Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

20 mai 2014

Deux vieilles dames

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 12 h 57 min

J’adore les bus. Un voyage en bus, pour qui est attentif, offre souvent de jolis spectacles de vie. J’adore les bus et j’adore observer les personnes qui les prennent.

L’autre jour, je suis montée dans un bus avec quelques courses. Je n’étais pas trop chargée et j’aurais pu rester debout, mais il y avait un peu de monde et mes courses risquaient de gêner. Devant moi, tout près, il y avait justement une place assise. Vous savez, les places doubles, côte à côte. Avec un siège près de la fenêtre et un près de l’allée centrale.

La place vide était celle près de la fenêtre. Un monsieur, la quarantaine, était assis à côté.

Les personnes qui ne se décalent pas près de la fenêtre dans les autobus m’ennuient. Comme s’ils espéraient que non, vous n’alliez pas les déranger pour vous assoir près d’eux. Comme s’ils espéraient réellement voyager en prenant leur aise en utilisant deux sièges dans un bus rempli.

Aussi, je prends toujours un malin plaisir à les déranger… ;-)

Me voilà donc qui m’approche. Le monsieur comprend que je veux m’assoir et se lève pour me laisser passer. Pas un sourire, visiblement le dérangement ne lui plaît pas.

Deux minutes après, monte une vieille dame. Elle paraît vraiment brinquebalante, avec sa canne claire. Je la guette, si elle souhaite s’assoir, ce qui serait légitime, elle aura ma place avec plaisir. Avec plaisir car elle semble avoir bien plus besoin d’une place assise que moi, et avec un plaisir doublé car cela me ferait rire de déranger à nouveau mon voisin de voyage si peu sympathique… ;-)

Effectivement, nos regards se croisent : « Madame, voulez-vous vous assoir ? »

Elle accepte avec empressement et gratitude et elle ajoute quelques phrases sur ses yeux qui ne voient plus vraiment. Sa canne serait-elle blanche finalement ? Possible… Je la soupçonne de ne pas être forcément « aveugle à 100% » mais quand même bien mal-voyante.

Je dérange donc le monsieur (qui n’a pas songé le moins du monde à proposer sa place à la vieille dame). Il se lève, je quitte le siège, la vieille dame s’assoit en me remerciant. Le monsieur se rassoit, toujours sans un sourire ou un mot aimable.

Je reste dans le coin, debout, la vieille dame m’ayant dit qu’elle n’avait pas beaucoup de stations à faire et qu’elle me « rendrait ma place » rapidement.

Effectivement, quelques minutes après, la voilà qui se lève et m’interpelle gentiment : « Je vous rends votre place, merci beaucoup ». Le monsieur se lève (encore), elle quitte le siège. Mais elle paraît peu sûre d’elle debout et je reste vigilante, de peur qu’elle ne tombe. Un coup de frein, un jeune homme la rattrape. La vieille dame parle à voix haute : « Mais que les gens sont gentils ! Quelle chance j’ai, tout le monde prend soin de moi! »

Elle a l’air heureuse, et tellement gentille, qu’elle me fait sourire. Et là je remarque le monsieur qui attend toujours debout, un peu ronchon, et qui semble me dire « Bon, vous vous asseyez ou pas ? » Donc je m’assois. Il se rassoit à mes côtés, près de l’allée.

Et là, c’est là que c’est drôle, arrive une autre vieille dame qui demande avec aigreur au monsieur debout devant moi s’il peut lui laisser sa place pour qu’elle atteigne le strapontin replié qu’il cache afin qu’elle puisse enfin s’assoir parce qu’elle « n’a pas eu le temps d’aller jusqu’à la place assise que déjà elle était prise ».

Je suis visée. Mais ce qui est drôle c’est que j’avais justement pris mon temps pour m’assoir, à surveiller la première vieille dame de peur qu’elle ne tombe. Et j’avais tant tardé que le monsieur à côté de moi s’était un peu impatienté…

Et autant la première dame paraissait aimable et douce, autant la seconde respire la mauvaise humeur et le mauvais caractère.

J’avoue avoir hésité : allais-je lui proposer ma place assise et re-déranger une 4e fois mon voisin de siège ? Ou bien allais-je laisser la ronchon ronchonner ?…

Finalement je me suis dit que les personnes désagréables ne méritaient pas qu’on leur prête attention et j’ai passé les minutes qui restaient à essayer de ne pas pouffer de rire. Je crois bien que le monsieur à qui elle avait demandé sèchement qu’il lui laisse la place a deviné me fou rire caché au fond du pétillement de mes yeux.

Et je crois bien qu’il a souri…

Je suis descendue du bus peu de temps après, ravie d’avoir aidée une adorable vieille dame…

Quant au voisin antipathique et à la vieille dame ronchon… je les ai aussitôt oubliés. ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Comment passer le temps dans un lieu public ?

Le métro, la dame âgée et le livre sur la bonté

Échanger quelques mots…

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 400 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien Paypal en haut à droite du site…

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe