Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

16 avril 2019

Fluctuat nec mergitur…

Classé dans : Entre nous — joy369 @ 0 h 39 min

Bon, j’avoue, quand je suis rentrée chez moi, très heureuse de ma journée, je n’ai pas vraiment fait attention à mon conjoint qui m’a accueillie avec une tête d’enterrement, m’annonçant qu’il y avait le feu dans Notre Dame de Paris.

J’ai dit « ok », imaginant un petit feu de rien du tout déjà éteint.

Sauf qu’une heure après, la cathédrale brûle toujours et quand mon conjoint ouvre son ordinateur pour regarder l’actualité, je suis soufflée…

La tristesse s’empare de nous…

Ce n’est pas une question de religion, Notre Dame, c’est une architecture magnifique, des siècles d’Histoire, un symbole de la beauté de Paris…

Je me sens d’un coup très triste. C’est un monument qui représente les chefs d’œuvre que les Humains sont capables de créer qui brûle sous nos yeux… Enfin, via Internet. J’ai très envie d’y aller, de me rapprocher, d’aller voir de mes propres yeux. Mais je crains de gêner le travail des pompiers dont j’entends les sirènes. Alors j’attends, je ronge mon frein, j’écoute ma radio d’informations préférée…

A 22h00, je craque, je file. Dans les rues, du monde, beaucoup de monde. C’est souvent le cas dans la capitale française, qui est une ville vivante et animée. Mais vu le temps un peu froid, il y a vraiment beaucoup de monde. Et de plus en plus au fur et à mesure qu’on s’approche de la Seine. Car Notre Dame de Paris est au milieu de la Seine, sur une île.

Le périmètre est sécurisé, il est impossible de trop s’approcher. C’est parfait : ainsi je suis sûre de ne pas gêner. Et c’est une nuit irréelle qui s’annonce. Des touristes qui filment, des Parisiens aussi. Tous tristes. A plusieurs endroits, des chants religieux. C’est bien la première fois que j’entends des chants religieux dans les rues de France !… Moi qui déteste cela, bizarrement, cela ne me dérange pas. Au contraire, je ferme les yeux et prie à ma manière d’athée pour joindre mes prières aux leurs : que ce monument magnifique tienne debout !… La flèche s’est déjà effondrée, le toit aussi… Que la destruction cesse, que l’édifice tienne debout !…

Des pompiers passent, des applaudissements fusent… Je participe moi aussi à cette célébration de leur courage. Si seulement cela pouvait permettre à tout le monde de comprendre combien les pompiers sont admirables au quotidien, combien leur métier est difficile !…

Dans la foule, un homme crie « Fluctuat nec mergitur ! »… La devise de Paris. Qui flotte mais ne coule pas. Personne ne reprend sa sentence car nous sommes tous trop tristes. Mais il a raison. Paris se relèvera, comme toujours. La France se relèvera, comme toujours. L’Europe se relèvera, comme toujours. L’Humanité se relèvera, comme toujours.

Et déjà j’entends de ci de là le pragmatisme très français énoncé par des quidams : « On fera des dons, on va reconstruire Notre Dame ».

Alors non, Notre Dame ne sera plus exactement la même que celle qu’elle fut pendant plus de 800 ans.

Mais oui : on va la reconstruire !

Et ce soir je veux rêver qu’elle sera un jour plus belle encore, qu’elle ne sera plus seulement un symbole catholique mais quelque chose de mieux encore : un symbole de beauté, de paix et d’unité entre les Humains.

Que tous ensemble, nous reconstruisions Notre Dame…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

« Je suis Charlie »

Sans un seul mot te mettre à rebâtir

Pourquoi j’ai marché aujourd’hui

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

10 avril 2019

54 pages x 3 articles « Succès » = ?

Classé dans : Cas pratique,Entre nous,Lectures conseillées — joy369 @ 12 h 01 min

Pas le moral.

C’est bête car je n’ai aucune raison de ne pas avoir le moral. Sauf une broutille de rien du tout dans le monde professionnel. Vraiment trois fois rien. Mais cela suffit à me miner.

Pourquoi ?…

Bon, pas besoin d’aller chercher trop loin : je manque de sommeil : je me suis couchée tard et je me suis levée super tôt… Alors forcément, le filtre gris du manque de sommeil teinte les événements de ma journée.

J’ai beau occuper mon cerveau pour ne plus y penser, dès qu’il a 3 secondes de liberté, il me ramène incessamment aux mêmes ruminations. Et là je me dis que je devrais écouter les conseils qu’on me donne et me mettre à la méditation sérieusement…

Mais en attendant, je ne sais pas faire, et me voici à traîner sur mon propre blog. Après tout, c’est pour rendre les gens heureux que je l’écris, non? Donc là je n’ai pas le moral alors je fais partie du public.

Par hasard, je clique sur le mot-clé « succès ».

Avec le filtre de mon manque de sommeil, je m’imagine avoir écrit 4 pauvres articles sur le sujet puisque je suis en mode légèrement « Ma vie est nulle, personne m’aime et j’ai tout raté dans ma vie ». Bon « légèrement » car ça va encore…

Mais non. Je suis surprise car je découvre que ma prose m’a conduite à gribouiller 54 pages avec environ 3 articles par page. Autant d’articles que j’ai rangés dans la catégorie « succès ».

Impressionnant.

Je m’auto-impressionne. (rires)

Bref, je clique un peu de ci de là au hasard et lis quelques mots.

Non, c’est réel, ce sont bien mes mots, mes phrases et ce que j’y lis me convient. D’ailleurs à bien y réfléchir, plutôt que de traîner derrière moi ma grise mine, je ferais bien d’appliquer mes propres conseils…

Mes mots d’hier me redonnent le sourire aujourd’hui. :-)

Je m’étonne moi-même de trouver si facilement des réponses aux questions qui me trottent dans la tête. « Rester soi-même », « Faire de son mieux », …

Et aussi tous ces articles dont je me rappelle et que je ferai bien d’appliquer : privilégier son sommeil, se focaliser sur le présent et ne pas anticiper un futur qui n’aura peut-être pas lieu…

Me voici à rire toute seule…

Oui, je crois bien que j’ai oublié ma petite déprime de tout à l’heure… :-)

« Merci Joy ! » me dis-je à mon « moi » d’il y a quelques jours, semaines, mois, années… :-)

Et savoir si cet article présent ne me rendra pas mon propre sourire dans un futur proche ou lointain ? ;-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le 1000e article !

800 articles sur le bonheur

C’est l’heure de dormir !

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

5 avril 2019

« Vous les femmes »

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 07 min

Les petits garçons de mon entourage grandissent et en les regardant se rengorger d’avoir reçu leur première « carte de St Valentin » d’une admiratrice anonyme, je m’interroge : sauront-ils séduire les jeunes filles puis les jeunes femmes qui leur plaisent une fois adolescents/adultes ? Auront-ils cette délicatesse, cette sorte de pouvoir de savoir agir comme il le faut au moment où il le faut pour s’ouvrir tous les cœurs ? Auront-ils naturellement cette délicatesse qui leur feront deviner d’instinct quand parler et quand se taire ? Quand agir et quand ne surtout rien faire ?

La loi de la séduction, je l’ai déjà donnée ici : « Fuis et je te suis, Suis-moi et je te fuis ».

Pour que deux personnes se rencontrent, il faut un subtil dosage de fuite et de (mini-)harcèlement.

Le mot magique ici est « subtil ».

Autrement dit, est-ce que ces enfants d’aujourd’hui sauront devenir des adolescents, des hommes « subtils » en amour ?

Sauront-ils observer patiemment leur aimée pour réussir à lui offrir « le » cadeau qui lui plaira plutôt que de lui offrir un objet commun accompagné d’un grossier « Je t’ai offert une rose parce que vous les femmes vous aimez les roses » ?

A combien de jeunes hommes ai-je tourné le dos définitivement parce que, sans aucune finesse, ils m’avaient associée à la catégorie des « femmes », souvent en insistant, comme si je l’ignorais que j’en étais une, en précisant « vous les femmes ».

Sous-entendu : « ce groupe à part », « ces personnes bizarres que je n’arrive pas à comprendre »…

Celui qui débarque avec ses grands sabots et qui assène du « vous les femmes » a déjà tout faux. Il peut remballer ses clics et ses claques et rentrer chez lui. Car la séduction, au contraire, c’est l’art de démontrer à celle qu’on aime qu’elle est unique à nos yeux, que parmi toutes les femmes de la Terre, nous ne voyons qu’elle.

Alors arriver d’emblée en la plaçant dans le troupeau indistinct de son genre (« vous les femmes »), c’est démontrer tout l’inverse, c’est reconnaître qu’on n’a pas fait particulièrement à elle, mais bien juste que, comme un chasseur repère dans un troupeau de zèbres le plus fragile, on s’est contenté de l’approcher car on pense qu’elle est plus fragile que les autres et qu’on arrivera plus à obtenir d’elle ce qu’on souhaiterait obtenir de n’importe laquelle des autres. (Cf. la superbe chanson « Leïla et les chasseurs » de Francis Cabrel)

Et puis, placer notre aimée dans un groupe, c’est faire preuve de préjugés et donc de jugements souvent bêtes. Qui apprécie d’être l’objet de préjugé ? « Vous les Français », « Vous les Normands », « Vous les Noirs/Blancs/Jaunes/Bleus », « Vous les grands/obèses/maigrichons/poilus/sportifs/informaticiens »… Même si vous êtes fiers d’être Français/Normands/Bleus/poilus, cette dénomination est péjorative, car elle pose votre interlocuteur comme étranger à vous. C’est comme s’il dessinait un trait sur le sol pour vous séparer les uns des autres.

Or, en amour, c’est l’inverse. Le but est de dessiner un trait sur le sol… pour vous englober tous deux dans le même cercle.

Pour cela, exit le « Vous les femmes » ! ;-)

Au contraire, observez-la et exprimez-lui combien à vos yeux elle est unique !…

PS : J’ai parlé de « femme » car majoritairement les hommes préfèrent les femmes, mais c’est le même principe pour un homme qui aime un homme. A lui de faire comprendre que son aimé est unique à ses yeux…

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La duchesse de Windsor et la séduction

Le sourire de Queeny

Fuir ou suivre : la règle universelle de la séduction

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 1000 articles sur ce thème.

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

12345...339
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe