Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

26 mars 2013

Est-ce que votre partenaire de vie est toxique ?

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 23 h 04 min

Un blog sur le bonheur a obligatoirement pour vocation de faire la chasse à tout ce qui peut empêcher le bonheur. Et si un partenaire de vie peut participer au bonheur, ce qui n’est pas une obligation en soi (je rappelle qu’il est tout à fait possible d’être heureux sans pour autant être en couple malgré ce que veut nous faire croire la société) par contre il est parfois difficile d’être heureux justement à cause de notre partenaire.

C’est le cas quand le partenaire est toxique.

Pourquoi définit-on certaines personnes de « toxiques » ?

Quand leur présence nous pèse et nous fait du tort. Quand nous nous sentons mieux quand elles ne sont pas là. Quand leur comportement nous apporte comme un poids malfaisant et non pas un plaisir léger.

Les personnes toxiques en général ont un pouvoir de nuisance terrible, mais c’est encore pire quand il s’agit de votre conjoint(e).

Il existe pléthores de livres de développement personnel sur les collègues ou les chefs toxiques. On explique des astuces pour limiter la toxicité avec ces personnes que nous sommes parfois obligés de côtoyer. Le marché de l’emploi ne permettant pas toujours de quitter son travail juste parce que tel individu était vraiment insupportable. Quoique parfois cela peut être la seule solution. Il est préférable d’être sans emploi plutôt que de se suicider parce qu’on n’en peut plus. Hélas, je ne pense pas que, pris dans l’engrenage fatal, on ait encore le courage de démissionner.

Mais ceci fera peut-être l’objet d’un autre article, là je veux parler des « partenaires » toxiques.

Dans son livre intitulé « Les secrets de la manipulation efficace », Gilles Azzopardi présente les 4 phases qui vont permettre au partenaire toxique d’avoir une emprise sur son partenaire, c’est à dire peut-être sur vous.

A savoir :

  1. La séduction
  2. La déstabilisation progressive
  3. L’isolement
  4. L’enfermement

Le psychosociologue explique qu’il est difficile de se séparer de la personne toxique en phases 1 et 2, beaucoup plus compliqué de s’en défaire en phase 3, et quasiment impossible en phase 4… à moins de se faire aider par des personnes extérieures.

La phrase de séduction sera différente de la séduction ordinaire dans le sens où le (futur) partenaire toxique est plus intense, plus rapide qu’un autre. Plus intense car il apparaît comme la personne idéale, celle que vous attendiez depuis toujours, et qu’il s’intéresse à vous intensément, vous comblant de son amour. Plus rapide parce qu’il ne peut pas jouer à cela indéfiniment alors il va vous proposer plus vite que d’autres le mariage, ou de faire un enfant par exemple.

La phase 2, celle de déstabilisation progressive, consiste à devenir imprévisible. Soudain, vous qui sembliez être parfait(e) à ses yeux, vous n’êtes plus si parfait. Pourquoi ? Aucune idée. Mais votre partenaire s’éloigne parfois, pour revenir aussitôt, il dit oui, il dit non, vous ne savez plus trop comment lui plaire, vous avez déjà peur de le perdre. Alors petit à petit vous faîtes des concessions pour qu’il redevienne « comme avant ». Vous fermez les yeux sur certaines choses, vous vous pliez à ses ordres tacites, vous faites comme lui/elle…

Et c’est la phase 3. L’isolement. Votre partenaire critiquait déjà votre entourage, famille et amis, mais là il/elle passe à la vitesse supérieure. Parfois en usant de mensonges, de sous-entendus, de colères peut-être, votre partenaire cherche à vous isoler de ceux qui comptaient pour vous avant de le/la rencontrer.

Vient ensuite la phase finale : l’enfermement. Votre partenaire se débrouille pour que vous soyez dépendant de lui/d’elle. Affectivement, mais aussi parfois économiquement. Vous n’avez plus d’autre solution. Votre vie tourne autour de cette personne, de toutes façons elle vous a isolé de votre carnet d’adresse…

Alors ? Reconnaissez-vous quelqu’un dans votre entourage ?

Si oui, je vous recommande d’agir. Il n’est jamais trop tard. Jamais.

Et souvenez-vous de cette campagne publicitaire luttant pour le respect dans le couple et pour qu’il n’y ait plus de conjoint(e) battu(e) : l’affiche représentait une civière avec un cadavre recouvert d’un drap. En dessous, le logo : « Chérie, tu viens te coucher ? »

N’acceptez jamais que votre conjoint(e) vous frappe. C’est inacceptable. Si vous l’acceptez une fois, votre partenaire recommencera.

Et méfiez-vous aussi du processus de séduction mentionné plus haut. C’est celui utilisé par les sectes.

Rappelez-vous, pour être heureux, il faut pouvoir être libre de le devenir.

« Ne laisse rien ni personne asservir ton esprit. »

Amicalement,

Joy

PS : Désolée pour le côté sérieux de cet article, mais le bonheur, c’est aussi parfois d’abord éviter ou arrêter le malheur…

2 réponses à “Est-ce que votre partenaire de vie est toxique ?”

  1. Isabelle MT dit :

    bonjour Joy,

    heureuse de découvrir votre blog, très heureuse synthèse de tout ce que j’aime lire en matière de psychologie, surtout positive.

    je me suis reconnue dans le descriptif d’aliénation mentale progressive. j’ai en effet vécu la pire des relations amoureuses qui soient, je me suis mariée et ai eu très vite un, puis deux enfants, avec un homme toxique… je suis une personne que mes amis qualifient de « solaire », alors lorsque ma relation amoureuse s’est assombrie (j’étais déjà mariée, et enceinte de six mois environ), j’ai multiplié les efforts pour rendre la vie plus douce à mon mari : je sais si bien positiver… plus je donnais, pire il était. fort heureusement il ne m’a jamais frappée – en même temps, peut-être que cela m’aurait définitivement fait réagir. car la violence psychologique est infiniment plus insidieuse… et j’étais bel et bien enfermée dans ma cage dorée. nous vivions alors dans son pays…
    j’ai, au bout de trois ans de descente en enfer, été devant un choix : soit je me suicidais (oui, une personne amoureuse de la vie peut en arriver là) – et je prévoyais un plan pour cela – soit je préparais notre retour en France. en espérant pouvoir encore le « sauver » de son pessimisme, son négativisme chevillé au corps. j’ai réussi à nous faire revenir. j’ai eu la chance d’aimer le petit coin de banlieue parisienne où le hasard de mes mutations (je suis enseignante, lui chercheur) nous a amenés en famille. je me suis écroulée, burn out bien légitime : après tant de pression, je me retrouvais « protégée » symboliquement par ma patrie. il y a quelques mois j’ai réussi à me dire, puis à lui dire, STOP. j’ai compris, je ne peux pas le changer. j’ai compris, il ne me convient pas. j’ai compris, j’ai appris grâce à cette rude école de la relation toxique que j’avais besoin de m’affirmer. à ma manière bien sûr, douce. mais ferme.
    je viens, il y a quelques semaines, de rencontrer un nouvel homme. merveilleux, doux, simple, intelligent, jeune entrepreneur ambitieux. tout est compliqué, car nous en sommes à peine à la préparation, avec mon futur ex-mari, de la séparation de biens. le quotidien est compliqué, nous vivons toujours sous le même toit. mais l’essentiel du parcours est fait : je suis désormais en paix avec moi-même, mes enfants sont épanouis car ils savent qu’ils peuvent compter sur une maman sereine et forte. et je ne dévalorise pas leur père, ils savent, ils le connaissent. mais je m’occupe de moi. je me reconstruis. je suis aujourd’hui de nouveau la personne solaire que j’aime être et qui réchauffe mes petits et mes amis.

  2. Nina dit :

    Bonjour joy, c’est la première fois que je publie quelque chose en rapport avec ma vie, cela fait 14 ans ans que je vis avec mon conjoint et nous avons une fille de 12 ans , il a 15 ans de plus que moi . Il était chef d’ quand je l’ai rencontré et il a voulu que je rejoigne son entreprise, ce que j’ai fais. Il a très rapidement voulu un enfant de moi, c’était le début d’une belle histoire et je ne sais plus exactement quand cela est arrivé mais au bout d’un an, sa première crise de colère est arrivée , il m’a insulté et bousculé en haut de l’allée du garage, j’étais enceinte , je suis restée , cela a recommencé quelques mois après, à l’époque je disais ce que je pensais, puis plus rien pendant quelques années car je l’avais menacé de le quitter, si, sauf une fois où je l’ai quitté 2 semaines et je suis retourné avec lui, et une fois où il a pris son pistolet pour me menacer avec ou dire qu’il veut se suicider , j’ai déjà appelé les gendarmes mais il est diabétique et il sait se montrer malade et adorable . Je n’en peux plus et je sais que je dois arrêter cette relation . Merci

Laisser un commentaire

 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe