à tout prix avoir raison

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 32 min

C’est amusant : quand je lis le titre de cet article, je songe automatiquement à une ancienne collègue…

Cette femme, agressive et probablement très malheureuse dans sa vie quotidienne, devenait rapidement odieuse dès qu’elle sentait que, dans une discussion, on ne lui donnait pas raison.

Il fallait, coûte que coûte, qu’elle prouve au monde qu’elle avait raison.

C’en était presque maladif, comme si sa vie en dépendait.

Évidemment, elle n’avait pas toujours raison ; loin s’en fallait…

Mais à chaque fois, c’était une lutte pour l’amener à réaliser ses torts. Et elle, en bonne collègue toxique, hurlait et glapissait qu’elle avait raison, parfois à la limite de l’insulte concernant l’intelligence de ceux et celles qui ne lui donnaient pas raison.

Car, après tout, comment pouvait-on croire qu’elle puisse ne pas avoir raison ? ;-)

C’était vraiment comme si sa vie tournait autour de cette obsession : prouver au monde qu’elle avait raison.

J’ai travaillé plusieurs années en sa compagnie et j’avoue que c’est très difficile de travailler ainsi avec ce genre de personnes. A tout moment, elle se mettait à exploser et à tempêter, même sur les sujets les plus banals, et elle cherchait à « casser » ses interlocuteurs face à un plus grand nombre de témoins possibles. Pour lui faire admettre raison, il fallait vraiment avoir la possibilité de lui prouver par A + B qu’elle avait tort. Et encore, elle trouvait alors des excuses ou je ne sais quel prétexte et ne s’excusait jamais pour son comportement (facilement destructeur en milieu professionnel).

Tout comme elle ne reconnaissait jamais avoir eu tort. Jamais.

Pourtant, dans la vie professionnelle comme dans la vie personnelle, nous gagnerions tous à « écouter » le message de l’autre et à lui prêter attention. Car souvent, il n’y a pas qu’une unique solution, et la réflexion « par équipe » apporte plus qu’une réflexion individuelle.

Et, même si l’autre a tort, il peut être intéressant de comprendre pourquoi son cheminement intellectuel l’a amené à telle solution.

« L’écoute des autres »… Voici bien une compétence que cette collègue ne possédait pas.

Elle nous a forcé à renforcer notre patience et notre calme face à ses crises hystériques mais, comme pour toutes les personnes toxiques, le véritable soulagement n’a eu lieu qu’à son départ…

Je n’ai jamais su si elle avait compris à quel point nous étions heureux de nous débarrasser d’elle. Évidemment, je ne lui en ai jamais parlé, à quoi bon la rendre triste ?

Je crois qu’elle se croyait appréciée… mais qu’il est dur d’apprécier une personne qui veut toujours avoir raison…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Comment reconnaître une personne toxique ?

Accompagnatrice d’agressifs

La tyrannie de Steve Jobs

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 500 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

12345
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe