Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

20 avril 2013

Le pouvoir de notre mental sur notre corps

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 7 h 44 min

Parfois je me dis que je suis contente de ne pas être un savant car je serais probablement un savant fou. ;-)
Je crois que je ferai des tas d’expériences bizarres et pas forcément éthiques… Non, c’est vraiment très bien que je ne sois pas un savant. :-)
Toujours dans la lecture du livre « Du fer dans les épinards », recueil d’idées reçues écrit sous la direction de Jean-François Bouvet, le chapitre sur le rôle des antibiotiques dans la fatigue quand on est victime d’une infection bactérienne (et donc traitée par antibiotiques) me laisse songeuse.
En effet, les équipes de recherche n’ont jamais pu faire de recherche sur de vrais malades… Forcément, on imagine mal dire aux malades : « Vous avez une infection et on va vous donner soit un placebo, soit un antibiotique… »
Mais quand même, ça me donne envie d’essayer sur moi… puisque je suis le seul cobaye à ma disposition. ;-)
Pas de chance, je ne suis pas malade. (rires)

Non, je plaisante, mais le reste du chapitre surtout m’interpelle : dans une expérience de ce genre, un volontaire a été victime après un jour de traitement d’une poussée d’urticaire trop violente pour continuer l’expérience. Et après vérification, il s’est trouvé qu’on lui avait administré un placebo…

Or, c’est le placebo qui m’intéresse, moi. Le placebo, autrement dit, le pouvoir de notre mental sur notre corps. Le placebo ne correspondant à rien de médicalement parlant, aucune structure chimique particulière, juste une croyance qu’on prend quelque chose…
C’est à mes yeux l’origine de maintes sorcelleries de par le monde. Si on y croit, ça marche.
Et ça, ça me fascine : pourquoi ça marche ?

Par quel miracle notre cerveau va réussir à guérir le corps, seulement parce qu’il croit avoir le pouvoir de le guérir ?

Dans quelle mesure nos maladies ne sont pas, partiellement, déclenchées par nos croyances, notre état d’esprit ?…
Dans quelles mesures nos allergies, nos problèmes de peau, ne proviennent pas de notre cerveau ?…

Attention, encore une fois je ne juge pas, je ne suis pas médecin ni chercheur. Je m’interroge, c’est tout. Et surtout je me répète inlassablement que je vais bien et que je vais de « mieux en mieux », fidèle au Docteur Coué…
Après tout, qu’est-ce que je risque de le tenter ?
Si je pouvais « berner » mon cerveau, pourquoi ne pas essayer ? ;-)

Amicalement,
Joy

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe