Joy369

Le site 100% dédié au bonheur !

8 décembre 2016

Malveillance au travail

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 10 min

Pour être heureux, il est important de tout faire pour ne pas être malheureux.

Élémentaire, me direz-vous.

Mais pas si évident.

Surtout si vous êtes obligés de côtoyer des personnes malveillantes, par exemple sur le lieu de votre travail. Et les personnes malveillantes, cela existe.

Les égoïstes, ceux qui ne pensent qu’à eux, mais aussi tous ceux qui, par pure méchanceté, aiment à tirer dans l’ombre des ficelles pour créer une mauvaise ambiance. Ceux qui aiment, par manipulation ou calomnie, dresser les personnes qui les entourent les unes contre les autres.

Avec ces personnes, si vous ne pouvez pas les éviter, il va falloir apprendre à vous protéger.

C’est parfois très difficile, et l’arrivée d’une seule personne peut casser la meilleure des équipes et transformer des amis en rivaux.

Un peu comme le personnage principal de la bande dessinée « La zizanie » de la série Astérix. Un vilain petit nabot qui aime à distiller du fiel un peu partout pour savourer les disputes qu’il engendre ainsi.

J’entends souvent des histoires vécues dans les entreprises ou dans les administrations, des services desquels tout le monde fuit à cause de l’ambiance délétère qui y règne… depuis l’arrivée d’une personne. Souvent une personne avec un certain pouvoir. Un chef, un chefaillon.

Cela m’étonne souvent : il est maintenant prouvé qu’une bonne ambiance au travail améliore le rendement de la société.

Pourtant, la malveillance en milieu professionnel est hélas fréquente. Alors si c’est votre cas, si vous vous retrouvez obligé(e) de fréquenter une personne toxique au travail, protégez-vous de votre mieux, ne tombez pas dans les pièges qu’il vous tend, laissez votre égo de côté pour ne pas vous rendre malade.

Et dîtes-vous que la vie vous enseigne quelque chose. La patience, la rébellion peut-être, le courage d’aller voir ailleurs, que sais-je ? Chaque situation est unique mais pour rester heureux, vous devez trouver un moyen de survivre à cette malveillance continuelle.

Parfois il faut partir, parfois il faut prendre sur soi. Cela dépend.

Mais rappelez-vous que vous n’êtes pas seul(e).

Une astuce que j’utilise et que je conseille souvent est de s’imaginer journaliste « dans l’antre du loup ». Notez mentalement (ou par écrit bien caché) les vexations, les situations ridicules ou dramatiques que vous vivez et imaginez que vous devez rédiger un compte-rendu pour vos lecteurs. Il m’est arrivé, quand la situation devenait intenable, de m’isoler 5 minutes pour m’enregistrer à l’oral, racontant à d’imaginaires auditeurs ce qu’il venait de se passer.

Cela permet de prendre du recul… et de pouvoir en rire.

La malveillance au travail peut avoir des conséquences tragiques. Prenez soin de vous.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

La tyrannie de Steve Jobs

« C’est pas très sympa ! »

Ceux et celles qu’il nous faut fuir

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

3 décembre 2016

La décomposition du bonheur

Classé dans : Cas pratique — joy369 @ 12 h 18 min

Fatigue.

Manque de sommeil.

Les jours s’enchaînent et je ne vois pas le temps filer.

Déjà décembre. Mais où sont passés tous les autres mois de l’année ? Et les autres années de ma vie ? Ca file tellement vite…

J’anticipe des ennuis à venir et mes pensées, laisser à elles-mêmes, broient du noir dès que je ne les contrôle plus.

Ce jour-là, trajet en transport collectif. Je jette un œil sur le livre que ma voisine dévore : un gros titre : « Apprenez à savourer le présent, à ne pas juger le passé et à ne pas craindre le futur ».

Je souris. Encore un livre de développement personnel dans la même veine que mon blog. S’il se vend ce genre de livres, c’est qu’il y a une demande. Je trouve cela positif : je suis contente que de plus en plus de personnes recherchent réellement à être heureuses. Bon, idéalement ce serait mieux si tout le monde était déjà heureux, mais… c’est un début.

Le titre lu au hasard me fait de l’œil. On dirait que le destin (ou Dieu ou mes Anges gardiens ou  ce que vous voulez) me donne un petit rappel de ma situation actuelle. Je m’inquiète trop pour le futur, cela ne sert à rien. Il est temps que j’oublie mes soucis concernant l’avenir et que je me focalise à nouveau sur le présent. Car le cerveau ne sait pas penser à deux choses à la fois. Si je me concentre sur mon présent, mon cerveau ne pourra plus s’inquiéter pour le futur.

Alors je réfléchis : mon présent, là, maintenant, qu’a-t-il de positif ?

Et me voilà égrenant mentalement les éléments agréables de ce début de journée. Pas forcément grand chose, mais tous ces petits riens qui, s’ils manquaient, rendraient ma matinée moins sympathique. Et je décompose donc chaque élément positif :

  • Je suis à l’abri des intempéries
  • J’ai pu dormir chez moi la nuit dernière
  • J’ai eu le temps de prendre mon petit déjeuner
  • J’ai bu une boisson chaude que j’apprécie
  • J’ai pris plaisir à choisir les vêtements que je porte aujourd’hui
  • De la même façon, je me suis maquillée avec soin, en m’amusant à choisir les couleurs des fards à paupières
  • J’ai un livre intéressant à lire, même si sur le moment je n’en ai pas envie
  • Etc.

Trois fois rien, mais à me concentrer sur ces pensées, mon cerveau oublie l’avenir incertain et les inquiétudes cessent. Et se focaliser sur le positif, je l’ai déjà dit mille fois, est un excellent entraînement pour apprécier le bonheur.

Voici donc un petit exercice très utile à répéter inlassablement toute une journée : décomposer son bonheur.

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Le jeu pour être positif

La liste de gratitudes

L’escalier du bonheur

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

 

1 décembre 2016

Jour vert et jour rouge

Classé dans : Cas pratique,Les grands principes — joy369 @ 12 h 53 min

Partir ou rester ?

Des moment surviennent parfois dans la vie où l’on s’interroge.

Que ce soit dans la vie personnelle avec un conjoint ou bien dans la vie professionnelle, il arrive qu’on se pose des questions sur nos choix de vie : faut-il rester (dans la même situation, au même poste, dans le même lieu) ou bien partir et changer ?

Changer est un risque, mais changer est également une opportunité.

Mais changer pour changer n’est pas toujours la meilleure solution.

Comme dit l’adage : « On sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on trouve ».

Alors, comment choisir ?

Parfois, il est possible de se fier à son intuition.

Parfois aussi, la règle est simple : un partenaire de vie qui vous a frappé une fois vous frappera une autre fois. Dans ce cas, aucune exception : fuyez !…

Mais parfois, on hésite… La situation n’est pas si mal… Va-t-on vraiment trouver mieux ?

Confrontée à ce dilemme, j’ai décidé d’appliquer une méthode simple : chaque jour, je trace un trait sur mon calendrier. Un trait de couleur. Et pour me faciliter la vie, je n’ai choisi que trois teintes : verte, jaune et rouge.

Jour vert : la journée a été bonne, positive, agréable. Ce serait vraiment stupide de quitter tel partenaire ou tel emploi.

Jour jaune : la journée s’est bien passé mais sans plus.

Jour rouge : journée décevante, la vie autrement devrait être plus agréable que cela.

Alors chaque soir, je prends mon crayon de couleur et je colorie le jour qui vient de s’écouler.

Je me force à être honnête et à cesser de m’inquiéter pour le futur. C’est le présent qui compte : suis-je vraiment malheureuse dans cette situation ? Oui ? Non ?

Au bout d’un moment, les couleurs m’indiqueront d’elles-mêmes ce qu’il faut que je fasse.

Et je me suis promis que s’il y a soudain plus de jours rouges que de jours verts dans ma vie, je changerai quelque chose… :-)

Amicalement,

Joy

Si vous voulez lire d’autres articles sur des thèmes similaires, voici :

Les 10 points essentiels de votre vie

Changement professionnel

« Tu as tout pour être heureuse »

Bienvenue !… Vous êtes sur le blog « joy369″, blog dédié au bonheur, qui contient plus de 800 articles sur ce thème.
Si cet article vous a plu, merci de prendre le temps de cliquer sur les liens Facebook, Tweeter ou Google ci-dessous ou bien laissez un commentaire amical. Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement au flux RSS pour ne pas rater les nouveaux articles ou encore taper « joy369″ dans un moteur de recherche pour faire une pause dans la journée… ;-)

Enfin, vous pouvez faire un don à l’auteur via le lien « Faire un don » en haut à droite du site…

12345...272
 

Jepensedoncjecris |
Thestrangedoll |
Samublog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Iwannabeperfect
| Kcelin
| Laviedagathe