Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

19 octobre 2014

Les voyageurs septuagénaires

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 11 min

En relisant « L’art de l’essentiel » de Dominique Loreau qui parle de ces personnes âgées qui se sont débarrassé de tout le superflu pour « mieux vivre », je repense soudain à cet homme de 70 ans rencontré en Chine, en juillet 2005.

Quel était son prénom ? Je ne sais plus.

Où l’avions-nous rencontré, mon compagnon de voyage et moi ? Je ne sais plus. Probablement dans « le » lieu touristique à visiter du petit bled chinois dans lequel nous nous étions égarés lors de notre voyage en sac à dos.

Je me rappelle juste que nous avions sympathisé, que nous avions tellement ri tous les trois lors de la visite que nous avions décidé de poursuivre notre conversation dans un de ces salons de thé chinois où la tasse de thé est accompagnée de 1001 mets tous si étranges pour un palais occidental.

Et nous avions passé là le reste de la journée, à papoter, rire, raconter nos aventures de voyage…

Puis nous avions pris rendez-vous le lendemain pour visiter le « second endroit à visiter » du coin, un jardin magnifique. La conversation avait continué de plus belle, et nous avions réalisé que nous voulions justement visiter tous les trois une autre ville un peu plus loin le lendemain. Notre pérégrination de voyageurs nomades se poursuivait… dans la même direction. Nous avions donc décidé de prendre le même car.

Mais le lendemain matin, notre nouvel ami septuagénaire n’était pas venu. Je m’étais inquiétée. Ma personnalité d’Occidentale, une montre plantée dans le crâne, s’angoissait qu’il « rate le bus »… Mais mon compagnon de voyage, plus sage que moi, avait eu raison de mon inquiétude et m’avait convaincue de poursuivre notre route.

Deux jours après, nous nous étions en effet retrouvé dans les ruelles de la « Venise chinoise » que nous visitions. Ce furent des retrouvailles festives et très gaies. Le septuagénaire n’avait pas pris le car avec nous car finalement il avait eu envie de visiter quelque chose d’autre, ou de se reposer, je ne sais plus. Qu’importe ?

Il était libre. Juste entièrement libre, bien plus libre que je ne l’ai jamais été.

Il vivait en Suisse, avait une compagne casanière qu’il abandonnait 6 mois dans l’année et tous les deux s’en accommodaient fort bien. Et il partait donc, pendant un semestre entier, à arpenter le monde. Il n’emmenait qu’un petit sac à dos léger, 2 chemises et 2 pantalons. Il n’avait comme luxe qu’un petit appareil photo et envoyait par voie postale ses pellicules (ou carte mémoire ?) à sa compagne restée en Suisse de temps en temps. Pour le reste, il ne possédait rien. Il mangeait dans des gargotes et dormait dans les hôtels qu’il trouvait…

Il n’avait donc rien, ou pas grand chose, mais quelle liberté ! :-)

Et quelle sagesse, quelle joie de vivre pétillaient dans ses yeux ridés ! :-)

J’imagine qu’en vivant simplement comme il le faisait, il changeait à sa façon le monde autour de lui.

Moi en tous cas il m’a changée : maintenant, c’est certain, un jour je rejoindrai le club fermé des septuagénaires voyageurs du monde. ;-)

Ce jour-là, le monde matériel n’aura plus aucune prise sur moi. :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« Nous vivons une époque exceptionnelle ! »

S’ouvrir au monde pour son propre bien

Comment surmonter le jet-lag?

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 500 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

Laisser un commentaire